Risques chimiques : un fort besoin de dialogue (3)

Développer de nouveaux outils de dialogue

Retour en 3 billets sur le cycle de rencontres consacré à la chimie (2011). Les propos et avis rassemblés dans ces billets ont émané des différents temps d’ateliers et de débat.

Lire le 1er billet – Les risques au cœur des préoccupation des professionnels et des citoyens ?

Lire le 2ème billet – Le refus contemporain des risques en question

Article initialement publié dans la revue L’actualité chimique – octobre/novembre 2012 – n°367-368

 

Un défi de taille : décider de la part de risque socialement acceptable

Au-delà de la recherche, de l’information et de la communication sur les risques, les participants aux débats ont pointé les difficultés à effectuer des choix et à arbitrer entre bénéfices et risques : comment déterminer ce qui est acceptable du point de vue de la société et choisir la solution ayant le plus de bénéfices pour l’ensemble des acteurs ? Comment construire une position commune et collectivement partagée, par-delà les éventuels intérêts divergents ?

Les nombreuses incertitudes qui entourent les développements des produits chimiques ajoutent encore de la complexité : comment s’assurer que la solution apportée à un problème, ou que le produit de substitution proposé, ne génère pas de problèmes plus importants ? S’il est déjà difficile de choisir entre des technologies aux bénéfices et aux risques bien évalués, il apparaît encore plus complexe de choisir entre des technologies qui n’existent pas encore ou dont les résultats et impacts ne sont pas ou peu connus.

Une réflexion collective sur les risques, et la part de risque ou d’incertitude qui peut être acceptée socialement, mérite ainsi d’être engagée. Cette réflexion ne saurait être dissociée d’une réflexion sur les usages et les bénéfices attendus. Pour Lydie Nemausat (FRAPNA) [1], il ne suffit pas de s’assurer que les produits ont un cycle de vie qui respecte l’environnement, il faut aussi vérifier que les nouveaux produits sont vraiment nécessaires et utiles, d’un point de vue collectif. La chimie contribue largement à façonner le monde de demain. Le slogan du syndicat professionnel de la Chimie allemande, traduit par un participant, est d’ailleurs explicite : « Formons le futur ! ». Ce constat invite à interroger la place et le rôle des différents acteurs dans les choix de recherche et de développement, qui sont aussi des choix de société.

 

Développer des outils de dialogue pour rêver ensemble la chimie de demain

Les participants ont souligné l’intérêt d’une contribution des sciences humaines et sociales pour éclairer les choix. Lors d’une visite publique dans son laboratoire, le chimiste Jean-Pierre Cloarec, enseignant-chercheur à l’Institut des Nanotechnologies de Lyon [2], a ainsi fait état des travaux menés au sein du Laboratoire International Associé en Nanotechnologies et Nanosystèmes, un laboratoire franco-québécois qui comporte un volet d’étude « Innovations en nanotechnologies : Éthique, usages et sociétés ».

La société civile gagnerait également à être associée à ces réflexions, même si la participation des citoyens ne va pas de soi, car la chimie souffre aujourd’hui d’un manque d’intérêt. Laurence Lestel rappelle qu’au moment de sa création au Conservatoire National des Arts et Métiers, à Paris, au 19ème siècle, la chaire de chimie industrielle attirait plus de 600 personnes soucieuses de s’informer et de comprendre. En comparaison, les débats sur la chimie peinent aujourd’hui à trouver leur public.

Plusieurs pistes ont finalement été esquissées pour encourager la participation des citoyens aux choix en matière de chimie. Il a notamment été proposé que les citoyens soient consultés lors des évaluations et promotions des chercheurs, pour émettre un avis sur l’intérêt des recherches menées d’un point de vue social. Diverses instances d’expression collective pourraient également être créées, pour réfléchir aux orientations à donner à la chimie en général, dans un esprit de dialogue ouvert et de co-élaboration progressive de solutions.

 

Il reste fort à faire pour créer les conditions d’une confiance réciproque entre les professionnels de la chimie et les citoyens. Les recherches en toxicologie et en écotoxicologie méritent d’être fortement soutenues. Mais il ne suffit pas de connaître les risques, il faut aussi les appréhender et les apprivoiser collectivement. Une profonde évolution des pratiques s’avère nécessaire, pour favoriser la participation des citoyens et l’émergence d’une culture commune des risques. La période de crise actuelle pourrait constituer un terreau favorable au renouveau des espaces de concertation, en s’inspirant des pistes ébauchées lors de nos rencontres et compilées dans cet article.

 

Nathalie FABRE

 

[1] Fédération Rhône-Alpes de Protection de la Nature

[2] Jean-Pierre Cloraec est chimiste au Laboratoire de Chimie du Département Sciences et Technologies des Matériaux et des Surfaces (STMS) à l’Institut de Nanotechnologies de Lyon (INL), Ecole Centrale.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *