Sélection d’ouvrages « Cerveau, sexe, gènes… sommes-nous vraiment programmés ? »

 Article initialement publié dans la newsletter “Science et Société” de février 2012 (n°59) de l’Université de Lyon

Etes-vous libre ? – Le problème du déterminisme

Si les découvertes successives des lois régissant la nature nous obligent à nous orienter vers un certain déterminisme, l’idée n’en reste pas moins effrayante pour la plupart d’entre nous. Redonnant une définition au déterminisme qui semble raisonnable aux lumières des découvertes scientifiques les plus récentes, l’auteur discute de notre rapport à la liberté. Car le déterminisme va à l’encontre du libre-arbitre, largement défendu par la philosophie « moderne », mais qui, selon l’auteur, n’a pas forcément toutes les vertus qu’on veut bien lui prêter. Une grande partie de l’ouvrage se penche sur la question de la justice, berceau de l’arbitrage entre libre-arbitre et déterminisme. Une vision philosophique moderne du déterminisme, ses implications, et son rapport à notre irrésistible besoin de liberté, pour un large public.

                                      Ted Honderich – Editions Syllepse – 19€

 

Ni Dieu ni gène

Dans la collection Points Sciences, un petit ouvrage très clair, parsemé d’une multitude de schémas, diagrammes et dessins, abordant la question de la liberté dans les processus biologiques et évolutifs. Si certains sont tentés de croire que l’étude de l’ADN suffirait à dresser un tableau d’un être à venir (ADN déterminant et déterministe), ce livre montre qu’ils se trompent, et que chacun d’entre nous n’est absolument pas programmé par l’ADN seul, mais aussi et surtout par de multiples interactions à tous les stades de notre développement, de la première étape (la molécule), à la dernière (l’Homme). Un livre pour le grand public, qui ira d’étonnement en étonnement, et ce, avec la plus grande facilité tant le langage y est clair.

                                      Kupiec & Sonigo – Editions Points – 7.50 €

 

Chaos et déterminisme

Comme son titre l’indique, chaos et déterminisme sont étudiés et disséqués ici par les meilleurs spécialistes, et ce dans beaucoup de domaines : biologie, physique, astrophysique… L’intérêt de cet ouvrage est l’approche très variée et complète de la question (pas moins de quatorze personnes ont participé à sa rédaction). Chaos et déterminisme sont en effet discutés philosophiquement, mathématiquement, historiquement, rendant l’ouvrage presque indispensable à quiconque s’intéresse à la question. Ce livre se destine à un public, sans être spécialiste, curieux et motivé.

Dalmedico, Chabert & Chemla – Editions Points – 9.95 €

 

 

Articles, sites et vidéos à consulter sur le déterminisme

 

Pour aller plus loin sur la thématique « Cerveau, sexe, gènes, sommes-nous vraiment programmés? », nous vous proposons cette petite sélection (non exhaustive) d’articles, sites web et vidéos à consulter.

Vous pouvez consulter aussi le billet « Naturalisation des comportements : revue de presse », qui répertorie une série d’articles faisant référence aux origines biologiques de nos comportements.

 

SUR L’ENFANCE, L’ÉDUCATION ET LA PRÉVENTION DE LA DELINQUANCE

Vous pouvez consulter le rapport de l’INSERM « Trouble des conduites chez l’enfant et l’adolescent » (INSERM, 2005), téléchargeable en ligne.

Pour rappel, la publication de ce rapport a suscité de vives controverses et conduit notamment à la création en 2006 du collectif « Pas de 0 de conduite pour les enfants de 3 ans », à l’initiative d’une dizaine de praticiens, critiques par rapport au contenu de ce rapport et aux projets de prévention de la délinquance alors mis en avant par le gouvernement.

De nombreux contenus et prises de position peuvent être consultés en ligne sur le site du collectif, notamment :

Nous vous conseillons également la lecture des articles, vidéos ou ouvrages suivants :

  • Catherine Vidal et Sylviane Giampino, Nos enfants sous haute surveillance, août 2009, Albin Michel, 17.25€ : Sous couvert de prévention, dès la crèche et la maternelle, tests et dépistages se multiplient. Le regard que porte notre société sur l’enfance en est bouleversé. Pour Sylviane Giampino et Catherine Vidal, rien n’est jamais figé ni dans la personnalité ni dans le cerveau.
  • « L’enfance sous contrôle », documentaire de Marie-Pierre Jaury, coproduit par Arte France, Point du Jour, Intuitive Pictures, Société Radio-Canada et CNRS Images (France, 2009, 52 mn). « En Europe, aux États-Unis, au Canada, la recherche s’emploie à trouver des origines psychiatriques, neurologiques ou génétiques à la violence de certains jeunes, et préconise un dépistage toujours plus précoce. La délinquance est-elle une maladie ? La science et la médecine peuvent-elles répondre à des questions qui hier encore, relevaient de l’éducatif et du social ? »

 

SUR LES DIFFÉRENCES HOMMES/ FEMMES :

A visionner : une interview de Catherine Vidal sur le thème « Le cerveau a-t-il un sexe ? » (Catherine Vidal est neurobiologiste et directrice de recherche à l’Institut Pasteur).

A lire en ligne :

Un bon ouvrage pour faire le tour du sujet : Cerveau sexe et pouvoir, Catherine Vidal et Dorothée Benoit-Browaeys. Avant-propos de Maurice Godelier. Collection Regards, Editions Belin, 2005


GENETIQUE

Inné ou acquis ? Par Ernst Peter Fischer, à lire sur le site d’Arte (2007) : Sommes-nous le produit de nos gènes ou de l’environnement ? La réponse varie selon l’époque. Professeur d’histoire des sciences à l’université de Constance, Ernst Peter Fischer brosse l’évolution mouvementée des théories de l’inné et de l’acquis.

A la recherche de l’enfant parfait – Ce que la génétique doit à l’eugénisme, Emilie Guyonnet, Le Monde Diplomatique, juin 2009

 

NEUROSCIENCES

Le cerveau évolue-t-il au cours de la vie ?, Catherine Vidal, Les Petites Pommes du savoir n° 118, Editions Le Pommier, 4,60€ – « Une des découvertes les plus étonnantes est la capacité d’adaptation du cerveau aux événements de la vie. On parle de plasticité pour qualifier cette propriété du cerveau à se modeler en fonction de l’expérience vécue, et même à se réparer en cas d’accident ou de maladie ! »

Sur les usages et mésusages des neurosciences, et notamment leur utilisation au tribunal :

« Le cerveau des pédophiles à livre ouvert », Sandrine Cabut, Le Monde, 8 octobre 2011

 

Nathalie FABRE

 

un éthologue se demande si le genre n’explique pas également le comportement mâle versus femelle chez d’autres espèces animales.

Naturalisation des comportements : Revue de presse

 

D’importants efforts sont fournis, pour identifier des prédispositions et des facteurs de risques génétiques, et repérer les bases neuronales de nos comportements. Ces études sont parfois reprises de manière assez approximative, véhiculant l’idée que tout ce que nous sommes serait prédéterminé biologiquement. Il y aurait ainsi un « gène du tueur » et un « cerveau du pédophile », des raccourcis sans réelle validité scientifique, mais qui ont pourtant la peau dure dans nos représentations.

En voici quelques exemples à retrouver en ligne :

 « La sympathie et la confiance en soi sont en partie génétiques » (revue web Slate, 16 novembre 2011)

« Le cerveau des pédophiles à livre ouvert » (Sandrine Cabut, Le Monde, 8 octobre 2011)

 « Maigreur et obésité : les mêmes gènes sont en cause » (Science et Avenir, 1er septembre 2011)

« Les émeutiers ont, dans le cerveau, des concentrations plus faibles en GABA, une substance qui garde les comportements impulsifs sous contrôle » (Le Daily Mail, 9 août 2011)

« Un gène responsable de l’infidélité et des coups d’un soir ? » (revue web Slate, 2 décembre 2010)

« Le cerveau des femmes, plus actif que celui des hommes » (Charlotte Menegaux, LeFigaro.fr, 18 novembre 2010)

« Un gène contre l’alcoolisme » (L’express.fr, 22 octobre 2010)

« On naît homosexuel, on ne choisit pas de l’être » (AFP, 4 février 2010)

« Le cerveau, cause de la délinquance ? » (AFP repris par LeFigaro.fr, 16 novembre 2009)

« Le “gène de Dieu » : révélation ou hérésie ? » (Rue 89, 24 mai 2007)

« Les femmes ne sont pas les clones des hommes », Entretien avec la psychologue Susan Pinker, « Sciences humaines, dossier sur le post-féminisme, avril 2011

« Il faut sauver les garçons », Entretien de Sophie Roquel avec le pédopsychiatre Stéphane Clerget (Le Figaro Magazine, 20 et 21 août 2011) : Stéphane Clerget y explique notamment que les tendances à l’introspection chez les filles et à la projection chez les garçons seraient liées aux formes différentiées de leurs organes génitaux.    

 

Nathalie FABRE

Vidéos des cafés « sciences et images » sur le déterminisme

Retour en images et sons sur les cafés consacrés à la thématique « Cerveau, sexe, gènes… sommes-nous vraiment programmés ? » (automne 2011). Pour retrouver le détail de ces cafés, cliquer ici.

Ces vidéos ont été diffusées pendant la soirée-débat du 6 décembre 2011 et sont aujourd’hui consultables en ligne, sur notre chaîne You Tube.

Vidéo 1 : « Sommes-nous vraiment programmés ? », de quoi parle-t-on ? (retours sur l’idée de déterminismes)

Vidéo 2 : Impacts et enjeux du déterminisme social et biologique, dans notre société

Génétique : réalités et inquiétudes

(ATTENTION : les bandes-sons ne fonctionnent pas sur certaines version du navigateur Firefox)

Le 23 novembre 2011, l’Université de Lyon proposait dans le cadre des rencontres « Et si on en parlait », un café « sciences et images » sur le thème « Addictions, sexualité, obésité… Une affaire de gènes ? ». Animée par Frédéric Flamant, biologiste à l’Institut de Génomique Fonctionnelle de Lyon (IGFL – ENS Lyon) et Marion Le Bidan, doctorante en philosophie (Université Lyon 3), la rencontre a permis de mieux comprendre la part d’influence de nos gènes sur nos comportements et notre identité. Les intervenants ont également abordé les risques de déformation des connaissances scientifiques par les médias, les politiques…  au profit d’une vision « fataliste »  et un peu simpliste de l’humain.

 

 

En science, il n’existe pas « un gène de… »

Pour bien comprendre le fonctionnement de nos quelques 22 000 gènes, un préambule technique et historique s’imposait.

Le biologiste rappelle que le gène est un « fragment de molécule d’ADN », porté par le chromosome dans nos cellules. Il est composé d’une « séquence de nucléotides », soit de quatre sortes de molécules organiques : les fameuses lettres AGTC (pour adénine, guanine, thymine et cytosine). En modifiant cette séquence, on peut faire muter le gène et déterminer ainsi sa fonction exacte.

Il s’agit ensuite de comprendre les lois sur la transmission des caractères héréditaires : les lois de Mendel. Découvertes en 1865 par l’Autrichien Johann Gregor Mendel,  ces lois constituent la base de la génétique moderne.  Elles permettent notamment d’expliciter un élément fondamental : les allèles. « Les allèles sont les différentes versions des gènes », précise Frédéric Flamant.

Chaque gène est donc représenté par deux allèles, qui peuvent être  dominants ou récessifs. On  appelle « dominants » les allèles qui s’expriment et ont une influence sur l’ensemble des caractéristiques observables d’un individu : apparence physique, fonctionnement physiologique, comportement etc.  Soit le phénotype, en langage scientifique.

Ainsi, deux individus peuvent avoir le même gène, mais si leurs allèles ne s’expriment pas de la même façon – ils n’ont pas les mêmes allèles dominants – alors ces individus seront différents. En ce sens, « l’aspect des gens ne nous renseigne pas directement sur leur patrimoine génétique ».

Frédéric Flamant brosse le portrait des recherches en génétique. Il souligne l’impossibilité de reproduire des expériences visant à découvrir un « gène de l’alcoolisme » ou un « gène de la taille », du fait de la complexité de notre patrimoine génétique. Il passe enfin en revue l’évolution d’une génétique moléculaire à une génétique génomique – qui étudie l’ensemble des gènes – les premières expériences de séquençage du génome humain (1) et leur importante marge d’erreur malgré un coût exorbitant (3 milliards de dollars pour décrypter 3 milliards de nucléotides !). Pour le biologiste, il est temps d’entamer le débat avec le public.

 

La génétique ne permet pas de prédire nos actions ou modes de vie

Qui dit génétique dit déterminisme biologique. Mais qu’est-ce que le déterminisme ? « Un concept compliqué », selon Frédéric Flamant, qui suppose que les gènes indiquent une direction. Toutefois, la variabilité de l’espèce humaine et animale – soit le fait qu’ « il n’existe pas dans le monde vivant deux individus [ou animaux] rigoureusement identiques » – ne permet pas de prouver que la présence de tel gène induise tel comportement ou aspect  physique. Car, « la reproduction n’est pas parfaitement conforme. [Si elle l’était], tous les organismes appartenant à une même lignée, c’est-à-dire descendant d’un même parent, seraient identiques entre eux et identiques à leur ascendant commun » (2).

« Ce n’est toujours qu’a posteriori qu’on pourra éventuellement expliquer un comportement ou un état mental par notre génotype », renchérit Marion Le Bidan. Et non l’inverse. De même pour les traits physiques : une fois adulte, on se reconnaît dans nos photos d’enfant. Pourtant, personne n’aurait pu prévoir notre apparence d’adulte, insiste le biologiste. La génétique ne permettant pas de prédire nos actions ou modes de vie, on ne peut évoquer que des prédispositions ou facteurs de risques, soit « des concepts très flous ». Pour bien se faire comprendre, Frédéric Flamant compare génétique et météo :

De son côté, la philosophe souligne qu’avant de parler de déterminisme, on parlait d’hérédité. Une notion qui a conduit, à certaines périodes, à des politiques radicales qui choquent avec le recul de l’histoire. Par exemple, les États-Unis ont, dans certains États, mené des politiques de stérilisation forcée des « faibles d’esprit », au début du XXe siècle (3). A l’époque, on croyait en effet que ce qui était héréditaire venait « de l’intérieur » (sans encore utiliser le concept de gènes), et que l’on pourrait « améliorer biologiquement » la population. Ces théories eugénistes ont conduit à vouloir empêcher les arriérés mentaux de se reproduire. Or, l’expérience a démontré que l’arriération mentale n’était que très rarement héréditaire. De telles politiques eugénistes  ont toutefois été menées dans d’autres pays à la même époque et systématisées par l’Allemagne nazie à partir  de 1933. L’histoire du XXe siècle rend cruciale la compréhension des enjeux et  la diffusion des connaissances  scientifiques.

Pour mieux comprendre, Marion Le Bidan revient sur la différence entre déterminisme et fatalité :

 

« Distinguer les études sérieuses »

Après un détour par les applications et dérives  de la génétique – médecine préventive, diagnostics permettant aux assurances américaines de trier leurs clients selon leurs facteurs de risques, eugénisme … – Marion Le Bidan propose au public d’étudier des coupures de presse afin de comprendre comment les journalistes rendent compte des découvertes scientifiques.  Force est de constater que titres accrocheurs et révélations tentent souvent de pallier le manque de contenu scientifique. « Quand il s’agit de génétique, le langage des médias est soit très flou, soit catégorique et donc scientifiquement faux », analyse la philosophe. Pour sa part, Frédéric Flamant rappelle que dans tous les cas, on ne peut se fier aux résultats d’une seule étude.

Les études scientifiques peuvent  d’ailleurs être sujettes à caution. Car, comme le pointe le biologiste, leurs résultats et leur publication dépendent parfois de leurs sources de financement ou des éventuels conflits d’intérêts des signataires. La trentaine de participants déplore cette opacité et s’inquiète de cette tendance à vouloir trouver une explication biologique à chacun de nos comportements : obésité, alcoolisme, pédophilie, civisme, homosexualité…  Quid des facteurs sociaux ou environnementaux ?

« En rendant biologiques les causes des comportements déviants, les pouvoirs publics auraient une bonne raison de ne plus s’impliquer dans le financement de programmes d’aide. II faut distinguer les études sérieuses et ne pas confondre corrélation et causalité  (4)», insiste Marion Le Bidan. Porteuse d’espoir, la génétique soulève bien des questions d’éthique. A la société et aux instances représentatives de fixer des cadres aux chercheurs. Citoyens également, ces  derniers se doivent d’expliquer leurs travaux et d’entreprendre un travail de médiation auprès du grand public. Un défi réussi par Marion Le Bidan et Frédéric Flamant ce soir-là.

Coraline BERTRAND

 

(1)        Le génome est l’ensemble du matériel génétique, c’est-à-dire des molécules d’ADN, d’une cellule. Plus d’infos.

(2)        Marion Le Bidan a raconté l’histoire de Carrie Buck, première « faible d’esprit » stérilisée de force dans l’Etat de Virginie. Sa plainte a conduit à un arrêt de la Cour Suprême : Buck vs Bell. Plus d’infos (en anglais).

(3)        « (…) deux événements peuvent être corrélés (reliés) sans pour autant avoir des rapports de cause à effet. Par exemple, on ne meurt pas plus parce qu’on est dans un lit d’hôpital, mais on y est parce qu’on est malade, et quand on est malade la probabilité de mourir est plus grande. Il en va ainsi des corrélations délinquance et origine ethnique : même à supposer qu’elles soient vraies, elles ne démontrent pas le rapport de cause à effet ; il peut se faire que la pauvreté, voire la détresse, soient liées à des discriminations ethniques, c’est alors cette misère qui est une cause possible de délinquance. »  Hubert Krivine, maître de conférences honoraire à l’université Pierre-et-Marie-Curie. Plus d’infos.

Violence des enfants et délinquance : à la recherche de preuves scientifiques ?

(ATTENTION : les bandes-sons ne fonctionnent pas sur certaines version du navigateur Firefox) 

« L’Enfance sous contrôle » ?

Diffusé en préambule de la rencontre, le documentaire de Marie-Pierre Jaury,  L’Enfance sous contrôle (1) enquête sur le diagnostic, les traitements médicaux et les discours associés à ce qu’une partie du milieu psychiatrique appelle « les troubles du comportement chez l’enfant » ou  « trouble des conduites ». Le film donne la parole à des politiques, praticiens et chercheurs – français et étrangers – ainsi qu’à des parents. Les enfants suivis et interviewés ont des comportements jugés « hors-normes » en matière de violence : forte agitation, réactions agressives, désobéissance fréquente… Or, selon certains praticiens, ces comportements seraient susceptibles d’être « diagnostiqués » et « soignés ». Si l’intention du soin peut paraître louable, il n’en reste pas moins que la pertinence scientifique de la définition même de ce trouble et sa médicalisation accrue pose question et dérange une partie importante de la population.

En France, le débat a pris de l’ampleur en 2006 avec la volonté du gouvernement de dépister des troubles de conduite dès la maternelle, complément d’une politique renforcée de prévention et de lutte contre la délinquance. Inquiétés par des discours  jugés trop sécuritaires et critiquant l’extrapolation simplificatrice des connaissances scientifiques complexes et leur utilisation, des chercheurs et professionnels de l’enfance avaient alors créé le collectif Pas de 0 de conduite pour nos enfants (http://www.pasde0deconduite.org/)   afin de plaider pour une « approche préventive et compréhensive » des comportements dits déviants, en prenant en compte le contexte social dans lequel évolue l’enfant.

Troublés par le film, les participants à la rencontre réagissent vivement. Ils s’inquiètent à leur tour des dérives éventuelles de ce dépistage et soulignent d’emblée la part occultée du contexte familial et social, de l’éducation, de la relation parents-enfants dans le développement de comportements agressifs ou violents chez les petits. Certains estiment qu’il doit être rassurant pour les parents de trouver des causes biologiques, génétiques ou neurologiques aux comportements dits déviants de leur progéniture.

 

Une expertise controversée

Afin de clarifier le sujet du débat, Roman Pétrouchine revient sur les tentatives de définition des termes employés : « troubles de conduite », « délinquance », « comportements déviants »…  Complexes, ces notions sont difficiles à cerner. On utilise donc des critères pour les définir. Or, choisir des critères, c’est déjà prendre parti. Une question se pose alors : « est-ce légitime de penser une définition en termes de critères ? » Le psychiatre n’a qu’une certitude : « on parle de délinquance dès qu’il y a confrontation avec la justice ».

Pour rédiger sa thèse de médecine – Le psychiatre et l’enfant délinquant – (http://www.pasde0deconduite.org/IMG/pdf/these_Roman_Petrouchine.pdf)  il a travaillé sur l’expertise controversée de l’Inserm, Troubles de conduite chez l’enfant et l’adolescent (2005). Ce document avait servi de support au gouvernement pour élaborer un projet de loi sur la prévention de la délinquance dont un article préconisait le dépistage des enfants turbulents dès 36 mois. Roman Pétrouchine analyse les deux postures d’expertise qui se font alors face : d’une part une expertise basée sur une approche interprétative et compréhensive – où intervient notamment la subjectivité du psychiatre ou psychologue – et d’autre part, une approche plus mécaniste, qui a recours à des critères très précis de diagnostic. En ce sens, pour évaluer si le patient présente les symptômes de telle ou telle pathologie, le praticien se fiera plutôt à un manuel comme le DSM-IV (2) qu’à sa propre interprétation.

 

« Ne pas réduire la maladie mentale à des causes somatiques »

Face à cette approche mécaniste de l’individu, plusieurs participants expriment leurs craintes. Ils dénoncent le recours aux médicaments – sinon systématique, du moins de plus en plus fréquent – pour traiter les troubles de comportement. « II y aurait plus de 2 millions d’enfants sous Ritaline au Québec. La France est l’un des pays qui consomme le plus de Prozac. Quid des effets secondaires, de l’accoutumance ? » Il faudrait d’abord tenter de comprendre les causes du mal-être de l’enfant, de ses troubles avant de lui prescrire tout traitement thérapeutique. En effet, « on ne devrait pas réduire la maladie mentale à des causes somatiques », rappelle une participante.

Le débat prend fin sur des questions d’éducation. Que penser du dogme de l’enfant-roi ? Aurait-il servi de terreau aux comportements déviants d’enfants peu encadrés ? Roman Pétrouchine juge la question difficile :

L’assistance et le psychiatre semblent tomber d’accord : la cellule familiale, les choix éducatifs, l’équilibre entre amour et autorité apparaissent comme déterminants dans le développement de l’enfant. Et à trois ou cinq ans, rien n’est joué.

Coraline BERTRAND

 

(1)        L’Enfance sous contrôle de Marie-Pierre Jaury, coproduit par Arte France, Point du Jour, Intuitive Pictures, Société Radio-Canada et CNRS Images (France, 2009, 52 mn). « Dans nos sociétés postmodernes, les troubles du comportement de l’enfant et de l’adolescent sont devenus une préoccupation centrale. Certaines études scientifiques, relayées par le discours politique, affirment que l’on peut y voir les prémices d’un parcours délinquant. En Europe, aux États-Unis, au Canada, la recherche s’emploie à trouver des origines psychiatriques, neurologiques ou génétiques à la violence de certains jeunes, et préconise un dépistage toujours plus précoce.

La délinquance est-elle une maladie ? La science et la médecine peuvent-elles répondre à des questions qui hier encore, relevaient de l’éducatif et du social ? Au fil de témoignages (psychologues, pédopsychiatres, psychopathologues et chercheurs en neurosciences), d’analyses et de situations, le film déconstruit et examine le regard que la science actuelle porte sur les enfants et le modèle de société qui en découle. » http://videotheque.cnrs.fr/index.php?urlaction=doc&id_doc=2222

(2)        Le DSM-IV – cité dans l’extrait sonore – est le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, édité par l’Association américaine de psychiatrie. Il recense les pathologies mentales et les symptômes qui y sont associés. Au fil du temps, la liste des symptômes tend à s’allonger. http://www.dsmiv.net/ (en anglais)