Café « Sciences et Images » sur la thématique « Enfance et violence »

Enfance et violence : peut-on prédire et prévenir les comportements ?

Samedi 26 novembre de 14h à 17h, avec Roman Pétrouchine, psychiatre (Docteur de la faculté de médecine de Lyon ; praticien pour enfants et adolescents à Aulnay-sous-Bois)

Le 12 octobre 2011, le Ministère de l’éducation nationale a présenté un projet de lutte précoce contre l’échec scolaire. Un dispositif d’aide à l’évaluation des acquis en fin de maternelle a été proposé, pour repérer les enfants de cinq ans susceptibles de rencontrer des difficultés. Le protocole, qui inclut une évaluation du comportement à l’école, conduit à classer les enfants en trois catégories : « rien à signaler », « à risque » ou « à haut risque ».

Cette approche a fait l’objet de critiques : elle rappelle le projet de dépistage des troubles du comportement dès trois ans, qui avait été proposé en novembre 2010. Ou encore l’expertise de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM) sur le « trouble des conduites chez l’enfant et l’adolescent » : dans son rapport de 2005, l’INSERM pointait un lien entre le trouble du comportement et la délinquance, considérés comme l’expression d’une même pathologie.

En arrière-plan de ces discours, on retrouve la même idée : celle d’un parcours-type du jeune délinquant (ou du jeune en situation d’échec scolaire) depuis la petite enfance. Si « tout est joué à trois ans » ou à cinq, alors il s’agit de repérer les enfants potentiellement à risque pour leur apporter un suivi adapté et prévenir les éventuels problèmes. Sur la base de ce raisonnement, les explications politiques et sociales des problèmes ne risquent-elles pas d’être délaissées, au profit d’explications exclusivement médicales, appelant des réponses médicalisées ?

Le documentaire « Enfance sous contrôle » a été projeté au cours de cet atelier. Les échanges avec le psychiatre Roman Pétrouchine ont ensuite permis de faire le point sur les différents courants de la psychiatrie, questionner le regard que notre société porte sur ses enfants et réfléchir aux enjeux d’une « détection » des comportements « hors normes ».

Pour lire un article plus complet sur ce café, cliquer ici.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *