Cerveau, sexe, gènes… Sommes-nous vraiment programmés ?

« Tout notre avenir se joue avant trois ans. »

« Les capacités mentales dépendent de la forme du cerveau et de l’épaisseur du cortex. »

« Les femmes sont douées pour faire plusieurs choses à la fois, car les communications entre les deux hémisphères de leurs cerveaux sont plus développées. »

« Il existerait un gène de la sociabilité, de la violence, des névroses et psychoses, de la délinquance, de l’homosexualité… »

Au cours de l’histoire, nombreuses ont été les tentatives d’expliquer scientifiquement nos particularités et différences en lien avec notre sexe, notre origine sociale, ethnique ou culturelle. Au 19ème siècle, les anatomistes étudiaient la forme du crâne pour déterminer les dispositions morales et intellectuelles des individus. Aujourd’hui, les recherches sur le cerveau, les hormones, les gènes… sont régulièrement invoquées pour expliquer nos comportements, voire nos « déviances ». Réalités ou illusions, ces affirmations sont-elles scientifiquement fondées ? Sommes-nous programmés dès la naissance ou la petite enfance à être ce que nous sommes ? Nos comportements sont-ils vraiment (pré-)inscrits dans nos gènes et nos cerveaux, au point que nous ne puissions en changer ?

La découverte de la structure de l’ADN en 1953 a suscité des espoirs immenses au sein de la communauté scientifique : jusqu’au début des années 2000, les biologistes ont cru que le décryptage des gènes allait fournir la clé pour percer les mystères de chaque organisme. Sorte de code-barres support de notre identité, l’ADN était supposé fonctionner comme un programme responsable de l’ensemble de nos caractéristiques individuelles. Parallèlement, dans le champ des neurosciences, les nouvelles techniques d’imagerie cérébrale offrent aujourd’hui des images du cerveau en fonctionnement, qui permettent d’étudier les zones cérébrales impliquées dans nos comportements. L’idée s’est peu à peu répandue que l’on pourrait un jour lire dans nos gènes et nos cerveaux comme dans des livres ouverts, repérer leurs caractéristiques matérielles et en déduire nos spécificités et nos différences.

Cependant, depuis quelques années, les recherches tendent à nuancer voire à contredire cette conception déterministe. Ainsi a-t-on découvert qu’une grande partie de l’ADN était « non codant » et que les gènes pouvaient s’exprimer ou non en fonction de leur environnement. L’imagerie cérébrale a quant à elle révélé l’extraordinaire plasticité du cerveau, sa capacité à se restructurer en permanence en fonction de l’expérience vécue. Tout ne serait donc pas programmé dès la naissance, de manière définitive. Bien au contraire, l’environnement entendu au sens large : cellulaire, physiologique, mais aussi culturel, social et affectif, semble jouer un rôle primordial.

Malgré l’état actuel des connaissances scientifiques, l’idée d’un programme codant toute notre identité reste bien ancrée. Les explications biologiques des comportements humains ont même tendance à gagner du terrain dans les discours politiques et médiatiques. Ce constat soulève de nombreuses questions : cerveau, sexe, gènes… quel rôle joue le biologique dans la construction de nos identités et de nos différences ? Pourquoi assiste-t-on à un retour en force de conceptions tendant à nier l’importance des facteurs culturels ?  Comment dépasser l’opposition binaire entre partisans du « tout biologique » et partisans du « tout culturel » ?

Pour éclairer ces questions, le service Sciences et Société a consacré un volet de sa dynamique « Et si on en parlait » à la thématique « Cerveau, sexe, gènes… sommes-nous vraiment programmés ? ».

Retrouvez toute la programmation, ainsi que des articles, reportages et vidéos des événéments, en cliquant ici.