Laboratoire de Biomécanique et Mécanique des Chocs

Prédire les fractures dans le cadre spécifique des métastases osseuses

Les 27 avril et 11 mai 2016, un vingtaine de citoyens sont entrés dans les coulisses de la recherche en visitant les installations du Laboratoire de Biomécanique et Mécanique des Chocs (LBMC UMR_T9406).

Afficher l'image d'origineDavid MITTON, Directeur du LBMC (UMR_T 9406, IFSTTAR-UCBL), a présenté les activités de recherche du laboratoire en termes de prédiction des blessures et en particulier de prédiction de fractures. Dans ce thème, des travaux récents  visent à évaluer le risque de fracture de structures osseuses comprenant des métastases, pouvant être induites par les cancers les plus fréquents (sein, prostate, poumon).  Ces recherches, menées en collaboration avec l’unité INSERM 1033 , s’intègrent dans les activités du Laboratoire d’Excellence PRIMES (Physique Radiobiologie, Imagerie Médicale et Simulation)  dans lequel le LBMC contribue à la modélisation basée sur l’imagerie médicale.

Les compétences du laboratoire s’articulent autour de la Mécanique (Structures, Matériaux, …) et des Sciences Du Vivant (Physiologie, Orthopédie, Ergonomie …). L’objectif est d’accéder à la compréhension, d’un point de vue mécanique, des interactions du corps humain avec son environnement afin de développer des outils permettant soit de mieux concevoir cet environnement (plus sûrs, plus confortables et plus ergonomiques), soit de restaurer ou optimiser les fonctions locomotrices amoindries par un accident ou une pathologie (chirurgie réparatrice, réadaptation, …). Sa pluridisciplinarité confère au LBMC son originalité étant ainsi un des rares laboratoires regroupant autant de compétences complémentaires autour de la Biomécanique et de la modélisation humaine.Diapo LBMC pour ESOEP 10b

Les résultats de ces recherches trouvent de nombreuses applications : dans le domaine de la protection contre les effets des accidents du transport, dans le domaine de l’ergonomie de conception des véhicules de transport, et des équipements ainsi que dans le domaine médical (chirurgie orthopédique, réadaptation fonctionnelle) en particulier la prédiction des risques de fractures associés aux métastases osseuses.

 

La visite des plateformes expérimentales

La seconde partie de la visite permettait de découvrir « dans leurs jus », les équipements du Laboratoire de Biomécanique et Mécanique des Chocs :

BioExp : la Plateforme de Biomécanique Expérimentale DynMouv : la Salle d’Analyse Dynamique du Mouvement
Quand la Plateforme est en activité, le port de tenues spécifiques est une obligation.

Deux salles sont destinées à la préparation des échantillons puis un hall d’expérimentation à leur sollicitation mécanique.

 Plusieurs moyens de sollicitation des tissus y sont regroupés (traction, flexion, pression…)

Un échographe ultra rapide qui capte jusqu’à 2000 images par seconde (contre 50/s pour un échographe utilisé pour observer un fœtus) est utilisé pour évaluer l’élasticité d’un tissu, ou pour observer l’effet de chocs sur des tissus biologiques.

Une machine construite sur mesure pour le LBMC par un PME vendéenne permet de réaliser des sollicitations jusqu’à 15m/s. Elle simule des chocs et permet d’obtenir des données expérimentales pour évaluer les modèles.

 

Au moment de la visite, la salle est organisée autour d’une étude sur le confort des sièges d’avion. Un fauteuil expérimental, bardé de de vérins et de capteurs de force, est relié à un ordinateur. Le contrôle et la mesure de l’assise, de la hauteur, des points d’appui, des efforts, permet de simuler différents types de fauteuils et d’en tester le confort. .

La visite se termine par l’essai du « body scanner » qui permet d’obtenir une image en trois dimensions de l’enveloppe du corps humain. Cet appareil est utilisé pour réaliser l’anthropométrie d’un sujet en quelques secondes.

 

 

 

 

En savoir + :

Informations pratiques sur le LBMC:
Le Laboratoire de Biomécanique et Mécanique des Chocs est une unité mixte de recherche entre l’IFSTTAR (Institut Français des Sciences et Technologies des Transports de l’Aménagement et des Réseaux) et l’Université Claude Bernard Lyon 1 (première université française en sciences médicales).

Le LBMC est composé de 40 permanents auxquels s’ajoutent environ 20 doctorants et 15 stagiaires, ayant des profils multiples (ingénierie, médecine, biomécanique, informatique, ergonomie).

Le LBMC conduit des recherches dans le champ des transports, visant à améliorer le confort et la sécurité des usagers, et dans le champ de la santé en lien avec l’orthopédie, la médecine du sport et la rééducation, afin de contribuer à la mobilité et la médecine du futur.

Thématiques : modélisation humaine, biomécanique des chocs, caractérisations dynamiques des tissus biologiques, protection des usagers des transports, ergonomie physique, confort et accessibilité, dissipation d’énergie, dynamique des structures, orthopédie, rééducation fonctionnelle, analyse du mouvement

Pour mener à bien son programme scientifique et ses activités de recherche, le LBMC est organisé autour de quatre équipes correspondant à des thèmes de recherche propres :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *