Soirée table-ronde sur la prévention du cancer dans le cadre de Biovision 2016

La prévention du cancer : une grande cause scientifique

En France, la AFFICHE ESOEPmobilisation nationale contre le cancer s’est formalisée grâce aux « Plans cancer » depuis 2003. Sous cette impulsion, des moyens et diverses mesures politiques ont été mis en œuvre. Les scientifiques de diverses disciplines et les soignants travaillent à identifier les multiples causes de cette maladie, dont environ un tiers serait évitable grâce à la prévention. C’est pourquoi celle-ci est l’une des clefs majeures de la lutte : il s’agit de prévenir les risques externes (pollutions environnementales, cancers professionnels, tabac…), ainsi qu’internes (prédispositions génétiques, infections, obésité…).
Que nous dit la recherche de la prévention actuelle du cancer ? Comment pouvons-nous nous protéger ?

Dans le cadre de la 11e édition de Biovision, le Forum Mondial des Sciences de la Vie organisé par la Fondation pour l’Université de Lyon, une soiré table-ronde s’est tenue le 13 avril 2016 à l’auditorium Pasteur du Centre des congrès à la Cité internationale (Lyon 6e)

La soirée a été animée par Isabel Santos, journaliste.

Lors de cette soirée, une exposition sur la prévention a été proposée par le Centre Hygée de Saint-Étienne.

Des informations sur les intervenants

Béatrice Fervers

Le Dr. Béatrice Fervers est Professeur associé à l’UFR de médecine de l’Université Lyon 1 depuis 2012. Egalement praticien spécialiste du Centre Léon Bérard de Lyon depuis 1999, elle y dirige le Département Cancer Environnement depuis 2015.

Pour aller plus loin :

Elisabeth Gormand

Le Dr Elisabeth Gormand est Rodiologue et présidente de l’Adémas-69 (Association pour le dépistage organisé des cancers dans le Rhône).

Pour aller plus loin :

David Cox

David Cox est chargé de recherche Inserm, et chercheur dans l’équipe Génétique du cancer du sein du Centre de Recherche en Cancérologie de Lyon / Centre Léon Bérard / Université Lyon 1.

Pour aller plus loin :

 

Autres ressources sur la soirée

Cancer, obésité, allergies, troubles du comportement… L’augmentation de ces maladies est dû, pour une très grande part, à la dégradation de notre environnement, alerte le cancérologue Dominique Belpomme. Effarant, effrayant et pourtant possiblement réversible. (chapeau)

Des chercheurs ont trouvé une technique pour détecter le cancer du pancréas avant qu’il ne se développe. Les résultats publiés le 24 juin dans la revue scientifique Nature sont très prometteurs. (chapeau)

L’industrie mondiale de la viande a réagi avec fureur devant la perspective que ses produits soient déclarés cancérigènes par le bras chargé de la recherche sur le cancer de l’Organisation mondiale de la santé (OMS)”, écrivait dès dimanche 25 octobre le Financial Times. Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) vient en effet de publier ce 26 octobre un document classant les produits carnés transformés, comme le bacon ou les saucisses, dans la même catégorie que l’amiante, l’alcool ou le tabac, en ce qui concerne leurs liens probables avec certains cancers chez l’être humain… (extrait)

La très respectée et influente Société américaine du cancer a opéré, mardi 20 octobre, un virage étonnant dans ses recommandations, en préconisant de désormais limiter les mammographies pratiquées en prévention du cancer du sein, le cancer féminin le plus fréquent et le plus meurtrier. Jusqu’ici la Société américaine du cancer recommandait des mammographies et des examens cliniques des seins tous les ans à partir de l’âge de 40 ans. Elle considère maintenant que les femmes ayant un risque moyen de cancer du sein doivent commencer à pratiquer des mammographies seulement à 45 ans, puis faire des examens tous les ans jusqu’à 54 ans et tous les deux ans ensuite. (extrait)

 

Découvrez le fil twitter de la soirée :

« La part du feu », échanges autour d’un documentaire sur les cancers liés à l’amiante

LA PART DU FEU AFFICHE recadrée

Projection débat autour de « La part du feu »

Le 26 avril 2016, une projection spéciale du film « La part du feu » a été proposée au cinéma Comœdia de Lyon. Suite à la projection de ce film écrit et réalisé par Emmanuel Roy en 2013 comme un témoignage poignant sur les cancers professionnels liés à l’amiante, les spectateurs ont pu échanger avec Barbara Charbotel, professeure au Service des maladies professionnelles des Hospices civils de Lyon et à l’Unité mixte recherche épidémiologique surveillance transport travail environnement (Université Claude Bernard Lyon 1).

Avec la voix de Franck Trillot lisant le journal d’Henri Roy, la part du feu est un  voyage dans « ce que l’on sacrifie pour sauver l’essentiel ». Comme le dit l’auteur réalisateur, « l’amiante protégeait de presque tout, à moindre coût, pour un profit maximum. C’était l’essentiel. La part du feu, c’est l’écho de la parole de mon père, celle d’un enseignant mort d’un mésothéliome, cancer de l’amiante, cancer d’ouvrier. La part du feu, c’est l’inquiétude qui m’accompagne depuis sa mort et que je décide d’affronter aujourd’hui, dans des paysages contaminés, auprès de ceux qui éprouvent ce même sentiment, pour changer ensemble la peur en action. »

Le film suit le chemin  d’individus et de familles dont la vie a basculé, d’une société qui a pris du temps pour se résoudre à agir. Témoignant qu’il y a un avant et un après, du passage brutal de l’insouciance à la maladie, de l’indétermination à l’ultra précaution, il questionne sur les raisons qui font que la décision intervient trop tard.

Vous pouvez visionner la bande annonce de ce film sur le site de Shellac, sa maison de distribution, ou directement sur youtube :

« Cancer : prévenir , traiter et vivre avec  » : la programmation

image esope10 carré

La lutte contre le cancer est en France et à travers le monde occidental une cause majeure, à la fois gouvernementale, médicale et scientifique. Cette maladie, ou pourrions-nous dire « ces maladies » tant le cancer recouvre une pluralité de maux sanitaires et sociaux, revêt une image de fléau contemporain difficile à vaincre.

Néanmoins la recherche avance pour comprendre la « cancérisation », s’intéressant à la fois à des facteurs internes (génétiques, hormonaux…), ainsi qu’externes ou environnementaux (virus, alimentation, irradiations…). Il s’agit également d’améliorer le dépistage et les traitements, et bien en amont de renforcer la prévention à travers la promotion d’une alimentation saine, de l’activité physique, comme à travers la lutte contre l’obésité, le tabac, l’alcool, ou encore les inégalités sociales. Des questions plus polémiques restent ouvertes concernant des facteurs externes comme l’amiante, les pesticides, les nanomatériaux, etc., et les contextes sociétaux qui les génèrent.

Si le temps de la recherche est long, celui de la maladie correspond à l’urgence de vivre, dans les conditions les plus dignes. Dans ce contexte, la relation entre soignants, patients et proches, s’avère précieuse. Les patients deviennent experts, à la fois récepteurs du traitement, et producteurs de savoirs pour l’optimiser. C’est probablement là une démarche nécessaire pour faire avancer la science, afin qu’elle puisse servir au plus près les citoyens.

A Lyon, la recherche scientifique s’inscrit dans l’excellence mondiale en cancérologie.
Les centres de soin sont désormais directement liés aux pôles de recherche, et nous disposons de spécialistes parmi les plus renommés.

Conférences, tables-rondes, visites de labos, film, spectacle et exposition… composent ce cycle Et si on en parlait, permettant au public concerné par la maladie, expert ou simplement sensible à ce sujet notoire, d’échanger directement avec ces scientifiques.

Découvrez  « Et si on en parlait » sur le site web de l’Université de Lyon.

Téléchargez le programme au format pdf ou consultez la liste détaillée et les formulaires d’inscription de ses prochains rendez-vous sur la page du cycle « cancer : prévenir, vivre avec et guérir »