Accéder à une « alimentation de qualité »: quels choix possibles ?

Dans le cadre de ses rencontres Et si on en parlait, l’Université de Lyon organisait, le 5 mai 2012, une balade urbaine chez des commerçants lyonnais. Commentée par l’ethnologue Anne-Élène Delavigne, cette rencontre a permis de se renseigner sur les différentes options de consommation et d’en débattre.

Manger local, bio, artisanal ou industriel… quels en sont les avantages, les contraintes et les limites ? Ces façons de consommer garantissent-elles des achats responsables et de qualité ? Et sont-elles accessibles à tous ? Pour répondre à ces questions, trois types d’enseignes – supermarché, boucherie-charcuterie-traiteur de quartier et épicerie bio et équitable – ont été visités.Objectif : se faire une idée des contraintes et des modes de fonctionnement qui leurs sont propres.

Ethnologue, Anne-Élène Delavigne est rattachée depuis 1999 au laboratoire d’éco-anthropologie et d’ethnobiologie, CNRS – Muséum national d’histoire naturelle – Paris 7 (UMR 7206). Elle étudie le statut des animaux en France, les changements des pratiques alimentaires urbaines ou encore la place de la nature productive en ville. Elle a publié une thèse à l’EHESS, consacrée au rapport à la nature, à l’animal et à la viande au Danemark. Parmi ses travaux, on trouve de nombreuses études sur le statut des bouchers, l’abattage des animaux, la vente directe de viande ou le rapport à la viande.

 

ATTENTION  : les bandes-sons ne sont pas audibles avec certaines versions du navigateur Firefox. Veuillez changer de navigateur.

Trois visites, trois façons de consommer

Au supermarché, les fruits proviennent essentiellement de l’étranger : Colombie, Espagne, Thaïlande, Côte d’Ivoire, USA… quand la boucherie est estampillée UE ou France. Une signalétique spécifique, mise en place après la crise de la vache folle, qui a bouleversé le secteur. D’après le gérant,  « en matière de traçabilité du bœuf, les normes ont été ajoutées les unes après les autres ». Une contrainte liée aux exigences de la clientèle, qui varient selon les profils socio-économiques, et dont les supermarchés tiennent compte pour leur approvisionnement : « Le bio a plus de succès à Lyon qu’à Vaulx-en-Velin », estime le gérant.

Installé à Lyon depuis vingt-cinq ans, le boucher-charcutier-traiteur Guillard représente la cinquième génération de l’entreprise familiale. Chaleureux, bon vivant, il évoque avec enthousiasme ses produits et l’histoire de sa maison. Avec son équipe, il prépare compotes, bûches, confitures, pâtés, terrines ou andouillettes : des produits frais, faits maison, qui plaisent à une clientèle locale, fidèle et plutôt âgée. « Aujourd’hui, les jeunes ne prennent pas le temps : une génération «  micro-ondes » qui se contente de produits industriels, sous vide. Et dont le pouvoir d’achat ne permet pas toujours de s’offrir la qualité », déplore le commerçant de quartier. Son enseigne se porte pourtant bien. Seule ombre au tableau : la difficulté du métier qui n’attire plus la relève.

Ouverte depuis deux ans, l’épicerie bio et équitable 3 ptits pois dénote. Proposés en vrac, la plupart des produits – thé, biscuits, épices, petits pots, produits d’hygiène et d’entretien… – sont labellisés DEMETER, Agriculture biologique (AB) ou encore Nature & Progrès. Un système d’étiquetage très précis permet aux consommateurs d’effectuer des  choix les plus éclairés possibles. Mais, une fois sensibilisés et informés, les clients deviennent de plus en plus exigeants. Ce qui se vérifie au sein du groupe : remise en cause de la sélection de biscuits à base d’huile de palme, interrogations quant à la provenance lointaine de certains produits (Pays-Bas, Chine, Bosnie…), doutes quant à la fiabilité des labels bio étrangers. 

 

De multiples définitions possibles de la qualité

Les réactions des participants en témoignent : à chacun ses critères de choix des produits. Certains privilégieront les produits bio, d’autres la fraîcheur, le caractère artisanal, la proximité géographique ou encore le commerce équitable ! La définition de la qualité est donc propre à chaque individu, selon ses références personnelles. De la même façon, chaque commerçant – charcutier-traiteur, épicier – se positionne selon un engagement précis et des valeurs propres.

L’ambivalence de la qualité se retrouve dans la diversité des labels et leurs critères respectifs. Le Label Rouge privilégie les qualités organoleptiques du produit – sa texture, son goût, son aspect – quand les labels bio renvoient à des règles strictes de production, comme le fait de ne pas utiliser de pesticides lors de l’élaboration du produit. Quant aux Appellations d’origine contrôlée (AOC), elles privilégient le rapport au terroir, la localisation de la production. Voir sur ce sujet l’article « Les produits de terroir passent à la marmite de Laurence Bérard ».

La consom’action : des choix complexes…

Certains citoyens font aujourd’hui le choix d’une consommation plus responsable. Ils s’efforcent de mettre en cohérence leur alimentation avec leurs valeurs : rémunération juste des producteurs, protection de l’environnement, préservation de la santé… Anne-Elène Delavigne revient sur les profils – en fait assez diversifiés – de ces nouveaux consom’acteurs.

Dans les faits, choisir son alimentation en faisant coïncider des enjeux de santé, de solidarité et de protection de l’environnement s’avère complexe. Les AMAP (1) proposent ainsi une consommation locale, plus respectueuse de l’environnement, sans être nécessairement équitable. Selon Anne-Élène Delavigne, dans certaines AMAP parisiennes, les consommateurs ont des revenus beaucoup plus importants que les producteurs. Ce qui place ces derniers dans « une relation très asymétrique, sans possibilité de revaloriser le prix des paniers en fonction des revenus de leur clientèle ».

 

… pas forcément accessibles à tous

De l’avis d’Anne-Elève Delavigne, la consom’action permet de « faire bouger les choses », mais suppose de la part des citoyens un fort investissement : en termes de temps (pour s’informer, connaître les produits et les réseaux) et de moyens financiers. Consommer responsable a un coût et reste de fait « encore très marginal ».

Face à ce constat, Anne-Élène Delavigne s’interroge : « comment faire pour partager ces valeurs et éviter que ce type de consommation ne soit réservé à des segments très ciblés et privilégiés de la population ? » Si l’on souhaite généraliser ces nouvelles façons de consommer, il faudrait favoriser l’agriculture péri-urbaine et repenser l’aménagement du territoire, par exemple. Car nourrir toute la population reste un défi à relever : « avec les seules épiceries ou boucheries de quartier, pourrait-on fournir tout le monde avec ces garanties de qualité, d’artisanat ? En d’autres termes, sans les supermarchés, chacun pourrait-il s’alimenter dans une grande ville comme Lyon ? », relève une participante.

En matière d’alimentation et d’agriculture, si des initiatives émergent un peu partout – portées par l’association Terre de liens ou le mouvement citoyen des Villes en transition par exemple – les défis à relever n’en restent pas moins de taille !

 

Coraline BERTRAND

 

(1) Associations pour le maintien d’une agriculture paysanne dont « le principe est de créer un lien direct entre paysans et consommateurs, qui s’engagent à acheter la production de celui-ci à un prix équitable et en payant par avance ».


 

Les produits de terroir passent à la marmite de Laurence Bérard

Depuis vingt ans, en tant qu’ethnologue et anthropologue sociale, Laurence Bérard étudie les caractères sociaux et culturels de notre société. Elle s’est spécialisée dans les productions agricoles et alimentaires locales, connues sous la dénomination courante – mais floue – de « produits de terroir ». AOC, AOP, IGP ou MDD (1) n’ont pas de secret pour elle ! En contribuant par ses travaux à la reconnaissance de ces produits dits « de terroir », la chercheuse propose une approche moins productiviste de notre alimentation.

Originaire de Lyon, Laurence Bérard est coresponsable de l’équipe « Ressources des terroirs – Cultures, usages, sociétés » depuis 1992. Décentralisée en région, à Bourg-en-Bresse (Ain), l’antenne « Ressources des terroirs » développe des recherches anthropologiques sur les productions agricoles et alimentaires locales (ou « produits de terroir »). Elle étudie les savoirs, les pratiques et les représentations mis en œuvre dans la production, l’utilisation, la diffusion et la conservation de ces productions. Cette antenne est rattachée à l’Unité mixte de recherche Eco-anthropologie et ethnobiologie, CNRS – Muséum national d’histoire naturelle – Paris 7 (UMR 7206). En 2000, la chercheuse a fondé avec Philippe Marchenay, le Centre de documentation « Ressources des terroirs», ouvert au public et spécialisé dans les ressources agricoles et alimentaires locales et traditionnelles, en France et en Europe du Sud.

ATTENTION : les bandes-sons ne sont pas audibles avec certaines version du navigateur Firefox. Veuillez changer de navigateur.

En quoi consistent vos recherches ?

Nous nous demandons ce qui fait la spécificité d’un produit, en quoi il gagnerait à être protégé et nous explicitons toutes les démarches de valorisation des productions localisées. En commission d’experts, nous avons présenté des monographies sur des produits, comme la rosette de Lyon, pour donner des informations sur leur originalité, leur ancrage historique et culturel… Face à une demande de protection, il faut analyser le contexte : y a-t-il un acteur industriel important implanté dans la région ? Quels sont les rapports de force ?

Avec mon équipe, nous nous interrogeons également sur l’évolution de la tradition : qu’est-ce qui peut évoluer dans le processus de fabrication sans dénaturer l’aspect traditionnel du produit ? Quelle étape peut être industrialisée ? Comment transmettre et faire évoluer les savoir-faire ?

 

Parmi vos publications, on trouve l’ouvrage Produits de terroir. Comprendre et agir où vous donnez des clés sur les démarches de valorisation. Comment s’y retrouver parmi les labels et appellations ?

Bien connue, l’Appellation d’origine contrôlée (AOC) s’est mise en place autour du vin. Ce n’est qu’en 1990 qu’elle a été étendue à toutes les productions. Chevillé à l’AOC, il y a le principe que les matières premières proviennent de la zone concernée, du terroir. En effet, « le produit [labellisé AOC] ne peut être reproduit hors de son terroir », d’après l’Institut National des Appellations d’Origine (INAO) (2).

Or, bien souvent, la production des matières premières est aujourd’hui délocalisée. En particulier pour les charcuteries qui, aujourd’hui, relèvent plutôt de l’Indication géographique protégée (IGP). Moins contraignante que l’AOC, l’IGP attribue la réputation ou la qualité d’un produit à son origine géographique mais sans que toutes ses phases d’élaboration aient forcément lieu dans l’aire géographique concernée. « La relation entre le produit et son origine est moins forte. »

Enfin, l’AOP ou Appellation d’origine protégée est simplement l’équivalent européen de l’AOC française. Ces démarches de valorisation officielles sont toutefois concurrencées par les Marques de distributeurs (MDD), comme « Nos régions ont du talent » ou « Reflets de France ». Proposées par la grande distribution, ces marques de terroirs ne sont qu’un concept marketing  qui vient compliquer la donne et rafler la mise (3).

 

Que penser de l’engouement actuel pour le bio, les produits locaux, les circuits courts ?

Le consommateur est moins ignorant de ce qu’il consomme, d’où son intérêt pour le local, la vente directe, qui lui garantissent une certaine traçabilité du produit. Les scandales sanitaires – comme celui de la vache folle – ont fait prendre conscience des éventuels dangers de notre alimentation. Pour les producteurs, les circuits courts représentent une sorte de commerce équitable qui leur permet de mieux vivre, en étant moins soumis aux diktats des distributeurs. Le tout, sans forcément faire du bio – qui implique un véritable investissement et un bouleversement total de leurs pratiques – mais en privilégiant une agriculture raisonnée : utilisation restreinte des pesticides, pas de traitement préventif des cultures.

 

En vingt ans, quelle(s) évolution(s) avez-vous observée(s) dans notre alimentation ? 

Notre alimentation est de plus en plus industrialisée et aseptisée. Un cercle vicieux s’instaure : scandales sanitaires et inquiétudes incitent les consommateurs à exiger plus de garanties et de contrôles, ce qui aboutit à davantage de normes d’hygiène. Or, l’aseptisation à outrance a des effets pervers sur la diversité biologique et culturelle notamment…

Pour certifier leurs productions localisées, les producteurs font face à des démarches de plus en plus lourdes. Ils subissent des contrôles qualité chers et contraignants de la part d’organismes indépendants  agrées par l’INAO. Ce qui pour les petites AOC peut s’avérer contre-productif : certaines se dégagent de l’appellation et vendent en circuits courts à une clientèle fidèle. Par ailleurs, la mondialisation a généré un intérêt accru pour les spécificités locales et la dimension culturelle de l’alimentation : le beurre et la crème en Bresse, le beaufort en Savoie, la châtaigne en Ardèche… L’occasion de redécouvrir notre patrimoine gastronomique !

 

Propos recueillis et synthétisés par Coraline BERTRAND

 

(1) AOC : Appellation d’origine contrôlée ;  AOP : Appellation d’origine protégée ;  IGP : Indication géographique protégée ;  MDD : Marque de distributeurs.

(2) Institut national des appellations d’origine, créé en 1947. Connu aujourd’hui sous le nom d’Institut national de l’origine et de la qualité (mais qui garde l’usage de son sigle).

(3) Disponibles uniquement dans les enseignes qui les commercialisent, ces MDD sont sources de marges importantes.

 

 

« On demande aux agriculteurs de produire moins et plus propre en étant payés moins cher ! »

Michel Guglielmi


À l’heure de la remise en cause de notre modèle agricole et des interrogations sur l’évolution de nos modes de consommation, l’agroéconomiste Michel Guglielmi revient sur le contexte historique et les enjeux de l’agriculture. En France et dans le monde. Il évoque l’agriculture biologique ou les inquiétudes des consommateurs pour donner des perspectives sur nos besoins agricoles en 2050.

Michel GuglielmiIngénieur agronome de formation, Michel Guglielmi s’est spécialisé dans les questions économiques liées à l’agriculture. Il a notamment travaillé pour l’Institut national agronomique de Paris (devenu en 2007, AgroParis Tech) et le ministère algérien de l’agriculture. S’il précise qu’il n’est pas un chercheur « patenté », car non titulaire d’un doctorat, il a mené de nombreuses études pour des collectivités territoriales ou des organismes professionnels : sur la mise en place des quotas laitiers, la politique agricole commune (PAC)… Ancien directeur de l’ISARA-Lyon (2000-2009) – une école d’ingénieurs en alimentation, agriculture, environnement et développement rural – Michel Guglielmi continue d’y enseigner la PAC et les échanges internationaux. 

Vous travaillez depuis 40 ans sur les questions agricoles. Pourriez-vous résumer brièvement ces 40 ans d’histoire de notre agriculture ?

En Europe, on a mis en place après-guerre un modèle productiviste pour assurer l’autosuffisance alimentaire : chaque agriculteur devait augmenter ses rendements et nourrir davantage de monde. Ce qui a conduit à des problèmes économiques de gestion des excédents. Par ailleurs, dans les années 1980 – 1990, on a commencé à prendre conscience que la croissance de la production pouvait se faire au détriment des milieux, de la qualité de l’eau et des produits. Aujourd’hui, les agriculteurs sont dans une posture délicate : on leur demande de produire moins et plus propre, tout en étant moins payés. Or, produire propre coûte plus cher !

Les consommateurs s’inquiètent de plus en plus  de la qualité de leur alimentation…

Tout dépend de quel point de vue on se place… Certes, on nous met en garde contre les excès de gras ou de sucres dont les effets néfastes sont prouvés. En ce qui concerne la présence de résidus de produits phytosanitaires dans notre alimentation, il n’y a pas de preuve absolue de leur nocivité. Les experts toxicologues précisent que nous consommons bien moins que les doses maximales dangereuses. Pourtant, on ne peut faire abstraction de fortes présomptions quant à des effets cancérigènes ou de perturbateurs endocriniens… L’ennui est qu’on ne dispose pas d’études prenant en compte la combinaison de différents résidus consommés, tout au long de la vie. Ce qui aurait un impact sur notre espérance de vie en bonne santé, qui n’augmente plus aujourd‘hui en Europe.

Vous avez récemment publié avec Christophe David l’ouvrage Le bio : qu’y a-t-il vraiment dans votre assiette ? : que penser de l’agriculture biologique ?

Elle est l’une des réponses aux problèmes de pollution et de protection de l’environnement. Il s’agit de tourner le dos à l’agriculture chimique pour utiliser de la manière la plus intelligente possible les processus biologiques, écologiques et écosystémiques à l’œuvre à l’endroit où l’on produit. Avec comme objectifs de moins polluer les sols et de produire des aliments plus sains. Techniquement, l’agriculture biologique s’avère difficile car elle demande beaucoup de précision, d’expérimentations, de réflexions sur la croissance et la combinaison des végétaux. Actuellement, elle ne représente toutefois que 3% des surfaces et 2% de notre alimentation.

Comment nourrir l’humanité en 2050 ?

Si les tendances actuelles se poursuivent, on estime qu’il faudrait augmenter de 70% à 100% la production agricole mondiale. Ce qui serait compliqué à mettre en œuvre. Pourtant, la production actuelle suffit : on pourrait aujourd’hui nourrir tout le monde. Reste à régler la question de l’inégal accès aux ressources alimentaires. Actuellement, on consomme en moyenne 3 000 kcals / jour / personne. Avec de fortes disparités : 4 000 kcals en moyenne dans les pays membres de l’Organisation de Coopération et de Développement Economique (OCDE), 4 500 aux États-Unis et 2 000 en Afrique subsaharienne.

L’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA) et le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD) ont donc élaboré un scénario pour nourrir le monde en 2050, dans lequel un certain rééquilibrage s’opérerait entre les différents modes de consommation. En tablant sur moins de gaspillage et de pertes, une convergence des habitudes alimentaires et une agriculture raisonnée, ce scénario « Agrimonde » calcule qu’il ne faudrait augmenter la production agricole mondiale que de 30%… Par convergence alimentaire, on entend que les pays d’Afrique subsaharienne diversifient leur consommation alimentaire en y augmentant la part des produits animaux quand, à l’inverse, les pays de l’OCDE diminuent notamment leur consommation, de viande. Moins contraignante que la bio, l’agriculture raisonnée correspond à des pratiques agricoles respectueuses de l’environnement qui permettent de maîtriser les risques sanitaires et préservent la santé au travail comme le bien-être des animaux (utilisation restreinte des pesticides, pas de traitement préventif des cultures, gestion économe de l’eau…). La combinaison de ces facteurs suffirait à nourrir les 9 milliards d’êtres humains qui peupleront la planète en 2050.

 Comment percevez-vous votre métier de chercheur ?

En tant que « chercheur de terrain », je n’ai pas soutenu de thèse ni obtenu de doctorat. Je n’ai donc jamais fait de recherche académique. Toujours inscrit dans une démarche privilégiant la transversalité des disciplines, j’estime que la réalité n’est pas segmentée. Pour comprendre ce qui se passe et faire des recommandations, il faut poser de nouvelles questions, débusquer des problèmes émergents. Si mes étudiants ne se destinent pas particulièrement à la recherche, j’essaye de leur transmettre le goût du terrain et des clés pour comprendre le contexte dans lequel ils évoluent. Car le chercheur doit toujours faire le lien entre la recherche fondamentale et le terrain.

Propos recueillis et synthétisés par Coraline BERTRAND

 

Politiques agricoles, équité Nord-Sud, accès aux ressources… quelques liens utiles

Notre système agro-alimentaire s’est reconfiguré au lendemain de la guerre pour ne plus avoir à subir famines et malnutrition. Il est aujourd’hui de plus en plus souvent mis en cause. Quelles en sont les raisons ?  Quelles sont les limites et les ajustements possibles de notre système de production et de distribution alimentaire ? Le 10 mai 2012, l’Université de Lyon a organisé une projection-débat sur le fonctionnement de notre agriculture, autour du film d’Agnès Fouilleux « Small is beautiful, c’est par où demain ?« . Pour aller plus loin, ce billet vous propose une série de ressources pour explorer le sujet.

Retrouver en ligne notre billet Les enjeux de notre alimentation : quelques liens utiles.

Sécurité alimentaire et faim dans le monde

La plateforme associative AlimenTerre propose de nombreuses ressources en ligne (articles, guides pédagogiques, reportages…), pour sensibiliser petits et grands aux paradoxes de la faim dans le monde.

« La production d’aliments a été multipliée par trois depuis les années 1970, tandis que la population mondiale n’a fait que doubler. Mais le déséquilibre des rapports sociaux laisse une large partie de la population dans une situation de pauvreté, allant jusqu’à la privation de nourriture. »

Le dossier GoodPlanet sur l’alimentation propose également un bon aperçu des enjeux et débats autour de notre alimentation.

Dans le monde, on produit chaque année près de 350 kg de céréales par personne. Si elles étaient réparties équitablement, chacun aurait de quoi manger à sa faim.

Pour des analyses plus approfondies, ne manquez pas le colloque « La fin de la faim en 2050 : le défi de la sécurité alimentaire » organisé par Universcience en mai 2012, avec des vidéos et podcasts consultables en ligne.

« Un grand nombre de risques pèsent sur la sécurité alimentaire mondiale : l’augmentation de la population humaine, l’épuisement des ressources et des sols, le changement climatique, la volatilité des prix des denrées, la compétition entre cultures alimentaires et non alimentaires, les inégalités Nord -Sud, etc. Comment prévenir les crises alimentaires ? Quelles réponses sanitaires, technologiques, politiques faut-il imaginer ? Quels modes de prises de décision et de négociation faut-il mettre en place ? »

La série de webdocumentaires TERRES de Philippe Revelli expose les enjeux de l’accaparement des terres agricoles dans les pays du Sud, en lien avec le développement des agrocarburants.

Comment nourrir tout le monde ?

Comment nourrir tout le monde ? – Un petit film pour l’exposition « Bon appétit » à la Cité des Sciences et de l’Industrie (une exposition pour les 9-14 ans, de février 2010 à janvier 2011)

Le documentaire We feed the word – Le marché de la faim, réalisé par autricien Erwin Wagenhofer en 2007, explore notre alimentation, du point de vue des travailleurs. L’agence d’information Graines de changement propose également une sélection de vidéos amusantes – et militantes – sur les dessous de notre agriculture productiviste.

Le dossier « Alimentation mondiale : l’état d’urgence » du Journal du CNRS (n° 224, septembre 2008) revient sur les causes des crises alimentaires et propose des pistes pour l’agriculture de demain, ou comment nourrir le monde sans détruire la planète : les biotechnologies peuvent-elles constituer une partie des solutions ? Qu’est-ce que « l’agriculture écologique intensive » prônée par un nombre croissant de scientifiques ?

L’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA) et le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD) ont élaboré une prospective Agricultures et alimentations du monde en 2050: scénarios et défis pour un développement durable , pour explorer les futurs possibles des agricultures et alimentations du monde en 2050.

Dans une interview au quotidien Enviscope, le biologiste Ioan Negrutiu, enseignant-chercheur à l’ENS-Lyon, esquisse des pistes pour un nouveau mode de fonctionnement des sociétés humaines : « L’humanité doit se poser la question des ressources ».

Pour aller plus loin :

Produire plus avec moins : un guide de l’Organisation mondiale des Nations-Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture, sur l’intensification durable de l’agriculture paysanne

L’état des ressources mondiales en terres et en eau : un rapport de l’Organisation mondiale des Nations-Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO, 2011)

Le Monde agricole en tendances, Un portrait social prospectif des agriculteurs : un rapport du Centre d’étude et de prospective, Service de la Statistique et de la Prospective du Ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de l’Aménagement du Territoire (2012).

Vers une nouvelle agriculture plus rentable et moins polluante : « Ajouter la bonne dose, au bon moment et au bon endroit » est le slogan de l’agriculture de précision. La Banque des Savoirs de l’Essonne propose ici petit tour d’horizon des recherches en cours pour moduler l’apport des engrais et pesticides en fonction des besoins des cultures et réduire ainsi les pollutions.

Les biotechnologies : une boîte noire à explorer (un dossier de l’INRA Magazine)

Les ressources : un colloque de l’Institut universitaire de France (2011)

 


Les enjeux de notre alimentation : quelques liens utiles

 

Nos choix alimentaires ne sont pas forcément qu’une question de goût, de culture ou de plaisir. Ils ont aussi des impacts sur l’environnement, la santé, l’économie… Ce billet vous propose quelques liens utiles pour vous informer sur ces enjeux et apprendre à vous repérer dans les nouvelles façons de consommer : acheter bio, équitable, local… à quoi ça sert et comment s’y retrouver ?

A noter : le samedi 5 mai 2012, l’Université de Lyon organise une balade urbaine à la découverte de différents choix de consommation.

 

Pour mieux comprendre l’impact environnemental de nos choix alimentaires, vous pouvez consulter :

Par exemple, en échangeant un repas carné pour un repas végétarien par semaine, vous économisez 160 kg de CO2 par personne sur une année…

Sur les liens entre alimentation et santé :

Le surpoids et l’obésité sont des facteurs de risque majeurs pour un certain nombre de maladies chroniques, parmi lesquelles le diabète, les maladies cardio-vasculaires et le cancer.  Selon les estimations de l’OMS, en 2008, plus d’un adulte sur dix dans le monde était obèse. Ces problèmes augmentent désormais de façon spectaculaire dans les pays à faible ou moyen revenu, surtout en milieu urbain.

 Environ un tiers des cancers pourraient être évités par les populations en modifiant l’alimentation, en augmentant le niveau d’activité physique et en maintenant un poids optimal.

  • Acheter et manger sans se leurrer, un article de l’INRA Magazine (novembre 2010) sur les « biais de perception » qui peuvent leurrer le consommateur dans ses choix de consommation.

 

Nos choix ont aussi des répercussions sur les producteurs et productrices et sur les territoires

Nous publierons très prochainement un billet sur les impacts et enjeux de notre système de production agricole, qui abordera plus spécifiquement ces questions économiques, sociales et géopolitiques. En attendant, pour un bon aperçu général des enjeux de notre alimentation, consulter l’article sur l’Alimentation durable (proposé par l’association Adéquations).

 

Alternatives et nouvelles façons de consommer
Peu à peu, de nouveaux systèmes de production et de distribution se mettent place, parmi lesquels :

Pour vous repérer parmi ces nouvelles façons de consommer et apprendre à décrypter les nombreux labels présents sur les étiquettes de nos produits, vous pouvez consulter le Guide des labels de la consommation responsable.

Le site Le Marché citoyen répertorie les magasins bio, équitables ou solidaires en France, classés par type d’achat et par région, avec des conseils pratiques pour faire évoluer sa consommation.

Vous pouvez également consulter l’avis de l’ADEME sur les circuits-courts alimentaires de proximité.

A noter : la Ville de Lyon a aussi créé un label « Lyon, ville équitable et durable » pour donner de la visibilité à l’offre locale de produits et services responsables et encourager leur essor.

 

Ces nouvelles façons de consommer constituent-elles des solutions satisfaisantes et accessibles à tous ? C’est l’objet de notre balade urbaine du 5 mai 2012. Un reportage sur cette balade sera bientôt disponible sur notre blog… à suivre donc !


Les aspects culturels de notre alimentation – Petite mise en bouche

 

Notre programmation d’ateliers sur l’alimentation commence cette semaine avec une exploration des aspects culturels de notre alimentation.

Pour commencer à réfléchir au sujet, voici quelques liens utiles sur nos cultures, habitudes et produits alimentaires :

A noter : le repas gastronomique des Français a été inscrit par l’UNESCO au Patrimoine mondial de l’humanité, en 2010. Il s’agit d’un repas festif dont les convives pratiquent l’art du « bien manger » et du « bien boire », pour célébrer les moments les plus importants de la vie, tels que les naissances, mariages, anniversaires, succès et retrouvailles. En savoir plus sur ce label.

Pour aller plus loin :