Notre patrimoine alimentaire, entre réalités locales et construction sociale

Les 24 et 28 avril 2012, l’Université de Lyon organisait – dans le cadre des rencontres Et si on en parlait – deux ateliers autour de la thématique « Dites-moi ce que vous mangez, je vous dirai qui vous êtes ».

Au menu : échanges autour de notre relation, individuelle et collective, à l’alimentation. Un domaine très construit culturellement, source de discours et de stratégies marketing destinés à pallier les inquiétudes des consommateurs.

Animé par Laurence Bérard, ethnologue et anthropologue sociale de l’équipe « Ressources des terroirs – Cultures, usages, sociétés », CNRS – Muséum national d’histoire naturelle – Paris 7 (UMR 7206), le premier atelier s’est tenu au Centre social des Vennes de Bourg-en-Bresse. Il était organisé en partenariat avec ALTEC, le CCSTI de l’Ain. Le second atelier, animé par Lucile Garçon, géographe doctorante au laboratoire d’Etudes Rurales, Université Lyon 2 /CNRS /INRA (UMR 5600) – qui étudie notamment la pomme de terre  pour sa thèse  « Qualité, territoires, alimentation » – s’est déroulé à la MJC Jean Macé, à Lyon (7e). Avec  le soutien de la Guill’AMAP. Au cœur des débats : l’influence des traditions familiales et locales dans notre alimentation, les stratégies marketing ou encore la fiabilité des appellations liées à l’origine et autres labels.

Que l’on soit gourmand ou pas, les enjeux liés à l’alimentation ne nous laissent pas indifférents. Comment se construit notre patrimoine alimentaire ? Dans quelle mesure l’alimentation permet-elle d’entretenir un lien social ? En quoi les consommateurs participent-ils aux stratégies marketing des producteurs qu’ils dénoncent éventuellement par ailleurs ? Autant de questions que se sont posés les participants autour de dégustations de recettes, de produits de terroir ou de variétés de pommes de terre.

 

Des esprits à nourrir

Nicole, originaire du sud – son accent le confirme – présente sa barigoule : un plat à base d’artichauts, de laitue et de lardons que faisait sa grand-mère et dont elle garde la nostalgie. « Il

y a plusieurs variantes mais je ne connais que celle de mon aïeule qui nous servait souvent ce plat simple et délicieux. J’aime le préparer, cela me rappelle mes origines provençales. » Idem pour une autre participante : « je suis Bretonne donc j’ai apporté un gâteau bien de chez nous : un  far breton ! » Les recettes apportées en témoignent, ce sont nos souvenirs d’enfance, notre éducation, nos habitudes alimentaires – familiales et régionales – qui forgent notre rapport à la nourriture. Repas de famille et moments de partage précis autour de l’alimentation restent particulièrement ancrés dans notre mémoire.

L’alimentation ne consistant pas uniquement à nourrir le corps, elle représente une forme de culture générale, de savoir commun que chacun transmet à ses enfants, à sa façon. Nous sommes aussi des esprits à nourrir qui peuvent se sentir démunis lorsque leur éducation alimentaire a été quelque peu succincte, comme en témoigne cette jeune femme…

Loin d’être figées, nos pratiques alimentaires – personnelles et collectives  – évoluent dans le temps. L’alimentation résulte de traditions bien ancrées comme de concepts marketing forgés de toutes pièces. « On mange notre histoire », résume une participante.

 

Un patrimoine qui s’invente

À la fois personnelle et collective, la valeur accordée au patrimoine gastronomique conduit parfois à une surenchère autour des produits dits « de terroir ». Selon Lucile Garçon, géographe doctorante [voir encadré], de véritables stratégies locales sont mises en place pour valoriser le terroir, exploiter certaines spécificités du légume produit pour faire vivre une activité agricole. Les producteurs cherchent à vous « vendre plus qu’une pomme de terre ».

« Souvent, les producteurs tentent de prouver la présence ancienne sur leur territoire de telle production pour lui conférer un caractère ‘local’ », explique Lucile Garçon. En effet, la localisation d’une production renvoie à des notions de « terroir », de tradition, de patrimoine auxquelles les consommateurs accordent de la valeur. En ce sens, le caractère « local » du produit constitue un atout pour le territoire. Aussi bien en termes d’image que de qualité. Se pose alors la problématique des enjeux économiques : comment vendre le produit ? Quelles qualités mettre en avant ?

 

Reconnecter production et consommation

Les participants déplorent ces stratégies marketing autour de l’alimentation : packaging, références à l’ancienneté de la marque (« Depuis 1886 »), à une figure d’Épinal comme la mère Denis…  Ils pointent la difficulté à obtenir une information fiable sur les produits. Pourtant, les consommateurs ne sont pas étrangers à cette surenchère de communication dans la mesure où ces stratégies fonctionnent en répondant à des attentes. Comme le besoin (très urbain) d’authenticité, d’un certain « retour à l’alimentation de nos grands-mères ». Soit une nourriture traditionnelle que l’on suppose saine, en feignant d’ignorer que « les conditions sanitaires du début du siècle laissaient à désirer », comme le souligne une participante.

La déconnexion entre production et consommation, comme l’essor de la consommation de masse, ont rendu nécessaire l’instauration de labels pour protéger le consommateur. Mais face aux scandales sanitaires notamment, le public s’inquiète : où acheter ses produits ? Comment se fier aux labels ? Sur quels principes économiques reposent-ils ? Les Appellations d’origine contrôlée (AOC) soulèvent de fortes critiques quant aux conditions d’attribution du label et à l’objectivité des enquêtes menées pour le valider. Selon quelques participants, avec les AOC, les producteurs tentent parfois de créer de toutes pièces un patrimoine, une tradition.

 

Laurence Bérard, ethnologue et anthropologue sociale, tempère : « les AOC jouent un rôle dans la préservation d’une certaine diversité culturelle, en perpétuant des traditions, un savoir-faire. Les matières premières provenant du terroir, la demande d’AOC favorise la protection de la biodiversité locale et de dynamise des filières, parfois menacées par de gros acteurs industriels. Les enjeux économiques ne sont pas négligeables ».

Ainsi, en achetant un produit, on achète plus que de la nourriture : « on choisit comment les produits arrivent jusqu’à nous, on valide un modèle économique plus [ou moins] respectueux de l’environnement, on achète une sorte de rapport au terroir », analyse le public. La recherche de produits de qualité conduit certains consommateurs à faire le choix des circuits courts, soit de la vente directe [ou quasi directe] entre producteur et consommateur. Une solution parmi d’autres, selon Laurence Bérard, pour qui les circuits courts permettent de nouer une relation de confiance avec les producteurs. Ces derniers ne dépendent alors plus des distributeurs et fidélisent leur clientèle. Un modèle à développer ?

 

Coraline BERTRAND



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *