Changements de climat : certitudes et incertitudes

Climatologue, directeur de l’Institut Pierre-Simon Laplace (IPSL), chercheur au Laboratoire de Météorologie Dynamique de l’IPSL et membre de l’Académie des Sciences, Hervé Le Treut sera présent lors de la soirée-débat « Changements de climat : changements de société ? », le 15 novembre prochain. Il fait ici le point sur les connaissances scientifiques concernant l’avenir du climat.

 

Comment prévoit-on aujourd’hui les changements de climat ?

© Hervé Le Treut

 

La compréhension physique des processus en jeu  constitue la base principale de la prévision. On utilise  des modèles numériques qui  simulent sur ordinateur les évolutions du climat en tenant compte des lois de la physique : lois de la conservation de la masse, de l’énergie et de la quantité de mouvement. Autrement dit, les climatologues travaillent sur une maquette numérique, sorte de planète artificielle obéissant à ces lois physiques.

L’état actuel de nos émissions de gaz à effet de serre et nos connaissances quant à la persistance de ces gaz dans l’atmosphère (qui peut atteindre  un à plusieurs plusieurs siècles) nous permettent d’anticiper un réchauffement global de la planète. Celui-ci est d’ailleurs déjà décelable dans les zones continentales, arctiques…  Depuis vingt ans, la fonte de la banquise et des calottes polaires (Groenland et Antarctique) est devenue parfaitement compatible avec la prévision des modèles  climatiques des années 70 ou 80, en réponse aux gaz à effet de serre. Elle est aussi compatible  avec les anticipations des modèles plus récents et plus complets.

Quelles conclusions les modèles disponibles permettent-ils de tirer ?

Ils permettent d’attribuer avec un haut niveau de certitude le réchauffement climatique en cours aux gaz à effets de serre, et de dire que ce réchauffement n’en est qu’à ses débuts,  sans toutefois nous permettre de déterminer avec exactitude son ampleur. Les modèles montrent aussi que l’on peut limiter le réchauffement à  2°C au XXIe siècle, à condition de stabiliser et même réduire nos émissions de CO2 d’ici la fin du siècle. Or, nous n’en prenons pas le chemin… Ce qui explique que d’autres scénarios  tablant sur une poursuite des émissions actuelles prévoient une augmentation des températures beaucoup plus importante, pouvant atteindre 5°C voire 6°C ! À titre de comparaison, la température globale de la planète n’a fluctué que de quelques dixièmes de degrés au cours des derniers millénaires…

Quelles incertitudes demeurent ?

Nous ne savons pas précisément de combien de degrés les températures vont augmenter :  cela dépend de nos activités et des efforts fournis en matière de réduction de nos émissions de gaz à effet de serre, mais aussi d’incertitudes scientifiques concernant par exemple le rôle des nuages.  Tout n’est pas prévisible et il est aussi très difficile d’obtenir des anticipations régionales fiables. On sait qu’un dérèglement global est en cours mais on ne sait pas comment les différents territoires seront affectés. On évoque de possibles sécheresses dans le sud de la France et autour de la Méditerranée : ce sont des évolutions probables, mais non des prévisions certaines. C’est la même chose pour les précipitations intenses et les autres phénomènes climatiques extrêmes : quelle que soit la performance – actuelle et future – de nos outils, nous ne pourrons établir que des probabilités, ou des niveaux de risques. 

Quels désaccords entre experts persistent ?

Le réchauffement climatique nous obligera à faire des choix car tout un ensemble de problèmes (énergétiques, démographiques, écologiques, …) se développe simultanément.  Il faudra dans ce contexte se demander comment gérer les ressources en eau, protéger la biodiversité…  avec des implications politiques et même éthiques. Se mettre d’accord sur la façon de régler ces questions, notamment à l’échelle de la communauté internationale, est un enjeu majeur. Bien sûr il existe des « climato-sceptiques ». Mais , les désaccords de fond  concernent plus les leçons à tirer,  les actions à entreprendre que le  constat scientifique – même si devant la menace du changement climatique, ses conséquences imprécises et la peur de l’avenir qu’elles entraînent, certains ont tendance à refuser la réalité, à minimiser voire à nier ce phénomène. Le réchauffement climatique nous pose un véritable défi, qu’il faudra  pourtant relever.

Propos recueillis par Coraline BERTRAND

 

Pour discuter de toutes ces questions, rendez-vous le 15 novembre 2012 – Soirée-débat « Changements de climat : changements de société ?  », en présence d’Hervé Le Treut, Patrick Lagadec et Jean-Paul Bozonnet


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *