Risques chimiques : un fort besoin de dialogue (2)

 

Le refus contemporain des risques en question

Retour en 3 billets sur le cycle de rencontres consacré à la chimie (2011). Les propos et avis rassemblés dans ces billets ont émané des différents temps d’ateliers et de débat.

Lire le 1er billet – Les risques au cœur des préoccupation des professionnels et des citoyens ?

Article initialement publié dans la revue L’actualité chimique – octobre/novembre 2012 – n°367-368


Plusieurs éléments d’explication ont été apportés tout au long des rencontres, pour éclairer les exigences accrues de sécurité de la part des citoyens et des professionnels. C’est surtout à partir des années 60 qu’a émergé une forte prise de conscience environnementale, avec notamment la publication en 1962 du Printemps silencieux de la biologiste Rachel Carson, premier livre sur les effets destructeurs de certains pesticides sur la faune. Les problèmes de pollutions et les accidents qui ont ponctué l’histoire de la chimie ont clairement contribué à entacher son image. Néanmoins, selon Laurence Lestel, chargée de recherche en histoire de la chimie [1] et intervenante lors de la soirée-débat, ce qui a vraiment changé, ce n’est pas tant la conscience des dangers que leur acceptation.

Les préoccupations sanitaires ont en effet émergé très tôt, avec une première question posée en 1804 à l’Institut de France, sur les effets des émanations nauséabondes des usines. Mais, au 19ème siècle, dans un contexte caractérisé par une forte pénibilité de la vie, les dangers étaient alors relativement bien acceptés eu égard aux bénéfices attendus. Les chapeliers, par exemple, manipulaient sciemment des nitrates de mercure toxiques pour feutrer les peaux de lapin, ce qui leur permettait de générer d’importants revenus. [2] Une telle situation ne serait plus acceptée aujourd’hui : l’éradication des crises alimentaires en Europe, l’augmentation de la durée de vie et la progression du confort ont conduit à une profonde évolution des exigences citoyennes.  « Les problématiques évoluent, deviennent de plus en plus fines et la société accepte de moins en moins les risques » (Laurence Lestel)

Le refus contemporain des risques pose question car, dans son projet même de ré-arranger la matière, la chimie inclut toujours une dimension prométhéenne : « la chimie crée son objet » [3] et cette faculté créatrice inclut toujours une part de risque. Les chercheurs ont d’ailleurs rappelé que, scientifiquement parlant, « le risque zéro n’existe pas » : compte tenu des moyens actuels d’investigation, l’innocuité des produits ne peut être garantie. Refuser tout risque impliquerait alors de se priver de toute innovation. De ce point de vue, l’attitude de certains consommateurs à l’affut de nouvelles innovations technologiques a été pointée comme manquant de cohérence.

Il semble donc important de pouvoir transmettre aux citoyens les outils, le savoir et la culture nécessaires à la construction d’une opinion avisée, afin de pouvoir appréhender au mieux les enjeux du débat dans toute leur complexité. De ce point de vue, la communication de l’industrie chimique gagnerait à être repensée : la nécessité de communiquer de manière positive et la « peur de la peur » des citoyens conduisent souvent les industriels à émettre des messages rassurants, qui ne laissent pas de place à l’incertitude. Souvent jugé insuffisant et partial, ce type de communication induit des effets contreproductifs. Il contribue à entretenir l’illusion d’un possible risque zéro, tout en suscitant des réactions de méfiance de la part des citoyens.

Pour apaiser les relations entre chimie et société, une meilleure connaissance et une plus grande transparence sur les risques liés aux produits chimiques semblent donc constituer un préalable indispensable. Des pistes ont été esquissées pour repenser la communication et ouvrir le dialogue entre chimie et société. Anne-Marie Leulan, professeur émérite de sociologie [4],  a par exemple proposé d’encourager le recours à l’art, à l’imaginaire et à la créativité, comme vecteurs efficaces pour apprivoiser les peurs réciproques.

Nathalie Fabre

[1] Laurence Lestel est chargée de recherche en histoire de la chimie (UMR Sisyphe 7619, Université Pierre et Marie Curie, Paris 6). 

[2] Consulter sur ce sujet les travaux d’André Guillerme, historien de la technique

[3] Marcelin Berthelot, La synthèse chimique, Alcan, Paris, 1860, p. 275

[4] Anne-Marie Leulan est professeur émérite de sociologie à l’Université Michel de Montaigne, Bordeaux III, et chargée de mission à l’Institut des Sciences de la Communication du CNRS (ISCC). 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *