Les Biotechnologies : nouvel Eldorado lyonnais ?

Retour sur la balade urbaine dans le quartier Gerland, le 28 juin 2014

Article et vidéo

 

 

Article par Marianne Chouteau, professeur associée au Centre des Humanités de l’INSA de Lyon et membre-fondateur de l’agence FRV100 :

Le rendez-vous a lieu square du Professeur Galtier. Nous partons à la découverte du cœur du biopôle de Gerland, à travers l’univers des  biotechnologies.

En groupe resserré, nous longeons l’avenue Marcel Mérieux, petites haltes devant les restaurants Gamboni et Carnerie Hall – marques d’une époque : celle où la halle Tony Garnier abritait les abattoirs de la ville de Lyon. Puis après avoir tourné à droite, allée d’Italie, nous stationnons un moment devant l’amphithéâtre Charles Mérieux de l’École Normale Supérieure. Nous nous arrêtons plus loin, face à la Halle Tony Garnier, devant la place des Docteurs Mérieux, et prenons conscience de l’importance de cette famille de médecins et biologistes sur l’ensemble du quartier. Quelques mots d’histoire. 1947 : la halle Tony Garnier héberge les abattoirs de la ville de Lyon. Une épidémie de fièvre aphteuse touche le bétail, Charles Mérieux, convaincu de la nécessité de créer des vaccins pour protéger les bêtes, se rend auprès de Édouard Herriot, maire de la ville, et lui demande un espace pour créer l’Institut Français de la Fièvre Aphteuse. Ce laboratoire, installé dans 10 000 m² de la halle sera la première pierre lyonnaise de la galaxie Mérieux et les fondements du biopôle de Gerland.

Un pas de géant pour la virologie

Mais l’ingéniosité de Charles Mérieux ne s’arrête pas là : le médecin lyonnais comprend qu’il faut trouver un moyen de fabriquer les vaccins en grande quantité. A l’occasion d’une collaboration avec le biologiste hollandais Frenckel, il récupère les langues des animaux sains après que ces derniers sont abattus et les ensemence in vitro par le virus de la fièvre aphteuse. Mérieux fait avancer la virologie d’un pas de géant : plus besoin de stocker les animaux malades, la production de vaccin se fait in vitro, elle devient industrielle et permet de prévenir toute autre pandémie. En visionnaire de génie, Mérieux négocie encore : il propose à l’État de retenir 5 francs sur chaque dose de vaccin vendu afin de constituer un fond qui servira à créer le Laboratoire National de Pathologie Bovine (LNPB) en 1952, le laboratoire officiel de contrôle. Pour ce faire, il obtient une parcelle de terrain de 4000 m² environ à l’intérieur des abattoirs par un bail de 99 ans et un loyer de 1 nouveau franc. D’un point de vue architectural, Mérieux pense ce lieu pour que toute fuite de virus soit impossible. Aussi met-il en place deux principes fondamentaux. « La marche en avant » : pas de retour en arrière possible : les bovins entrent dans un endroit, subissent des tests en avançant, sont abattus dans les abattoirs du laboratoire et « la boîte dans la boîte » : une double coque qui protège contre toute fuite et tout contact à l’extérieur.

Dans les années 1960, d’autres laboratoires sont implantés en Iran ou à Moscou. Alain Mérieux prend la suite de Charles, développe la santé animale et humaine. Vend, acquiert, revend, initie, teste, développe. Malgré un destin familial tragique, les Mérieux assoient progressivement leur emprise sur les sciences du vivant lyonnaises.

Un quartier tourné vers l’avenir

Si le passé marque le quartier, il se dessine aussi en ses murs des perspectives futures.

Nous traversons le boulevard scientifique. Puis laissant derrière nous le pont Pasteur et avant de nous engager dans la rue Jonas Salk, père du vaccin contre la poliomyélite, nous regardons le Musée des Confluences qui se dresse sur l’autre rive. Nous voilà au cœur du biopôle. De part et d’autre, les bâtiments de Sanofi-Pasteur. Ayant généré plus de 3,9 milliards de chiffres d’affaire en 2012, le groupe Sanofi, spécialiste de la santé humaine et animale, emploie 13 000 personnes dans le monde et possède de nombreuses filiales.

Plus loin nous dépassons Arrow génériques (spécialiste de médicaments génériques), Tecan (spécialiste du diagnostic), Biomnis (laboratoire de biologie médicale spécialisée), puis la cité scolaire internationale, et stoppons deux minutes devant les locaux d’Aguettant – entreprise familiale depuis 1903 qui fabrique des  solutions et produits  médicaux .– Quelques mètres plus loin, nous nous trouvons à l’angle de la rue Fleming (biologiste qui a découvert la pénicilline) et du boulevard scientifique, devant l’Institut de Génomique Fonctionnelle de Lyon, face au laboratoire P4 et aux locaux de Biomnis, en aplomb de la Fondation Mérieux qui domine le quartier. Ici, se dessine une grande partie du futur biotechnologique lyonnais.

Le laboratoire P4 (protection niveau 4), nommé Jean-Mérieux, est un équipement majeur du quartier. Unique en France, il a été financé et conçu par la fondation Mérieux. Confié à l’Institut national de la Santé et de la Recherche Médicale (INSERM), il est dédié à la recherche publique ou privée sur les agents pathogènes de classe 4, de type Ebola, Lassa, Crimée-Congo, etc., . Il symbolise la technicité, la performance, l’excellence du territoire en matière de virologie. Mais il est aussi source d’inquiétudes et de débat quant à son emplacement en plein ville, malgré les nombreuses mesures de sécurité.

Alors que nous regagnons petit à petit notre point de départ par la rue du Vercors, d’autres lieux symboliques apparaissent : le dos de l’Ecole Normale Supérieure (ENS), l’Institut de Biologie et Chimie des Protéines, l’Établissement Français du Sang, l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES), les laboratoires de Mérial qui emploie 5600 personnes dans le monde entier.

4 chercheurs, 4 spécialités

De retour square du Professeur Galtier avant de rencontrer les quatre scientifiques qui clôtureront cette visite, nous nous arrêtons devant les locaux de l’Institut de Recherche Technologique (IRT), Bioaster. « Unique IRT sélectionné dans le domaine de la santé par le Commissariat général à l’investissement, Bioaster est dédié à l’infectiologie et la microbiologie », nous explique Patrick chercheur à l’IRT. Son objectif est de créer des liens entre les entreprises et la recherche publique.

Hélène, chercheure à l’INSERM, travaille bien en amont de ces applications industrielles. Elle tente de comprendre comment le virus est pathogène et perturbe le fonctionnement des cellules. Nathalie, enseignante-chercheure en infectiologie et immunologie, s’attache quant à elle à transmettre aux étudiants de l’ENS son savoir. Enfin, Philippe, ingénieur de recherche, met son ingéniosité au service des chercheurs pour concevoir des technologies susceptibles, à terme, de construire des vaccins.

Les questions fusent. Comment maintenir un équilibre entre la liberté du chercheur et l’injonction de résultats ? Quand on est scientifique, peut-on tout à la fois être rigoureux et créatif ? L’infectiologie, spécialité lyonnaise, est-elle compétitive ?

C’est alors un sujet à débat qui est soulevé : la recherche publique doit-elle contribuer au développement économique de groupes industriels ? Comment alors maintenir son indépendance et orienter ses financements ? Dans un domaine technoscientifique comme la virologie pour lequel de nombreux citoyens s’avèrent méfiants (notamment face au principe de vaccination), il semble important d’ouvrir le débat public.

Si le quartier de Gerland garde les traces de son passé, il accueille aussi de nouvelles perspectives de changement tant du point de vue scientifique, avec notamment les établissements de formation supérieure, qu’économique avec le nombre important d’entreprises présentes sur ce sol. Sa méconnaissance par les Lyonnais tient notamment de la complexité des activités en place, mais peut-être aussi deux craintes conjuguées : celle des spécialistes d’ouvrir leur porte dans un contexte de forte compétition et celle  ressentie  vis-à-vis des biotechnologies. Cette balade urbaine et cette rencontre avaient ainsi  pour objectif de donner un premier accès d’information sur ce pôle technoscientifique majeur.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. valérie dit :

    il faut aussi évoquer les risques professionnels, biologiques mais aussi chimiques, découlant de l’application des biotechnologies, y compris la gestion des déchets, qui peuvent affecter les travailleurs des biotechnologies et ces travailleurs sont particulièrement menacés lorsque les modes de transmission sont mal compris et que les équipements de protection collective ou individuelle ne sont pas adaptés ou disponibles.
    voir : La prévention des risques professionnels des biotechnologies : http://www.officiel-prevention.com/protections-collectives-organisation-ergonomie/risque-biologique/detail_dossier_CHSCT.php?rub=38&ssrub=129&dossid=497

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *