OGM : avons-nous réellement le choix ?

Retour sur la conférence-débat du 25 mars 2014, organisée par la mission Sciences et Société de l’Université de Lyon et la Maison Rhodanienne de l’Environnement.

Prolongeant sa thématique initiée en 2013 et articulée autour de la modification du vivant, Et si on en parlait inaugurait le mois dernier le second volet de sa programmation Métamorphoses : « Et l’Homme fabriqua le vivant… ». Les dispositifs qui seront mis en place tout au long de l’année 2014 nous permettront de réfléchir à la question des biotechnologies et de débattre autour de ses enjeux scientifiques et socioculturels.

En présence du biologiste Bernard Pintureau[1] et de Léo Coutellec[2], philosophe des sciences, une trentaine de citoyens était venue assister à cette conférence d’ouverture intitulée « OGM : avons-nous réellement le choix ? ». Au-delà des risques sanitaires et environnementaux, des enjeux techniques mais aussi économiques, les deux chercheurs décidaient de nous confronter plus particulièrement aux questions éthiques que soulève cette appropriation par l’Homme du vivant.

Un organisme génétiquement modifié désigne, dans toute sa diversité, un organisme vivant, animal, végétal ou un microorganisme dont le patrimoine génétique est modifié artificiellement par l’ajout d’un gène issu d’une autre espèce. Les domaines d’application sont très diversifiés, comprenant la production agricole et industrielle, ainsi que le secteur médical. En recherche fondamentale, la modification du génome représente un outil scientifique très performant pour l’étude des fonctions biologiques. En milieu naturel, des plantes génétiquement modifiées (PGM), comme le maïs et le soja, sont développées afin de rendre les cultures plus résistantes aux ravageurs ou bien aux herbicides. Les firmes agricoles en retirent d’importants bénéfices via la réduction du personnel qualifié et le traitement par avion de très grandes surfaces arables.

Depuis le début des années 1980 et l’apparition de la transgénèse, les techniques de modification du vivant ont énormément évolué : on parle désormais de mutagénèse, cisgénèse ou encore intragénèse. L’aspect novateur de ces nouvelles techniques pose d’ailleurs un problème de classification des OGM au niveau européen, et leurs applications potentielles, particulièrement en ce qui concerne l’agriculture et la santé, suscitent régulièrement controverses sanitaires et environnementales, flou juridique et  enfin réflexions éthiques.

Pour Léo Coutellec, spécialiste de l’éthique des sciences, il ne faut surtout pas s’enfermer dans un débat technique. Après tout, un agrosystème n’a rien non plus d’un véritable milieu naturel : depuis l’invention de l’agriculture, l’Homme oriente l’évolution des plantes et animaux qu’il sélectionne. Une démarche éthique voudrait plutôt que l’on étudie le mode d’existence des OGM dans une visée pluridisciplinaire, prenant en compte les dimensions sociologiques, économiques, culturelles, voire anthropologiques de la science. En effet, les questions relatives à l’insertion d’un OGM dans un marché, sa protection juridique ou bien encore le mode de développement agricole qu’il va soutenir ou inhiber se retrouvent constamment écartées de la table des débats, au profit d’une pensée purement quantitative et probabiliste liée à la notion de risque.

Si l’importance et l’intérêt de ces innovations génétiques en milieu confiné sont certains, le biologiste Bernard Pintureau est beaucoup plus réservé en ce qui concerne leur utilisation en milieu naturel : lorsqu’il s’agit d’un moyen de lutte biologique, celui-ci s’apparente en réalité à la lutte chimique aveugle, qui ne correspond pas à l’idée d’une agriculture durable. De plus, le développement des OGM présente un risque important de monopolisation des grands groupes industriels, soulevant une controverse croissante autour de la brevetabilité du vivant, susceptible de conférer à l’industrie des droits exclusifs sur une partie du patrimoine génétique des espèces naturelles et une mainmise de plus en plus grande sur l’industrie agro-alimentaire, au détriment des agriculteurs locaux. En outre, d’autres questions peuvent se poser comme celle de l’innocuité d’une alimentation contenant des OGM, à laquelle les spécialistes n’ont pas encore apporté toutes les réponses.

La question des OGM se pose ainsi comme un problème d’ordre civilisationnel, dont les finalités éthiques, économiques et politiques deviennent un véritable enjeu planétaire. Outre les débats techniques liés aux risques et à l’innocuité, une évaluation éthique des OGM ne pourra se passer d’une démarche interdisciplinaire, à laquelle devra être associée une expertise citoyenne et politique.


[1] Bernard Pintureau, biologiste, retraité de l’Institut National de Recherche en Agronomie. Spécialiste de la lutte biologique.

[2] Léo Coutellec, philosophe des sciences, Université Jean Moulin Lyon 3. Spécialiste des questionnements éthiques autour des modifications génétiques.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *