Les inondations en Rhône-Alpes: quels souvenirs pour quelles anticipations ?

 

Dans le cadre des rencontres Et si on en parlait, l’Université de Lyon organisait le 13 octobre 2012 une balade urbaine pour faire découvrir Lyon sous les eaux, discuter des risques d’inondations et débattre des modalités de prévention. Retours sur cette balade par S. Oswald, doctorante en Communication à l’ENS Lyon au C2SO (1).

 

Sous les effets des changements climatiques, les scientifiques envisagent une recrudescence et/ou une intensification des « évènements climatiques extrêmes » : inondations, tempêtes, vagues de froid ou de chaleur, etc. On estime aujourd’hui que 45% des communes rhônalpines sont exposées aux risques d’inondations.  La situation n’est pas nouvelle et la ville de Lyon conserve des traces –parfois infimes– des grandes inondations passées. Quelle mémoire gardons-nous des grandes crues du Rhône et de la Saône aux 19ème et 20ème siècles ? Quels sont les enjeux liés à cette mémoire, pour la transmission de la culture des risques auprès des habitants ? Et pour les pouvoirs publics qui doivent anticiper d’éventuelles futures catastrophes ?

ATTENTION : les bandes-sons ne sont pas audibles avec certaines versions du navigateur Firefox; auquel cas veuillez changer de navigateur.

Les inondations lyonnaises aux 19ème et 20ème siècles : entre mémoire et oubli

 Au 15ème siècle Lyon subit un double tournant historique : urbain avec les foires lyonnaises entraînant un développement démographique et infrastructurel important ; climatique avec « le petit âge glaciaire » durant lequel l’instabilité climatique était notable. Les premiers endiguements côté Saône datent de cette époque, avec la création du plan Perrache. Puis, au 16ème siècle, la digue des Brotteaux est construite.

Ces aménagements ne suffiront malheureusement pas à protéger Lyon des deux grandes crues de 1840 et 1856. En 1840, la digue des Brotteaux cède, entraînant un déferlement impressionnant qui traversa toute la Presqu’île. Le quartier de Vaise par exemple sera englouti sous près de 4 mètres d’eau. Une deuxième crue –encore plus importante- suivra en 1856, générant un traumatisme psychologique et une prise de conscience de la vulnérabilité de la ville.

 

Mentionner cette prise de conscience naissante c’est questionner le vécu des sinistrés. Quelle mémoire les sinistrés gardent-ils des inondations ? Elodie Levasseur, doctorante en psychologie sociale (au GREPS Université Lumière Lyon 2) se fait ici la porte-parole des sinistrés de 1980 (Haute Loire) et de 2008 (l’Arbresle), qu’elle a interviewés au cours de sa thèse.

Suite à l’inondation, deux attitudes sont caractéristiques :

– Le déni : on cherche à oublier ; la catastrophe est ici refoulée (même si des marques intimes peuvent être conservées dans l’espace privé, comme des marques de niveau dans les caves par exemple).

– L’acceptation : la mémoire est ici mieux conservée, on « vit avec » en développant éventuellement des aménagements spécifiques pour mieux s’adapter  (pièce de survie, mobilier « plastique » facile à nettoyer…).


Repenser l’urbanisme pour prévenir les risques : du Plan Kleitz au PPRI

La crue – très violente – de 1856, qui sert encore aujourd’hui de référence historique pour les politiques publiques de prévention, va pousser à se pencher plus sérieusement qu’en 1840 sur les dangers des crues.

En 1856, l’Etat met en place le plan Kleitz pour lutter contre les inondations. On élève les quais de 1 mètre au-dessus du niveau de la crue de 1856 ; on crée des digues de première urgence (celle « insubmersible » des Brotteaux, actuel bd L. Bonnevay et le quai-digue de la Tête d’Or), mais surtout des champs d’expansion des crues visant à protéger le coeur de l’agglomération. Ce plan s’efforce de protéger certes mais aussi et surtout de prévenir : il faut accepter que l’eau s’épande dans des zones périurbaines moins denses. Ceci ne se fit pas sans résistances de la part des territoires ainsi « sacrifiés » par les autorités.

 Ces aménagements ont eu pour conséquence de créer un faux sentiment de sécurité, alors que le risque lui-même reste bien réel.

Les cartes montrées lors de la balade par L. Marchand, chargée de mission de l’association Robin des Villes, sont parlantes : une grande partie de Lyon pourrait être exposée demain à une inondation. Le risque ne vient aujourd’hui plus tant des fleuves (inondations directes : crues du Rhône, de la Saône) que des réseaux souterrains : les inondations indirectes (la pluie remonte par capillarité). Cette information suscite intérêt et émoi et les participants se pressent pour connaître le niveau de risque auquel ils sont exposés.

 

 

 

 

 

 

 

A gauche: modélisation des risques de crues directes. A droite: modélisation des risques de crues indirectes (© Claire Combe)

 

Vers le développement d’une culture des risques avec le Plan de Prévention des Risques Inondation (PPRI)

Le PPRI poursuit les travaux d’aménagement du territoire et de prévention des risques engagés avec le Plan Kleitz. Il s’agit de réduire au maximum les risques d’aléas (inondations) et de dommages, à l’aide de nombreux outils réglementaires et techniques (modélisation informatique, digues, champs d’expansion des crues, etc.) Faute de données suffisantes, les changements climatiques ne sont pas pris en compte dans les politiques de préventions des risques liées aux fleuves, mais ils le sont par contre intégrés aux politiques sur le littoral.

Le PRRI inclut également un volet « Culture du risque », au travers duquel les pouvoirs publics s’efforcent de sensibiliser les populations et de les associer aux politiques de prévention.

Cette « culture du risque » comme expertise de situations de crise ne va pas de soi, tant la tentation d’oublier et de refouler peut être forte de la part des populations. Le discours des sinistrés recèle ainsi un « va et vient » entre une mise à distance (« c’est exceptionnel, ça n’arrivera plus ») et une remémoration angoissante du drame.

Quoi qu’il en soit, les transformations climatiques passées, présentes et futures montrent l’importance de la mémoire collective, de sa transmission et du respect de la souffrance individuelle liée à la catastrophe. Ceci pour plus de solidarité et plus de dialogue entre autorités politiques, scientifiques et populations sinistrées.

 

Séverine OSWALD

(1) Laboratoire C2SO : Communication, Culture et Société du Centre Norbert Elias (ENS Lyon / Institut Français de l’Education). La thèse de Séverine Oswald est financée par la Région Rhône-Alpes.
Logo_Région Rhône-Alpes
© Photos 1 et 2 : Sébastien Coupy/ Université de Lyon ; Modélisation des risques de crues : Claire Combes

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *