Les maths au cœur des Big Data : tirer du sens de la masse de données ?

Nuage de mots

 

La MMI à l’heure de la « science des données »

Le 5 mai 2015, la Maison des Mathématiques et de l’Informatique[1], localisée sur le site Monod de l’Ecole Normale Supérieure[2],  a accueilli une mini conférence sur une méthode essentielle pour extraire de la valeur à l’avalanche des big data : l’algorithme.

Après l’accueil d’une quarantaine de personnes par Jérôme Germoni, directeur de la « MMI , Julien Velcin, responsable de l’équipe « data mining et décision »[3] du laboratoire ERIC[4] (Université Lumière Lyon 2), a expliqué comment la science se met au service de la donnée. Sa présentation a illustré comment les outils d’analyse de données textuelles permettent de mieux appréhender le déluge de données produites. Avec 50 milliards de pages indexées par Google, ses 1,28 milliards d’utilisateurs actifs et 500 millions de tweets par jour, l’objectif d’un traitement automatique des données nourrit une véritable « science des données » dont la « fouille de données » (data mining).

 

Différents types d’analyses des données

En explorant et analysant la donnée, la fouille de données a comme objectif d’acquérir de nouvelles connaissances et de produire de nouvelles informations qui pourront servir dans la prise de décision. L’analyse des données textuelles impliquant de manipuler des volumes importants de mots, voire même des combinaisons de mots, plusieurs stratégies de représentation des textes sont possibles. 

L’approche syntaxique étudie les mots et leurs combinaisons dans leur ensemble. L’usage de « sacs de mots » peut être privilégiée avec une approche statistique (modèle dit vectoriel), combinée avec des techniques de réduction de dimensions. La langue étant par nature variée et vivante, son analyse statistique oblige aussi la prise en compte de différents biais possibles : le filtre des opinions et des représentations, les stéréotypes de langage, l’influence des images proposées à large échelle par les médias comme le web.

 

Forger son opinion et son savoir sur la donnée ?

Ces biais possibles contribuent à relativiser l’usage de média sociaux comme baromètre. La médiatisation d’une maladie et les inquiétudes produites peuvent par exemple augmenter les recherches d’informations sur cette maladie sans que les nombre de personnes affectées soit pour autant très important. Julien Velcin cite deux cas concrets qu’il étudie depuis 2012 dans le cadre du  projet « Imagiweb ». Son équipe de recherche a analysé la  dynamique temporelle des opinions et l’influence qu’ont les médias sur ces opinions dans deux cas précis : les références aux deux principaux candidats durant la campagne présidentielle de 2012 et l’évolution de l’opinion de bloggers sur le nucléaire.

Après une séance de questions et d’échanges avec le public, il conclut sur le fait que l’analyse des outils de fouille de données montre que l’intervention humaine reste nécessaire pour extraire des connaissances utiles dans un apprentissage exploratoire, même si « l’apprentissage automatique » (machine learning) est actuellement la méthode phare.

 

En savoir + :

Des ressources proposées par le laboratoire ERIC sur le « data mining » : des supports de cours ouverts à tous[5]

[1] http://math.univ-lyon1.fr/mmi/

[2] http://www.ens-lyon.eu/informations-pratiques/acces-a-l-ens-de-lyon–81546.kjsp

[3] http://eric.ish-lyon.cnrs.fr/recherche/58-FR-equipe_data_mining_decision_dmd

[4] « Entrepôts, Représentation et Ingénierie des Connaissances » – http://eric.ish-lyon.cnrs.fr/

[5] http://eric.univ-lyon2.fr/~ricco/cours/supports_data_mining.html

 

 

Le Centre de Calcul de l’IN2P3 (CNRS) : dans les coulisses des mégadonnées

Photo CCIN2P3 baies

 

Le Centre de Calcul de l’IN2P3[1] et son personnel ont accueilli le vendredi 10 avril 2015 une vingtaine de personnes pour une visite commentée des lieux. Cette visite a permis de toucher certains aspects très concrets du stockage et du traitement des big data, et plus particulièrement des très grandes masses de données informatiques produites par la recherche. Le Centre de Calculs de l’IN2P3 est un des plus grands centres de calcul académiques de France. Situé sur le campus LyonTech-La Doua à Villeurbanne, il fait l’objet de 70 collaborations nationales et internationales qui impliquent 4000 chercheurs. Orienté vers l’analyse des données de recherche du CNRS, il consacre environ deux tiers de ses ressources de calcul pour l’analyse de données du plus grand et plus puissant accélérateur de particules du monde, le LHC du CERN[2].

Après un passage rapide dans la salle du musée de l’informatique, qui regroupe de nombreuses pièces historiques d’une technologie à l’évolution fulgurante, la visite a débuté par une présentation de Yannick Copin, chercheur en « cosmologie observationnelle » à l’Institut de Physique Nucléaire de Lyon[3] (CNRS, UCBL). Le cadre de son travail de recherche démontre  l’importance particulière qu’ont les centres de calcul pour analyser les énormes flux de données produits par les grands instruments tels que les accélérateurs de particules, les satellites ou, dans son cas, les télescopes. Yannick Copin travaille à la compréhension de l’univers par l’observation et l’analyse « d’explosions d’étoiles » appelées supernovaes thermonucléaires. Il enquête en particulier sur l’expansion de l’univers à travers d’indices  comme l’évolution des fréquences lumineuses en fonction des distances à l’objet observé (phénomène du « redshift »). Au sein du projet « Nerby Supernova Factory [4]», il mesure un phénomène dont la rareté, de l’ordre d’une occurrence par siècle et par galaxie, implique « de voir loin et au bon moment ». Malgré cette rareté, 16 500 observations ont été comptabilisées dont 5500 ont pu être suivies dans leur évolution.  En terme de volume de données, Yannick Copin signale que chaque nuit d’observation, qu’il réalise essentiellement depuis le télescope Canada-France-Hawaï[5], produit 10 To de données brutes réduites à transmettre au centre de calcul par des réseaux spécifiques puis à stocker et à analyser.

La visite s’est poursuivie par la découverte de plusieurs salles dédiées au matériel informatique de stockage et de calcul de données. Le centre de stockage est structuré selon un modèle hiérarchique avec plusieurs niveaux de stockage en fonction de l’usage de la donnée pour permettre à la fois un archivage à long terme de la donnée et sa mise à disponibilité à la demande pour son traitement.

Des armoires de bandes magnétiques constituent un premier niveau d’archivage avec une bandothèque qui peut contenir jusqu’à 40 000 bandes avec une capacité allant jusqu’à 5 To chacune. Les bandes sont prélevées par de petits robots permettant de transférer leur contenu vers des unités de stockage plus appropriées pour le calcul.

En complément, le Centre de Calculs de l’IN2P3 dispose de 17 Petaoctets de stockage sur disques (17.000.000 Go). Ce stockage, utilisé pour ses capacités d’accès rapide à la donnée, est en lien direct avec les ordinateurs dédiés au calcul.

Les machines dédiées au traitement de la donnée et aux simulations numériques sont accueillies par des salles spécifiquement aménagées avec des approvisionnements électriques conséquents et des systèmes de refroidissement dont le dimensionnement est une réelle contrainte. Avec leurs 16.000 cœurs  en activité régulière en plus des 3.000 autres en réserve, ces machines imposent des attentions qui illustrent leur puissance et leur coût.

Toucher du doigt ces installations de haute technologie, hautement sécurisés et inféodées à des réseaux web spécifiques, offre un aperçu très concret de ce monde dématérialisé dont le big data est la matière première.

 

[1] (de l’)Institut national de physique nucléaire et de physique des particules : http://cc.in2p3.fr/

[2] http://home.web.cern.ch/fr/topics/large-hadron-collider

[3] https://www.ipnl.in2p3.fr/spip.php?rubrique51

[4] http://snfactory.lbl.gov/

[5] http://www.cfht.hawaii.edu/fr/

 

 

 

 

La ville intelligente l’est-elle vraiment ?

Synthèse de la conférence-focus organisée pour le dispositif Et si on en parlait dans le cadre du cycle #8 : « La révolution big data : chance ou menace ? ».

Le 8 avril dernier s’est tenue une conférence en présence de deux experts en NTIC : Hervé Rivano, chargé de recherche INRIA et responsable de l’équipe UrbaNet, et Ludovic Viévard, veilleur-prospectiviste au sein du collectif FRV100. L’enjeu de cette rencontre entre public et chercheurs était de comprendre les modalités mais aussi l’impact de l’exploitation des mégadonnées sur l’aménagement de nos villes et, plus généralement, nos libertés individuelles.

« 67 villes qui osent l'intelligence », Usine digitale, août 2014
« 67 villes qui osent l’intelligence », Usine digitale, août 2014

Smart city : la révolution numérique de l’espace urbain

L’accès par une large majorité de la population mondiale à des milieux urbains a rapidement entraîné un phénomène de « surdensification » et l’émergence de nouvelles exigences sociétales en matière d’environnement, de santé publique et de transports. Aussi, l’omniprésence des réseaux, propulsée notamment par l’avènement du smartphone, nous livre aujourd’hui une société du « tout connecté », où la frontière entre monde réel et monde virtuel tend à s’estomper. En effet, notre quotidien se parsème continuellement de nouveaux capteurs venant numériser notre activité et notre environnement pour produire de nouveaux services « augmentés », accessibles facilement et nourris par de gigantesques flux de données appelés big data. La matière brute de cette « intelligence » est obtenue par l’interprétation et la redistribution de ces données visant à optimiser les infrastructures urbaines, à travers notamment la prise en compte des enjeux environnementaux et des contraintes énergétiques, l’interconnexion des collectivités, des citoyens et des entreprises, ainsi que l’intégration des nouvelles technologies dans le paysage urbain.

La technologie mise au service de nos villes

Les villes intelligentes s’appuient sur des technologies semblables adaptées à huit grands secteurs d’application :

  • la mobilité, visant à gérer le trafic et favoriser les transports en commun ;
  • les réseaux intelligents, permettant de connaître en temps réel les consommations en eau, en gaz ou en électricité ;
  • la sécurité, basée sur la mise en place de capteurs de surveillance ;
  • la citoyenneté et l’action publique, avec une ouverture des données favorisant la participation citoyenne et l’action politique ;
  • l’économie, où l’accès aux données des usagers permet de cibler de nouveaux services dédiés ;
  • l’environnement, visant à optimiser la qualité de vie urbaine ;
  • la connexion, avec un renforcement des infrastructures très haut débit favorisant la production de nouveaux services et le travail en réseau des différents acteurs.

Ces solutions portées par les outils numériques s’incarnent à leur tour dans trois grands archétypes de l’instrumentation technique des villes et se côtoient dans un écosystème perméable :

  • la « techno-cité » est la ville intelligente des systèmes techniques. Elle est dirigée par les équipementiers et pilotée par les infrastructures qui déterminent la faisabilité des projets ;
  • la ville contributive est caractérisée par l’ouverture des données et la mise en relation d’individus échangeant des informations, des biens et des services. Il s’agit d’une organisation horizontale entre les communautés d’utilisateurs qui alimentent l’intelligence collective de la ville ;
  • la « e-city », quant à elle, s’organise autour des pouvoirs publics et des politiques urbaines qui assurent la gouvernance de la ville à travers des actions de régulation et la participation des citoyens.

 

Risques et atouts : des enjeux de société importants

Ces promesses séduisantes reposent malgré tout sur une forme d’utopie participative difficile à organiser et suscitent des craintes de dérives que ne manque pas de soulever le public venu assister à cette conférence.

En effet, une connaissance numérique détaillée de la ville requiert le déploiement d’un réseau de capteurs dense, posant des problèmes d’installation mais aussi d’acceptabilité sociale, de protection des données et d’intégration dans le paysage urbain standardisé. De plus, une interprétation purement informatique des données risque d’écarter le facteur humain au profit stratégique des sociétés privées auxquelles appartiennent les infrastructures urbaines.

Les citoyens et les pouvoirs publics doivent ainsi se saisir de ces enjeux pour veiller au caractère démocratique du processus décisionnel et assurer la liberté d’innovation.

Enfin, n’oublions pas qu’à travers l’utilisation de nos smartphones, réseaux sociaux et, plus généralement, l’ensemble de nos objets connectés et géolocalisés, nous alternons entre le rôle de consommateur et celui de producteur de mégadonnées dont l’exploitation économique affecte l’équilibre déjà fragile de notre confidentialité. Aujourd’hui, la notion de vie privée est une affaire de compromis, et c’est à nous qu’il revient de négocier en permanence ce que nous sommes prêts à dévoiler sur la place publique.

Pour aller plus loin :

« La Ville intelligente : modèle et finalités », étude par Ludovic Viévard pour la prospective de la Métropole de Lyon, octobre 2014.

Soirée-débat « A qui profitent les Big data ? » – podcast

DSC_8110

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce mardi 28 avril s’est tenu au sein du nouvel amphi de l’Université de Lyon, la soirée-débat du cycle « La Révolution Big Data : chance ou menace ? ».

L’angle de cette soirée était celui de l’économie des Big Data, et des enjeux citoyens.

Ont participé des intervenants de grande qualité, pour le plaisir des publics présents sur place ou auditeurs via la wikiradio CNRS :

Stéphane Grumbach, mathématicien et informaticien, directeur de l’Institut rhônalpin des systèmes complexes (IXXI), directeur de recherche au sein de l’équipe DICE (INRIA  /  ENS de Lyon)

Valérie Peugeot, juriste et politologue, vice-présidente du Conseil national du numérique, chercheure-prospectiviste à Orange-Lab, président de l’association VECAM

Sébastien Nedjar, informaticien, maître de conférence à l’université d’Aix-Marseille et l’IUT d’Aix-en-Provence, Directeur du fab-lab « laboratoire d’Aix-périmentation et de Bidouille »

Florent Deligia, journaliste High-Tech pour le magazine Lyon capitale

Débat animé par Raphaël  Ruffier-Fossoul, rédacteur en chef de Lyon capitale, préparé et modéré par Pauline Lachappelle, chargée de médiation à l’Université de Lyon.

En partenariat avec Lyon capitale, le CNRS Rhône-Auvergne et avec le soutien de la Métropole- Grand Lyon et de la Région Rhône-Alpes.

 

Retrouvez ici le podcast 

(également en ligne sur la wikiradio CNRS), et ci-dessous la présentation du thème :

« A l’heure où nos données personnelles sont stockées en dehors de nos propres objets, où les phénomènes sociaux peuvent être observés en temps réel via l’analyse statistique de mégadonnées, où la connaissance peut être mieux partagée et coproduite, experts comme citoyens se mobilisent pour prôner diverses visions de l’accès aux données.

Beaucoup s’enthousiasment d’une révolution économique et des formidables innovations actuelles et futures (marketing personnalisé, facilitations des usages, nouveaux services…). Quelques autres s’inquiètent en priorité du respect de la vie privée, de l’adaptation des politiques publiques pour les droits de l’Homme sur le web (neutralité du net, droit à l’oubli…) et à l’appropriation du numérique par les citoyens (open source, open acces…).

Est-il possible de croire à l’innovation technologique et économique basée sur l’avènement des Big Data, tout en conciliant la préservation des libertés ? »

 

Lisez l’article du magazine Lyon capitale, numéro 745, juin 2015 : « La technologie peut-elle prédire le futur ? », par Florent Deligia.

ou : Lyon cap juin 2015 Dossier ESOEP Big Data

(extrait) «  »Il est plus simple de prévoir les comportements humains que la météo. » Stéphane Grumbach nous rappelle la révolution qui se trame aujourd’hui dans les bureaux de Google, Apple, Facebook ou Amazon (les GAFA), mais aussi dans de nombreuses autres entreprises, pays ou administrations. Tous les jours, nous laissons des traces numériques qu’il est possible de collecter et recouper pour ensuite nous proposer des publicités toujours plus ciblées, des produits que nous voudrions sans la savoir, améliorer les flux routiers dans une ville, voire prédire le futur. L’utilisation de ces données et regroupées sous l’appellation « big data ». »

Dans cet article :

– A l’origine : les traces

– Le mythe de l’anonymat

– Prédire le futur…

– ou les maladies avant qu’elles n’arrivent

– Juste un fantasme ?

– Encart : Tous fichés, est-il trop tard pour se protéger ?

– Page complémentaire : Les usages du big data

Comprendre les Big Data : ressources

I love big data

 

En bibliothèques ou librairie

Géopolitique de l’espionnage, les ramifications de l’affaire Snowden. Le monde diplomatique n°728, 11/2014, p.10-11, « En dévoilant il y a un an et demi la machine de surveillance mise en place par les services de renseignement américains, l’affaire Snowden a démontré le peu de respect de l’administration de M. Barack Obama pour la vie privée. Mais sa portée est bien plus vaste : elle révèle les rapports de pouvoir à l’échelle mondiale et les mutations du capitalisme numérique. » (chapeau de l’article)

Google maître du futur. Courrier international n°1230 du 28/05/14, p.26-31, « Le géant américain est aujourd’hui la marque la plus puissante du monde. Une position qu’il doit avant tout à ses innovations. Mais son fondateur et PDG, le tech-gourou Larry Page n’entend pas en rester eux voitures, lunette et gadgets. Google attire désormais les meilleurs chercheurs du monde, qui travaillent sur la robotique, l’intelligence artificielle ; la lutte contre le vieillissement … Objectif affiché : faire le bien de l’humanité. Que l’humanité soit d’accord ou non.» (chapeau du dossier)

Les promesses du big data. 01 Business n°2175 du 17/10/13 , p.32-42, « Prédire les intentions des clients, repérer les pannes avant qu’elles ne surviennent, identifier le candidat parfait … Un rêve que les entreprises touchent désormais du doigt, grâce aux dernières techniques d’analyse des milliards de données disponibles » (chapeau du dossire)

Le partage des données nous sauvera-t-il ? Courrier international n°1130 du 28/06/12, p.48-52, « Tweets, SMS, recherches Google, dossiers médicaux … Un flux colossal d’informations circule aujourd’hui sur tous les supports numériques. Décortiquées, compilées, analysées, ces « données massives » (big data) se révèlent très précieuses. Elles annoncent une révolution pour les gouvernements, les scientifiques, les entreprises … et – pourquoi pas ? – nous » (chapeau du dossier)

 

Dossiers sur le web

Big Data, la série. Future.arte.tv du 19/11/14  [en ligne] disponible sur http://future.arte.tv/fr/sujet/bigdata (dernière consultation le 25/03/15) « En trois volets, ARTE Future décline ce thème dans une série en plusieurs volets qui illustre la vitesse, le volume et les multiples utilisations potentielles du Big Data – Bienvenue dans le monde des Yottaoctets – Big Data III – Moi, l’octet – Les sentinelles de la planète – Le monde, ce disque dur » (présentation)

Big data : le boom des données numériques. Futura-sciences.com du 13/03/15 [en ligne] disponible sur http://www.futura-sciences.com/magazines/high-tech/infos/dossiers/d/internet-big-data-boom-donnees-numeriques-1936/ (dernière consultation le 25/03/15) « Dossier : Le numérique a permis l’avènement d’une quantité incroyable de données. Aujourd’hui celles-ci sont précieuses. La capacité de l’Homme à les stocker et les analyser a donné naissance au phénomène de big data, un monde où les données sont reines. Découvrez dans ce dossier pourquoi nos données valent de l’or. »

Citoyens d’une société numérique – Rapport à la Ministre déléguée chargée des petites et moyennes entreprises, de l’Innovation et de l’Économie numérique. Conseil National du Numérique, 10/2013, 87 p., [en ligne] disponible sur  http://www.cnnumerique.fr/inclusion/ (consultation le 18/02/15)] « Une ambition pour faire société – S’appuyer sur le numérique pour réduire les inégalités – En moins de 20 ans, le numérique a activement participé à la transformation de la société français. Des  phénomènes  sociaux  fondamentaux  accompagnent  les  transformations  industrielles  et économiques. Les sociabilités, la relation aux autres, l’accès aux savoirs et la façon de les créer et de les partager, le rapport au temps et à l’espace, à l’argent, les façons de travailler et de se distraire, l’accès  aux  administrations  et  aux  services  essentiels,  la  vie  publique,  la  vie  citoyenne  se métamorphosent  en  permanence.  L’emploi,  la  formation,  la  consommation  et  la  production  se reconfigurent, directement et indirectement, par le numérique. » (extrait

 

 

Articles de revues en sciences humaines disponibles sur Cairn.info

Bourdoncle François,  « Peut-on créer un écosystème français du Big Data ? »,  Le journal de l’école de Paris du management, n°108 de 04/2014, p.8-15 (DOI : 10.3917/jepam.108.0008) [en ligne] disponible sur https://www.cairn.info/revue-le-journal-de-l-ecole-de-paris-du-management-2014-4-page-8.htm  (dernière consultation le 25/03/15) « Les barbares sont-ils à nos portes ? Le monde des Big Data fait irruption dans les activités les plus inattendues. Déplaçant la valeur créée dans les entreprises de la technicité pure vers la gestion de la relation client‚ les géants américains qui dominent le secteur ouvrent des brèches dans les situations établies‚ menaçant de transformer en simples sous-traitants ceux qui naguère s’enorgueillissaient de leurs succès techniques. Est-il déjà trop tard ? Non‚ mais il est urgent de prendre la mesure des enjeux. »

Goëta Samuel et Mabi Clément, « L’open data peut-il (encore) servir les citoyens ? », Mouvements n°79 de 03/2014, p. 81-91. (DOI : 10.3917/mouv.079.0081) [en ligne] disponible sur https://www.cairn.info/revue-mouvements-2014-3-page-81.htm (dernière consultation le 25/03/15)   « L’interconnexion avec le réseau Internet d’un grand nombre de bases de données administratives a rendu possible, dès les années 1990, l’accès aux données publiques. Ces pratiques sont défendues par des « militants de la transparence ». Toutefois, le discours militant sur l’open data doit probablement sortir d’une ornière qui l’associe mécaniquement à l’idée d’empowerment. À quelles conditions ces pratiques d’ouverture peuvent-elles aboutir à une augmentation de la puissance d’agir collective des citoyens, voire à des transformations sociales ? »

Dufournaud Nicole,  « Des humanités aux données » Méthodes en histoire à l’ère du numérique, témoignage d’une e-historienne, Les Cahiers du numérique, Vol. 10 de 03/2014, p. 73-88. (DOI : 10.3166/LCN.10.3.73-88) [en ligne] disponible sur https://www.cairn.info/revue-les-cahiers-du-numerique-2014-3-page-73.htm (dernière consultation le 25/03/15)  « À partir de mes expériences personnelles sur une dizaine de projets en édition numérique des textes, l’article montre comment l’usage de l’ordinateur impose de nouvelles méthodes en histoire et renouvelle nos pratiques. »

Mercanti-Guérin Maria , « L’amélioration du reciblage par les Big Data : une aide à la décision qui menace l’image desmarques ? », Revue internationale d’intelligence économique, Vol.5 de 02/2013, p. 153-165. (DOI : 10.3166/r2ie.5.153-165) ) [en ligne] disponible sur https://www.cairn.info/revue-internationale-d-intelligence-economique-2013-2-page-153.htm (dernière consultation le 25/03/15)  « L’émergence des Big Data et l’importance prise sur le marché du retargeting accroissent l’intérêt de l’industrie publicitaire pour cette nouvelle technique digitale. Le retargeting est une technologie innovante fondée sur les Big Data. »

Quessada Dominique et Sadin Éric, « Big Brother n’existe pas, il est partout » Discussion à partir du livre d’Éric Sadin,autour de la surveillance comme prisme d’observation des mutations de l’environnement contemporain, Multitudes n°40 de 01/2010, p. 78-87. (DOI : 10.3917/mult.040.0078) [en ligne] disponible sur https://www.cairn.info/revue-multitudes-2010-1-page-78.htm (dernière consultation le 25/03/15)  « Discussion à partir du livre d’Éric Sadin, autour de la surveillance comme prisme d’observation des mutations de l’environnement contemporain »

Rouvroy Antoinette et Berns Thomas, « Le nouveau pouvoir statistique » Ou quand le contrôle s’exerce sur un réel normé, docile et sans événement car constitué de corps « numériques »…, Multitudes N°40 de 01/2010, p. 88-103. (DOI : 10.3917/mult.040.0088) [en ligne] disponible sur https://www.cairn.info/revue-multitudes-2010-1-page-88.htm (dernière consultation le 25/03/15)  « Plutôt qu’une menace pour les droits individuels au respect de la vie privée et à la pro-tection des données personnelles, l’enregistrement massif et systématique de données, le « data mining » et le profilage sont les instruments d’une transformation des ratio-nalités, stratégies et tactiques de gouvernement. »

Hamel Marie-Pierre et Marguerit David, « Quelles possibilités offertes par l’analyse des big data pour améliorer les téléservices publics ? », Revue française d’administration publique n°146 de 02/2013, p. 437-448. (DOI : 10.3917/rfap.146.0437) [en ligne] disponible sur https://www.cairn.info/revue-francaise-d-administration-publique-2013-2-page-437.htm (dernière consultation le 25/03/15)  « En croisant les données de plus en plus considérables dont disposent les administrations, l’ana-lyse des Big Dataoffre de nombreuses possibilités pour améliorer les téléservices publics. Cette contribution s’intéresse à ces développements qui permettent d’améliorer les services aux usagers et les performances des administrations publiques. » (résumé)

 

Articles web

 Les Européens ont peur des données! data-publica.com, 09/2012 [en ligne] disponible sur http://www.data-publica.com/content/2012/09/les-europeens-ont-peur-des-donnees-entretien-avec-stephane-grumbach-chercheur/ (dernière consultation le 25/03/15) « Directeur de recherche à l’Inria et ancien directeur du laboratoire sino-français LIAMA, Stéphane Grumbach nous éclaire de son point de vue sur les rapports de force en cours dans le secteur de l’économie numérique entre les Etats-Unis, la Chine et l’Europe. » (chapeau)

Les salariés des pays développés inquiets face aux nouvelles technologies. Lemondeinformatique.fr/ du 12/12/14 [en ligne] disponible sur http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-les-salaries-des-pays-developpes-inquiets-face-aux-nouvelles-technologies-59598.html (dernière consultation le 25/03/15)  « 56% des répondants à l’enquête mondiale Global Evolving Worforce menée par TNS pensent que la technologie évolue trop rapidement et qu’elle aura un impact négatif sur eux. Ils s’attendent à une automatisation des  tâches et  craignent que le big data n’entrave leur liberté individuelle. » (chapeau)

Synthèse de la Journée d’étude : « Big Data : exploiter de grands volumes de données : quels enjeux pour les acteurs du marché de l’information et de la connaissance ? ». Groupement Français de l’Industrie de l’Information [en ligne] disponible sur http://www.gfii.fr/fr/document/synthese-de-la-journee-d-etude-big-data-exploiter-de-grands-volumes-de-donnees-quels-enjeux-pour-les-acteurs-du-marche-de-l-information-et-de-la-connaissance (dernière consultation le 25/03/15) : Présentations et téléchargement de la synthèse ainsi que de plusieurs interventions abordant « Quel est le cadre légal pour l’exploitation des big data ? / Y a-t-il un ou des modèles économiques ? / L’exploitation des données scientifiques / Big Data et contenus multimédia »

Ce que prévoit le projet de loi sur le renseignement sur Internet. Lemonde.fr/pixels du 19/03/15 [en ligne] disponible sur http://www.lemonde.fr/pixels/article/2015/03/18/ce-que-prevoit-le-projet-de-loi-sur-le-renseignement-sur-internet_4594423_4408996.html (dernière consultation le 25/03/15) « Le projet de loi sur le renseignement, présenté, jeudi 19 mars, en conseil des ministres, compte renforcer la surveillance des internautes au nom de la lutte contre le terrorisme. En préparation depuis près d’un an, le texte prévoit notamment des mesures clés renforçant la surveillance des métadonnées des internautes, à savoir les éléments « entourant » une communication : expéditeur, adresse de destination… » (extrait)

 La bataille de la CIA contre les protections des iPhone et des iPad. Lemonde.fr/pixels du 10/03/15 [en ligne] disponible sur  http://www.lemonde.fr/pixels/article/2015/03/10/la-bataille-de-la-cia-contre-les-protections-des-iphone-et-des-ipad_4590402_4408996.html?xtmc=bras_de_fer_entre_le_fbi_apple_et_google&xtcr=2 (dernière consultation le 25/03/15) La Central Intelligence Agency (CIA), l’agence centrale du renseignement américain, est bien décidée à trouver des failles pour surveiller certains utilisateurs des appareils fabriqués par Apple. C’est l’enseignement que tire le site The Intercept après avoir épluché de nouveaux documents fournis par Edward Snowden. » (extrait)

Big Data : cinq tendances à suivre selon Deloitte. Industrie-techno.com du 21/01/15 [en ligne] disponible sur http://www.industrie-techno.com/big-data-cinq-tendances-a-suivre-selon-deloitte.35695# (dernière consultation le 25/03/15) Dématérialisation des données, objets connectés, BYOD génèrent des données massives : le Big Data. Cette masse de données n’est déjà plus un simple sujet d’étude : elle donne naissance à des applications et des services variés, et intéresse les entreprises. » (extrait)

Une brève histoire de Google+. Lemonde.fr/pixels du 13/03/2015 [en ligne] disponible sur http://www.lemonde.fr/pixels/article/2015/03/02/une-breve-histoire-de-google_4585853_4408996.html (dernière consultation le 25/03/15) « Après avoir tenté d’imposer à tous ses utilisateurs ce service, qui aura connu trois patrons en un an, Google a fait lentement machine arrière. Car personne, ou presque, ne comprend son but. » (extrait)

Lors d’une réunion secrète, Edward Snowden demande l’aide des entreprises contre la surveillance.  Lemonde.fr/pixels du 16/03/2015 [en ligne] disponible sur http://www.lemonde.fr/pixels/article/2015/03/16/lors-d-une-reunion-secrete-edward-snowden-demande-l-aide-des-entreprises-contre-la-surveillance_4593989_4408996.html (dernière consultation le 25/03/15) « Le secret avait été bien gardé. Edward Snowden, le désormais très médiatique lanceur d’alerte de la NSA américaine, a participé à une discussion à huis clos – gardée secrète jusqu’au bout – avec quelques chefs d’entreprises triés sur le volet, lors du festival South by Southwest à Austin, au Texas. » (extrait)

Facebook s’invite sur le réseau anonyme Tor. Lemonde.fr/pixels du 07/11/14 [en ligne] disponible sur http://www.lemonde.fr/pixels/article/2014/11/07/facebook-s-invite-sur-le-reseau-anonyme-tor_4518801_4408996.html (dernière consultation le 25/03/15)  « On va pouvoir partager anonymement ses données personnelles désormais ? » A l’instar de cet internaute sur Twitter, de nombreux observateurs ont été surpris et amusés en apprenant que le réseau social Facebook se lançait sur TOR, le système permettant un anonymat renforcé sur Internet. » (extrait)

Michel Serres : «La question est de savoir qui sera le dépositaire de nos données». Lefigaro.fr du 13/03/15 [en ligne] disponible sur http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2015/03/13/01007-20150313ARTFIG00159-michel-serres-la-question-est-de-savoir-qui-sera-le-depositaire-de-nos-donnees.php (dernière consultation le 25/03/15)  « INTERVIEW – Le philosophe français, membre de l’Académie française, a dressé en 2012 le portrait de Petite poucette, symbole d’une génération transformée par le numérique. Trois ans plus tard, Le Figaro a lui demandé de ses nouvelles. » (extrait)

Comment la Fnac utilise les maths pour faire craquer ses clients. Latribune.fr du 17/03/15 [en ligne] disponible sur http://www.latribune.fr/entreprises-finance/services/distribution/comment-la-fnac-utilise-les-maths-pour-faire-craquer-ses-clients-459880.html (dernière consultation le 25/03/15)  « Les big datas sont partout… Mais comment les utilise-t-on ? Cas concret avec l’exemple de la Fnac qui a exposé sa méthode lors du Salon des Data à Paris. Une solution parmi d’autres à l’heure où les objets connectés compliquent la reconnaissance du client. » (chapeau)

Big Data : le plan français pour affronter Google, Apple, Facebook, Amazon. Industrie-techno.com du 08/07/14 [en ligne] disponible sur http://www.industrie-techno.com/big-data-le-plan-francais-pour-affronter-google-apple-facebook-amazon.31090 (dernière consultation le 25/03/15)  « Les géants du Net deviennent des industriels ? Qu’à cela ne tienne, les industriels français peuvent devenir aussi des géants de la Data et concurrencer Apple, Amazon, Facebook ou Google. C’est en tout cas ce que pense François Bourdoncle (ex-Exalead) et Paul Hermelin (Cap Gemini) qui viennent de présenter 14 mesures pour faire de la France un champion du monde des données. » (chapeau)

Six actions urgentes pour valoriser les Big Data. Industrie-techno.com du 08/07/14 [en ligne] disponible sur http://www.industrie-techno.com/six-actions-urgentes-pour-valoriser-les-big-data.36130 (dernière consultation le 25/03/15)  « Le Big Data peut être un accélérateur d’innovation. A condition de savoir en saisir les opportunités. C’est ce qu’ont plaidé l’institut G9+ et Renaissance numérique dans un livre blanc sur le sujet, qui formule six propositions d’actions concrètes que les pouvoirs publics pourraient mener pour dynamiser l’écosystème du Big Data. » (chapeau)

Objets connectés : attention, usines à données. Industrie-techno.com du 02/02/15 [en ligne] disponible sur http://www.industrie-techno.com/les-objets-parlent-aux-objets-les-chiffres-des-objets-connectes.35713 (dernière consultation le 25/03/15)  « Véritables usines à données, les objets connectés permettent de collecter de l’information sur des thématiques variées, et se répandent dans de nombreux secteurs. Ils représentent ainsi un marché prometteur, comme vous le découvrirez dans cet infoposter. » (chapeau)

Algorithmes devins : les smartphones, bientôt nos « deuxièmes cerveaux » ? rue89.nouvelobs.com du 24/08/14 [en ligne] disponible sur http://rue89.nouvelobs.com/2014/08/24/algorithmes-devins-les-smartphones-bientot-deuxiemes-cerveaux-254326 (dernière consultation le 25/03/15) « Le grand entretien : Le parcours de Rand Hindi correspond bien à l’image qu’on colle généralement aux « techno-geeks ». A 10 ans, il dévore un bouquin d’apprentissage du code informatique que lui a offert sa mère. A 14 ans, il lance avec un ami Planète Ultra, réseau social avant l’heure, et monte un an plus tard une entreprise de développement web. » (extrait)

Ces start-up américaines valorisées plus de 10 milliards de dollars. Siliconvalley.blog.lemonde.fr du 18/03/15 [en ligne] disponible sur http://siliconvalley.blog.lemonde.fr/2015/03/18/ces-start-up-valorisees-plus-de-10-milliards-de-dollars/#more-3629 (dernière consultation le 25/03/15) « Le cercle très fermé des « start-up » à plus de 10 milliards de dollars s’agrandit. Le dernier entrant : Pinterest, le réseau social qui permet d’épingler des photos. Aux Etats-Unis, sept sociétés technologiques non cotées font désormais partie de ce club. Un club qui se limitait à un seul membre, Dropbox, il y a tout juste un an. Depuis, les levées de fonds se sont enchaînées, se chiffrant le plus souvent en centaines de millions de dollars. Et les valorisations se sont envolées. » (extrait)

Données personnelles : sortir des injonctions contradictoires par Valérie Peugeot. Vecam.org du 13/04/14 [en ligne] disponible sur http://vecam.org/article1289.html (dernière consultation le 25/03/15)  « En matière de données numériques, trois vagues médiatiques se sont succédées sous nos yeux en l’espace de moins de 3 ans. La première nous a fait scintiller les merveilles associées aux big data, source inépuisable de nouveaux gisements de richesse de l’économie numérique […]. La seconde a été liée au coup de tonnerre déclenché par la suite des révélations d’Edward Snowden : en quelques heures, les cris d’alarme négligés des associations de défense des libertés devenaient réalité […] Aujourd’hui, troisième vague […] » (extrait)

Big Data et protection des données personnelles : distinguer selon les usages. Regardsurlenumerique.fr (édité par Microsoft) [en ligne] disponible sur http://www.rslnmag.fr/post/2015/02/10/Big-Data-et-protection-des-donnees-personnelles-distinguer-selon-les-usages.aspx (dernière consultation le 25/03/15)

 Les « data centers » de Google présentés en photographie [en ligne] disponible sur http://www.google.com/about/datacenters/gallery/#/all (dernière consultation le 25/03/15)

 

 Et de nombreuses ressources sur les sites :

https://www.laquadrature.net/fr

http://fing.org/

 

La Révolution Big Data : chance ou menace ?

LIVRET_BigData_ESOEP#8_V1

 

Obsolètes le disque vinyle et la photo argentique ! Dépassés le CD et la clef USB ! Les données sont désormais sorties de nos salons et s’échappent de nos objets. Elles constituent une nouvelle matière première, les fameuses « Big Data » (ou « mégadonnées »), dont l’exploitation économique est en plein essor.

Avec des technologies qui permettent de coder l’image comme le son, le vivant comme le simple objet, les mégadonnées promettent de bouleverser nos modes de communication, notre économie de services (marketing ciblé et en temps réel), notre environnement de vie (transports, habitat, loisirs… connectés), nos modes de production de la connaissance (e-éducation, sciences participatives, recherche basée sur la statistique, etc.)…

Néanmoins, des inquiétudes fortes planent sur les développements liés aux Big Data : menace de non-respect de la vie privée, accélération et ingérence subies des technologies dans notre quotidien, guerre économique issue d’une véritable « géopolitique de la donnée » (affaire Snowden entre autres)…

Pour comprendre ces changements et leurs impacts, l’Université de Lyon vous invite à rencontrer ses meilleurs spécialistes lors de rencontres prévues d’avril à juin 2015 : visite de labo, conférences, projection-débat et soirée-débat…

Toute la programmation sur le site web de l’Université de Lyon ! http://www.universite-lyon.fr/etsionenparlait

Le programme pdf à télécharger ici : LIVRET_ESOEP#8_BigData