Recueil de nouvelles « Gêne éthique » – INSA Lyon

 La piel que habitoMercredi 4 juin 2014, les étudiants en Bio-informatique et Modélisation à l’Institut National des Sciences Appliquées (INSA – département Biosciences) ont proposé une lecture de nouvelles écrites à l’occasion de leurs enseignements en éthique et sciences humaines. Cette lecture a été notamment proposée dans le cadre des rencontres Et si on en parlait autour du thème Métamorphoses : Et l’Homme fabriqua le vivant.

 

« Lorsque l’on parle de science ou de technologie, on a tendance à séparer ce qui relève de la rationalité de ce qui relève du monde de l’imaginaire. Or, un des objectifs poursuivis par les enseignements de ce module « Ethique et sciences humaines » (à l’INSA) est de faire le lien entre la fiction, l’imagination et les biotechnologies. En d’autres termes, il s’agit simplement de comprendre notre monde en faisant un détour par l’imaginaire, « constitué des représentations que les humains se sont faites de la nature, de l’origine de l’univers et des êtres qui l’entourent » (Godelier, 2006). Pour cela, les étudiants ont tout d’abord travaillé sur les représentations et les imaginaires des biotechnologies véhiculés par des fictions cinématographiques. Par sous-groupes, les étudiants ont exploré six thèmes qu’ils ont mis en débat avec la classe : mutation/évolution, immortalité/fin des maladie, contagion/contamination, figure de l’ingénieur ou du scientifique, apocalypse et enfin sur-Homme / Homme augmenté. […] Le regard que les étudiants ont posé sur ces fictions et sur ce qu’elles véhiculent a fait émerger un grand nombre de questions. » *

Ce travail de réflexion et d’écriture a été encadré par Marianne Chouteau, enseignante à l’INSA et Davyd Chaumard, auteur et metteur en scène de théâtre (Compagnie Marche au Vol). Nous vous invitons à le découvrir tant pour la qualité de ses contenus que de leur créativité.

Télécharger le recueil : Recueil Gêne éthique

Visionner des extraits de la pièce et des échanges avec les étudiants :


 

* Propos issus de la préface du recueil, par Marianne Chouteau.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *