Risques chimiques : un fort besoin de dialogue (3)

Développer de nouveaux outils de dialogue

Retour en 3 billets sur le cycle de rencontres consacré à la chimie (2011). Les propos et avis rassemblés dans ces billets ont émané des différents temps d’ateliers et de débat.

Lire le 1er billet – Les risques au cœur des préoccupation des professionnels et des citoyens ?

Lire le 2ème billet – Le refus contemporain des risques en question

Article initialement publié dans la revue L’actualité chimique – octobre/novembre 2012 – n°367-368

 

Un défi de taille : décider de la part de risque socialement acceptable

Au-delà de la recherche, de l’information et de la communication sur les risques, les participants aux débats ont pointé les difficultés à effectuer des choix et à arbitrer entre bénéfices et risques : comment déterminer ce qui est acceptable du point de vue de la société et choisir la solution ayant le plus de bénéfices pour l’ensemble des acteurs ? Comment construire une position commune et collectivement partagée, par-delà les éventuels intérêts divergents ?

Les nombreuses incertitudes qui entourent les développements des produits chimiques ajoutent encore de la complexité : comment s’assurer que la solution apportée à un problème, ou que le produit de substitution proposé, ne génère pas de problèmes plus importants ? S’il est déjà difficile de choisir entre des technologies aux bénéfices et aux risques bien évalués, il apparaît encore plus complexe de choisir entre des technologies qui n’existent pas encore ou dont les résultats et impacts ne sont pas ou peu connus.

Une réflexion collective sur les risques, et la part de risque ou d’incertitude qui peut être acceptée socialement, mérite ainsi d’être engagée. Cette réflexion ne saurait être dissociée d’une réflexion sur les usages et les bénéfices attendus. Pour Lydie Nemausat (FRAPNA) [1], il ne suffit pas de s’assurer que les produits ont un cycle de vie qui respecte l’environnement, il faut aussi vérifier que les nouveaux produits sont vraiment nécessaires et utiles, d’un point de vue collectif. La chimie contribue largement à façonner le monde de demain. Le slogan du syndicat professionnel de la Chimie allemande, traduit par un participant, est d’ailleurs explicite : « Formons le futur ! ». Ce constat invite à interroger la place et le rôle des différents acteurs dans les choix de recherche et de développement, qui sont aussi des choix de société.

 

Développer des outils de dialogue pour rêver ensemble la chimie de demain

Les participants ont souligné l’intérêt d’une contribution des sciences humaines et sociales pour éclairer les choix. Lors d’une visite publique dans son laboratoire, le chimiste Jean-Pierre Cloarec, enseignant-chercheur à l’Institut des Nanotechnologies de Lyon [2], a ainsi fait état des travaux menés au sein du Laboratoire International Associé en Nanotechnologies et Nanosystèmes, un laboratoire franco-québécois qui comporte un volet d’étude « Innovations en nanotechnologies : Éthique, usages et sociétés ».

La société civile gagnerait également à être associée à ces réflexions, même si la participation des citoyens ne va pas de soi, car la chimie souffre aujourd’hui d’un manque d’intérêt. Laurence Lestel rappelle qu’au moment de sa création au Conservatoire National des Arts et Métiers, à Paris, au 19ème siècle, la chaire de chimie industrielle attirait plus de 600 personnes soucieuses de s’informer et de comprendre. En comparaison, les débats sur la chimie peinent aujourd’hui à trouver leur public.

Plusieurs pistes ont finalement été esquissées pour encourager la participation des citoyens aux choix en matière de chimie. Il a notamment été proposé que les citoyens soient consultés lors des évaluations et promotions des chercheurs, pour émettre un avis sur l’intérêt des recherches menées d’un point de vue social. Diverses instances d’expression collective pourraient également être créées, pour réfléchir aux orientations à donner à la chimie en général, dans un esprit de dialogue ouvert et de co-élaboration progressive de solutions.

 

Il reste fort à faire pour créer les conditions d’une confiance réciproque entre les professionnels de la chimie et les citoyens. Les recherches en toxicologie et en écotoxicologie méritent d’être fortement soutenues. Mais il ne suffit pas de connaître les risques, il faut aussi les appréhender et les apprivoiser collectivement. Une profonde évolution des pratiques s’avère nécessaire, pour favoriser la participation des citoyens et l’émergence d’une culture commune des risques. La période de crise actuelle pourrait constituer un terreau favorable au renouveau des espaces de concertation, en s’inspirant des pistes ébauchées lors de nos rencontres et compilées dans cet article.

 

Nathalie FABRE

 

[1] Fédération Rhône-Alpes de Protection de la Nature

[2] Jean-Pierre Cloraec est chimiste au Laboratoire de Chimie du Département Sciences et Technologies des Matériaux et des Surfaces (STMS) à l’Institut de Nanotechnologies de Lyon (INL), Ecole Centrale.

 

Risques chimiques : un fort besoin de dialogue (2)

 

Le refus contemporain des risques en question

Retour en 3 billets sur le cycle de rencontres consacré à la chimie (2011). Les propos et avis rassemblés dans ces billets ont émané des différents temps d’ateliers et de débat.

Lire le 1er billet – Les risques au cœur des préoccupation des professionnels et des citoyens ?

Article initialement publié dans la revue L’actualité chimique – octobre/novembre 2012 – n°367-368


Plusieurs éléments d’explication ont été apportés tout au long des rencontres, pour éclairer les exigences accrues de sécurité de la part des citoyens et des professionnels. C’est surtout à partir des années 60 qu’a émergé une forte prise de conscience environnementale, avec notamment la publication en 1962 du Printemps silencieux de la biologiste Rachel Carson, premier livre sur les effets destructeurs de certains pesticides sur la faune. Les problèmes de pollutions et les accidents qui ont ponctué l’histoire de la chimie ont clairement contribué à entacher son image. Néanmoins, selon Laurence Lestel, chargée de recherche en histoire de la chimie [1] et intervenante lors de la soirée-débat, ce qui a vraiment changé, ce n’est pas tant la conscience des dangers que leur acceptation.

Les préoccupations sanitaires ont en effet émergé très tôt, avec une première question posée en 1804 à l’Institut de France, sur les effets des émanations nauséabondes des usines. Mais, au 19ème siècle, dans un contexte caractérisé par une forte pénibilité de la vie, les dangers étaient alors relativement bien acceptés eu égard aux bénéfices attendus. Les chapeliers, par exemple, manipulaient sciemment des nitrates de mercure toxiques pour feutrer les peaux de lapin, ce qui leur permettait de générer d’importants revenus. [2] Une telle situation ne serait plus acceptée aujourd’hui : l’éradication des crises alimentaires en Europe, l’augmentation de la durée de vie et la progression du confort ont conduit à une profonde évolution des exigences citoyennes.  « Les problématiques évoluent, deviennent de plus en plus fines et la société accepte de moins en moins les risques » (Laurence Lestel)

Le refus contemporain des risques pose question car, dans son projet même de ré-arranger la matière, la chimie inclut toujours une dimension prométhéenne : « la chimie crée son objet » [3] et cette faculté créatrice inclut toujours une part de risque. Les chercheurs ont d’ailleurs rappelé que, scientifiquement parlant, « le risque zéro n’existe pas » : compte tenu des moyens actuels d’investigation, l’innocuité des produits ne peut être garantie. Refuser tout risque impliquerait alors de se priver de toute innovation. De ce point de vue, l’attitude de certains consommateurs à l’affut de nouvelles innovations technologiques a été pointée comme manquant de cohérence.

Il semble donc important de pouvoir transmettre aux citoyens les outils, le savoir et la culture nécessaires à la construction d’une opinion avisée, afin de pouvoir appréhender au mieux les enjeux du débat dans toute leur complexité. De ce point de vue, la communication de l’industrie chimique gagnerait à être repensée : la nécessité de communiquer de manière positive et la « peur de la peur » des citoyens conduisent souvent les industriels à émettre des messages rassurants, qui ne laissent pas de place à l’incertitude. Souvent jugé insuffisant et partial, ce type de communication induit des effets contreproductifs. Il contribue à entretenir l’illusion d’un possible risque zéro, tout en suscitant des réactions de méfiance de la part des citoyens.

Pour apaiser les relations entre chimie et société, une meilleure connaissance et une plus grande transparence sur les risques liés aux produits chimiques semblent donc constituer un préalable indispensable. Des pistes ont été esquissées pour repenser la communication et ouvrir le dialogue entre chimie et société. Anne-Marie Leulan, professeur émérite de sociologie [4],  a par exemple proposé d’encourager le recours à l’art, à l’imaginaire et à la créativité, comme vecteurs efficaces pour apprivoiser les peurs réciproques.

Nathalie Fabre

[1] Laurence Lestel est chargée de recherche en histoire de la chimie (UMR Sisyphe 7619, Université Pierre et Marie Curie, Paris 6). 

[2] Consulter sur ce sujet les travaux d’André Guillerme, historien de la technique

[3] Marcelin Berthelot, La synthèse chimique, Alcan, Paris, 1860, p. 275

[4] Anne-Marie Leulan est professeur émérite de sociologie à l’Université Michel de Montaigne, Bordeaux III, et chargée de mission à l’Institut des Sciences de la Communication du CNRS (ISCC). 

Risques chimiques : un fort besoin de dialogue (1)

 

Les risques au cœur des préoccupations des citoyens et des professionnels ? 

En 2011, l’Université de Lyon a consacré un cycle de dialogue et débat Et si on en parlait aux relations entre chimie et société. On constate aujourd’hui des exigences accrues de sécurité de la part tant des professionnels que des citoyens. Or, la chimie – dans son projet-même de ré-arranger la matière – inclut toujours une part de risque. Dès lors, comment décider de la part de risque socialement acceptable ? Face aux incertitudes qui accompagnent les développements de la chimie, un important besoin de dialogue se fait sentir, pour forger une culture commune des risques et fonder un nouveau pacte social entre chimie et société.

Retour en 3 billets sur ce cycle de rencontres consacré à la chimie. Les propos et avis rassemblés dans ces billets ont émané des différents temps d’ateliers et de débat.

Article initialement publié dans la revue L’actualité chimique – octobre/novembre 2012 – n°367-368

 

Premier constat : si la chimie suscite de la fascination, elle génère aussi beaucoup d’inquiétudes quant à ses effets possibles sur la santé et l’environnement. Les risques liés aux produits chimiques sont aujourd’hui très mal perçus et les efforts engagés pour sécuriser les procédés et réduire les impacts ont été largement discutés : réglementation REACh [1], évolution vers une chimie verte ou durable [2], intégration des problématiques environnementales dans les pratiques, etc.

Les professionnels ne sont pas en reste et, loin de tirer fierté de la manipulation de produits dangereux, la nouvelle génération de chimistes exige aujourd’hui davantage de sécurité, comme l’a souligné le professeur de chimie Marc Lemaire [3] lors de la soirée-débat. Il semble au demeurant que les risques diffus (pollutions, effets cancérigènes, perturbateurs endocriniens…) génèrent aujourd’hui davantage d’inquiétude que les risques industriels (Bhopal, AZF…). Une participante aux ateliers a ainsi souligné : « Il y quand même un risque […] bien présent, et tous les jours, c’est la pollution. On parle beaucoup du risque-danger et pas tellement du risque-pollution qui est quand même bien réel, que ce soit par l’odeur, par le sous-sol, par l’eau… »

Néanmoins, comme l’a rappelé Andrée Marquet, professeur émérite de chimie [4], l’attitude des citoyens à l’égard de la chimie est en réalité assez nuancée. Ce qui est ressorti en premier lieu d’une consultation réalisée auprès d’une cinquantaine de personnes [5], ce sont les interrogations sur la science chimique et le besoin d’informations de qualité. Même si les effets négatifs sont clairement pointés, le rôle de la chimie dans tous les domaines de la vie quotidienne est aussi bien reconnu. Cette remarque d’un enquêté témoigne de l’attitude ambivalente à l’égard de la chimie : « Comme Janus, la chimie a deux faces : elle suscite à la fois fascination et crainte ».

On retrouve cette même oscillation entre confiance et inquiétude, dans les perceptions des riverains des installations chimiques classées. Chercheur à l’ENTPE [6], Thierry Coanus a insisté sur la connaissance empirique de leur environnement qu’ont les résidents de la Vallée de la Chimie [7]. Cette connaissance est fondée sur des perceptions sensorielles extrêmement fines et les conduit à formuler – à tort ou à raison – des hypothèses interprétatives sur chaque changement ressenti. En particulier, l’enquête réalisée sur la relation des riverains à l’industrie chimique [8] a révélé l’importance de la dénégation et du recours à des « protections symboliques » ou à des « mistigris du risque » : on observe ainsi, chez certains riverains, une forme de « cécité paysagère », c’est-à-dire une tendance à refuser de voir et de penser les risques pour continuer à vivre en zone dangereuse. Selon le paysagiste Michel Corajoud [9], il faut massivement réimplanter du végétal pour rassurer la population. ‘Si un arbre peut pousser ici, je peux vivre là’, se diraient en somme les habitants. Une réaction qui traduit quelque chose d’important dans la relation des populations à la source du danger et qui est donc à prendre au sérieux, aussi dérisoire que cette attitude puisse paraître par rapport au savoir scientifique et technique. « Il n’y a pas d’irrationalité, il y a d’autres rationalités éventuellement, mais certainement pas d’irrationalité » (Thierry Coanus).

Nathalie FABRE

[1] REACh : règlement européen sur l’enregistrement, l’évaluation, l’autorisation et les restrictions des substances chimiques. Entré en vigueur le 1er juin 2007, REACh vise à assurer un niveau élevé de protection de la santé humaine et de l’environnement contre les risques que peuvent poser les produits chimiques.

[2] Chimie verte (ou chimie durable) : termes désignant, de manière large, une chimie inscrite dans une perspective de développement durable. Chimie dépolluante, démarches d’écoconception, nouveaux procédés chimiques plus respectueux de l’environnement… font partie de la chimie verte.

[3] Marc Lemaire est professeur de chimie à l’Institut de Chimie et Biochimie Moléculaires et Supramoléculaires (UMR5246, Université Claude Bernard Lyon 1). 

[4] Andrée Marquet est professeur émérite de chimie organique et chimie biologique à l’Université Paris VI. 

[5] Enquête « Chimie et société : quel dialogue ? » réalisée par l’association Culture et Liberté, pour la commission Chimie et Société de la Maison de la Chimie en 2010.

[6] Thierry Coanus et François Duchêne sont chercheurs au Laboratoire de Recherches Interdisciplinaires Ville, Espace, Société (RIVES), à l’Ecole Nationale des Travaux Publics de l’Etat (ENTPE).

[7] Implantée au Sud de Lyon, la Vallée de la Chimie abrite, sur une superficie d’environ 800 hectares, 14 établissements chimiques, pétrochimiques et pétroliers, classés SEVESO seuil haut, 3 centres de recherche, dépendants d’Arkema, de Rhodia et de l’Institut Français du Pétrole, ainsi que les technopôles de l’Ecole Normale Supérieure et de l’Université Claude Bernard Lyon 1.

[8] Coanus Thierry, Duchêne François, Martinais Emmanuel, « L’industrie chimique et ses riverains : une relation ambivalente. Le cas de la grande région lyonnaise », Responsabilité & Environnement n°48, Annales des mines, 2007, p. 68-76

[9] www.corajoud.com

À la rencontre de Thierry Coanus, chercheur à risques

Article initialement publié dans la newsletter « Science et Société » d’Octobre-Novembre 2011 (n°58) de l’Université de Lyon

Ingénieur, docteur en urbanisme et chercheur en sciences sociales, Thierry Coanus s’est toujours intéressé à « l’extraordinaire variabilité des créations de l’espèce humaine ». Toute société est en effet singulière : « si à un moment donné, à un endroit donné, les choses fonctionnent d’une certaine façon, ailleurs, elles peuvent fonctionner tout à fait autrement ». Chercheur au R.I.V.E.S (Recherches Interdisciplinaires Ville, Espace, Société) de l’ENTPE, composante de l’UMR CNRS 5600 EVS, Thierry Coanus défend une approche sociale et globale, non exclusivement technique, des situations de risque.

 

Pourquoi travailler sur les risques ?

Dans les années 1980, Claude Gilbert – directeur de recherches au CNRS et politiste, responsable de l’axe « Risques collectifs et situations de crise » de la Maison des Sciences de l’Homme-Alpes (MSH-Alpes UMS 1799 du CNRS) à Grenoble – a été l’initiateur de la recherche en sciences sociales sur les risques en France. Les chercheurs abordaient le sujet sous l’angle de la sociologie et de la science politique, mais s’intéressaient assez peu aux populations « ordinaires ».
C’est dans ce contexte que nous avons mené entre 1997 et 2000 un gros travail sur l’agglomération lyonnaise, centré sur la notion de territoire : La ville inquiète(1), achevé en 2000. Cette thématique, au croisement des SHS (Sciences Humaines et Sociales) et des SPI (Sciences pour l’ingénieur), s’est aussi avérée pertinente dans le contexte d’une école d’ingénieurs, l’ENTPE*.
(*NDLR : l’École Nationale des Travaux Publics de l’Etat est une école d’ingénieurs qui, à travers le laboratoire R.I.V.E.S, « rassemble des chercheurs qui s’intéressent à la ville et à l’urbain et, plus précisément, aux enjeux politiques, économiques et sociaux liés à l’aménagement des territoires » source : site Internet du laboratoire R.I.V.E.S)
.

En quoi notre rapport au risque nous apprend-il quelque chose sur nous-mêmes ? Les différences d’approche entre acteurs ne doivent pas être « réduites » – terme quasi militaire – au nom d’une rationalité technique qui aurait toujours le dernier mot. Au contraire, elles rendent visibles la construction sociale de la situation de risque, construction dont les modalités varient selon le lieu et le moment, et dont la compréhension est cruciale. Sans cela, comment imaginer des solutions pertinentes à un problème inextricablement technique autant qu’humain ? Les territoires à risque sont aussi le produit de dynamiques économiques, sociales, politiques, foncières… sans quoi ils ne seraient pas ce qu’ils sont.

Qu’apprenez-vous de vos recherches ?

La connaissance empirique des riverains se heurte à une double légitimité : celle de l’expert et celle de l’Etat. En ce sens, les gestionnaires du risque ont tendance à monopoliser la description et l’analyse du réel, ce qui constitue, de mon point de vue, une réelle vulnérabilité de notre dispositif : l’efficacité des actions entreprises en direction des riverains s’en trouve affaiblie.

Comment concilier les points de vue ?

Selon les gestionnaires, il faut développer la « culture du risque », c’est-à-dire la connaissance minimale pour adopter (du point de vue expert) un comportement adéquat vis-à-vis du danger. Mais ce n’est dès lors que l’ombre portée du savoir technique. Les pratiques et représentations spécifiques des populations riveraines restent ignorées, et parfois tournées en ridicule par des spécialistes qu’il faudrait davantage former à ces questions.

Votre rôle en tant que chercheur ?

Entre l’enseignement et la recherche, il nous reste peu de temps pour expliquer nos travaux au grand public. La vocation du chercheur est d’abord de produire de la connaissance pour la diffuser auprès des acteurs directement concernés par leurs résultats, ce qui leur permet de faire un pas de côté pour voir les choses sous un angle différent. Une posture que j’aime mettre en pratique !

Propos recueillis par Coraline BERTRAND

 

(1) COANUS T. (dir.), DUCHENE F., MARTINAIS E., 2000, La ville inquiète. Développement urbain, gestion du danger et vie quotidienne sur trois sites « à risque » de la grande région lyonnaise (fin XIXème – fin XXème), rapport pour le programme « Génie urbain et environnement », contrat de plan État-Région Rhône-Alpes, laboratoire RIVES (ENTPE)

La science en conscience : recherche et questionnement éthique

A la rencontre de Jean-Pierre Cloarec

Article initialement publié dans la newsletter de Juin 2011 (n°57) du service Science & Société de l’Université de Lyon

vignette-article-jp-cloarec_1306502307956

Chimiste, maître de conférences à l’Ecole Centrale Lyon, dans l’équipe de « chimie et nanobiotechnologies » de l’Institut des Nanotechnologies de Lyon, Jean-Pierre Cloarec est un chercheur qui se préoccupe des liens entre les sciences et la société. C’est aussi un médiateur dans l’âme qui ne refuse jamais de débattre des sciences. Isabelle Forestier, chargée de communication du service Science et Société l’a rencontré.

Sur quoi portent vos recherches ?
J’étudie la manière de modifier des surfaces de matériaux pour les rendre aptes à reconnaître des molécules chimiques ou biologiques. Ces travaux ont des applications dans les domaines de la recherche biomédicale, ou des technologies de l’information (électronique, photonique…)*. Plus fondamentalement, j’étudie la façon dont se comportent les molécules à l’interface entre un solide et un liquide. Concrètement, grâce à ces recherches, on peut, par exemple, déterminer un groupe sanguin en ne prélevant qu’une quantité infime de sang au patient.

Vous travaillez avec d’autres chercheurs partenaires sur les impacts sociétaux de certaines découvertes ou applications de la recherche. Pouvez-vous nous en dire davantage sur cette démarche ?

C’est un axe de recherche que nous animons avec l’Université de Sherbrooke (Canada), au travers du Laboratoire International Associé en Nanotechnologies et Nanosystèmes, un laboratoire CNRS franco-québécois dont nous sommes fondateurs et animateurs. Ce laboratoire a développé un dispositif d’échanges scientifiques et technologiques entre la France et le Canada, il comporte cinq volets d’étude. L’un d’entre eux s’intitule « Innovations en nanotechnologies : Éthique, usages et sociétés ». Dans ce cadre, et en ayant une approche interdisciplinaire, nous réfléchissons avec une communauté de chercheurs aux enjeux éthiques liés à nos travaux.

Je travaille dans un laboratoire dédié aux technologies de l’information, ces technologies ont des impacts ! Des impacts sur lesquels les chercheurs ne s’interrogent pas toujours. On ne crée pas de nouveaux outils sans impacts, je trouve important de réfléchir à leurs possibles incidences, positives comme négatives sur la société. Et nous pouvons aussi amener les gens à se poser des questions à ce sujet.

Dans le cadre des manifestations organisées par le service Science et Société à l’occasion de l’année de la chimie, vous avez récemment reçu dans votre laboratoire un groupe de personnes curieuses de découvrir vos activités. Quel est pour vous le sens de ces actions envers le grand public ? Que vous apportent-elles ?

Discuter avec des citoyens pour comprendre comment ils vivent la science me paraît important. Pas simplement pour expliquer nos recherches, mais aussi pour bien comprendre comment les gens les perçoivent, les envisagent. Idéalement, il faut que ces rencontres soient l’occasion d’un réel échange. Il est intéressant pour nous d’en savoir plus sur les rapports du public à la science et aux objets techniques. L’idée n’est pas de polémiquer sans fin sur les sujets qui fâchent, d’adopter une posture moralisatrice ou scientiste, mais d’entamer une discussion, ne serait-ce que pour comprendre différents points de vue, et ce qui les justifie.

Cela permet de s’élever au-dessus d’un débat d’opinions, de prendre du recul.

Les échanges avec des publics divers – le grand public, mais aussi mes élèves ingénieurs, ou encore d’autres chercheurs de ma discipline ou d’autres domaines de recherche – constituent pour moi une sorte de formation permanente. J’essaie d’être dans le dialogue, prêt à me poser des questions, et pas seulement dans une position pédagogique d’explication de mes travaux.

Comment abordez-vous vos sujets de recherche, parlez-vous de cas concrets ?

Oui, j’essaie de lancer la discussion à partir d’exemples qui peuvent toucher les gens.

Je prends souvent l’exemple des analyses de sang. Les technologies que je développe permettent de détecter des molécules signalant l’émergence de maladies à partir d’infimes quantités de sang. L’intérêt de ces appareils très sensibles et peu invasifs est évident quand il est possible de ne prélever que très peu de sang, chez les nourrissons par exemple.

Mais des outils technologiques capables d’atteindre de tels objectifs posent question. Si on peut indiquer à quelqu’un qu’il présente une maladie génétique, pas encore déclarée mais potentiellement invalidante, on doit aussi s’interroger sur la gestion de la confidentialité de cette information dans notre système de santé. Que faire notamment vis-à-vis des assurances ? Comment gérer le secret médical ?
Autre exemple d’impact : il devient possible de stocker son patrimoine génétique sur son smartphone et d’être informé en temps réel de l’évolution des connaissances médicales sur les pathologies potentiellement liées à ce patrimoine Cette application peut sauver des vies mais aussi créer des peurs inutiles, la recherche en génétique évoluant très vite.
Cela pose la question de la gouvernance : qui décide comment on fait la science et à quoi elle doit servir ?

Quel est le retour des publics lors de ces rencontres ? Sont-ils conscients des incidences de la recherche sur leur vie quotidienne et les changements dans la société ? Quelles questions vous posent-ils ?

Oui absolument ils en sont très conscients. Même si les gens qui viennent dans ces rencontres se sentent déjà concernés par la thématique. Mais nous sommes là aussi pour écouter les questions qui sont nombreuses ! Elles portent en partie sur les nanotechnologies, mais très vite elles deviennent plus générales sur la recherche. On nous demande : « Comment travaillez-vous ? Quel est votre rapport aux financements ? Comment la science se fait-elle dans un laboratoire ? » On ne peut pas donner de réponse universelle, mais on parle de notre expérience.

Parfois les échanges sont vifs. Je me souviens de réactions très violentes au cours du débat public sur les nanotechnologies auquel j’avais participé. Mais de vraies questions ont été posées pendant ce débat, des questions très pertinentes. En tant que chercheurs, nous avons besoin que ces questions émergent. Nous avons l’habitude dans notre métier d’être en discussion perpétuelle entre scientifiques. Nous ne sommes pas toujours d’accord avec nos collègues sur l’interprétation des résultats. La science c’est d’abord gérer de manière pacifique des positions en désaccord pour tenter d’obtenir, au final, un consensus fécond.

Que pensez-vous que le service Science et Société puisse vous apporter dans vos relations avec les publics ?

Nous avons besoin que soient organisés les cadres dans lesquels on peut rencontrer des publics divers. Il faut des personnes qui construisent des passerelles entre le grand public et les chercheurs, des médiateurs capables de créer des liens entre des univers différents. Et puis je vais probablement grâce à vous rencontrer d’autres chercheurs !

Je pense aussi que vous avez un rôle à jouer pour aider à ce que nos projets de médiation soient mieux reconnus dans nos carrières.

Chercheur est le plus beau métier du monde ! Nous gardons une forme de liberté mais nous devons continuer ces actions de communication et médiation des sciences. Il me semble que nous sommes dépositaires d’une tradition de questionnement, une démarche intellectuelle qu’il s’agit de transmettre.

Crédits photos : Thierry Fournier

Un territoire en mutation

Reportage sur la Vallée de la Chimie, initialement publié dans la newsletter « Science et Société » d’octobre-novembre 2011 (n°58) de l’Université de Lyon

Depuis une vingtaine d’années, la Vallée de la Chimie a une double ambition : faire évoluer ses industries vers une chimie durable et repenser ses villes pour y maintenir la population, malgré les nuisances. Un projet à long terme, actuellement en phase d’accélération.

 

Tout reste à faire. Et pourtant l’évolution du territoire est en marche. Développement durable, déplacements doux, écologie industrielle, biodiversité, cohésion sociale… sont autant de notions à l’ordre du jour de l’Agenda 21 « Vallée de la Chimie ». Depuis 2005, l’adoption de ce plan d’action et la création du pôle de compétitivité chimie-environnement Axelera ont permis d’impulser une vaste réflexion sur l’avenir de la Vallée. En pleine concertation, les différents acteurs travaillent à l’élaboration d’un projet directeur qui concernera l’économie, les transports et l’habitat.

Pour les industriels, le défi consiste à mettre au point des « cleantech » ou écotechnologies pour évoluer vers une chimie durable, moins polluante, à l’horizon 2020-2030. « Nous devons conforter les industries en place en accompagnant leur mutation vers les énergies renouvelables pour répondre aux enjeux environnementaux. Il s’agit de faire de Lyon, un pôle de pointe sur la chimie décarbonée (NDLR : sans CO2) », explique Pierre Gréau, développeur économique Grand Lyon Vallée de la Chimie et chargé de mission chimie-environnement. 

En plein boom, ce secteur chimie-environnement devrait dynamiser le marché du travail. « On prévoit la création de 25% de postes supplémentaires, d’ici 2030. On va avoir besoin de compétences de plus en plus ciblées », détaille Pierre Gréau. Quid de la main-d’œuvre ouvrière, présente dans la Vallée ?  « Pour ne léser personne, on investit dans le retraitement des déchets (écopôle de Grand Lyon – Feyzin), les transports, la logistique et l’agroalimentaire (Portes du Sud, pôle agroalimentaire de Corbas) », rassure le chargé de mission. Toute la difficulté est là : restructurer une industrie lourde, de pointe génératrice de risques et de nuisances en évitant tout déclin économique.

Inquiétudes

Face à cette évolution annoncée, des inquiétudes émergent. Les villes comme Saint-Fons craignent de ne plus trouver leur place dans le tissu économique local. Serge Perrin, adjoint délégué au développement durable et à l’environnement : « le chômage de masse est déjà une réalité sur notre commune. Or, les industriels vont avoir besoin de main-d’œuvre (très) qualifiée pour produire dans le respect de l’environnement. Les banlieues limitrophes, ouvrières, risquent d’en pâtir. Il va falloir rendre notre territoire attractif pour d’autres entreprises, autour du recyclage notamment ». Si la Vallée de la Chimie n’est plus synonyme d’emplois potentiels, les riverains risquent de remettre en cause son voisinage. D’autant plus qu’en matière de gestion des risques, ils n’auront pas les moyens de protéger leur logement si l’Etat ne finance pas mieux les PPRT* pour prendre en charge le coût des travaux de mise en conformité, explique l’adjoint.

Une question de temps

Emblématique de l’industrie chimique dans la région, la Vallée de la Chimie a su, depuis le XIXe siècle, diversifier ses activités selon les évolutions industrielles : industries soyeuse et textile, métallurgie, chimie lourde et pharmaceutique, activités de recherche… Le territoire n’en est donc pas à sa première mutation. Il a déjà fallu s’adapter à l’effort de guerre, aux nouvelles techniques, à la fin des Trente Glorieuses, au choc pétrolier, à la montée du chômage, etc. D’après Hervé Joly, historien des entreprises et spécialiste de l’industrie chimique en France et en Allemagne aux XIXe et XXe siècles, « si la Vallée de la Chimie a su évoluer au fil du temps, depuis les années 1970, elle reste un ensemble industriel dont l’activité diminue, avec des productions de niches, plus fines et plus spécifiques ».

Aujourd’hui, les industriels sont pourtant confiants quant à la nouvelle transition du secteur. Pour Virginie Pevere, directrice recherche et innovation d’Axelera, il s’agit d’une question de temps : « des projets comme Triple et Valeee – mieux trier les matières plastiques issues des DEEE** pour les remettre dans le circuit de production – vont prendre fin en 2012. Ils seront clôturés et leurs résultats analysés. La répercussion de ces résultats en termes d’emplois ou de mutations technologiques pourra prendre quelques années mais elle se fera. Nos programmes collaboratifs renforcent la dynamique d’action. Pourtant, chaque entreprise n’a pas attendu pour s’adapter au développement durable ».

Ce que confirme Jean-Jacques Gillot, délégué général de l’UIC Rhône-Alpes, qui rappelle que la chimie verte   « soit la réduction des risques à la source : produire moins de déchets, mettre en place des procédés moins dangereux etc. » – existe depuis les années 1980. Pour cet ancien directeur d’établissement SEVESO, l’intensification et la miniaturisation des procédés sont des objectifs à cinq ou dix ans. Avec en toile de fond la mutation écologique soutenue par les pouvoirs publics et une coexistence raisonnée entre industrie et développement urbain.

Densifier la ville

Historiquement, la ville s’est construite autour de l’industrie. Aujourd’hui, face aux risques et aux difficiles rapports entre riverains et industriels, il s’agit de densifier la ville plutôt que de l’étaler. Un programme de réhabilitation de l’habitat dégradé est en cours, notamment à Pierre-Bénite (quartier Haute-Roche), Feyzin (l’Arsenal) et Saint-Fons (les Clochettes). Pour réduire les déplacements individuels, les acteurs locaux misent sur le covoiturage, le vélo, l’auto-partage et les transports en commun. « À Pierre-Bénite, le PPRT va être réduit. Il s’agit de maintenir la population et de reconquérir les berges. On travaille aussi sur des projets qui auront un impact sur le territoire : le regroupement des Hôpitaux Lyon Sud à Saint-Genis-Laval ou le prolongement de la ligne B du métro jusqu’à Oullins, en 2013 », détaille Elisabeth Roux, chargée d’études au Grand Lyon Urbanisme Territorial. Politiques et industriels doivent donc penser la mutation de la Vallée de la Chimie de manière globale, en ne lésant personne.  

Coraline BERTRAND

*PPRT, Plan de Prévention des Risques Technologiques.
**DEEE, Déchets d’Équipements Électriques et Électroniques.