Evolutions du climat : comment encourager les changements de comportement ?

 

Dans le cadre du cycle Et si on en parlait  « Changements de climat : changements de société ? », l’Université de Lyon organisait le 20 octobre dernier une balade urbaine dans le quartier de la Confluence, sur le thème « Comment aménager la ville face aux changements climatiques ? ». Animée par Jean-Philippe Fouquet, sociologue à l’Université de Tours (1), et Lise Serra, diplômée en architecture et doctorante en urbanisme, cette rencontre a permis de s’interroger sur les façons d’inciter les populations à modifier leurs comportements.

Pensé comme le symbole lyonnais du quartier durable, le quartier de la Confluence – 150 hectares dans le 2e arrondissement de Lyon – était le lieu idéal pour aborder la question de l’aménagement des villes face au changement climatique. En trois grandes étapes – l’Hôtel de Région, le Pôle de commerces et de loisirs et une séance d’échanges à La Maison de La Confluence – la balade urbaine a soulevé de nombreuses interrogations : comment inciter les citoyens à modifier leurs comportements ? Quelle autonomie leur accorder ? Comment mettre en place une réflexion globale – qualité du bâtiment, mobilité de ses occupants, usages… – pour réduire notre bilan carbone ?

 

ATTENTION : les bandes-sons suivantes ne sont pas audibles par certaines versions du navigateur Firefox ; auquel cas veuillez changer de navigateur.

 

Penser global, anticiper et associer les populations

Installé à La Confluence depuis juin 2011, l’Hôtel de Région est l’exemple type d’un projet architectural répondant à la démarche HQE® (Haute Qualité Environnementale) (2). Sa conception a aussi bien pris en compte la performance énergétique du bâtiment (panneaux solaires, toiture végétalisée, récupération des eaux de pluie…) que son accessibilité pour les 1 500 agents qu’il accueille. Ce qu’explique Damien Grataloup, chargé de mission en maîtrise d’ouvrage à la Région Rhône-Alpes : « la norme HQE ne se limite pas à la gestion de l’énergie. Elle prend en considération des cibles de confort, de bien-être et une dimension sociale : comme l’embauche de personnes en insertion pour ce chantier. Un Plan de Déplacement Administration (PDA) a été mis en place, en concertation avec les agents, ce qui a conduit à créer des parkings vélo et une station Vélov. Le tout, à proximité de la gare de Perrache ». Cette implantation – et le travail de concertation engagé – a permis de réduire de manière significative l’utilisation de la voiture comme mode de transport pour les trajets domicile-travail.

Sociologue, Jean-Philippe Fouquet insiste sur cette prise en compte globale, et le recours à la concertation, pour impulser des attitudes plus respectueuses de l’environnement.

Damien Grataloup renchérit en citant le cas d’une banque : un nouveau siège exemplaire en termes d’innovation et de sobriété énergétique mais une absence de réflexion sur la mobilité des salariés. Résultat : « le siège étant situé plus en périphérie, le personnel utilise davantage la voiture pour s’y rendre, ce qui implique que l’empreinte écologique de l’entreprise est plus importante qu’auparavant ». D’où la nécessité de penser global et d’anticiper pour inciter à de nouveaux usages. Reste à déterminer comment sensibiliser les habitants ─ quel que soit leur niveau de vie ─ à l’adoption de comportements vertueux. Du débat d’idées émergent quelques éléments de réponse.

 

Responsabiliser sans culpabiliser : l’exemple des smart grids

Benoît Bardet, directeur de la communication de la SPLA (3) Lyon Confluence, souligne l’aspect parfois contre-productif des discours autour du changement climatique : catastrophistes et culpabilisants, ils n’incitent pas les populations à s’impliquer. En effet, évoquer la fonte des glaces ou le réchauffement climatique global ne permet pas au citoyen de se sentir en capacité d’agir, à son échelle, sur la réduction du bilan carbone. Or, chacun peut déjà tenter de réduire sa consommation d’énergie, au sein de son logement.

Pour accompagner au changement,  Maxime Valentin, chef de projet et responsable développement durable de Lyon Confluence, évoque le recours à la technologie : les smart grids ou réseaux électriques intelligents. Ces compteurs électriques de dernière génération sont conçus pour aider les habitants à mieux gérer leur consommation d’énergie en leur transmettant des informations voire des préconisations sur leurs postes de dépenses. Plusieurs projets sont actuellement en phase d’expérimentation, comme Greenlys, Lyon Smart Community et Smart Electric Lyon dans le Grand Lyon ou Linky à Tours. Objectif de ces technologies : responsabiliser le consommateur, sans le culpabiliser, en lui permettant de devenir acteur de la gestion énergétique de son logement. Des incertitudes demeurent toutefois sur le type d’informations à transmettre : « on ne sait pas encore s’il faut dire à une famille au budget contraint ‘votre budget électricité est de tant pour l’année, vous en avez déjà consommé 60%, faites attention’ ou s’il faut aussi lui dire d’éteindre la veille de son ordinateur », explique Maxime Valentin. Les participants s’interrogent : faudra-t-il devenir technophile ou expert ? A-t-on vraiment besoin de ces outils technologiques ? etc.

 

Pour avoir étudié les smart grids, Jean-Philippe Fouquet estime que le potentiel d’économies d’énergie réalisées grâce à ces outils n’est pas négligeable. Il met toutefois en garde contre d’éventuelles tensions entre les consommateurs vertueux et les autres, désignés comme fautifs, quand ils n’ont pas toujours de marge de manœuvre pour adopter des conduites plus sobres. « À Tours, les habitants de l’hypercentre, privilégiés en termes d’offre modale [NDLR : ils ont la possibilité de se déplacer en voiture, en transports collectifs, en vélo ou à pied], commencent à voir leurs voisins des zones péri-urbaines comme les véritables responsables Jean-Philippe Fouquet            de la pollution », s’inquiète le chercheur.

 

Face au changement climatique, il est essentiel de s’adapter, aussi bien à l’échelle d’une ville que d’un foyer. Toutefois, il est de la responsabilité des pouvoirs publics d’accompagner les populations au changement en veillant à ne pénaliser personne. Et ce, afin que chacun puisse agir, à son niveau et selon ses marges de manœuvre.

Coraline BERTRAND

 

(1) Sociologue à l’Université François-Rabelais de Tours et ingénieur de recherches, Jean-Philippe Fouquet est chercheur associé au sein du laboratoire CITERES (CItés, TERritoires, Environnement et Sociétés, UMR 7324 – CNRS). Également co-responsable du CETU-ETIcS (Centre d’Expertise et de Transfert de l’Université – Expertise, Transfert, Ingénierie et Connaissance Sociale), il travaille notamment sur les réseaux intelligents ou smart grids. Très investi sur la thématique du développement durable, il l’appréhende sous l’angle des recompositions territoriales et des mobilités. 

(2) Un concept apparu dans les années 1990. « Il ne s’agit pas d’une réglementation ni d’un label, mais d’une démarche volontaire de management de la qualité environnementale des opérations de construction ou de réhabilitation de bâtiment. » (Source : Ademe)

(3) Société Publique Locale d’Aménagement

© Seb Coupy – Université de Lyon


La planète se réchauffe ? Refroidissons-la !

 

Face à la réalité du réchauffement climatique et aux difficultés que rencontrent les États à limiter à +2°C la hausse des températures, certains scientifiques proposent de modifier volontairement le climat pour provoquer un refroidissement artificiel de la planète. Regroupées sous le terme de géo-ingénierie, ces techniques – controversées – commencent à trouver des échos et des financements. Que peut-on raisonnablement en attendre ? Quels sont les enjeux ? Tour d’horizon de la question.

 

Qu’entend-on par géo-ingénierie ?

Ce terme complexe désigne les projets de grande ampleur imaginés par certains scientifiques pour agir directement sur le climat de la planète et provoquer une baisse artificielle des températures afin de lutter contre le réchauffement climatique. On distingue deux types de projets de géo-ingénierie : ceux visant à capturer le CO2 pour limiter la quantité de gaz à effet de serre présents dans l’atmosphère et ceux visant à gérer le rayonnement solaire. Pour capturer efficacement le CO2 et limiter ainsi l’effet de serre, certains scientifiques imaginent par exemple d’avoir recours à la fertilisation des océans. Il s’agirait d’ensemencer les mers via des ajouts de fer afin de faciliter la multiplication du phytoplancton : cette plante marine microscopique se nourrit de fer et absorbe le CO2 qu’elle rejette ensuite sous forme d’oxygène (1).

CC – Éruption du Pinatubo (1991)

Quant à la gestion du rayonnement solaire, il s’agit de faire en sorte que l’atmosphère et la surface de la Terre renvoient une part plus importante du rayonnement solaire vers l’espace pour que les rayons du soleil ne chauffent pas (trop) la planète. On s’est notamment rendu compte que d’importantes éruptions volcaniques, comme celle du Pinatubo (Philippines) en 1991, avaient eu pour effet de diminuer les températures atmosphériques d’un demi-degré environ, pendant près d’un an. Afin de reproduire ce phénomène, des scientifiques envisagent d’envoyer des particules de souffre dans l’atmosphère pour faire obstacle aux rayonnements solaires et les renvoyer vers l’espace.

Poursuivant le même objectif, certains chercheurs proposent de repeindre en blanc les toits et les routes des zones urbaines du monde entier. En effet, une surface blanche renvoie toute la lumière qu’elle reçoit. Ce projet permettrait selon ses promoteurs d’augmenter la réflectivité de la Terre (le renvoi des rayonnements du Soleil vers l’espace ; les scientifiques parlent de l’albédo de la planète) et de « compenser » ainsi nos émissions de CO2. D’autres évoquent encore l’envoi de milliers de miroirs dans l’atmosphère pour réfléchir la lumière du soleil.

 

Des projets controversés

Loin de faire l’unanimité, ces idées avancées pour modifier rapidement le climat de la Terre font particulièrement débat. D’après un rapport de la Royal Society (2), la fertilisation des océans  autrement dit la séquestration marine du carbone comporte d’importants risques écologiques : acidification des océans ou encore perturbation grave de l’équilibre de la faune et la flore marine. Elle serait également peu efficace, d’après les résultats du programme international de recherche KEOPS (3).

CC – J. MacNeill – Catamaran fabricant des nuages

Quid du refroidissement de la planète par l’envoi de particules de soufre dans la stratosphère ? Pour la Royal Society (2), cette technologie a le mérite de pouvoir faire baisser rapidement le thermomètre (dès la première année) sans être trop coûteuse. Pourtant, elle risque d’endommager la couche d’ozone. De plus, une étude de Ken Caldeira et Damon Matthews – chercheurs à la Carnegie Institution de Washington et à l’Université Concordia du Québec  – précise qu’une fois mise en place, cette technologie ne pourrait être interrompue sans risquer de voir le CO2 capturé brutalement libéré et provoquer ainsi un réchauffement très rapide de la planète, de près de 7°C par décennie. Ce que confirme le climatologue Hervé Le Treut, directeur de l’Institut Pierre-Simon Laplace (IPSL) et membre de l’Académie des Sciences : « cette technologie n’a aucune pérennité car il faudrait envoyer chaque année plusieurs millions de ballons de soufre dans l’atmosphère. Or, en cas d’arrêt, cela provoquerait en effet un réchauffement brutal du climat. Elle me paraît donc dangereuse ».

Concernant le fait de peindre en blanc nos toits et routes, Bertrand Guillaume, maître de conférences à l’Université  de technologie de Troyes et coauteur de Scénarios d’avenir. Futurs possibles du climat et de la technologie (4), se montre sceptique. Selon lui, si le pouvoir de compensation de cette méthode est considérable – « 44 gigatonnes de dioxyde de carbone (GtCO2) » – elle n’en reste pas moins extrêmement coûteuse et son bilan carbone très lourd. Car, « la production d’une tonne de peinture engendre l’équivalent de 2,5 à 3 tonnes de CO2 ». Or, il s’agirait de repeindre 1,5 million de km2 – soit 1% de la surface de la Terre – et il faudrait repeindre tous les dix ans pour que la compensation reste significative… Une question se pose : a-t-on vraiment besoin de la géo-ingénierie ?

 

La nécessité d’ouvrir le débat

Difficile de trancher quand la géo-ingénierie suscite trois réactions : « elle est notre unique option » ; « elle est particulièrement dangereuse et incertaine » ; « elle doit rester une solution de dernier recours ». Certains chercheurs insistent sur le problème éthique voire moral que les technologies de géo-ingénierie leur posent. Ils estiment ainsi que la planète n’est pas un terrain d’expérimentation et que l’Homme ne devrait pas tenter de contrôler le climat à l’échelle mondiale. Ces mêmes scientifiques soulignent que la géo-ingénierie ne repose pour le moment que sur des simulations informatiques, ce qui implique que ses conséquences ou effets secondaires restent largement méconnus. Enfin, ils rappellent que des solutions opérationnelles, mêlant réponses techniques et modification des comportements, existent déjà et mériteraient d’être mises en œuvre pour lutter contre le réchauffement climatique.

CC – Klaus Lackner – Columbia University – Arbres artificiels pour capter le CO2

Quant aux tenants de « l’unique option », ils avancent l’argument du temps en faveur de la géo-ingénierie : nous sommes pressés par le temps car depuis la première conférence mondiale sur le climat en 1979, nous n’avons pas suffisamment réduit nos émissions de CO2 pour contrer le réchauffement climatique. Circonscrire la hausse des températures à +2°C d’ici 2020 serait déjà hors de notre portée (5) dans la mesure où cela supposerait de réduire de 8,5% par an nos émissions de CO2 quand elles ne cessent d’augmenter, d’après l’Organisation météorologique mondiale. Prenant acte de ces données, certains chercheurs envisagent la géo-ingénierie comme un palliatif incontournable face au manque de réactivité de nos sociétés.

À ce stade des recherches, force est d’admettre que de multiples incertitudes demeurent. Pourtant, la géo-ingénierie commence à trouver des échos et des financements.  Le milliardaire Bill Gates finance ainsi une équipe de chercheurs-militants souhaitant convaincre gouvernements et structures internationales de soutenir des projets de géo-ingénierie…

Pour ouvrir le débat sur ces questions, nous vous proposons une soirée « Changements de climat : changements de société ? », le jeudi 15 novembre 2012, en présence du climatologue Hervé Le Treut, de l’économiste Patrick Lagadec et du sociologue Jean-Paul Bozonnet. Comment adapter nos sociétés à la nouvelle donne climatique ? La géo-ingénierie fera-t-elle partie demain de l’arsenal de solutions incontournables pour faire face aux changements du climat ? Quelles sont les implications – sociales, culturelles, économiques… – des différentes options envisagées ?…  Venez en débattre avec nous le 15 novembre !

Coraline BERTRAND

 

(1) Par la photosynthèse, le phytoplancton produit une grande quantité d’oxygène nécessaire à la vie dans l’eau, mais aussi, grâce aux échanges gazeux à la surface des océans, il fournit les 2/3 de l’oxygène de l’air de notre planète, le dernier 1/3 provenant des végétaux des continents.

(2) Geoengineering the climate. Science, governance and uncertainty (2009). La Royal Society est l’équivalent britannique de notre Académie des Sciences.

(3) Seize laboratoires de recherche – dont le CNRS – ont participé au programme KEOPS (KErguelen Ocean and Plateau compared Study). Cette campagne océanographique internationale s’est déroulée début 2005, près des Îles Kerguelen dans l’océan Austral. Les résultats mettent en doute l’efficacité de la fertilisation des océans par ajout de fer.

(4)Scénarios d’avenir. Futurs possibles du climat et de la technologie, Bertrand Guillaume et Valéry Laramée de Tannenberg, Armand Collin, collection Emergences, 2012

(5) Selon l’étude « Emission pathways consistent with a 2°C global temperature limit« , parue dans la revue  Nature Climate Change, en novembre 2011

Pour aller plus loin :

Interviews croisées des chercheurs David Keith et Olivier Boucher  (La Recherche, n° 467, sept. 2012)

Dossier Géo-ingénierie du climat, perspectives britanniques, Science et Technologie au Royaume-Uni, janvier-février 2012

Extrait vidéo d’une conférence sur la géo-ingénierie par David Keith, professeur à la Harvard Kennedy School et ancien directeur de l’Institute for Sustainable Energy Environnement and Economy (ISEEE), 2007

 

Changements de climat : certitudes et incertitudes

Climatologue, directeur de l’Institut Pierre-Simon Laplace (IPSL), chercheur au Laboratoire de Météorologie Dynamique de l’IPSL et membre de l’Académie des Sciences, Hervé Le Treut sera présent lors de la soirée-débat « Changements de climat : changements de société ? », le 15 novembre prochain. Il fait ici le point sur les connaissances scientifiques concernant l’avenir du climat.

 

Comment prévoit-on aujourd’hui les changements de climat ?

© Hervé Le Treut

 

La compréhension physique des processus en jeu  constitue la base principale de la prévision. On utilise  des modèles numériques qui  simulent sur ordinateur les évolutions du climat en tenant compte des lois de la physique : lois de la conservation de la masse, de l’énergie et de la quantité de mouvement. Autrement dit, les climatologues travaillent sur une maquette numérique, sorte de planète artificielle obéissant à ces lois physiques.

L’état actuel de nos émissions de gaz à effet de serre et nos connaissances quant à la persistance de ces gaz dans l’atmosphère (qui peut atteindre  un à plusieurs plusieurs siècles) nous permettent d’anticiper un réchauffement global de la planète. Celui-ci est d’ailleurs déjà décelable dans les zones continentales, arctiques…  Depuis vingt ans, la fonte de la banquise et des calottes polaires (Groenland et Antarctique) est devenue parfaitement compatible avec la prévision des modèles  climatiques des années 70 ou 80, en réponse aux gaz à effet de serre. Elle est aussi compatible  avec les anticipations des modèles plus récents et plus complets.

Quelles conclusions les modèles disponibles permettent-ils de tirer ?

Ils permettent d’attribuer avec un haut niveau de certitude le réchauffement climatique en cours aux gaz à effets de serre, et de dire que ce réchauffement n’en est qu’à ses débuts,  sans toutefois nous permettre de déterminer avec exactitude son ampleur. Les modèles montrent aussi que l’on peut limiter le réchauffement à  2°C au XXIe siècle, à condition de stabiliser et même réduire nos émissions de CO2 d’ici la fin du siècle. Or, nous n’en prenons pas le chemin… Ce qui explique que d’autres scénarios  tablant sur une poursuite des émissions actuelles prévoient une augmentation des températures beaucoup plus importante, pouvant atteindre 5°C voire 6°C ! À titre de comparaison, la température globale de la planète n’a fluctué que de quelques dixièmes de degrés au cours des derniers millénaires…

Quelles incertitudes demeurent ?

Nous ne savons pas précisément de combien de degrés les températures vont augmenter :  cela dépend de nos activités et des efforts fournis en matière de réduction de nos émissions de gaz à effet de serre, mais aussi d’incertitudes scientifiques concernant par exemple le rôle des nuages.  Tout n’est pas prévisible et il est aussi très difficile d’obtenir des anticipations régionales fiables. On sait qu’un dérèglement global est en cours mais on ne sait pas comment les différents territoires seront affectés. On évoque de possibles sécheresses dans le sud de la France et autour de la Méditerranée : ce sont des évolutions probables, mais non des prévisions certaines. C’est la même chose pour les précipitations intenses et les autres phénomènes climatiques extrêmes : quelle que soit la performance – actuelle et future – de nos outils, nous ne pourrons établir que des probabilités, ou des niveaux de risques. 

Quels désaccords entre experts persistent ?

Le réchauffement climatique nous obligera à faire des choix car tout un ensemble de problèmes (énergétiques, démographiques, écologiques, …) se développe simultanément.  Il faudra dans ce contexte se demander comment gérer les ressources en eau, protéger la biodiversité…  avec des implications politiques et même éthiques. Se mettre d’accord sur la façon de régler ces questions, notamment à l’échelle de la communauté internationale, est un enjeu majeur. Bien sûr il existe des « climato-sceptiques ». Mais , les désaccords de fond  concernent plus les leçons à tirer,  les actions à entreprendre que le  constat scientifique – même si devant la menace du changement climatique, ses conséquences imprécises et la peur de l’avenir qu’elles entraînent, certains ont tendance à refuser la réalité, à minimiser voire à nier ce phénomène. Le réchauffement climatique nous pose un véritable défi, qu’il faudra  pourtant relever.

Propos recueillis par Coraline BERTRAND

 

Pour discuter de toutes ces questions, rendez-vous le 15 novembre 2012 – Soirée-débat « Changements de climat : changements de société ?  », en présence d’Hervé Le Treut, Patrick Lagadec et Jean-Paul Bozonnet

À la rencontre de Thierry Coanus, chercheur à risques

Article initialement publié dans la newsletter « Science et Société » d’Octobre-Novembre 2011 (n°58) de l’Université de Lyon

Ingénieur, docteur en urbanisme et chercheur en sciences sociales, Thierry Coanus s’est toujours intéressé à « l’extraordinaire variabilité des créations de l’espèce humaine ». Toute société est en effet singulière : « si à un moment donné, à un endroit donné, les choses fonctionnent d’une certaine façon, ailleurs, elles peuvent fonctionner tout à fait autrement ». Chercheur au R.I.V.E.S (Recherches Interdisciplinaires Ville, Espace, Société) de l’ENTPE, composante de l’UMR CNRS 5600 EVS, Thierry Coanus défend une approche sociale et globale, non exclusivement technique, des situations de risque.

 

Pourquoi travailler sur les risques ?

Dans les années 1980, Claude Gilbert – directeur de recherches au CNRS et politiste, responsable de l’axe « Risques collectifs et situations de crise » de la Maison des Sciences de l’Homme-Alpes (MSH-Alpes UMS 1799 du CNRS) à Grenoble – a été l’initiateur de la recherche en sciences sociales sur les risques en France. Les chercheurs abordaient le sujet sous l’angle de la sociologie et de la science politique, mais s’intéressaient assez peu aux populations « ordinaires ».
C’est dans ce contexte que nous avons mené entre 1997 et 2000 un gros travail sur l’agglomération lyonnaise, centré sur la notion de territoire : La ville inquiète(1), achevé en 2000. Cette thématique, au croisement des SHS (Sciences Humaines et Sociales) et des SPI (Sciences pour l’ingénieur), s’est aussi avérée pertinente dans le contexte d’une école d’ingénieurs, l’ENTPE*.
(*NDLR : l’École Nationale des Travaux Publics de l’Etat est une école d’ingénieurs qui, à travers le laboratoire R.I.V.E.S, « rassemble des chercheurs qui s’intéressent à la ville et à l’urbain et, plus précisément, aux enjeux politiques, économiques et sociaux liés à l’aménagement des territoires » source : site Internet du laboratoire R.I.V.E.S)
.

En quoi notre rapport au risque nous apprend-il quelque chose sur nous-mêmes ? Les différences d’approche entre acteurs ne doivent pas être « réduites » – terme quasi militaire – au nom d’une rationalité technique qui aurait toujours le dernier mot. Au contraire, elles rendent visibles la construction sociale de la situation de risque, construction dont les modalités varient selon le lieu et le moment, et dont la compréhension est cruciale. Sans cela, comment imaginer des solutions pertinentes à un problème inextricablement technique autant qu’humain ? Les territoires à risque sont aussi le produit de dynamiques économiques, sociales, politiques, foncières… sans quoi ils ne seraient pas ce qu’ils sont.

Qu’apprenez-vous de vos recherches ?

La connaissance empirique des riverains se heurte à une double légitimité : celle de l’expert et celle de l’Etat. En ce sens, les gestionnaires du risque ont tendance à monopoliser la description et l’analyse du réel, ce qui constitue, de mon point de vue, une réelle vulnérabilité de notre dispositif : l’efficacité des actions entreprises en direction des riverains s’en trouve affaiblie.

Comment concilier les points de vue ?

Selon les gestionnaires, il faut développer la « culture du risque », c’est-à-dire la connaissance minimale pour adopter (du point de vue expert) un comportement adéquat vis-à-vis du danger. Mais ce n’est dès lors que l’ombre portée du savoir technique. Les pratiques et représentations spécifiques des populations riveraines restent ignorées, et parfois tournées en ridicule par des spécialistes qu’il faudrait davantage former à ces questions.

Votre rôle en tant que chercheur ?

Entre l’enseignement et la recherche, il nous reste peu de temps pour expliquer nos travaux au grand public. La vocation du chercheur est d’abord de produire de la connaissance pour la diffuser auprès des acteurs directement concernés par leurs résultats, ce qui leur permet de faire un pas de côté pour voir les choses sous un angle différent. Une posture que j’aime mettre en pratique !

Propos recueillis par Coraline BERTRAND

 

(1) COANUS T. (dir.), DUCHENE F., MARTINAIS E., 2000, La ville inquiète. Développement urbain, gestion du danger et vie quotidienne sur trois sites « à risque » de la grande région lyonnaise (fin XIXème – fin XXème), rapport pour le programme « Génie urbain et environnement », contrat de plan État-Région Rhône-Alpes, laboratoire RIVES (ENTPE)

Un territoire en mutation

Reportage sur la Vallée de la Chimie, initialement publié dans la newsletter « Science et Société » d’octobre-novembre 2011 (n°58) de l’Université de Lyon

Depuis une vingtaine d’années, la Vallée de la Chimie a une double ambition : faire évoluer ses industries vers une chimie durable et repenser ses villes pour y maintenir la population, malgré les nuisances. Un projet à long terme, actuellement en phase d’accélération.

 

Tout reste à faire. Et pourtant l’évolution du territoire est en marche. Développement durable, déplacements doux, écologie industrielle, biodiversité, cohésion sociale… sont autant de notions à l’ordre du jour de l’Agenda 21 « Vallée de la Chimie ». Depuis 2005, l’adoption de ce plan d’action et la création du pôle de compétitivité chimie-environnement Axelera ont permis d’impulser une vaste réflexion sur l’avenir de la Vallée. En pleine concertation, les différents acteurs travaillent à l’élaboration d’un projet directeur qui concernera l’économie, les transports et l’habitat.

Pour les industriels, le défi consiste à mettre au point des « cleantech » ou écotechnologies pour évoluer vers une chimie durable, moins polluante, à l’horizon 2020-2030. « Nous devons conforter les industries en place en accompagnant leur mutation vers les énergies renouvelables pour répondre aux enjeux environnementaux. Il s’agit de faire de Lyon, un pôle de pointe sur la chimie décarbonée (NDLR : sans CO2) », explique Pierre Gréau, développeur économique Grand Lyon Vallée de la Chimie et chargé de mission chimie-environnement. 

En plein boom, ce secteur chimie-environnement devrait dynamiser le marché du travail. « On prévoit la création de 25% de postes supplémentaires, d’ici 2030. On va avoir besoin de compétences de plus en plus ciblées », détaille Pierre Gréau. Quid de la main-d’œuvre ouvrière, présente dans la Vallée ?  « Pour ne léser personne, on investit dans le retraitement des déchets (écopôle de Grand Lyon – Feyzin), les transports, la logistique et l’agroalimentaire (Portes du Sud, pôle agroalimentaire de Corbas) », rassure le chargé de mission. Toute la difficulté est là : restructurer une industrie lourde, de pointe génératrice de risques et de nuisances en évitant tout déclin économique.

Inquiétudes

Face à cette évolution annoncée, des inquiétudes émergent. Les villes comme Saint-Fons craignent de ne plus trouver leur place dans le tissu économique local. Serge Perrin, adjoint délégué au développement durable et à l’environnement : « le chômage de masse est déjà une réalité sur notre commune. Or, les industriels vont avoir besoin de main-d’œuvre (très) qualifiée pour produire dans le respect de l’environnement. Les banlieues limitrophes, ouvrières, risquent d’en pâtir. Il va falloir rendre notre territoire attractif pour d’autres entreprises, autour du recyclage notamment ». Si la Vallée de la Chimie n’est plus synonyme d’emplois potentiels, les riverains risquent de remettre en cause son voisinage. D’autant plus qu’en matière de gestion des risques, ils n’auront pas les moyens de protéger leur logement si l’Etat ne finance pas mieux les PPRT* pour prendre en charge le coût des travaux de mise en conformité, explique l’adjoint.

Une question de temps

Emblématique de l’industrie chimique dans la région, la Vallée de la Chimie a su, depuis le XIXe siècle, diversifier ses activités selon les évolutions industrielles : industries soyeuse et textile, métallurgie, chimie lourde et pharmaceutique, activités de recherche… Le territoire n’en est donc pas à sa première mutation. Il a déjà fallu s’adapter à l’effort de guerre, aux nouvelles techniques, à la fin des Trente Glorieuses, au choc pétrolier, à la montée du chômage, etc. D’après Hervé Joly, historien des entreprises et spécialiste de l’industrie chimique en France et en Allemagne aux XIXe et XXe siècles, « si la Vallée de la Chimie a su évoluer au fil du temps, depuis les années 1970, elle reste un ensemble industriel dont l’activité diminue, avec des productions de niches, plus fines et plus spécifiques ».

Aujourd’hui, les industriels sont pourtant confiants quant à la nouvelle transition du secteur. Pour Virginie Pevere, directrice recherche et innovation d’Axelera, il s’agit d’une question de temps : « des projets comme Triple et Valeee – mieux trier les matières plastiques issues des DEEE** pour les remettre dans le circuit de production – vont prendre fin en 2012. Ils seront clôturés et leurs résultats analysés. La répercussion de ces résultats en termes d’emplois ou de mutations technologiques pourra prendre quelques années mais elle se fera. Nos programmes collaboratifs renforcent la dynamique d’action. Pourtant, chaque entreprise n’a pas attendu pour s’adapter au développement durable ».

Ce que confirme Jean-Jacques Gillot, délégué général de l’UIC Rhône-Alpes, qui rappelle que la chimie verte   « soit la réduction des risques à la source : produire moins de déchets, mettre en place des procédés moins dangereux etc. » – existe depuis les années 1980. Pour cet ancien directeur d’établissement SEVESO, l’intensification et la miniaturisation des procédés sont des objectifs à cinq ou dix ans. Avec en toile de fond la mutation écologique soutenue par les pouvoirs publics et une coexistence raisonnée entre industrie et développement urbain.

Densifier la ville

Historiquement, la ville s’est construite autour de l’industrie. Aujourd’hui, face aux risques et aux difficiles rapports entre riverains et industriels, il s’agit de densifier la ville plutôt que de l’étaler. Un programme de réhabilitation de l’habitat dégradé est en cours, notamment à Pierre-Bénite (quartier Haute-Roche), Feyzin (l’Arsenal) et Saint-Fons (les Clochettes). Pour réduire les déplacements individuels, les acteurs locaux misent sur le covoiturage, le vélo, l’auto-partage et les transports en commun. « À Pierre-Bénite, le PPRT va être réduit. Il s’agit de maintenir la population et de reconquérir les berges. On travaille aussi sur des projets qui auront un impact sur le territoire : le regroupement des Hôpitaux Lyon Sud à Saint-Genis-Laval ou le prolongement de la ligne B du métro jusqu’à Oullins, en 2013 », détaille Elisabeth Roux, chargée d’études au Grand Lyon Urbanisme Territorial. Politiques et industriels doivent donc penser la mutation de la Vallée de la Chimie de manière globale, en ne lésant personne.  

Coraline BERTRAND

*PPRT, Plan de Prévention des Risques Technologiques.
**DEEE, Déchets d’Équipements Électriques et Électroniques.