Fonctionnement de notre agriculture : des verrous à faire sauter


Le 10 mai, l’Université de Lyon organisait une soirée-débat au cinéma Comoedia, autour du film Small is beautiful, c’est par où demain ? d’Agnès Fouilleux, en présence de Michel Guglielmi, agroéconomiste et professeur d’économie à l’ISARA-Lyon. De la question des semences à celle de la mise en place d’une agriculture plus respectueuse de l’environnement, les points soulevés invitent à repenser des pans entiers de nos politiques, bien au-delà de la stricte question agricole.

 

Pollutions chimiques, dégâts environnementaux, inégalités d’accès aux ressources, spéculations sur les denrées, monopoles sur les semences… le film projeté balaie très large et dresse un panorama très critique du fonctionnement de notre agriculture. « Il y a [aujourd’hui] une sorte de dérive dans la manière de faire de l’agriculture », résume Michel Guglielmi, tout en apportant quelques éléments de contexte pour mieux saisir comment notre agriculture s’est mise en place après guerre. Un diagnostic partagé, qui invite à repenser notre système agricole et à faire sauter certains verrous.

ATTENTION : les bandes-sons ne sont pas audibles avec certaines versions du navigateur Firefox. Veuillez dans ce cas changer de navigateur.

De forts enjeux symboliques et politiques autour des semences

Parmi les dysfonctionnements et problèmes pointés par les participants, les questions autour des semences suscitent de vives réactions : à l’échelle de la planète, quelques grandes firmes détiennent l’essentiel du patrimoine de semences. Certaines d’entre elles – à l’instar du maïs cultivé en France – sont rendues stériles à la 2ème génération, c’est-à-dire que le grain récolté ne repousse pas, obligeant les agriculteurs à racheter des semences l’année suivante, « ce qui fait que quelque part on les met en difficulté, on les appauvrit » – s’inquiète une participante. Les préoccupations concernent également la préservation de la biodiversité potagère, autour de l’association Kokopelli qui cultive et distribue des semences issues de variétés anciennes, paysannes ou rares – une forme de résistance qui s’exerce en toute illégalité : faute d’inscription des semences au Catalogue Officiel des Espèces et Variétés – une procédure complexe et coûteuse – leur commercialisation est interdite. « Cela me paraît tellement énorme que des jardiniers, des paysans qui ont produit des graines, n’aient pas le droit de [les] vendre, alors que l’on nous répète sans cesse qu’il faut de la biodiversité. […] Comment se fait-il qu’aucun pouvoir politique n’ait réagi à cette question ? », s’étonne un participant.

Monopole des firmes semencières, politique génétique, autonomie alimentaire… Les enjeux symboliques et politiques autour des semences sont considérables. D’où les fortes crispations observées autour de ces questions.

 

Changer les regards sur l’agriculture biologique

Un autre enjeu concerne la mise en place d’agricultures plus respectueuses de l’environnement. Pour Michel Guglielmi, ces agricultures – comme l’agriculture biologique, par exemple – peuvent tout à fait s’inscrire dans un discours de développement : dans certaines conditions, ces agricultures peuvent générer de bons rendements, elles sont d’ailleurs retenues pour l’un des scenarii Agrimonde pour nourrir le monde en 2050 (lire à ce sujet l’interview de Michel Guglielmi).

Cela suppose par contre un travail de longue haleine pour mettre au point des systèmes de gestion optimale des ressources. Il faut donc dépasser l’idée courante – et largement véhiculée dans la salle – que l’agriculture biologique consiste en un retour à des pratiques ancestrales : « le bio, cela fait 2 000 ans qu’on le fait ; cela fait 60 ans que l’on ne fait pas de bio ». Au contraire, pour Michel Guglielmi, l’agriculture biologique est plutôt une « agriculture de haute technologie », qui valorise certes certains savoir-faire paysans mais qui suppose également des efforts importants d’expérimentation, en vue d’une meilleure maîtrise des interactions biologiques et d’une amélioration des performances. Pour les chercheurs, le défi est alors d’apprendre à travailler avec les agriculteurs, pour mettre au point avec eux des systèmes de gestion optimale des ressources.

 

La Politique Agricole Commune (PAC) sur la sellette ?

Si l’on souhaite mettre en place et généraliser une agriculture davantage liée à son milieu, des évolutions sont également nécessaires à un niveau plus global. En la matière, c’est surtout à l’échelle européenne que sont prises les grandes décisions, notamment à travers la Politique Agricole Commune (PAC), mise en place à partir de 1962 – même si les Etats ont également une responsabilité dans les choix effectués, comme le rappelle Michel Guglielmi par rapport à l’agriculture biologique.

Pour lui, une condition pour aller dans le sens d’une agriculture plus locale et plus respectueuse de l’environnement pourrait être de réintroduire des outils de protection de l’agriculture par rapport au marché mondial. Par exemple, en limitant la production agricole au marché intérieur européen, pour  encourager la relocalisation agricole et réduire la volatilité des prix. Il faudrait aussi réussir à mieux lier les soutiens à la mise en œuvre de « bonnes pratiques ».

Mais, comme un accord européen est le résultat d’un consensus difficile à trouver entre la Commission, le Parlement, 27 gouvernements et de multiples intérêts divergents, au-delà de quelques orientations plus favorables à l’environnement, les traductions administratives restent bien en-deçà des défis à relever.

Des défis qui supposeraient une remise à plat de tout notre système économique, urbanistique, commercial. « Il y a à mettre en place des mécanismes de gestion des marchandises, des ressources de la biodiversité, de la terre, du rapport entre l’urbanisation et les terres disponibles, etc. », pour que les ambitions affichées trouvent leur traduction administrative et politique.


Nathalie FABRE


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *