Petit carnet illustré d’une résidence artistique en laboratoire

Dans le cadre de la 11ème édition du programme Et si on en parlait sur le langage, le collectif grenoblois d’artistes « Un Euro ne fait pas le Printemps » a investit une semaine durant les murs du laboratoire Dynamiques de Langage pour une résidence artistique d’un nouveau genre.

Yves Béal et Heiko Buchholz, ont travaillé à une nouvelle exploration : celle des mots. Pour aller à la rencontre du mot, du langage, des sons et des sens que nous, humains, produisons en permanence, les artistes et chercheurs ont confronté la poésie et la science en scrutant les particules du langage, leurs sens et leurs impressions sur nous. La semaine a été ponctuée d’ateliers d’écriture, de rencontres, de temps d’échanges et d’investigations sensibles des travaux de recherches menés au sein du laboratoire.

Heiko Buccholz nous livre un témoignage délicat et curieux de cette expérience à travers son petit carnet illustré :

1

Fig. 1 :

Yves Béal en train de se faire interviewer devant son plus long poème.

Yves Béal ressemble ainsi beaucoup à un écrivain en train de se faire interviewer : cela lui donne un air important !

2

Fig. 2 :

Yoonmi, doctorante au DLL, mange de façon modérée, mais continue, des MNMs colorés pendant notre entretien, et elle nous en propose. Selon elle, elle en a besoin pour assumer le RDV, alors que nous, on tourne au café noir et aux fisherman’s friends. « It’s a bit strong » selon la publicité de ces bonbons irlandais.

3

Fig. 3 :

Salle sourde (détail). Cette salle est si sourde que l’on entend son propre corps. Moi, Heiko, j’entends mon acouphène.

Mais comme j’aime bien mon acouphène, je ne suis pas inquiet, je me dis « Tiens, le voilà ».

J’aime mon acouphène parce que j’ai l’impression de m’entendre vivre.

4

Fig. 4 :

Expérience pour savoir si un sourd dans une salle sourde entendrait quelque chose. L’équation mathématique selon laquelle (-1) x (-1) = 1, cela devrait alors fonctionner.

5Fig. 5 :

Yves et Jennifer dans le sas de la salle sourde en train de discuter.

Comme (-1) x (-1) = 1, mais 1 x (-1) = (-1), Yves entend Jennifer, mais moi je n’entends rien du tout !

6

Fig. 6 :

Egidio en train de se faire introduire un poème par le « Poulpe Poétique Béalique », le PPB à l’intérieur de son cerveau.

Le PPB est effectivement un dispositif par lequel on peut faire réellement entendre de la poésie aux plus insensibles aux poèmes. Une expérience avec des collégiens indisciplinés au possible, a montré que la poésie peut rentrer dans le collégien via ce dispositif.

Egidio a été ainsi poétisé le 16 novembre aux alentours de 15h au LDPM.

7

Fig. 7 :

Gros mot trouvé dans son emballage au DDL, le 14 novembre 2016.

Ledit mot a dû être abandonné ici le 17 décembre 2015, selon l’étiquette postale.

Au service des renseignements internes de trouver qui l’a laissé ici.

 

8

Fig. 8 :

Exemple de logo raté :

Prospectus observé dans les bureaux administratifs du DDL ; alors qu’il s’agit d’un aide-mémoire sur le secourisme, le logo fait plutôt penser à celui d’une entreprise qui propose des stages pendant lesquels on apprend à rendre les enterrements joyeux.

9

Fig. 9 :

Tentative touchante d’amener du terrain dans un bureau. De nombreux chercheurs partent en exploration dans des contrées lointaines pour rencontrer des locuteurs de langues rares ou en disparition. Cette petite plante tropicale permet d’y retourner avec son esprit et ce à moindre coût, probablement à la satisfaction du service de gestion financière.

10

Fig. 10 :

Cette image énigmatique laisse penser qu’il s’agit de l’entrée d’un grand musée ethnologique dans une grande métropole. En réalité c’est un porte-document en plastique situé à côté d’une affranchisseuse automatique à carte à puces dans le bureau de Rabia. Comme quoi, le lointain peut se trouver à quelques centimètres.

11

Fig. 11 :

Bureau de l’ingénieur informaticien du DDL, Christian (détail).

Quel métier étrange : il faut probablement savoir, quand on fait ce métier, ce qui se trouve au bout et au début de chacun de ces câbles. Sait-il, par exemple où va le câble avec l’enflure carrée qui croise le post-it rose à droite à mi-hauteur de cette image?

12

Fig. 12 :

Porte observée le 18 novembre dans le couloir du DDL au deuxième étage du bâtiment C de l’ISH. En regardant de près, on s’aperçoit que le pas de porte est environ à 50cm du sol. Ceci étant constaté, nous savons qu’il existe un 2ème étage, et un 2,3ème étage. Quelle étrangeté pourrait se cacher derrière, probablement un monde légèrement décalé.

13

Fig. 13 :

Photo d’une chercheuse discrètement photographiée le 17 novembre au soir. C’est exactement comment je voulais être à l’âge de 9 ans quand j’aurai été grand : entouré de livres, plein de connaissances, en train de formuler des hypothèses scientifiques dont le but est d’interroger profondément ce monde, voyager dans l’esprit et l’espace et nous aider à continuer à grandir.

Je suis un peu jaloux.

Elle s’appelle Rebecca et elle dirige quelque chose selon l’indice posé sur la porte.

14

Fig. 14 :

Yves Béal en train d’écrire. A ma question « Qu’écris-tu ? », il répond : « Un truc. »

Peut-on écrire ‘un truc’ ? Qu’est-ce que ce ‘truc’, cette chose monosyllabique ?

Allez, je m’y mets aussi : UN TRUC.

15

Fig. 15 :

Mémoire vieillissante dans un placard dans le bâtiment C. Alors qu’elle vieillit derrière une vitre, ces 4 Mo de mémoire informatique et humaine n’ont plus que peu de temps avant d’être récupérés par un sauveteur qui aurait encore en sa possession un appareil capable de reprendre et de lire cette mémoire.

Alors qu’ici, il n’y a que 4Mo, une grande partie de notre mémoire est menacée ainsi et vouée à disparaître.

16

Fig. 16 :

Étiquette sur une porte du DDL. Nous n’avons pas rencontré tout le monde pendant cette courte semaine. Nous ne savons pas si Anetta à un chat tigré, si Colette aime le parmesan ou si Michel s’est déjà baigné dans la mer du Nord du côté de la ville de Zeeland au Pays Bas.

 17

Fig. 17 :

Des classeurs dans le couloir du DDL, au moins 4 Kg de documents relatifs à des missions : des aventures, des voyages, des pensées élaborées, des paysages lointains magnifiques ou hostiles, des rencontres singulières, des heures de voyage dans des bus surpeuplés, des heures passées devant des écrans d’ordinateur … le tout concentré dans ces 4kg de classeurs gris et un peu vieillissants « UMR 5596 CNRS Lyon 2 ».

18Fig. 18 :

Tête de chercheur et sa littérature. Toute cette littérature stockée dans ces rayons et sous les cheveux un peu roux d’Egidio. Comment fait-il, son cerveau, pour rentrer tout cela dedans. C’est-ce sur quoi certains chercheurs ici tentent de trouver et de savoir.

19

Fig. 19 :

Cage d’escalier dans la partie du bâtiment qui est en travaux.

En descendant, la lumière s’efface, on rentre dans l’inconnu, dans ce qui n’est pas encore exploré, un peu comme ces linguistes qui cherchent à trouver comment étaient les langues il y a fort longtemps, 7 000 ans, 10 000 ans …

Quand je reviendrai ici, il y aura peut-être quelques marches qui se seront éclairées.


Le collectif a ensuite présenté une première approche publique le 28 novembre ; avant de continuer à aller sillonner les campagnes, les écoles, les maisons, les paysages et les universités et lieux de recherche.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *