La planète se réchauffe ? Refroidissons-la !

 

Face à la réalité du réchauffement climatique et aux difficultés que rencontrent les États à limiter à +2°C la hausse des températures, certains scientifiques proposent de modifier volontairement le climat pour provoquer un refroidissement artificiel de la planète. Regroupées sous le terme de géo-ingénierie, ces techniques – controversées – commencent à trouver des échos et des financements. Que peut-on raisonnablement en attendre ? Quels sont les enjeux ? Tour d’horizon de la question.

 

Qu’entend-on par géo-ingénierie ?

Ce terme complexe désigne les projets de grande ampleur imaginés par certains scientifiques pour agir directement sur le climat de la planète et provoquer une baisse artificielle des températures afin de lutter contre le réchauffement climatique. On distingue deux types de projets de géo-ingénierie : ceux visant à capturer le CO2 pour limiter la quantité de gaz à effet de serre présents dans l’atmosphère et ceux visant à gérer le rayonnement solaire. Pour capturer efficacement le CO2 et limiter ainsi l’effet de serre, certains scientifiques imaginent par exemple d’avoir recours à la fertilisation des océans. Il s’agirait d’ensemencer les mers via des ajouts de fer afin de faciliter la multiplication du phytoplancton : cette plante marine microscopique se nourrit de fer et absorbe le CO2 qu’elle rejette ensuite sous forme d’oxygène (1).

CC – Éruption du Pinatubo (1991)

Quant à la gestion du rayonnement solaire, il s’agit de faire en sorte que l’atmosphère et la surface de la Terre renvoient une part plus importante du rayonnement solaire vers l’espace pour que les rayons du soleil ne chauffent pas (trop) la planète. On s’est notamment rendu compte que d’importantes éruptions volcaniques, comme celle du Pinatubo (Philippines) en 1991, avaient eu pour effet de diminuer les températures atmosphériques d’un demi-degré environ, pendant près d’un an. Afin de reproduire ce phénomène, des scientifiques envisagent d’envoyer des particules de souffre dans l’atmosphère pour faire obstacle aux rayonnements solaires et les renvoyer vers l’espace.

Poursuivant le même objectif, certains chercheurs proposent de repeindre en blanc les toits et les routes des zones urbaines du monde entier. En effet, une surface blanche renvoie toute la lumière qu’elle reçoit. Ce projet permettrait selon ses promoteurs d’augmenter la réflectivité de la Terre (le renvoi des rayonnements du Soleil vers l’espace ; les scientifiques parlent de l’albédo de la planète) et de « compenser » ainsi nos émissions de CO2. D’autres évoquent encore l’envoi de milliers de miroirs dans l’atmosphère pour réfléchir la lumière du soleil.

 

Des projets controversés

Loin de faire l’unanimité, ces idées avancées pour modifier rapidement le climat de la Terre font particulièrement débat. D’après un rapport de la Royal Society (2), la fertilisation des océans  autrement dit la séquestration marine du carbone comporte d’importants risques écologiques : acidification des océans ou encore perturbation grave de l’équilibre de la faune et la flore marine. Elle serait également peu efficace, d’après les résultats du programme international de recherche KEOPS (3).

CC – J. MacNeill – Catamaran fabricant des nuages

Quid du refroidissement de la planète par l’envoi de particules de soufre dans la stratosphère ? Pour la Royal Society (2), cette technologie a le mérite de pouvoir faire baisser rapidement le thermomètre (dès la première année) sans être trop coûteuse. Pourtant, elle risque d’endommager la couche d’ozone. De plus, une étude de Ken Caldeira et Damon Matthews – chercheurs à la Carnegie Institution de Washington et à l’Université Concordia du Québec  – précise qu’une fois mise en place, cette technologie ne pourrait être interrompue sans risquer de voir le CO2 capturé brutalement libéré et provoquer ainsi un réchauffement très rapide de la planète, de près de 7°C par décennie. Ce que confirme le climatologue Hervé Le Treut, directeur de l’Institut Pierre-Simon Laplace (IPSL) et membre de l’Académie des Sciences : « cette technologie n’a aucune pérennité car il faudrait envoyer chaque année plusieurs millions de ballons de soufre dans l’atmosphère. Or, en cas d’arrêt, cela provoquerait en effet un réchauffement brutal du climat. Elle me paraît donc dangereuse ».

Concernant le fait de peindre en blanc nos toits et routes, Bertrand Guillaume, maître de conférences à l’Université  de technologie de Troyes et coauteur de Scénarios d’avenir. Futurs possibles du climat et de la technologie (4), se montre sceptique. Selon lui, si le pouvoir de compensation de cette méthode est considérable – « 44 gigatonnes de dioxyde de carbone (GtCO2) » – elle n’en reste pas moins extrêmement coûteuse et son bilan carbone très lourd. Car, « la production d’une tonne de peinture engendre l’équivalent de 2,5 à 3 tonnes de CO2 ». Or, il s’agirait de repeindre 1,5 million de km2 – soit 1% de la surface de la Terre – et il faudrait repeindre tous les dix ans pour que la compensation reste significative… Une question se pose : a-t-on vraiment besoin de la géo-ingénierie ?

 

La nécessité d’ouvrir le débat

Difficile de trancher quand la géo-ingénierie suscite trois réactions : « elle est notre unique option » ; « elle est particulièrement dangereuse et incertaine » ; « elle doit rester une solution de dernier recours ». Certains chercheurs insistent sur le problème éthique voire moral que les technologies de géo-ingénierie leur posent. Ils estiment ainsi que la planète n’est pas un terrain d’expérimentation et que l’Homme ne devrait pas tenter de contrôler le climat à l’échelle mondiale. Ces mêmes scientifiques soulignent que la géo-ingénierie ne repose pour le moment que sur des simulations informatiques, ce qui implique que ses conséquences ou effets secondaires restent largement méconnus. Enfin, ils rappellent que des solutions opérationnelles, mêlant réponses techniques et modification des comportements, existent déjà et mériteraient d’être mises en œuvre pour lutter contre le réchauffement climatique.

CC – Klaus Lackner – Columbia University – Arbres artificiels pour capter le CO2

Quant aux tenants de « l’unique option », ils avancent l’argument du temps en faveur de la géo-ingénierie : nous sommes pressés par le temps car depuis la première conférence mondiale sur le climat en 1979, nous n’avons pas suffisamment réduit nos émissions de CO2 pour contrer le réchauffement climatique. Circonscrire la hausse des températures à +2°C d’ici 2020 serait déjà hors de notre portée (5) dans la mesure où cela supposerait de réduire de 8,5% par an nos émissions de CO2 quand elles ne cessent d’augmenter, d’après l’Organisation météorologique mondiale. Prenant acte de ces données, certains chercheurs envisagent la géo-ingénierie comme un palliatif incontournable face au manque de réactivité de nos sociétés.

À ce stade des recherches, force est d’admettre que de multiples incertitudes demeurent. Pourtant, la géo-ingénierie commence à trouver des échos et des financements.  Le milliardaire Bill Gates finance ainsi une équipe de chercheurs-militants souhaitant convaincre gouvernements et structures internationales de soutenir des projets de géo-ingénierie…

Pour ouvrir le débat sur ces questions, nous vous proposons une soirée « Changements de climat : changements de société ? », le jeudi 15 novembre 2012, en présence du climatologue Hervé Le Treut, de l’économiste Patrick Lagadec et du sociologue Jean-Paul Bozonnet. Comment adapter nos sociétés à la nouvelle donne climatique ? La géo-ingénierie fera-t-elle partie demain de l’arsenal de solutions incontournables pour faire face aux changements du climat ? Quelles sont les implications – sociales, culturelles, économiques… – des différentes options envisagées ?…  Venez en débattre avec nous le 15 novembre !

Coraline BERTRAND

 

(1) Par la photosynthèse, le phytoplancton produit une grande quantité d’oxygène nécessaire à la vie dans l’eau, mais aussi, grâce aux échanges gazeux à la surface des océans, il fournit les 2/3 de l’oxygène de l’air de notre planète, le dernier 1/3 provenant des végétaux des continents.

(2) Geoengineering the climate. Science, governance and uncertainty (2009). La Royal Society est l’équivalent britannique de notre Académie des Sciences.

(3) Seize laboratoires de recherche – dont le CNRS – ont participé au programme KEOPS (KErguelen Ocean and Plateau compared Study). Cette campagne océanographique internationale s’est déroulée début 2005, près des Îles Kerguelen dans l’océan Austral. Les résultats mettent en doute l’efficacité de la fertilisation des océans par ajout de fer.

(4)Scénarios d’avenir. Futurs possibles du climat et de la technologie, Bertrand Guillaume et Valéry Laramée de Tannenberg, Armand Collin, collection Emergences, 2012

(5) Selon l’étude « Emission pathways consistent with a 2°C global temperature limit« , parue dans la revue  Nature Climate Change, en novembre 2011

Pour aller plus loin :

Interviews croisées des chercheurs David Keith et Olivier Boucher  (La Recherche, n° 467, sept. 2012)

Dossier Géo-ingénierie du climat, perspectives britanniques, Science et Technologie au Royaume-Uni, janvier-février 2012

Extrait vidéo d’une conférence sur la géo-ingénierie par David Keith, professeur à la Harvard Kennedy School et ancien directeur de l’Institute for Sustainable Energy Environnement and Economy (ISEEE), 2007

 


Une pensée sur “La planète se réchauffe ? Refroidissons-la !”

  1. Bonjour !
    Je trouve votre article très intéressant ! Toutefois, j’aimerais savoir s’il existe un avantage ainsi qu’inconvénient économique quant aux tours qui captent le CO2. Aussi, j’aimerais savoir où se déroulera la soirée de jeudi.

    Merci beaucoup et au plaisir de recevoir une réponse bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *