À la rencontre de Thierry Coanus, chercheur à risques

Article initialement publié dans la newsletter « Science et Société » d’Octobre-Novembre 2011 (n°58) de l’Université de Lyon

Ingénieur, docteur en urbanisme et chercheur en sciences sociales, Thierry Coanus s’est toujours intéressé à « l’extraordinaire variabilité des créations de l’espèce humaine ». Toute société est en effet singulière : « si à un moment donné, à un endroit donné, les choses fonctionnent d’une certaine façon, ailleurs, elles peuvent fonctionner tout à fait autrement ». Chercheur au R.I.V.E.S (Recherches Interdisciplinaires Ville, Espace, Société) de l’ENTPE, composante de l’UMR CNRS 5600 EVS, Thierry Coanus défend une approche sociale et globale, non exclusivement technique, des situations de risque.

 

Pourquoi travailler sur les risques ?

Dans les années 1980, Claude Gilbert – directeur de recherches au CNRS et politiste, responsable de l’axe « Risques collectifs et situations de crise » de la Maison des Sciences de l’Homme-Alpes (MSH-Alpes UMS 1799 du CNRS) à Grenoble – a été l’initiateur de la recherche en sciences sociales sur les risques en France. Les chercheurs abordaient le sujet sous l’angle de la sociologie et de la science politique, mais s’intéressaient assez peu aux populations « ordinaires ».
C’est dans ce contexte que nous avons mené entre 1997 et 2000 un gros travail sur l’agglomération lyonnaise, centré sur la notion de territoire : La ville inquiète(1), achevé en 2000. Cette thématique, au croisement des SHS (Sciences Humaines et Sociales) et des SPI (Sciences pour l’ingénieur), s’est aussi avérée pertinente dans le contexte d’une école d’ingénieurs, l’ENTPE*.
(*NDLR : l’École Nationale des Travaux Publics de l’Etat est une école d’ingénieurs qui, à travers le laboratoire R.I.V.E.S, « rassemble des chercheurs qui s’intéressent à la ville et à l’urbain et, plus précisément, aux enjeux politiques, économiques et sociaux liés à l’aménagement des territoires » source : site Internet du laboratoire R.I.V.E.S)
.

En quoi notre rapport au risque nous apprend-il quelque chose sur nous-mêmes ? Les différences d’approche entre acteurs ne doivent pas être « réduites » – terme quasi militaire – au nom d’une rationalité technique qui aurait toujours le dernier mot. Au contraire, elles rendent visibles la construction sociale de la situation de risque, construction dont les modalités varient selon le lieu et le moment, et dont la compréhension est cruciale. Sans cela, comment imaginer des solutions pertinentes à un problème inextricablement technique autant qu’humain ? Les territoires à risque sont aussi le produit de dynamiques économiques, sociales, politiques, foncières… sans quoi ils ne seraient pas ce qu’ils sont.

Qu’apprenez-vous de vos recherches ?

La connaissance empirique des riverains se heurte à une double légitimité : celle de l’expert et celle de l’Etat. En ce sens, les gestionnaires du risque ont tendance à monopoliser la description et l’analyse du réel, ce qui constitue, de mon point de vue, une réelle vulnérabilité de notre dispositif : l’efficacité des actions entreprises en direction des riverains s’en trouve affaiblie.

Comment concilier les points de vue ?

Selon les gestionnaires, il faut développer la « culture du risque », c’est-à-dire la connaissance minimale pour adopter (du point de vue expert) un comportement adéquat vis-à-vis du danger. Mais ce n’est dès lors que l’ombre portée du savoir technique. Les pratiques et représentations spécifiques des populations riveraines restent ignorées, et parfois tournées en ridicule par des spécialistes qu’il faudrait davantage former à ces questions.

Votre rôle en tant que chercheur ?

Entre l’enseignement et la recherche, il nous reste peu de temps pour expliquer nos travaux au grand public. La vocation du chercheur est d’abord de produire de la connaissance pour la diffuser auprès des acteurs directement concernés par leurs résultats, ce qui leur permet de faire un pas de côté pour voir les choses sous un angle différent. Une posture que j’aime mettre en pratique !

Propos recueillis par Coraline BERTRAND

 

(1) COANUS T. (dir.), DUCHENE F., MARTINAIS E., 2000, La ville inquiète. Développement urbain, gestion du danger et vie quotidienne sur trois sites « à risque » de la grande région lyonnaise (fin XIXème – fin XXème), rapport pour le programme « Génie urbain et environnement », contrat de plan État-Région Rhône-Alpes, laboratoire RIVES (ENTPE)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *