Puces RFID : après les moutons, l’humain ?

Retour sur la conférence du 10 octobre 2013, organisée par la mission Science et Société de l’Université de Lyon et la Maison Rhodanienne de l’Environnement.

L’identification par radiofréquence (RFID) s’est rapidement imposée en Europe dans les années 2000 et son utilisation s’est peu à peu banalisée, du secteur de la logistique jusque dans notre environnement quotidien. Pourtant, elle est aujourd’hui au cœur de l’actualité des nouvelles technologies de l’information et de la communication car elle suscite de nombreuses craintes relatives à ses risques et dérives potentiels, relayés aussi bien du côté des citoyens que celui des instances de régulation nationales et européennes. Entre vérité et fantasmes urbains, quels sont les véritables usages de cette technologie, et en quoi peut-elle porter atteinte à certains de nos droits fondamentaux ?

 

Que désigne la RFID ?

L’identification par radiofréquence reste une technologie méconnue du grand public. Pour nous en expliquer le fonctionnement, Christian Perrot, conseiller en nouvelles technologies, avait mis à notre disposition divers outils de démonstration : un système RFID (de l’anglais radio frequency identification) se compose ainsi d’une radio-étiquette, ou tag, comprenant une puce informatique couplée à une antenne, où sont inscrites des informations que décryptent les lecteurs appropriés.

Puces RFID
Puces RFID
Lecteur HF
Lecteur HF
Antenne HF
Antenne HF

 

 

 

 

 

 

Le dialogue s’effectue aussi bien en émission qu’en réception, et contrairement aux codes-barres et autres QR codes, l’avantage d’une puce RFID est que l’on peut à la fois écrire et renouveler les données qu’elle contient. La distance de lecture peut aujourd’hui s’étendre à plusieurs dizaines de mètres, et la plupart des lecteurs possèdent un système de traitement « anticollision », permettant de gérer la présence de plusieurs marqueurs dans le même champ de détection.

 

Quels en sont les usages actuels ?

Gestion des stocks, suivi du bétail, contrôle de la chaîne du froid, lutte à la contrefaçon, badges d’accès, expositions dans les musées : la RFID s’applique à des domaines très variés, et nous la retrouvons dans de nombreux objets de la vie quotidienne comme nos titres de transports, passeports électroniques ou certaines cartes de paiement. Pour Christian Perrot, les puces RFID sont soumises à une véritable « stratégie sociologique » visant à en favoriser l’usage. Plusieurs pays européens imposent ainsi cette méthode d’identification pour les animaux domestiques et, en France, des maternités proposent des bracelets électroniques visant à prévenir l’enlèvement des nourrissons. Plus incroyable encore, en Espagne, des puces sont implantées sous la peau et servent de moyen de paiement aux membres VIP d’une discothèque.

 

Risques de dérives et mesures de régulation 

« Combien de puces RFID ai-je sur moi sans le savoir ? », « Est-il possible de nous localiser et de nous suivre à la trace, à la manière des films d’espionnage américains ? », « Avec les puces RFID, Big Brother est-il en train de nous surveiller ? », s’interrogent les citoyens présents. Christian Perrot nous explique que le danger principal des puces RFID réside dans l’absence de signal indiquant la reconnaissance du couplage, ce qui veut dire que l’on peut être détecté sans le savoir, dans le cadre d’une « interaction non volontaire ». En ce qui concerne la géolocalisation, la RFID reste imprécise et ne permet pas la surveillance continue des individus, contrairement aux GPS dont sont dotés nos smartphones, utilisant par ailleurs la technologie NFC (near field contact), dérivée de la RFID. Néanmoins, l’ensemble des données à caractère personnel qu’incluent les puces RFID que nous utilisons, souvent à notre insu, pourrait permettre par recoupement une identification à distance des personnes et de leur comportement de consommateur.

Devant la banalisation et l’usage extensif de la RFID, la CNIL et la Commission européenne s’inquiètent notamment du risque de traçabilité des individus, qui n’ont pas accès à leurs données. Les deux institutions préconisent ainsi une série de mesures visant à réguler l’usage de cette technologie et améliorer la protection des données personnelles :

  • Besoin de transparence : les citoyens doivent être informés dès lors qu’un système RFID est susceptible d’interagir avec eux et doivent connaître les droits et obligations applicables. Des actions de sensibilisation sont nécessaires.
  • Limitation de la durée de conservation des données, un élément repris tout au long de la soirée via les craintes du public venu assister à la conférence.
  • Désactivation des puces après l’achat d’un article en magasin, lorsque la protection antivol ou la gestion de l’inventaire n’est plus de mise.
  • Réalisation d’une évaluation d’impact sur la vie privée (EIVP), préalable à la commercialisation ou la mise en service d’un système RFID.
  • Normalisation des solutions, bonnes pratiques et codes de conduite des fabricants de RFID.

Reste à prendre en compte l’aspect sanitaire, essentiel aux yeux du citoyen, qui questionne la dangerosité des ondes électromagnétiques émises par ce nouveau procédé, cumulées par exemple aux ondes déjà présentes dans la téléphonie mobile et les systèmes Wi-Fi.

 

RFID : progrès ou nouvelle forme de contrôle de l’individu ?

La RFID présente des avantages technologiques et économiques certains, dus en partie à son faible coût de production, mais cette innovation soulève également de nouvelles questions éthiques et des risques de dérives venant toucher à nos droits fondamentaux. Sans tomber dans une forme de « paranoïa luddite », il est clair que sa transparence auprès du citoyen demeure assez floue, et les promesses économiques de cette nouvelle technologie ne pourront emporter l’adhésion du public qu’après la mise en place de mesures préventives nécessaires en matière de sécurité et de protection des données privées, dans le respect de la liberté et des droits individuels du citoyen-consommateur.


3 réponses sur “Puces RFID : après les moutons, l’humain ?”

  1. Bonjour, je recherche activement les références du lecteur HF sur la photo ci dessus.
    Auriez vous une référence ou un lien ou je pourrai m’en procurer un?
    Merci

    1. Bonjour,
      Le matériel de démonstration ayant été fourni par M. Perrot, peut-être pourriez-vous le contacter via son site Internet pour en savoir plus ? Vous trouverez le lien dans l’article ci-dessus.

  2. Effectivement, le risque de dérives n’est pas exclure, toutefois certaines applications à usage médicale pourront apporter beaucoup au niveau du suivi médicale et de la surveillance des malades.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *