Soirée-débat « A qui profitent les Big data ? » – podcast

DSC_8110

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce mardi 28 avril s’est tenu au sein du nouvel amphi de l’Université de Lyon, la soirée-débat du cycle « La Révolution Big Data : chance ou menace ? ».

L’angle de cette soirée était celui de l’économie des Big Data, et des enjeux citoyens.

Ont participé des intervenants de grande qualité, pour le plaisir des publics présents sur place ou auditeurs via la wikiradio CNRS :

Stéphane Grumbach, mathématicien et informaticien, directeur de l’Institut rhônalpin des systèmes complexes (IXXI), directeur de recherche au sein de l’équipe DICE (INRIA  /  ENS de Lyon)

Valérie Peugeot, juriste et politologue, vice-présidente du Conseil national du numérique, chercheure-prospectiviste à Orange-Lab, président de l’association VECAM

Sébastien Nedjar, informaticien, maître de conférence à l’université d’Aix-Marseille et l’IUT d’Aix-en-Provence, Directeur du fab-lab « laboratoire d’Aix-périmentation et de Bidouille »

Florent Deligia, journaliste High-Tech pour le magazine Lyon capitale

Débat animé par Raphaël  Ruffier-Fossoul, rédacteur en chef de Lyon capitale, préparé et modéré par Pauline Lachappelle, chargée de médiation à l’Université de Lyon.

En partenariat avec Lyon capitale, le CNRS Rhône-Auvergne et avec le soutien de la Métropole- Grand Lyon et de la Région Rhône-Alpes.

 

Retrouvez ici le podcast 

(également en ligne sur la wikiradio CNRS), et ci-dessous la présentation du thème :

« A l’heure où nos données personnelles sont stockées en dehors de nos propres objets, où les phénomènes sociaux peuvent être observés en temps réel via l’analyse statistique de mégadonnées, où la connaissance peut être mieux partagée et coproduite, experts comme citoyens se mobilisent pour prôner diverses visions de l’accès aux données.

Beaucoup s’enthousiasment d’une révolution économique et des formidables innovations actuelles et futures (marketing personnalisé, facilitations des usages, nouveaux services…). Quelques autres s’inquiètent en priorité du respect de la vie privée, de l’adaptation des politiques publiques pour les droits de l’Homme sur le web (neutralité du net, droit à l’oubli…) et à l’appropriation du numérique par les citoyens (open source, open acces…).

Est-il possible de croire à l’innovation technologique et économique basée sur l’avènement des Big Data, tout en conciliant la préservation des libertés ? »

 

Lisez l’article du magazine Lyon capitale, numéro 745, juin 2015 : « La technologie peut-elle prédire le futur ? », par Florent Deligia.

ou : Lyon cap juin 2015 Dossier ESOEP Big Data

(extrait) «  »Il est plus simple de prévoir les comportements humains que la météo. » Stéphane Grumbach nous rappelle la révolution qui se trame aujourd’hui dans les bureaux de Google, Apple, Facebook ou Amazon (les GAFA), mais aussi dans de nombreuses autres entreprises, pays ou administrations. Tous les jours, nous laissons des traces numériques qu’il est possible de collecter et recouper pour ensuite nous proposer des publicités toujours plus ciblées, des produits que nous voudrions sans la savoir, améliorer les flux routiers dans une ville, voire prédire le futur. L’utilisation de ces données et regroupées sous l’appellation « big data ». »

Dans cet article :

– A l’origine : les traces

– Le mythe de l’anonymat

– Prédire le futur…

– ou les maladies avant qu’elles n’arrivent

– Juste un fantasme ?

– Encart : Tous fichés, est-il trop tard pour se protéger ?

– Page complémentaire : Les usages du big data


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *