La ville intelligente l’est-elle vraiment ?

Synthèse de la conférence-focus organisée pour le dispositif Et si on en parlait dans le cadre du cycle #8 : « La révolution big data : chance ou menace ? ».

Le 8 avril dernier s’est tenue une conférence en présence de deux experts en NTIC : Hervé Rivano, chargé de recherche INRIA et responsable de l’équipe UrbaNet, et Ludovic Viévard, veilleur-prospectiviste au sein du collectif FRV100. L’enjeu de cette rencontre entre public et chercheurs était de comprendre les modalités mais aussi l’impact de l’exploitation des mégadonnées sur l’aménagement de nos villes et, plus généralement, nos libertés individuelles.

« 67 villes qui osent l'intelligence », Usine digitale, août 2014
« 67 villes qui osent l’intelligence », Usine digitale, août 2014

Smart city : la révolution numérique de l’espace urbain

L’accès par une large majorité de la population mondiale à des milieux urbains a rapidement entraîné un phénomène de « surdensification » et l’émergence de nouvelles exigences sociétales en matière d’environnement, de santé publique et de transports. Aussi, l’omniprésence des réseaux, propulsée notamment par l’avènement du smartphone, nous livre aujourd’hui une société du « tout connecté », où la frontière entre monde réel et monde virtuel tend à s’estomper. En effet, notre quotidien se parsème continuellement de nouveaux capteurs venant numériser notre activité et notre environnement pour produire de nouveaux services « augmentés », accessibles facilement et nourris par de gigantesques flux de données appelés big data. La matière brute de cette « intelligence » est obtenue par l’interprétation et la redistribution de ces données visant à optimiser les infrastructures urbaines, à travers notamment la prise en compte des enjeux environnementaux et des contraintes énergétiques, l’interconnexion des collectivités, des citoyens et des entreprises, ainsi que l’intégration des nouvelles technologies dans le paysage urbain.

La technologie mise au service de nos villes

Les villes intelligentes s’appuient sur des technologies semblables adaptées à huit grands secteurs d’application :

  • la mobilité, visant à gérer le trafic et favoriser les transports en commun ;
  • les réseaux intelligents, permettant de connaître en temps réel les consommations en eau, en gaz ou en électricité ;
  • la sécurité, basée sur la mise en place de capteurs de surveillance ;
  • la citoyenneté et l’action publique, avec une ouverture des données favorisant la participation citoyenne et l’action politique ;
  • l’économie, où l’accès aux données des usagers permet de cibler de nouveaux services dédiés ;
  • l’environnement, visant à optimiser la qualité de vie urbaine ;
  • la connexion, avec un renforcement des infrastructures très haut débit favorisant la production de nouveaux services et le travail en réseau des différents acteurs.

Ces solutions portées par les outils numériques s’incarnent à leur tour dans trois grands archétypes de l’instrumentation technique des villes et se côtoient dans un écosystème perméable :

  • la « techno-cité » est la ville intelligente des systèmes techniques. Elle est dirigée par les équipementiers et pilotée par les infrastructures qui déterminent la faisabilité des projets ;
  • la ville contributive est caractérisée par l’ouverture des données et la mise en relation d’individus échangeant des informations, des biens et des services. Il s’agit d’une organisation horizontale entre les communautés d’utilisateurs qui alimentent l’intelligence collective de la ville ;
  • la « e-city », quant à elle, s’organise autour des pouvoirs publics et des politiques urbaines qui assurent la gouvernance de la ville à travers des actions de régulation et la participation des citoyens.

 

Risques et atouts : des enjeux de société importants

Ces promesses séduisantes reposent malgré tout sur une forme d’utopie participative difficile à organiser et suscitent des craintes de dérives que ne manque pas de soulever le public venu assister à cette conférence.

En effet, une connaissance numérique détaillée de la ville requiert le déploiement d’un réseau de capteurs dense, posant des problèmes d’installation mais aussi d’acceptabilité sociale, de protection des données et d’intégration dans le paysage urbain standardisé. De plus, une interprétation purement informatique des données risque d’écarter le facteur humain au profit stratégique des sociétés privées auxquelles appartiennent les infrastructures urbaines.

Les citoyens et les pouvoirs publics doivent ainsi se saisir de ces enjeux pour veiller au caractère démocratique du processus décisionnel et assurer la liberté d’innovation.

Enfin, n’oublions pas qu’à travers l’utilisation de nos smartphones, réseaux sociaux et, plus généralement, l’ensemble de nos objets connectés et géolocalisés, nous alternons entre le rôle de consommateur et celui de producteur de mégadonnées dont l’exploitation économique affecte l’équilibre déjà fragile de notre confidentialité. Aujourd’hui, la notion de vie privée est une affaire de compromis, et c’est à nous qu’il revient de négocier en permanence ce que nous sommes prêts à dévoiler sur la place publique.

Pour aller plus loin :

« La Ville intelligente : modèle et finalités », étude par Ludovic Viévard pour la prospective de la Métropole de Lyon, octobre 2014.

Imaginaire et ressources documentaires autour de la fabrication du vivant

Retrouvez à la fin de ce billet notre sélection d’ouvrages, une filmographie, ainsi qu’une série de ressources consultables en ligne.

L’essor des technologies du vivant que connaîtront nos sociétés dans les années à venir devrait nous confronter à des questionnements éthiques inédits. Après le développement des sciences et techniques de l’information et de la communication, on estime en effet que celui des biotechnologies entraînera une nouvelle révolution socioculturelle majeure, tant sur les plans économique et technologique que sur les plans philosophique et artistique.

De nombreux travaux théoriques et ouvrages de fiction questionnent déjà l’impact de ces interventions sur le vivant, floutant progressivement la frontière entre notre nature innée et l’équipement organique que nous sommes susceptibles d’acquérir. En littérature, particulièrement dans le domaine de la science-fiction, s’observe ainsi une progression du « cyberpunk » vers le « biopunk ». Bien avant la discussion de ces débats en société, ces récits aux technologies d’avant-garde permettent d’alimenter une réflexion philosophique s’efforçant de remettre en question les valeurs ontologiques, l’intégrité et la nature de l’homme. L’art contemporain, avec l’apparition de mouvements tels que le « bio-art », s’empare lui aussi de ce discours, prenant comme matière plastique diverses ressources issues de la biotechnologie, dont le corps de l’artiste peut devenir le support.

Pour vous accompagner tout au long du cycle Métamorphoses #2 : « Et l’Homme fabriqua le vivant », nous vous proposons ci-dessous une liste de ressources documentaires comprenant une sélection bibliographique mêlant fiction et théorie, une sélection de longs métrages, documentaires et films d’animation, ainsi que diverses ressources consultables en ligne, regroupant dossiers d’actualité et reportages vidéo.

___________________________

NOTRE SÉLECTION

BIBLIOGRAPHIE

Théorie
Fiction

FILMOGRAPHIE

Documentaires
Fiction

RESSOURCES WEB

Dans l’actualité
Quelques concepts
Reportages, documentaires et conférences
Sites Web
Le « bio-art »

___________________________

OGM : avons-nous réellement le choix ?

Retour sur la conférence-débat du 25 mars 2014, organisée par la mission Sciences et Société de l’Université de Lyon et la Maison Rhodanienne de l’Environnement.

Prolongeant sa thématique initiée en 2013 et articulée autour de la modification du vivant, Et si on en parlait inaugurait le mois dernier le second volet de sa programmation Métamorphoses : « Et l’Homme fabriqua le vivant… ». Les dispositifs qui seront mis en place tout au long de l’année 2014 nous permettront de réfléchir à la question des biotechnologies et de débattre autour de ses enjeux scientifiques et socioculturels.

En présence du biologiste Bernard Pintureau[1] et de Léo Coutellec[2], philosophe des sciences, une trentaine de citoyens était venue assister à cette conférence d’ouverture intitulée « OGM : avons-nous réellement le choix ? ». Au-delà des risques sanitaires et environnementaux, des enjeux techniques mais aussi économiques, les deux chercheurs décidaient de nous confronter plus particulièrement aux questions éthiques que soulève cette appropriation par l’Homme du vivant.

Un organisme génétiquement modifié désigne, dans toute sa diversité, un organisme vivant, animal, végétal ou un microorganisme dont le patrimoine génétique est modifié artificiellement par l’ajout d’un gène issu d’une autre espèce. Les domaines d’application sont très diversifiés, comprenant la production agricole et industrielle, ainsi que le secteur médical. En recherche fondamentale, la modification du génome représente un outil scientifique très performant pour l’étude des fonctions biologiques. En milieu naturel, des plantes génétiquement modifiées (PGM), comme le maïs et le soja, sont développées afin de rendre les cultures plus résistantes aux ravageurs ou bien aux herbicides. Les firmes agricoles en retirent d’importants bénéfices via la réduction du personnel qualifié et le traitement par avion de très grandes surfaces arables.

Depuis le début des années 1980 et l’apparition de la transgénèse, les techniques de modification du vivant ont énormément évolué : on parle désormais de mutagénèse, cisgénèse ou encore intragénèse. L’aspect novateur de ces nouvelles techniques pose d’ailleurs un problème de classification des OGM au niveau européen, et leurs applications potentielles, particulièrement en ce qui concerne l’agriculture et la santé, suscitent régulièrement controverses sanitaires et environnementales, flou juridique et  enfin réflexions éthiques.

Pour Léo Coutellec, spécialiste de l’éthique des sciences, il ne faut surtout pas s’enfermer dans un débat technique. Après tout, un agrosystème n’a rien non plus d’un véritable milieu naturel : depuis l’invention de l’agriculture, l’Homme oriente l’évolution des plantes et animaux qu’il sélectionne. Une démarche éthique voudrait plutôt que l’on étudie le mode d’existence des OGM dans une visée pluridisciplinaire, prenant en compte les dimensions sociologiques, économiques, culturelles, voire anthropologiques de la science. En effet, les questions relatives à l’insertion d’un OGM dans un marché, sa protection juridique ou bien encore le mode de développement agricole qu’il va soutenir ou inhiber se retrouvent constamment écartées de la table des débats, au profit d’une pensée purement quantitative et probabiliste liée à la notion de risque.

Si l’importance et l’intérêt de ces innovations génétiques en milieu confiné sont certains, le biologiste Bernard Pintureau est beaucoup plus réservé en ce qui concerne leur utilisation en milieu naturel : lorsqu’il s’agit d’un moyen de lutte biologique, celui-ci s’apparente en réalité à la lutte chimique aveugle, qui ne correspond pas à l’idée d’une agriculture durable. De plus, le développement des OGM présente un risque important de monopolisation des grands groupes industriels, soulevant une controverse croissante autour de la brevetabilité du vivant, susceptible de conférer à l’industrie des droits exclusifs sur une partie du patrimoine génétique des espèces naturelles et une mainmise de plus en plus grande sur l’industrie agro-alimentaire, au détriment des agriculteurs locaux. En outre, d’autres questions peuvent se poser comme celle de l’innocuité d’une alimentation contenant des OGM, à laquelle les spécialistes n’ont pas encore apporté toutes les réponses.

La question des OGM se pose ainsi comme un problème d’ordre civilisationnel, dont les finalités éthiques, économiques et politiques deviennent un véritable enjeu planétaire. Outre les débats techniques liés aux risques et à l’innocuité, une évaluation éthique des OGM ne pourra se passer d’une démarche interdisciplinaire, à laquelle devra être associée une expertise citoyenne et politique.


[1] Bernard Pintureau, biologiste, retraité de l’Institut National de Recherche en Agronomie. Spécialiste de la lutte biologique.

[2] Léo Coutellec, philosophe des sciences, Université Jean Moulin Lyon 3. Spécialiste des questionnements éthiques autour des modifications génétiques.

Marionnettes, automates et robots : miroirs de l’Homme ?

Retour sur la journée d’étude du 12 octobre 2013, organisée par la mission Science et Société de l’Université de Lyon et les musées Gadagne.

Dans le cadre du cycle Métamorphoses #1 : de l’Homme augmenté au robot humanoïde, le dispositif Et si on en parlait organisait une journée d’étude proposant trois conférences-débats sur le thème des automates, suivies d’échanges avec le public ainsi qu’une visite d’exposition.

Réunis aux musées Gadagne, huit experts invités étaient ainsi venus nous présenter les origines culturelles, sociales et spirituelles dans lesquelles s’enracinent nos relations aux marionnettes, automates et robots créés à notre ressemblance.

Retrouvez ici la programmation :
Programme_12octGadagne_p1            Programme_12octGadagne_p2

Au programme de cette journée d’étude se sont tenues trois grandes conférences ayant pour thème :

    • Quelles relations entretenons-nous avec nos objets techniques ?
    • Quelle place joue l’anthropomorphisme dans notre attachement aux robots ?
    • Comment la création artistique questionne-t-elle nos relations aux robots et aux êtres humanoïdes ?

 

Lisez l’article de synthèse de la rencontre CR_marionnettes_robots_ACharvet

 

Retrouvez ci-dessous les enregistrements audio des interventions (dans l’ordre du programme) :

ATTENTION : les bandes-sons ne sont pas audibles avec certaines versions du navigateur Firefox. Veuillez dans ce cas changer de navigateur.

  • Naly Gérard, journaliste culturelle.

 

  • Gilles Montègre, historien des sciences.

 

  • Emmanuel Grimaud, anthropologue.

Intervention 1 :

Intervention 2 :

 

  • Jean-Gabriel Ganascia, chercheur en intelligence artificielle et sciences cognitives.

 

  • Roland Auzet, metteur en scène, directeur de théâtre.

 

  • Lucile Haute, plasticienne, performeuse et chercheuse.

 

(Les interventions de Jean-François Ballay et celle d’Agnès Giard ne sont pas disponibles).

Une rencontre animée par Béatrice Korc, anciennement responsable du Service Science et Société de l’Université de Lyon ; organisée par Pauline Lachappelle, médiatrice à l’Université de Lyon, et Adeline Charvet, journaliste.

L’Homo numericus sera-t-il libre ?

Synthèse de la soirée-débat du 23 octobre 2013, organisée par l’Université de Lyon en partenariat avec le CNRS (débats Parlons-en !) et le magazine Lyon Capitale.

Dans le cadre du cycle « Métamorphoses : de l’Homme augmenté au robot humanoïde », les rencontres Et si on en parlait de l’Université de Lyon abordent notre rapport aux nouvelles technologies, dont l’hyper présence au quotidien tendrait à transformer l’Homme et son appréhension globale du savoir et de l’information. Quelles sont ces technologies numériques et comment nous parviennent-elles ? Devons-nous craindre la perte de nos libertés individuelles ? Quid de cet Homme « 2.0 » ?

Pour répondre à ces questions et débattre des enjeux, chercheurs et citoyens étaient réunis lors d’une soirée intitulée « L’Homo numericus sera-t-il libre ? ».

Les nouvelles technologies

Pour l’informaticien Gérard Berry, amorcer le débat en évoquant le terme de « nouvelles technologies » est une erreur. Les innovations que nous évoquons sont déjà présentes dans notre quotidien, et se projeter dans l’avenir afin de prévoir les technologies de demain peut s’avérer périlleux : « Dans 2001, l’odyssée de l’espace, on anticipait des ordinateurs gros et intelligents. C’est raté : ils sont petits et stupides ». De son avis, c’est aujourd’hui l’informatisation des objets et de leur usage qu’il faut considérer : il est clair que la science et la technologie informatique modifient notre perception du monde de manière profonde, notamment dans la notion d’espace et de temps. Mais plutôt que de juger, voire de craindre le changement, le véritable danger serait de n’en apprendre que les usages, au risque de nous rendre dépendants des pays asiatiques et des États-Unis, principaux producteurs de ces technologies.

Vers une informatisation du sujet ?

Les connexions entre ordinateur et système nerveux sont une réalité, mais l’informaticien exclut pourtant la possibilité d’une véritable connexion maîtrisée entre l’ordinateur et le cerveau humain. Pour le neurologue Bernard Croisile, il ne faut ainsi pas penser que l’on va rajouter des « barrettes de mémoire » à nos cerveaux : « Ce qui nous intéresse est d’avoir accès facilement et rapidement à ces grandes quantités incluses dans des mémoires externes. Il n’y a pas d’intérêt à les mettre dans notre cerveau ».

Pourtant, comme le fait remarquer un intervenant du public, il existe des interfaces externes, à l’instar des casques de réalité virtuelle, capables de « duper » notre cerveau. Il s’agit d’ailleurs d’une évolution vers laquelle tendent entre autres les constructeurs de jeux vidéo. Mais pour le neurologue, ces innovations restent dans la même lignée que le recours au trompe-l’œil ou l’invention de la perspective dans l’art pictural : il ne s’agit en réalité que de tromper les aspects sensoriels du cerveau. Gérard Berry nous renvoie ainsi aux travaux d’Anatole Lécuyer sur l’illusion « pseudo-haptique » : la mise en œuvre d’un stimulus exclusivement visuel pouvant induire chez un sujet l’impression d’une force exercée sur son corps.

« Peut-on craindre une perte de la mémoire, des neurones et de l’attention ? »

Répondant aux interrogations du public quant à l’impact des nouvelles technologies sur le cerveau et la mémoire, Bernard Croisile explique que le cerveau se transforme en permanence et dépend des informations qu’il reçoit tout comme des processus qu’il enclenche. Aujourd’hui, les comportements sont différents, mais la transformation réside surtout dans l’utilisation que nous allons faire de ces technologies : « L’information instantanée enrichit la mémoire car j’ai de suite la réponse à la question que je me pose. Il ne faut pas avoir d’inquiétude, notre mémoire va gagner grâce à ces technologies ».

Pour les quatre intervenants, la baisse du niveau en orthographe, souvent présentée comme un des dégâts collatéraux des nouvelles formes de communication, est un problème « franco-français » qu’il faut savoir relativiser. En effet, l’orthographe au 18e siècle n’était déjà plus la même au 19e, et on parlait au 16e siècle de graphie non stabilisée pour l’étude de la langue française, alors que la notion d’orthographe n’existait absolument pas. Il parait donc logique qu’avec des moyens différents, on adapte un système fluide à des technologies qui apportent de nouvelles possibilités.

Les nouvelles formes de transmission du savoir

Nous sommes peu à peu amenés à adopter des méthodes différentes de réflexion. Pour les quatre spécialistes, la différence aujourd’hui se trouve dans l’immédiateté d’accès au savoir qu’impliquent par exemple des outils comme Wikipédia, riche de son caractère hypertextuel. Cette acquisition passe par la maîtrise de l’intertextualité existante entre écritures numériques et imprimées. Pourtant, ces nouvelles méthodes d’accès à la connaissance impliquent une relation très forte entre la pensée et la technique, nous rendant dépendants de nos écrans et de notre matériel numérique. Il faut apprendre ce savoir technique, qui devient lui-même à son tour une forme de culture.

Rebondissant sur la critique de l’immédiateté, le sociologue Francis Jauréguiberry déplore cette opposition brutale entre immédiateté et temps de la réflexion : « Il faut réussir à concilier ces tensions de façon individuelle et collective. Le danger, c’est lorsque l’immédiateté est portée comme une règle de fonctionnement par des institutions et des références culturelles ambiantes ». L’immédiateté est donc un atout, duquel il ne faut pas se rendre entièrement dépendant : la mise en place de projets pédagogiques ainsi qu’une réforme sérieuse de l’enseignement, adaptée aux nouvelles méthodes de transmission du savoir, seraient souhaitables.

L’open-source : gage de liberté ?

Ce que l’on peut craindre en revanche est l’apparition lente mais sûre d’un Internet à deux vitesses. Si tout le monde ne bénéficie pas de la même qualité de connexion, il existe aussi des inégalités dans les usages et les accès aux services qui deviennent payants. Comme le fait remarquer un spectateur, la liberté de l’Homme numérique se situe peut-être dans le logiciel libre : gagnant en autonomie, nous ne serions pas forcés de nous adapter à l’usage incité par les grandes entreprises ayant investi l’industrie de l’écriture. Pour le philosophe Éric Guichard, savoir lire et écrire aujourd’hui, c’est être le plus autonome possible par rapport à ces dispositifs. Il est donc important d’éviter la sacralisation des objets et de chercher à comprendre ce qui se cache derrière les nouveaux processus de transmission du savoir.

Le citoyen de demain est-il libre de ne pas être numérique ?

Selon Hegel, la liberté est l’intellection de la nécessité. S’il parait désormais impossible de vivre totalement « déconnecté », il faut savoir prendre de la distance pour introduire du différé dans cette société de l’immédiat, et s’emparer de la capacité à redevenir anonyme dans l’espace public, lorsqu’on le souhaite. Éric Guichard se veut optimiste : « Je me dis que dans les civilisations qu’on a connues, une personne qui savait lire et écrire, elle était libre ».

Ainsi, dans un quotidien désormais hybride, l’individu s’adapterait aux changements d’un monde de plus en plus en plus informé, et il en irait de sa capacité individuelle à gérer et utiliser ces technologies à bon escient, s’il ne veut pas qu’elles lui dictent des modes de comportement.

Table-ronde disponible en podcast sur  la Wikiradio du CNRS (attention : début des échanges à 3 min 10).

Puces RFID : après les moutons, l’humain ?

Retour sur la conférence du 10 octobre 2013, organisée par la mission Science et Société de l’Université de Lyon et la Maison Rhodanienne de l’Environnement.

L’identification par radiofréquence (RFID) s’est rapidement imposée en Europe dans les années 2000 et son utilisation s’est peu à peu banalisée, du secteur de la logistique jusque dans notre environnement quotidien. Pourtant, elle est aujourd’hui au cœur de l’actualité des nouvelles technologies de l’information et de la communication car elle suscite de nombreuses craintes relatives à ses risques et dérives potentiels, relayés aussi bien du côté des citoyens que celui des instances de régulation nationales et européennes. Entre vérité et fantasmes urbains, quels sont les véritables usages de cette technologie, et en quoi peut-elle porter atteinte à certains de nos droits fondamentaux ?

 

Que désigne la RFID ?

L’identification par radiofréquence reste une technologie méconnue du grand public. Pour nous en expliquer le fonctionnement, Christian Perrot, conseiller en nouvelles technologies, avait mis à notre disposition divers outils de démonstration : un système RFID (de l’anglais radio frequency identification) se compose ainsi d’une radio-étiquette, ou tag, comprenant une puce informatique couplée à une antenne, où sont inscrites des informations que décryptent les lecteurs appropriés.

Puces RFID
Puces RFID
Lecteur HF
Lecteur HF
Antenne HF
Antenne HF

 

 

 

 

 

 

Le dialogue s’effectue aussi bien en émission qu’en réception, et contrairement aux codes-barres et autres QR codes, l’avantage d’une puce RFID est que l’on peut à la fois écrire et renouveler les données qu’elle contient. La distance de lecture peut aujourd’hui s’étendre à plusieurs dizaines de mètres, et la plupart des lecteurs possèdent un système de traitement « anticollision », permettant de gérer la présence de plusieurs marqueurs dans le même champ de détection.

 

Quels en sont les usages actuels ?

Gestion des stocks, suivi du bétail, contrôle de la chaîne du froid, lutte à la contrefaçon, badges d’accès, expositions dans les musées : la RFID s’applique à des domaines très variés, et nous la retrouvons dans de nombreux objets de la vie quotidienne comme nos titres de transports, passeports électroniques ou certaines cartes de paiement. Pour Christian Perrot, les puces RFID sont soumises à une véritable « stratégie sociologique » visant à en favoriser l’usage. Plusieurs pays européens imposent ainsi cette méthode d’identification pour les animaux domestiques et, en France, des maternités proposent des bracelets électroniques visant à prévenir l’enlèvement des nourrissons. Plus incroyable encore, en Espagne, des puces sont implantées sous la peau et servent de moyen de paiement aux membres VIP d’une discothèque.

 

Risques de dérives et mesures de régulation 

« Combien de puces RFID ai-je sur moi sans le savoir ? », « Est-il possible de nous localiser et de nous suivre à la trace, à la manière des films d’espionnage américains ? », « Avec les puces RFID, Big Brother est-il en train de nous surveiller ? », s’interrogent les citoyens présents. Christian Perrot nous explique que le danger principal des puces RFID réside dans l’absence de signal indiquant la reconnaissance du couplage, ce qui veut dire que l’on peut être détecté sans le savoir, dans le cadre d’une « interaction non volontaire ». En ce qui concerne la géolocalisation, la RFID reste imprécise et ne permet pas la surveillance continue des individus, contrairement aux GPS dont sont dotés nos smartphones, utilisant par ailleurs la technologie NFC (near field contact), dérivée de la RFID. Néanmoins, l’ensemble des données à caractère personnel qu’incluent les puces RFID que nous utilisons, souvent à notre insu, pourrait permettre par recoupement une identification à distance des personnes et de leur comportement de consommateur.

Devant la banalisation et l’usage extensif de la RFID, la CNIL et la Commission européenne s’inquiètent notamment du risque de traçabilité des individus, qui n’ont pas accès à leurs données. Les deux institutions préconisent ainsi une série de mesures visant à réguler l’usage de cette technologie et améliorer la protection des données personnelles :

  • Besoin de transparence : les citoyens doivent être informés dès lors qu’un système RFID est susceptible d’interagir avec eux et doivent connaître les droits et obligations applicables. Des actions de sensibilisation sont nécessaires.
  • Limitation de la durée de conservation des données, un élément repris tout au long de la soirée via les craintes du public venu assister à la conférence.
  • Désactivation des puces après l’achat d’un article en magasin, lorsque la protection antivol ou la gestion de l’inventaire n’est plus de mise.
  • Réalisation d’une évaluation d’impact sur la vie privée (EIVP), préalable à la commercialisation ou la mise en service d’un système RFID.
  • Normalisation des solutions, bonnes pratiques et codes de conduite des fabricants de RFID.

Reste à prendre en compte l’aspect sanitaire, essentiel aux yeux du citoyen, qui questionne la dangerosité des ondes électromagnétiques émises par ce nouveau procédé, cumulées par exemple aux ondes déjà présentes dans la téléphonie mobile et les systèmes Wi-Fi.

 

RFID : progrès ou nouvelle forme de contrôle de l’individu ?

La RFID présente des avantages technologiques et économiques certains, dus en partie à son faible coût de production, mais cette innovation soulève également de nouvelles questions éthiques et des risques de dérives venant toucher à nos droits fondamentaux. Sans tomber dans une forme de « paranoïa luddite », il est clair que sa transparence auprès du citoyen demeure assez floue, et les promesses économiques de cette nouvelle technologie ne pourront emporter l’adhésion du public qu’après la mise en place de mesures préventives nécessaires en matière de sécurité et de protection des données privées, dans le respect de la liberté et des droits individuels du citoyen-consommateur.