Evolutions du climat : comment encourager les changements de comportement ?

 

Dans le cadre du cycle Et si on en parlait  « Changements de climat : changements de société ? », l’Université de Lyon organisait le 20 octobre dernier une balade urbaine dans le quartier de la Confluence, sur le thème « Comment aménager la ville face aux changements climatiques ? ». Animée par Jean-Philippe Fouquet, sociologue à l’Université de Tours (1), et Lise Serra, diplômée en architecture et doctorante en urbanisme, cette rencontre a permis de s’interroger sur les façons d’inciter les populations à modifier leurs comportements.

Pensé comme le symbole lyonnais du quartier durable, le quartier de la Confluence – 150 hectares dans le 2e arrondissement de Lyon – était le lieu idéal pour aborder la question de l’aménagement des villes face au changement climatique. En trois grandes étapes – l’Hôtel de Région, le Pôle de commerces et de loisirs et une séance d’échanges à La Maison de La Confluence – la balade urbaine a soulevé de nombreuses interrogations : comment inciter les citoyens à modifier leurs comportements ? Quelle autonomie leur accorder ? Comment mettre en place une réflexion globale – qualité du bâtiment, mobilité de ses occupants, usages… – pour réduire notre bilan carbone ?

 

ATTENTION : les bandes-sons suivantes ne sont pas audibles par certaines versions du navigateur Firefox ; auquel cas veuillez changer de navigateur.

 

Penser global, anticiper et associer les populations

Installé à La Confluence depuis juin 2011, l’Hôtel de Région est l’exemple type d’un projet architectural répondant à la démarche HQE® (Haute Qualité Environnementale) (2). Sa conception a aussi bien pris en compte la performance énergétique du bâtiment (panneaux solaires, toiture végétalisée, récupération des eaux de pluie…) que son accessibilité pour les 1 500 agents qu’il accueille. Ce qu’explique Damien Grataloup, chargé de mission en maîtrise d’ouvrage à la Région Rhône-Alpes : « la norme HQE ne se limite pas à la gestion de l’énergie. Elle prend en considération des cibles de confort, de bien-être et une dimension sociale : comme l’embauche de personnes en insertion pour ce chantier. Un Plan de Déplacement Administration (PDA) a été mis en place, en concertation avec les agents, ce qui a conduit à créer des parkings vélo et une station Vélov. Le tout, à proximité de la gare de Perrache ». Cette implantation – et le travail de concertation engagé – a permis de réduire de manière significative l’utilisation de la voiture comme mode de transport pour les trajets domicile-travail.

Sociologue, Jean-Philippe Fouquet insiste sur cette prise en compte globale, et le recours à la concertation, pour impulser des attitudes plus respectueuses de l’environnement.

Damien Grataloup renchérit en citant le cas d’une banque : un nouveau siège exemplaire en termes d’innovation et de sobriété énergétique mais une absence de réflexion sur la mobilité des salariés. Résultat : « le siège étant situé plus en périphérie, le personnel utilise davantage la voiture pour s’y rendre, ce qui implique que l’empreinte écologique de l’entreprise est plus importante qu’auparavant ». D’où la nécessité de penser global et d’anticiper pour inciter à de nouveaux usages. Reste à déterminer comment sensibiliser les habitants ─ quel que soit leur niveau de vie ─ à l’adoption de comportements vertueux. Du débat d’idées émergent quelques éléments de réponse.

 

Responsabiliser sans culpabiliser : l’exemple des smart grids

Benoît Bardet, directeur de la communication de la SPLA (3) Lyon Confluence, souligne l’aspect parfois contre-productif des discours autour du changement climatique : catastrophistes et culpabilisants, ils n’incitent pas les populations à s’impliquer. En effet, évoquer la fonte des glaces ou le réchauffement climatique global ne permet pas au citoyen de se sentir en capacité d’agir, à son échelle, sur la réduction du bilan carbone. Or, chacun peut déjà tenter de réduire sa consommation d’énergie, au sein de son logement.

Pour accompagner au changement,  Maxime Valentin, chef de projet et responsable développement durable de Lyon Confluence, évoque le recours à la technologie : les smart grids ou réseaux électriques intelligents. Ces compteurs électriques de dernière génération sont conçus pour aider les habitants à mieux gérer leur consommation d’énergie en leur transmettant des informations voire des préconisations sur leurs postes de dépenses. Plusieurs projets sont actuellement en phase d’expérimentation, comme Greenlys, Lyon Smart Community et Smart Electric Lyon dans le Grand Lyon ou Linky à Tours. Objectif de ces technologies : responsabiliser le consommateur, sans le culpabiliser, en lui permettant de devenir acteur de la gestion énergétique de son logement. Des incertitudes demeurent toutefois sur le type d’informations à transmettre : « on ne sait pas encore s’il faut dire à une famille au budget contraint ‘votre budget électricité est de tant pour l’année, vous en avez déjà consommé 60%, faites attention’ ou s’il faut aussi lui dire d’éteindre la veille de son ordinateur », explique Maxime Valentin. Les participants s’interrogent : faudra-t-il devenir technophile ou expert ? A-t-on vraiment besoin de ces outils technologiques ? etc.

 

Pour avoir étudié les smart grids, Jean-Philippe Fouquet estime que le potentiel d’économies d’énergie réalisées grâce à ces outils n’est pas négligeable. Il met toutefois en garde contre d’éventuelles tensions entre les consommateurs vertueux et les autres, désignés comme fautifs, quand ils n’ont pas toujours de marge de manœuvre pour adopter des conduites plus sobres. « À Tours, les habitants de l’hypercentre, privilégiés en termes d’offre modale [NDLR : ils ont la possibilité de se déplacer en voiture, en transports collectifs, en vélo ou à pied], commencent à voir leurs voisins des zones péri-urbaines comme les véritables responsables Jean-Philippe Fouquet            de la pollution », s’inquiète le chercheur.

 

Face au changement climatique, il est essentiel de s’adapter, aussi bien à l’échelle d’une ville que d’un foyer. Toutefois, il est de la responsabilité des pouvoirs publics d’accompagner les populations au changement en veillant à ne pénaliser personne. Et ce, afin que chacun puisse agir, à son niveau et selon ses marges de manœuvre.

Coraline BERTRAND

 

(1) Sociologue à l’Université François-Rabelais de Tours et ingénieur de recherches, Jean-Philippe Fouquet est chercheur associé au sein du laboratoire CITERES (CItés, TERritoires, Environnement et Sociétés, UMR 7324 – CNRS). Également co-responsable du CETU-ETIcS (Centre d’Expertise et de Transfert de l’Université – Expertise, Transfert, Ingénierie et Connaissance Sociale), il travaille notamment sur les réseaux intelligents ou smart grids. Très investi sur la thématique du développement durable, il l’appréhende sous l’angle des recompositions territoriales et des mobilités. 

(2) Un concept apparu dans les années 1990. « Il ne s’agit pas d’une réglementation ni d’un label, mais d’une démarche volontaire de management de la qualité environnementale des opérations de construction ou de réhabilitation de bâtiment. » (Source : Ademe)

(3) Société Publique Locale d’Aménagement

© Seb Coupy – Université de Lyon



Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *