Violence des enfants et délinquance : à la recherche de preuves scientifiques ?

(ATTENTION : les bandes-sons ne fonctionnent pas sur certaines version du navigateur Firefox) 

« L’Enfance sous contrôle » ?

Diffusé en préambule de la rencontre, le documentaire de Marie-Pierre Jaury,  L’Enfance sous contrôle (1) enquête sur le diagnostic, les traitements médicaux et les discours associés à ce qu’une partie du milieu psychiatrique appelle « les troubles du comportement chez l’enfant » ou  « trouble des conduites ». Le film donne la parole à des politiques, praticiens et chercheurs – français et étrangers – ainsi qu’à des parents. Les enfants suivis et interviewés ont des comportements jugés « hors-normes » en matière de violence : forte agitation, réactions agressives, désobéissance fréquente… Or, selon certains praticiens, ces comportements seraient susceptibles d’être « diagnostiqués » et « soignés ». Si l’intention du soin peut paraître louable, il n’en reste pas moins que la pertinence scientifique de la définition même de ce trouble et sa médicalisation accrue pose question et dérange une partie importante de la population.

En France, le débat a pris de l’ampleur en 2006 avec la volonté du gouvernement de dépister des troubles de conduite dès la maternelle, complément d’une politique renforcée de prévention et de lutte contre la délinquance. Inquiétés par des discours  jugés trop sécuritaires et critiquant l’extrapolation simplificatrice des connaissances scientifiques complexes et leur utilisation, des chercheurs et professionnels de l’enfance avaient alors créé le collectif Pas de 0 de conduite pour nos enfants (http://www.pasde0deconduite.org/)   afin de plaider pour une « approche préventive et compréhensive » des comportements dits déviants, en prenant en compte le contexte social dans lequel évolue l’enfant.

Troublés par le film, les participants à la rencontre réagissent vivement. Ils s’inquiètent à leur tour des dérives éventuelles de ce dépistage et soulignent d’emblée la part occultée du contexte familial et social, de l’éducation, de la relation parents-enfants dans le développement de comportements agressifs ou violents chez les petits. Certains estiment qu’il doit être rassurant pour les parents de trouver des causes biologiques, génétiques ou neurologiques aux comportements dits déviants de leur progéniture.

 

Une expertise controversée

Afin de clarifier le sujet du débat, Roman Pétrouchine revient sur les tentatives de définition des termes employés : « troubles de conduite », « délinquance », « comportements déviants »…  Complexes, ces notions sont difficiles à cerner. On utilise donc des critères pour les définir. Or, choisir des critères, c’est déjà prendre parti. Une question se pose alors : « est-ce légitime de penser une définition en termes de critères ? » Le psychiatre n’a qu’une certitude : « on parle de délinquance dès qu’il y a confrontation avec la justice ».

Pour rédiger sa thèse de médecine – Le psychiatre et l’enfant délinquant – (http://www.pasde0deconduite.org/IMG/pdf/these_Roman_Petrouchine.pdf)  il a travaillé sur l’expertise controversée de l’Inserm, Troubles de conduite chez l’enfant et l’adolescent (2005). Ce document avait servi de support au gouvernement pour élaborer un projet de loi sur la prévention de la délinquance dont un article préconisait le dépistage des enfants turbulents dès 36 mois. Roman Pétrouchine analyse les deux postures d’expertise qui se font alors face : d’une part une expertise basée sur une approche interprétative et compréhensive – où intervient notamment la subjectivité du psychiatre ou psychologue – et d’autre part, une approche plus mécaniste, qui a recours à des critères très précis de diagnostic. En ce sens, pour évaluer si le patient présente les symptômes de telle ou telle pathologie, le praticien se fiera plutôt à un manuel comme le DSM-IV (2) qu’à sa propre interprétation.

 

« Ne pas réduire la maladie mentale à des causes somatiques »

Face à cette approche mécaniste de l’individu, plusieurs participants expriment leurs craintes. Ils dénoncent le recours aux médicaments – sinon systématique, du moins de plus en plus fréquent – pour traiter les troubles de comportement. « II y aurait plus de 2 millions d’enfants sous Ritaline au Québec. La France est l’un des pays qui consomme le plus de Prozac. Quid des effets secondaires, de l’accoutumance ? » Il faudrait d’abord tenter de comprendre les causes du mal-être de l’enfant, de ses troubles avant de lui prescrire tout traitement thérapeutique. En effet, « on ne devrait pas réduire la maladie mentale à des causes somatiques », rappelle une participante.

Le débat prend fin sur des questions d’éducation. Que penser du dogme de l’enfant-roi ? Aurait-il servi de terreau aux comportements déviants d’enfants peu encadrés ? Roman Pétrouchine juge la question difficile :

L’assistance et le psychiatre semblent tomber d’accord : la cellule familiale, les choix éducatifs, l’équilibre entre amour et autorité apparaissent comme déterminants dans le développement de l’enfant. Et à trois ou cinq ans, rien n’est joué.

Coraline BERTRAND

 

(1)        L’Enfance sous contrôle de Marie-Pierre Jaury, coproduit par Arte France, Point du Jour, Intuitive Pictures, Société Radio-Canada et CNRS Images (France, 2009, 52 mn). « Dans nos sociétés postmodernes, les troubles du comportement de l’enfant et de l’adolescent sont devenus une préoccupation centrale. Certaines études scientifiques, relayées par le discours politique, affirment que l’on peut y voir les prémices d’un parcours délinquant. En Europe, aux États-Unis, au Canada, la recherche s’emploie à trouver des origines psychiatriques, neurologiques ou génétiques à la violence de certains jeunes, et préconise un dépistage toujours plus précoce.

La délinquance est-elle une maladie ? La science et la médecine peuvent-elles répondre à des questions qui hier encore, relevaient de l’éducatif et du social ? Au fil de témoignages (psychologues, pédopsychiatres, psychopathologues et chercheurs en neurosciences), d’analyses et de situations, le film déconstruit et examine le regard que la science actuelle porte sur les enfants et le modèle de société qui en découle. » http://videotheque.cnrs.fr/index.php?urlaction=doc&id_doc=2222

(2)        Le DSM-IV – cité dans l’extrait sonore – est le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, édité par l’Association américaine de psychiatrie. Il recense les pathologies mentales et les symptômes qui y sont associés. Au fil du temps, la liste des symptômes tend à s’allonger. http://www.dsmiv.net/ (en anglais)

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *