Projection-débat « Frankenstein ou nos rêves d’immortalité »

Retours sur la soirée qui s’est déroulée le mardi 7 octobre au cinéma Le Zola, avec la participation de Vincent Giudice, biologiste spécialisé dans la recherche sur le cellules souches. Un article de Vincent Giudice.

 

Frankenstein

 « Frankenstein ou le Promethée moderne » a été publié en 1818 par Mary Shelley. Il y a presque 200 ans ! Pourtant ce livre de « fiction scientifique », comme le définit le professeur Jean-François Chassay (Université du Québec), est encore d’actualité. Aujourd’hui, dans l’imaginaire collectif, le monstre de Frankenstein est le symbole de la thérapie à base de cellules souches, de la modification génétique, de la greffe d’organes artificiels ou « bioficiels » et plus généralement de la « fabrication » d’une nouvelle vie…mais il alimente également la crainte vis à vis des transgressions éthiques possibles de la part des scientifiques sur des sujets tels que le clonage ou les cellules souches embryonnaires. Est-ce que la science a rééllement rejoint la fiction scientifique du début du 19ème siècle ? Quels sont les risques de dérives scientifiques et comment sont-ils limités ? Ces deux questions permettront de comprendre et nuancer le mythe de Frankenstein qui entoure encore aujourd’hui la recherche scientifique.

 

Aujourd’hui peut-on réparer le vivant ?

Dans le roman de Mary Shelley, Frankenstein fabrique un monstre en assemblant différentes parties de cadavres « choisies pour leur beauté » et en lui donnant la vie grâce à un courant électrique.

Concernant les greffes de différentes parties de corps humains, Mary Shelley était en avance sur son temps. En effet, la première greffe (une greffe de peau) a eu lieu en 1869 soit plus de 50 ans après la sortie du livre. Aujourd’hui la greffe d’organes prend de nouvelles directions avec les organes artificiels et « bioficiels », mais la thérapie cellulaire n’a pas dit son dernier mot.

Quotidiennement les chercheurs font des avancées spectaculaires dans ces deux domaines.

Dans le domaine de la thérapie cellulaire, l’utilisation des cellules souches semble prendre le dessus. Il existe différents types de cellules souches :

  • les cellules souches embryonnaires (ou cellules ES) qui correspondent aux premières cellules de l’embryon. Elles sont capables de se différencier dans toutes les différentes sortes de cellules (musculaires, digestives, neurones, cellules sanguines…) et donc potentiellement capables de réparer n’importe quel organe. Les cellules souches embryonnaires sont récupérées sur des embryons surnuméraires issus de fécondation in vitro. En 2006, le professeur Yamanaka a réussi à « fabriquer » des cellules ressemblant aux cellules souches embryonnaires à partir de cellules de peau. Ce sont des cellules iPS (induced pluripotent stem cells). Ces cellules iPS sont une alternative à l’utilisation des cellules ES au niveau thérapeutique.

(image infographie http://www.cortex-mag.net/wp-content/uploads/2014/05/infographie-cellules-iPS.jpg)

  • Les cellules souches adultes qui sont capables de se différencier uniquement en un type cellulaire précis. C’est notamment le cas des cellules souches hématopoïétiques qui se différencient uniquement en cellules sanguines.

 Cette année, des médecins japonnais ont lancé les premiers tests de traitement de la DMLA (dégénérescence maculaire liée à l’âge) grâce à des rétines produites à partir de cellules iPS de chaque patient.

 L’utilisation des cellules iPS se limite pour le moment à de la réparation tissulaire. Le problème actuel pour la fabrication d’organes à partir de ces cellules est la reconstruction en 3D de ces derniers. Pour pallier à cela, des scientifiques développent des techniques pour fabriquer des organes « bioficiels » grâce aux imprimantes 3D. Dans les années à venir, ils pourront ainsi façonner des organes fonctionnels morphologiquement adaptés à chaque personne.

https://www.dailymotion.com/video/x1np3sk_le-premier-coeur-bioficiel-dans-10-ans_news

 Enfin concernant les organes artificiels, une des avancées récentes les plus spectaculaires est la greffe du cœur artificiel de la société Carmat. D’autres organes artificiels sont en cours d’élaboration notamment un pancréas permettant une production contrôlée d’insuline.

 

Aujourd’hui peut-on redonner vie ?

Dans le livre de Mary Shelley, le professeur Frankenstein redonne vie à son monstre. Aujourd’hui la science ne permet pas cela. Néanmoins, dans une étude publiée en 2012, des scientifiques ont réussi à récupérer des cellules souches mésenchymateuses (un des différents types de cellules souches adultes) sur des cadavres et à recréer du cartilage, des os et de la graisse. On est cependant encore loin de pouvoir donner vie à un organisme entier.

 

Quels sont les risques de dérive scientifique aujourd’hui ?

 « Seuls ceux qui les ont éprouvées peuvent concevoir les séductions de la science. » Marie Shelley décrit ici parfaitement les sirènes qui attirent tous les scientifiques. Les lois de bio-éthiques ont été créées pour limiter les dérives notamment celle de 2004 qui réglemente l’utilisation des cellules souches embryonnaires et interdit le clonage humain pour la recherche scientifique en France.

Cependant dans les autres pays les lois sont quelque peu différentes. Récemment, trois équipes scientifiques indépendantes dont celle de Shoukhrat Mitalipov, située aux Etats-Unis, ont réussi à cloner un embryon humain. Il ne s’agit pour le moment que de clonage thérapeutique ; les embryons ne sont pas réimplantés et sont uniquement utilisés pour créer des lignées de cellules souches embryonnaires permettant par la suite d’effectuer de la thérapie cellulaire. Shoukhrat Mitalipov est d’ailleurs opposé à l’utilisation de sa méthode pour effectuer du clonage reproductif. L’équipe de Jacob Hanna, située en Israël, a quant à elle réussi à créer des souris contenant environ 10% de cellules humaines. A chaque fois, les équipes scientifiques ont arrêté le développement de ces embryons avant la naissance. Est-ce qu’un jour cette limitation éthique sera dépassée ? Pourrait-on imaginer un scénario comme celui du film « Splice » dans lequel les scientifiques repoussent à chaque fois la limite par curiosité ? La phrase de Marie Shelley prend ici tout son sens.

 

Notes :

Cet article fait suite à la soirée ciné-débat « « Frankenstein » ou nos rêves d’immortalité… » du 7 octobre 2014. Le cinéma de science fiction anticipe souvent des avancées scientifiques. Aujourd’hui de nombreus films sont plus ou moins rattrapés par la réalité. Voici quelques exemples :

–       Le film « The Island » traite le sujet délicat du clonage reproductif. Aujourd’hui les scientifiques se limitent au clonage thérapeutique et n’ont pas (encore ?) franchi la limite éthique qu’est le clonage reproductif.

–       « Jack et la mécanique du coeur » est un film d’animation dans lequel le héros se fait greffer un coeur mécanique.

–       Le médecin du film « La piel que habito » utilise la thérapie cellulaire pour créer une peau synthétique. 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *