Naturalisation des comportements : Revue de presse

 

D’importants efforts sont fournis, pour identifier des prédispositions et des facteurs de risques génétiques, et repérer les bases neuronales de nos comportements. Ces études sont parfois reprises de manière assez approximative, véhiculant l’idée que tout ce que nous sommes serait prédéterminé biologiquement. Il y aurait ainsi un « gène du tueur » et un « cerveau du pédophile », des raccourcis sans réelle validité scientifique, mais qui ont pourtant la peau dure dans nos représentations.

En voici quelques exemples à retrouver en ligne :

 « La sympathie et la confiance en soi sont en partie génétiques » (revue web Slate, 16 novembre 2011)

« Le cerveau des pédophiles à livre ouvert » (Sandrine Cabut, Le Monde, 8 octobre 2011)

 « Maigreur et obésité : les mêmes gènes sont en cause » (Science et Avenir, 1er septembre 2011)

« Les émeutiers ont, dans le cerveau, des concentrations plus faibles en GABA, une substance qui garde les comportements impulsifs sous contrôle » (Le Daily Mail, 9 août 2011)

« Un gène responsable de l’infidélité et des coups d’un soir ? » (revue web Slate, 2 décembre 2010)

« Le cerveau des femmes, plus actif que celui des hommes » (Charlotte Menegaux, LeFigaro.fr, 18 novembre 2010)

« Un gène contre l’alcoolisme » (L’express.fr, 22 octobre 2010)

« On naît homosexuel, on ne choisit pas de l’être » (AFP, 4 février 2010)

« Le cerveau, cause de la délinquance ? » (AFP repris par LeFigaro.fr, 16 novembre 2009)

« Le “gène de Dieu » : révélation ou hérésie ? » (Rue 89, 24 mai 2007)

« Les femmes ne sont pas les clones des hommes », Entretien avec la psychologue Susan Pinker, « Sciences humaines, dossier sur le post-féminisme, avril 2011

« Il faut sauver les garçons », Entretien de Sophie Roquel avec le pédopsychiatre Stéphane Clerget (Le Figaro Magazine, 20 et 21 août 2011) : Stéphane Clerget y explique notamment que les tendances à l’introspection chez les filles et à la projection chez les garçons seraient liées aux formes différentiées de leurs organes génitaux.    

 

Nathalie FABRE


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *