Un territoire en mutation

Reportage sur la Vallée de la Chimie, initialement publié dans la newsletter « Science et Société » d’octobre-novembre 2011 (n°58) de l’Université de Lyon

Depuis une vingtaine d’années, la Vallée de la Chimie a une double ambition : faire évoluer ses industries vers une chimie durable et repenser ses villes pour y maintenir la population, malgré les nuisances. Un projet à long terme, actuellement en phase d’accélération.

 

Tout reste à faire. Et pourtant l’évolution du territoire est en marche. Développement durable, déplacements doux, écologie industrielle, biodiversité, cohésion sociale… sont autant de notions à l’ordre du jour de l’Agenda 21 « Vallée de la Chimie ». Depuis 2005, l’adoption de ce plan d’action et la création du pôle de compétitivité chimie-environnement Axelera ont permis d’impulser une vaste réflexion sur l’avenir de la Vallée. En pleine concertation, les différents acteurs travaillent à l’élaboration d’un projet directeur qui concernera l’économie, les transports et l’habitat.

Pour les industriels, le défi consiste à mettre au point des « cleantech » ou écotechnologies pour évoluer vers une chimie durable, moins polluante, à l’horizon 2020-2030. « Nous devons conforter les industries en place en accompagnant leur mutation vers les énergies renouvelables pour répondre aux enjeux environnementaux. Il s’agit de faire de Lyon, un pôle de pointe sur la chimie décarbonée (NDLR : sans CO2) », explique Pierre Gréau, développeur économique Grand Lyon Vallée de la Chimie et chargé de mission chimie-environnement. 

En plein boom, ce secteur chimie-environnement devrait dynamiser le marché du travail. « On prévoit la création de 25% de postes supplémentaires, d’ici 2030. On va avoir besoin de compétences de plus en plus ciblées », détaille Pierre Gréau. Quid de la main-d’œuvre ouvrière, présente dans la Vallée ?  « Pour ne léser personne, on investit dans le retraitement des déchets (écopôle de Grand Lyon – Feyzin), les transports, la logistique et l’agroalimentaire (Portes du Sud, pôle agroalimentaire de Corbas) », rassure le chargé de mission. Toute la difficulté est là : restructurer une industrie lourde, de pointe génératrice de risques et de nuisances en évitant tout déclin économique.

Inquiétudes

Face à cette évolution annoncée, des inquiétudes émergent. Les villes comme Saint-Fons craignent de ne plus trouver leur place dans le tissu économique local. Serge Perrin, adjoint délégué au développement durable et à l’environnement : « le chômage de masse est déjà une réalité sur notre commune. Or, les industriels vont avoir besoin de main-d’œuvre (très) qualifiée pour produire dans le respect de l’environnement. Les banlieues limitrophes, ouvrières, risquent d’en pâtir. Il va falloir rendre notre territoire attractif pour d’autres entreprises, autour du recyclage notamment ». Si la Vallée de la Chimie n’est plus synonyme d’emplois potentiels, les riverains risquent de remettre en cause son voisinage. D’autant plus qu’en matière de gestion des risques, ils n’auront pas les moyens de protéger leur logement si l’Etat ne finance pas mieux les PPRT* pour prendre en charge le coût des travaux de mise en conformité, explique l’adjoint.

Une question de temps

Emblématique de l’industrie chimique dans la région, la Vallée de la Chimie a su, depuis le XIXe siècle, diversifier ses activités selon les évolutions industrielles : industries soyeuse et textile, métallurgie, chimie lourde et pharmaceutique, activités de recherche… Le territoire n’en est donc pas à sa première mutation. Il a déjà fallu s’adapter à l’effort de guerre, aux nouvelles techniques, à la fin des Trente Glorieuses, au choc pétrolier, à la montée du chômage, etc. D’après Hervé Joly, historien des entreprises et spécialiste de l’industrie chimique en France et en Allemagne aux XIXe et XXe siècles, « si la Vallée de la Chimie a su évoluer au fil du temps, depuis les années 1970, elle reste un ensemble industriel dont l’activité diminue, avec des productions de niches, plus fines et plus spécifiques ».

Aujourd’hui, les industriels sont pourtant confiants quant à la nouvelle transition du secteur. Pour Virginie Pevere, directrice recherche et innovation d’Axelera, il s’agit d’une question de temps : « des projets comme Triple et Valeee – mieux trier les matières plastiques issues des DEEE** pour les remettre dans le circuit de production – vont prendre fin en 2012. Ils seront clôturés et leurs résultats analysés. La répercussion de ces résultats en termes d’emplois ou de mutations technologiques pourra prendre quelques années mais elle se fera. Nos programmes collaboratifs renforcent la dynamique d’action. Pourtant, chaque entreprise n’a pas attendu pour s’adapter au développement durable ».

Ce que confirme Jean-Jacques Gillot, délégué général de l’UIC Rhône-Alpes, qui rappelle que la chimie verte   « soit la réduction des risques à la source : produire moins de déchets, mettre en place des procédés moins dangereux etc. » – existe depuis les années 1980. Pour cet ancien directeur d’établissement SEVESO, l’intensification et la miniaturisation des procédés sont des objectifs à cinq ou dix ans. Avec en toile de fond la mutation écologique soutenue par les pouvoirs publics et une coexistence raisonnée entre industrie et développement urbain.

Densifier la ville

Historiquement, la ville s’est construite autour de l’industrie. Aujourd’hui, face aux risques et aux difficiles rapports entre riverains et industriels, il s’agit de densifier la ville plutôt que de l’étaler. Un programme de réhabilitation de l’habitat dégradé est en cours, notamment à Pierre-Bénite (quartier Haute-Roche), Feyzin (l’Arsenal) et Saint-Fons (les Clochettes). Pour réduire les déplacements individuels, les acteurs locaux misent sur le covoiturage, le vélo, l’auto-partage et les transports en commun. « À Pierre-Bénite, le PPRT va être réduit. Il s’agit de maintenir la population et de reconquérir les berges. On travaille aussi sur des projets qui auront un impact sur le territoire : le regroupement des Hôpitaux Lyon Sud à Saint-Genis-Laval ou le prolongement de la ligne B du métro jusqu’à Oullins, en 2013 », détaille Elisabeth Roux, chargée d’études au Grand Lyon Urbanisme Territorial. Politiques et industriels doivent donc penser la mutation de la Vallée de la Chimie de manière globale, en ne lésant personne.  

Coraline BERTRAND

*PPRT, Plan de Prévention des Risques Technologiques.
**DEEE, Déchets d’Équipements Électriques et Électroniques.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *