A la rencontre de Julia Csergo, historienne de l’alimentation

 

 

© Julia Csergo

Comprendre comment nous mangeons. Savoir comment santé, hygiène et alimentation se combinent. Analyser ce que les gestes de notre quotidien disent de nous. Voici quelques-uns des sujets qui animent Julia Csergo, maître de conférences en histoire contemporaine à Lyon au Laboratoire d’Etudes Rurales (EA 3728-Usc INRA 2024).

Interview initialement publiée sur le site de l’Université de Lyon en janvier 2011.

Spécialiste d’histoire de l’alimentation, Julia Csergo place d’abord son travail dans une approche pluridisciplinaire. Ce n’est pas tout. Pour elle, la recherche est un acte social et nécessite un retour vers la sphère sociale. Son parcours le prouve : elle a, entre autres, été responsable scientifique, auprès du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, du dossier de candidature du repas gastronomique français au Patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO,  dossier qui a été reconnu en novembre 2010.


Pourquoi, aujourd’hui, avez-vous choisi de vous intéresser à l’histoire de l’alimentation ?

C’est un choix qui s’inscrit dans un parcours personnel en histoire contemporaine. Il s’explique à la fois par ma conception de la recherche et par ma formation pluridisciplinaire. Avant de m’intéresser à l’histoire de l’alimentation, et parallèlement à mon cursus en histoire, où j’ai eu l’immense chance d’être formée par des grands historiens tels que Vidal-Naquet, Roche, Leroy-Ladurie, Perrot, Aron, Flandrin, ou encore Corbin., j’ai suivi plusieurs formations : littérature, économie, anthropologie, histoire de l’art. J’ai même obtenu un DESS en « management culturel » ! J’ai soutenu un doctorat en histoire contemporaine sur l’hygiénisme au 19e siècle (les normes et les pratiques d’hygiène corporelle à Paris) qui a été nourri par toutes ces disciplines. D’emblée, cela m’a permis de m’intéresser aux « choses banales », aux choses du quotidien, à ces objets primordiaux qui laissent peu de traces dans les archives. J’avais en tête d’essayer de m’approcher des choses simples de la vie, de comprendre les mécanismes du quotidien et, par là-même, d’analyser ce qui touche aux pratiques sociales et culturelles, aux perceptions et aux sensibilités, dans la tradition de l’Ecole des Annales. Cet intérêt a constitué le fil rouge de mes recherches. Après ce doctorat, je me suis intéressée à l’histoire des loisirs et aux usages sociaux du temps libre. C’est donc à travers les loisirs, la santé et les représentations sociales, les imaginaires collectifs que j’ai appréhendé l’histoire de l’alimentation.
Est-ce un domaine qui existait déjà ?

A l’époque où j’ai commencé, l’histoire de l’alimentation était considérée comme un sujet peu académique, voire peu sérieux. Il y avait peu d’articles de référence en histoire contemporaine, mis à part le travail de Jean-Paul Aron, avec lequel j’ai fait ma thèse. Il n’y avait pas de réseaux de chercheurs non plus et encore moins de laboratoire dédié. C’était à la fois déroutant et passionnant. Je me suis retrouvée face à un vaste champ de recherche où tout était à construire. C’était très stimulant. L’histoire de l’alimentation est un objet total de recherche. Il nécessite que l’on convoque l’histoire, l’anthropologie, l’ethnologie, mais aussi la médecine, les sciences cognitives, la chimie, etc. On doit tenir compte des approches temporelles (quand ?) et culturelles (où ?). C’est très riche. De plus, l’histoire de l’alimentation présente une dimension supplémentaire ; celle de pouvoir apporter des réponses à une demande sociale forte vis-à-vis de laquelle le chercheur est amené à restituer les résultats de sa recherche. En effet, l’alimentation fait partie de notre quotidien et provoque chez chacun d’entre nous des interrogations. Ce retour vers la sphère sociale correspond totalement à ma façon d’envisager la recherche.
Quels sont, aujourd’hui, vos engagements en ce sens ?

J’ai toujours pensé que le chercheur avait un devoir de « vulgarisation », ne serait-ce que parce qu’il travaille avec des fonds publics. Je mène plusieurs actions classiques en ce sens : émissions de radio, participations à des conférences, rédaction d’articles etc. J’essaie aussi, dans des colloques ou des journées d’étude que j’organise, de favoriser les rencontres entre des disciplines de sciences humaines et de sciences dures, les échanges internationaux, mais aussi les rencontres transprofessionnelles chercheurs, acteurs territoriaux, économiques, etc. Dans le domaine de la recherche sur l’alimentation, notre rôle est primordial surtout en temps de crises (grippe aviaire, vache folle, montée de l’obésité) où la dramatisation médiatique est accrue. La connaissance historique peut contribuer à relativiser cette anxiété qui est toujours présente dans le corps social dès qu’il s’agit de l’acte de manger. Mais je souhaite également faire un lien avec la formation en la structurant pour qu’il y ait plus de cohérence avec la société. C’est ce que j’ai fait, par exemple, entre 2000 et 2002 lorsque j’ai été chargée de mission à la Direction de l’Enseignement Supérieur pour créer l’Institut européen de l’histoire et des cultures de l’alimentation à Tours. C’est ce même esprit qui m’avait animé quand j’avais occupé une chaire d’histoire culturelle de l’alimentation à l’école des arts culinaires d’Ecully, ou lorsque j’ai créé en 2008 une licence professionnelle sur la valorisation des produits alimentaires des territoires ruraux à Lyon 2.

 

Propos recueillis par Marianne Chouteau


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *