L’Homo numericus sera-t-il libre ?

Synthèse de la soirée-débat du 23 octobre 2013, organisée par l’Université de Lyon en partenariat avec le CNRS (débats Parlons-en !) et le magazine Lyon Capitale.

Dans le cadre du cycle « Métamorphoses : de l’Homme augmenté au robot humanoïde », les rencontres Et si on en parlait de l’Université de Lyon abordent notre rapport aux nouvelles technologies, dont l’hyper présence au quotidien tendrait à transformer l’Homme et son appréhension globale du savoir et de l’information. Quelles sont ces technologies numériques et comment nous parviennent-elles ? Devons-nous craindre la perte de nos libertés individuelles ? Quid de cet Homme « 2.0 » ?

Pour répondre à ces questions et débattre des enjeux, chercheurs et citoyens étaient réunis lors d’une soirée intitulée « L’Homo numericus sera-t-il libre ? ».

Les nouvelles technologies

Pour l’informaticien Gérard Berry, amorcer le débat en évoquant le terme de « nouvelles technologies » est une erreur. Les innovations que nous évoquons sont déjà présentes dans notre quotidien, et se projeter dans l’avenir afin de prévoir les technologies de demain peut s’avérer périlleux : « Dans 2001, l’odyssée de l’espace, on anticipait des ordinateurs gros et intelligents. C’est raté : ils sont petits et stupides ». De son avis, c’est aujourd’hui l’informatisation des objets et de leur usage qu’il faut considérer : il est clair que la science et la technologie informatique modifient notre perception du monde de manière profonde, notamment dans la notion d’espace et de temps. Mais plutôt que de juger, voire de craindre le changement, le véritable danger serait de n’en apprendre que les usages, au risque de nous rendre dépendants des pays asiatiques et des États-Unis, principaux producteurs de ces technologies.

Vers une informatisation du sujet ?

Les connexions entre ordinateur et système nerveux sont une réalité, mais l’informaticien exclut pourtant la possibilité d’une véritable connexion maîtrisée entre l’ordinateur et le cerveau humain. Pour le neurologue Bernard Croisile, il ne faut ainsi pas penser que l’on va rajouter des « barrettes de mémoire » à nos cerveaux : « Ce qui nous intéresse est d’avoir accès facilement et rapidement à ces grandes quantités incluses dans des mémoires externes. Il n’y a pas d’intérêt à les mettre dans notre cerveau ».

Pourtant, comme le fait remarquer un intervenant du public, il existe des interfaces externes, à l’instar des casques de réalité virtuelle, capables de « duper » notre cerveau. Il s’agit d’ailleurs d’une évolution vers laquelle tendent entre autres les constructeurs de jeux vidéo. Mais pour le neurologue, ces innovations restent dans la même lignée que le recours au trompe-l’œil ou l’invention de la perspective dans l’art pictural : il ne s’agit en réalité que de tromper les aspects sensoriels du cerveau. Gérard Berry nous renvoie ainsi aux travaux d’Anatole Lécuyer sur l’illusion « pseudo-haptique » : la mise en œuvre d’un stimulus exclusivement visuel pouvant induire chez un sujet l’impression d’une force exercée sur son corps.

« Peut-on craindre une perte de la mémoire, des neurones et de l’attention ? »

Répondant aux interrogations du public quant à l’impact des nouvelles technologies sur le cerveau et la mémoire, Bernard Croisile explique que le cerveau se transforme en permanence et dépend des informations qu’il reçoit tout comme des processus qu’il enclenche. Aujourd’hui, les comportements sont différents, mais la transformation réside surtout dans l’utilisation que nous allons faire de ces technologies : « L’information instantanée enrichit la mémoire car j’ai de suite la réponse à la question que je me pose. Il ne faut pas avoir d’inquiétude, notre mémoire va gagner grâce à ces technologies ».

Pour les quatre intervenants, la baisse du niveau en orthographe, souvent présentée comme un des dégâts collatéraux des nouvelles formes de communication, est un problème « franco-français » qu’il faut savoir relativiser. En effet, l’orthographe au 18e siècle n’était déjà plus la même au 19e, et on parlait au 16e siècle de graphie non stabilisée pour l’étude de la langue française, alors que la notion d’orthographe n’existait absolument pas. Il parait donc logique qu’avec des moyens différents, on adapte un système fluide à des technologies qui apportent de nouvelles possibilités.

Les nouvelles formes de transmission du savoir

Nous sommes peu à peu amenés à adopter des méthodes différentes de réflexion. Pour les quatre spécialistes, la différence aujourd’hui se trouve dans l’immédiateté d’accès au savoir qu’impliquent par exemple des outils comme Wikipédia, riche de son caractère hypertextuel. Cette acquisition passe par la maîtrise de l’intertextualité existante entre écritures numériques et imprimées. Pourtant, ces nouvelles méthodes d’accès à la connaissance impliquent une relation très forte entre la pensée et la technique, nous rendant dépendants de nos écrans et de notre matériel numérique. Il faut apprendre ce savoir technique, qui devient lui-même à son tour une forme de culture.

Rebondissant sur la critique de l’immédiateté, le sociologue Francis Jauréguiberry déplore cette opposition brutale entre immédiateté et temps de la réflexion : « Il faut réussir à concilier ces tensions de façon individuelle et collective. Le danger, c’est lorsque l’immédiateté est portée comme une règle de fonctionnement par des institutions et des références culturelles ambiantes ». L’immédiateté est donc un atout, duquel il ne faut pas se rendre entièrement dépendant : la mise en place de projets pédagogiques ainsi qu’une réforme sérieuse de l’enseignement, adaptée aux nouvelles méthodes de transmission du savoir, seraient souhaitables.

L’open-source : gage de liberté ?

Ce que l’on peut craindre en revanche est l’apparition lente mais sûre d’un Internet à deux vitesses. Si tout le monde ne bénéficie pas de la même qualité de connexion, il existe aussi des inégalités dans les usages et les accès aux services qui deviennent payants. Comme le fait remarquer un spectateur, la liberté de l’Homme numérique se situe peut-être dans le logiciel libre : gagnant en autonomie, nous ne serions pas forcés de nous adapter à l’usage incité par les grandes entreprises ayant investi l’industrie de l’écriture. Pour le philosophe Éric Guichard, savoir lire et écrire aujourd’hui, c’est être le plus autonome possible par rapport à ces dispositifs. Il est donc important d’éviter la sacralisation des objets et de chercher à comprendre ce qui se cache derrière les nouveaux processus de transmission du savoir.

Le citoyen de demain est-il libre de ne pas être numérique ?

Selon Hegel, la liberté est l’intellection de la nécessité. S’il parait désormais impossible de vivre totalement « déconnecté », il faut savoir prendre de la distance pour introduire du différé dans cette société de l’immédiat, et s’emparer de la capacité à redevenir anonyme dans l’espace public, lorsqu’on le souhaite. Éric Guichard se veut optimiste : « Je me dis que dans les civilisations qu’on a connues, une personne qui savait lire et écrire, elle était libre ».

Ainsi, dans un quotidien désormais hybride, l’individu s’adapterait aux changements d’un monde de plus en plus en plus informé, et il en irait de sa capacité individuelle à gérer et utiliser ces technologies à bon escient, s’il ne veut pas qu’elles lui dictent des modes de comportement.

Table-ronde disponible en podcast sur  la Wikiradio du CNRS (attention : début des échanges à 3 min 10).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *