Robot & Frank : les robots demain dans nos vies ?

Dans le cadre du cycle « Métamorphoses #1 : de l’Homme augmenté au robot humanoïde », la mission Science et Société de l’Université de Lyon organisait, en partenariat avec le cinéma Comœdia,  une projection suivie d’un débat autour du film Robot & Frank, en présence de Maxime Petit, chercheur en robotique à l’INSERM.

L’aspect social de la robotique

L’action de Robot & Frank se déroule dans un « futur proche », décrivant sur un ton réaliste le miroir possible de notre société dans un monde robotisé. Frank, cambrioleur « à la retraite » atteint par la maladie d’Alzheimer, se fait offrir par son fils un robot domestique, dont la conception n’est pas sans rappeler le fameux ASIMO. D’abord réfractaire à la présence de la machine, il décide progressivement de tirer parti des capacités hors-normes de l’humanoïde et d’en faire son partenaire de crime : l’occasion pour le retraité de retrouver une seconde jeunesse. Le récit nous propose ainsi une rencontre touchante entre la mémoire défaillante de Frank et l’hyper-mémoire de la machine.

Cet univers réaliste, c’est-à-dire vraisemblable, dresse une vision de ce que pourrait être l’arrivée des robots humanoïdes dans nos vies et pose à son tour de nouvelles questions, dont ont pu débattre le chercheur et le public venus assister à cette projection-débat.

Vers une supplantation de l’Homme ?

À l’heure de nos métros automatisés, des robots aspirateurs ou encore de la Google Car circulant sans chauffeur, tout semble confirmer que les robots sont déjà parmi nous. L’assistance se pose ainsi la question d’une possible éviction de l’homme par la machine, s’appuyant sur les données du film projeté dans la soirée : « Il existe un manque de démarche éthique. Nous sommes sept milliards d’humains sur terre, on manque de compagnons, et on cherche à utiliser des robots à la place d’êtres humains, alors que ces investissements pourraient servir à renforcer le service public social ». À cette remarque, le chercheur de l’INSERM rétorque que parmi les robots qui seront en mesure de manipuler une personne, la présence d’un être humain devient obligatoire : « les robots ne donnent pas d’ordres, mais seulement des invitations à agir. En maison de retraite, le robot assume ainsi plutôt un rôle d’assistant ».

Maxime Petit, qui définit le robot comme « une machine capable de sentir son environnement et de s’y déplacer », nous explique en effet qu’il existe deux branches distinctes de la robotique appliquée, se rapportant à l’industrie et aux services. Actuellement, les robots industriels sont utilisés pour les métiers dits dangereux, nocifs ou répétitifs, pouvant réduire l’espérance de vie. Les robots de service se déclinent quant à eux en plusieurs applications, parmi lesquelles l’exosquelette, la téléprésence, ou le « robot compagnon », comme illustré dans le film. En termes d’applications réelles, on pense notamment à NAO, robot travaillant au contact d’enfants autistes, ou encore Paro, le « robot phoque » utilisé dans certaines maisons de retraite. En effet, parmi les robots domestiques en développement, aucun modèle n’est présentement capable de cumuler toutes les fonctionnalités que réunit le robot fictif du film.

La robotique au service de l’armée

Plusieurs pays, les États-Unis en tête, consacrent à la robotique une part importante de leur budget de défense. Les militaires développent ainsi divers exosquelettes dont le but est d’améliorer l’endurance du soldat, lui permettant de transporter et manipuler des charges lourdes comme des missiles, à la manière de l’exosquelette Hercule, officiellement financé et soutenu en France par le ministère de la Défense. L’armée américaine travaille également à la conception d’armures intégrales de protection antibalistique, tel le modèle TALOS, rappelant le héros de bande-dessinée Iron Man. Mais à l’heure actuelle, l’utilisation la plus marquante de la robotique dans le domaine militaire reste probablement celle des drones de combat, machines de guerre entièrement automatisées, mais nécessitant l’aval d’un contrôleur humain pour ouvrir le feu.

Outre un certain nombre de controverses au regard du droit international et de la liberté individuelle notamment, l’utilisation de ces « robots volants » relance la problématique de la distanciation de l’acte de tuer, le contrôleur pouvant se trouver à des milliers de kilomètres du champ de bataille : ôter la vie deviendrait ainsi plus facile et paraîtrait moins « réel » pour le soldat, à la manière d’un jeu vidéo.

Pourquoi vouloir humaniser nos robots ?

Les robots industriels ne possèdent ni visage ni jambes, étant uniquement optimisés pour leur fonctionnalité. Mais aujourd’hui, les laboratoires travaillent à l’étude de l’humanisation des robots domestiques, engageants et proactifs. À l’aide de sociologues, les chercheurs en robotique analysent la réaction de l’homme au contact des robots, s’appuyant notamment sur la courbe de la « vallée dérangeante ». Cette théorie développée par le roboticien japonais Masahiro Mori étudie la zone acceptable du degré d’imitation caractérisant l’apparence d’un androïde : plus celle-ci se rapproche de l’humain, plus ses défauts produisent une forme d’inquiétante étrangeté. Toutefois, au-delà d’un certain niveau de perfection, la confiance et l’acceptation prédominent. Cette tendance à l’humanisation des machines traduirait ainsi une volonté d’acceptabilité de la robotique.

Si l’étude des interactions entre l’humain et les robots reste une science jeune, le rapport entre la robotique et les sciences humaines ne s’arrête pas là. En « robotique développementale », comme nous explique le chercheur, on aborde l’apprentissage du robot comme on le ferait pour l’enfant, empruntant certains concepts au domaine de la psychologie du développement, notamment pour l’acquisition du langage et de la parole. « Nous travaillons de concert avec des sociologues, et la recherche en robotique est soumise à de nombreux comités d’éthique et de surveillance, impliquant des cahiers des charges exigeants », nous assure Maxime Petit. Les lois d’Asimov sur la robotique constituent de facto un ensemble de méta-lois, à la base de toute création de robots humanoïdes.

Quel impact sur notre société ?

Le film, abordant divers enjeux de société comme la dignité de la personne assistée par un robot ainsi que les conséquences réelles sur son autonomie, soulève des points de vue plutôt mitigés, certains s’inquiétant de devoir laisser nos aînés aux bons soins des machines et remettre en cause notre fonctionnement familial. De même, peut-on espérer une égalité d’accès économique à ce type d’outils ou peut-on présumer qu’il ne sera que l’apanage de quelques privilégiés ? Quelle norme morale, quelles valeurs de l’humanité va-t-on transmettre à nos robots ? Quels humains seront chargés de les programmer ? La France doit-elle se positionner dans la recherche internationale pour miser sur un développement plus « social » de la robotique ? Autant de questions éthiques pour lesquelles les chercheurs en sciences humaines et sociales et les comités de surveillance auront assurément un rôle à jouer, avec l’implication des citoyens.

Maxime Petit, chercheur au laboratoire « Integrative Neuroscience & Robotics Group » de l’INSERM, travaille actuellement sur le projet « open source » du robot iCub, sur lequel collaborent plusieurs laboratoires européens. Sa thèse porte sur la robotique intelligente et les interactions entre l’homme et le robot.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *