Eduquer à l’alimentation et à la santé : retour d’expérience des acteurs de terrain

 

Les enjeux de l’éducation à l’alimentation sont multiples : prévention des cancers, lutte contre le surpoids, l’obésité et les pathologies qui leur sont associées, transition vers une agriculture plus durable, etc. Dans le cadre de sa dynamique Et si on en parlait, l’Université de Lyon co-organisait le 10 mai 2012 une rencontre interprofessionnelle pour échanger sur les approches éducatives autour de l’alimentation (1). A quelles problématiques les professionnels de terrain sont-ils confrontés ? Comment y répondent-ils ?  Retour (non exhaustif) sur les échanges.

Écouter les échanges sur le site des Bibliothèques Municipales de Lyon

Lire la transcription intégrale des échanges

 

Tenir compte des différences culturelles et des réalités de vie

Comme le rappelle Sébastien Goudin, diététicien-nutritionniste, enseignant à l’Université Claude Bernard Lyon 1 et chargé de mission à l’ADES du Rhône, de nombreux paramètres entrent en ligne de compte dans nos choix alimentaires : le budget, la dimension de plaisir liée au goût, les traditions familiales et culturelles, l’influence des médias, etc. Pour éduquer à la santé, il est est important de tenir compte de tous ces paramètres et des réalités de vie de chacun. Autant que possible, il s’agit d’éviter les discours culpabilisants, en proposant des objectifs réalistes et adaptés : « Manger cinq fruits et légumes par jour, personne n’y arrive, pas même les professionnels de santé ! ».

Les professionnels s’efforcent d’adopter une pédagogie différenciée, en adaptant leur discours à leur public. Dans certaines familles démunies, les friandises constituent parfois la seule chose que les parents peuvent offrir à leurs enfants, à défaut de vacances ou de console de jeux. Il faut alors être vigilant, pour « éviter que la famille ne se sente remise en cause dans ce qu’elle pense être un geste parental positif ». Il y a aussi tout un travail à mener sur les modèles culturels pour faire évoluer certaines représentations ou, au contraire, valoriser certaines pratiques : « on observe que les modèles alimentaires traditionnels sont souvent très en lien avec l’équilibre nutritionnel ».

 

Attirer les jeunes : quelles méthodes ? Quels outils ?

Plusieurs professionnels témoignent de difficultés à travailler avec les jeunes adolescents sur les questions liées à l’alimentation. Certains sujets semblent plus porteurs que d’autres, comme par exemple l’étude de l’influence que les médias exercent sur nous, qui peut se décliner à travers des activités ludiques comme des tests produits (réalisés marque cachée puis marque visible), une activité proposée par l’ADES du Rhône et particulièrement appréciée des adolescents. Dans l’ensemble, pour intéresser les jeunes, il s’agit surtout d’utiliser des outils participatifs et des formes de médiation « impliquantes », comme l’Abaque de Régnier ou le théâtre-forum. Ces outils sont à choisir au cas par cas en fonction des objectifs que l’on s’est fixés.

 

Passer de la théorie à la pratique : un travail de longue haleine !

Pour encourager des changements de comportement, les professionnels travaillent sur les connaissances, les représentations mais aussi sur les savoir-faire, au travers d’ateliers cuisine par exemple. C’est une façon d’initier à de nouvelles pratiques alimentaires. Souvent, un effort de sensibilisation est aussi déployé en direction des parents, car ce sont eux qui tiennent les cordons de la bourse. C’est pourquoi ils sont souvent invités à découvrir le travail de leurs enfants, valorisé sous forme d’une petite exposition, par exemple. Mais il faut être clair sur les objectifs que l’on se donne : développer l’esprit critique et outiller les enfants pour qu’ils puissent plus tard faire des choix éclairés, c’est déjà beaucoup. Prétendre changer les comportements en un jour serait irréaliste : « c’est peut-être la 50ème personne qui intervient qui va faire changer les choses. On n’est jamais tout seul à changer les comportements, c’est un travail commun. » Un travail commun qui suppose des interventions à plusieurs niveaux, pour sensibiliser enfants et familles mais aussi pour faire évoluer leur environnement et faciliter les changements de comportements.

D’où la nécessité de créer des liens entre professionnels autour de ces enjeux. Tel était l’objectif de la rencontre du 10 mai. Seul regret de cette journée : l’absence de représentants des milieux culturels et de l’éducation nationale.

 

Nathalie Fabre

(1) Rencontre organisée par l’Université de Lyon et l’organisme de formation de l’UCPA, en partenariat avec Cap Culture Santé et la Médiathèque du Bachut.

Les photos illustrant cet article sont issus des ateliers Juniors autour de l’alimentation, organisés par l’Université de Lyon dans le cadre du programme européen SciCafé (copyright : Université de Lyon).

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *