La ville intelligente l’est-elle vraiment ?

Synthèse de la conférence-focus organisée pour le dispositif Et si on en parlait dans le cadre du cycle #8 : « La révolution big data : chance ou menace ? ».

Le 8 avril dernier s’est tenue une conférence en présence de deux experts en NTIC : Hervé Rivano, chargé de recherche INRIA et responsable de l’équipe UrbaNet, et Ludovic Viévard, veilleur-prospectiviste au sein du collectif FRV100. L’enjeu de cette rencontre entre public et chercheurs était de comprendre les modalités mais aussi l’impact de l’exploitation des mégadonnées sur l’aménagement de nos villes et, plus généralement, nos libertés individuelles.

« 67 villes qui osent l'intelligence », Usine digitale, août 2014
« 67 villes qui osent l’intelligence », Usine digitale, août 2014

Smart city : la révolution numérique de l’espace urbain

L’accès par une large majorité de la population mondiale à des milieux urbains a rapidement entraîné un phénomène de « surdensification » et l’émergence de nouvelles exigences sociétales en matière d’environnement, de santé publique et de transports. Aussi, l’omniprésence des réseaux, propulsée notamment par l’avènement du smartphone, nous livre aujourd’hui une société du « tout connecté », où la frontière entre monde réel et monde virtuel tend à s’estomper. En effet, notre quotidien se parsème continuellement de nouveaux capteurs venant numériser notre activité et notre environnement pour produire de nouveaux services « augmentés », accessibles facilement et nourris par de gigantesques flux de données appelés big data. La matière brute de cette « intelligence » est obtenue par l’interprétation et la redistribution de ces données visant à optimiser les infrastructures urbaines, à travers notamment la prise en compte des enjeux environnementaux et des contraintes énergétiques, l’interconnexion des collectivités, des citoyens et des entreprises, ainsi que l’intégration des nouvelles technologies dans le paysage urbain.

La technologie mise au service de nos villes

Les villes intelligentes s’appuient sur des technologies semblables adaptées à huit grands secteurs d’application :

  • la mobilité, visant à gérer le trafic et favoriser les transports en commun ;
  • les réseaux intelligents, permettant de connaître en temps réel les consommations en eau, en gaz ou en électricité ;
  • la sécurité, basée sur la mise en place de capteurs de surveillance ;
  • la citoyenneté et l’action publique, avec une ouverture des données favorisant la participation citoyenne et l’action politique ;
  • l’économie, où l’accès aux données des usagers permet de cibler de nouveaux services dédiés ;
  • l’environnement, visant à optimiser la qualité de vie urbaine ;
  • la connexion, avec un renforcement des infrastructures très haut débit favorisant la production de nouveaux services et le travail en réseau des différents acteurs.

Ces solutions portées par les outils numériques s’incarnent à leur tour dans trois grands archétypes de l’instrumentation technique des villes et se côtoient dans un écosystème perméable :

  • la « techno-cité » est la ville intelligente des systèmes techniques. Elle est dirigée par les équipementiers et pilotée par les infrastructures qui déterminent la faisabilité des projets ;
  • la ville contributive est caractérisée par l’ouverture des données et la mise en relation d’individus échangeant des informations, des biens et des services. Il s’agit d’une organisation horizontale entre les communautés d’utilisateurs qui alimentent l’intelligence collective de la ville ;
  • la « e-city », quant à elle, s’organise autour des pouvoirs publics et des politiques urbaines qui assurent la gouvernance de la ville à travers des actions de régulation et la participation des citoyens.

 

Risques et atouts : des enjeux de société importants

Ces promesses séduisantes reposent malgré tout sur une forme d’utopie participative difficile à organiser et suscitent des craintes de dérives que ne manque pas de soulever le public venu assister à cette conférence.

En effet, une connaissance numérique détaillée de la ville requiert le déploiement d’un réseau de capteurs dense, posant des problèmes d’installation mais aussi d’acceptabilité sociale, de protection des données et d’intégration dans le paysage urbain standardisé. De plus, une interprétation purement informatique des données risque d’écarter le facteur humain au profit stratégique des sociétés privées auxquelles appartiennent les infrastructures urbaines.

Les citoyens et les pouvoirs publics doivent ainsi se saisir de ces enjeux pour veiller au caractère démocratique du processus décisionnel et assurer la liberté d’innovation.

Enfin, n’oublions pas qu’à travers l’utilisation de nos smartphones, réseaux sociaux et, plus généralement, l’ensemble de nos objets connectés et géolocalisés, nous alternons entre le rôle de consommateur et celui de producteur de mégadonnées dont l’exploitation économique affecte l’équilibre déjà fragile de notre confidentialité. Aujourd’hui, la notion de vie privée est une affaire de compromis, et c’est à nous qu’il revient de négocier en permanence ce que nous sommes prêts à dévoiler sur la place publique.

Pour aller plus loin :

« La Ville intelligente : modèle et finalités », étude par Ludovic Viévard pour la prospective de la Métropole de Lyon, octobre 2014.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *