Un magnétisme entre rap et langue française ?

Crédits : C. Dury - ISH/CNRS

Bettina Ghio est docteure en littérature et civilisation françaises, enseignante au lycée et chargée de cours à l’université Paris 3. Ce témoignage vient en écho aux échanges de la table-ronde « Rap, littérature et poésie … par amour ? », qui s’est tenue le 4 novembre 2016 au Sucre à Lyon dans le cadre des 11èmes rencontres « Et si on en parlait », organisées par l’Université de Lyon.

Revivez cette soirée en vidéo

Propos recueillis par Samuel Belaud

Bettina est auteure de Sans fautes de frappe. Rap et littérature, un ouvrage qui propose une exploration du rap français au miroir de l’histoire littéraire.

 

ESOEP : En développant son argot, son parler-lascar et ses métagores, les rappeurs ont-ils fait éclore un mouvement artistique sur les braises d’une langue qui ne les représentait plus ?

La question de la langue, et notamment de la langue française, est plus que complexe dans le rap hexagonal. Contre toute attente, les rappeurs qui utilisent exclusivement le parler banlieusard dans leurs textes ne sont pas si nombreux que ça. En tant qu’artistes à part entière, ils sont plusieurs à choisir le registre de langue selon les exigences de rythme et de prosodie. Il n’est pas rare que des rappeurs emploient aussi un langage soutenu ou encore des termes désuets. Je pense qu’il y a une distinction essentielle à faire entre le rappeur en tant qu’individu qui a sa façon de parler (s’il vient ou non de banlieue) et son texte en tant qu’objet artistique.

Ce n’est donc peut-être pas la langue qui ne les représentait plus, mais l’expression de cette langue. Ils ont réussi à faire du français une langue littéraire qui parle aussi de la banlieue, des rapports avec les institutions, de racisme, etc. Il me semble que beaucoup de rappeurs s’approprient la langue française à la façon des écrivains de la négritude pour rappeler qu’elle leur appartient – à eux-aussi – à part entière. De là l’idée que je propose du rap comme le « lieu d’une réconciliation » entre l’univers marginal des banlieues et la « haute culture ».

ESOEP : On peut alors déceler une certaine continuité avec l’héritage culturel français, en particulier littéraire. Nombreuses sont les références aux classiques de la littérature et de la poésie française, comme si nous assistions à un mouvement continu des artistes à aller contre les institutions et de les remettre en cause. Est-ce une spécificité française du rap ?

Je ne suis pas certaine que les références à la littérature française soient dans le rap pour remettre en cause les institutions, même si dans certains cas on peut faire cette lecture : NTM avec l’oxymore de Corneille (« l’obscure clarté de l’espoir ») dans un texte où il s’attaque à l’Etat qui néglige les banlieues, « Qui paiera les dégâts », 1993.

Dans la plupart des cas, c’est un élément révélateur que le rap n’est pas une musique de « ghetto », comme se plaisent à insister ceux qui le dénigrent, mais qu’il se nourrit d’une culture et d’une langue commune. Quelque chose m’a marqué à ce propos : que les références à la littérature ou à la chanson françaises soient souvent exprimées comme appartenant à tous. On cite rarement la source car on présuppose que l’auditeur sait bien de quoi il s’agit (Oxmo Puccino, « nous savons tous que personne ne guérit de son enfance » (« L’enfant seul », 1998), cite ici la chanson de Jean Ferrat « Nul ne guérit de son enfance », 1991). On pourra passer des heures à discuter cette question, mais ce « nous » traduit à mon avis l’appartenance à la culture hexagonale commune – en contrepoint au « nous » plus identitaire et revendicatif qui se trouve également dans plusieurs raps. Le bagage lettré sert ici d’outil fédérateur qui tisse des liens, crée des ponts et qui se détache d’un objectif purement contestataire.

Ensuite il y a la question de la mémoire de la langue dont parle Roland Barthes (Le degré zéro de l’écriture, 1953), lorsqu’il dit que nous ne sommes pas seuls quand nous utilisons une langue. Car elle nous intègre dans une communauté et dans un héritage des choses dites auparavant. Ceci sert à expliquer la continuité des textes de rap avec l’héritage littéraire francophone. L’exemple le plus fragrant est à mon avis la ressemblance que certaines formes du rap ont avec la tradition pamphlétaire, dont un écrivain comme Céline se démarque particulièrement. Dans Sans fautes de frappe, il y a des pages consacrées à cette question qui montrent comment le ton, les façons de dire et les figures employées dans certains raps (notamment ceux de NTM) font écho à l’écriture célinienne.

ESOEP : La rage / l’insulte / l’égo-trip … Souvent objets de délectation de la part des critiques du mouvement rap, sa sémantique et le ton employé dans certains textes, sont clairement en détachement du langage institutionnel. Qu’est-ce que cela révèle de ses auteurs et de leurs intentions ?

Il faut approcher ces éléments du point de vue esthétique et non pas psychologique. Ce n’est pas parce qu’il y a de l’insulte dans les textes que c’est de l’injure. C’est la question du « premier degré » qu’on attribue souvent au rap quand on ne le perçoit pas comme de la création. L’insulte n’est pas gratuite mais recouverte d’une esthétique et ceci n’est pas propre au rap : j’en veux pour exemple des écrivains comme Genet ou Céline, certaines formes de la chanson, la tradition carnavalesque, le théâtre de Guignol, etc.

La rage, la violence peut même être parfois plus intense dans des textes où il n’y a pas d’insulte (les morceaux de Casey, par exemple). Il y a beaucoup de choses à dire sur cette question car il ne faut pas oublier non plus la dimension raciale de l’accusation du rap. Par exemple, les rappeurs mis en cause à la suite des émeutes de 2005 insistaient déjà sur le fait que dès lors que des enfants d’immigrés dénoncent des choses dans leurs textes, c’est perçu comme de l’insulte. Tandis que quand quelqu’un d’autre le fera, on considérera d’abord que c’est de l’art et on parlera alors de liberté d’expression.

Il faut comprendre que l’ego-trip, les vannes et d’autres éléments agonistiques, perçus souvent comme de l’insulte et qui sont propres au rap, s’enchainent aussi dans toute une esthétique au fil des siècles : des troubadours au poète qui se vante de sa plume, de Cyrano de Bergerac aux pratiques langagières urbaines afro-américaines.

Enfin, il ne faut pas oublier que tout langage littéraire est détaché du langage institutionnel et il se permet alors certaines licences. On arrive ici à la question qui fâche : pourquoi accepte-t-on ces licences aux écrivains, poètes et chanteurs et non pas aux rappeurs ?

ESOEP : Justement, le rap s’est complexifié à mesure qu’il devenait connu et reconnu ; il parait aujourd’hui difficile de l’envisager et de l’étudier comme un seul et même mouvement. Pourtant comme en contradiction, nous assistons à des dynamiques réfractaires sur le rap dans son ensemble. Le genre artistique qu’il est fait débat et les émeutes de 2005 ont beaucoup participé à une cristallisation des positions sur sa place au sein du vaste ensemble de la « culture française ».

Alors à quel point le rap peut-il être une ouverture nouvelle sur la langue ?

Cette question est la problématique qui traverse Sans fautes de frappe. Le rap est principalement « méconnu » en France et appréhendé par des a priori et des préjugés. Montrer qu’il se nourrit d’une culture littéraire (aimée cette dernière, non pas pour être le signe des élites, mais parce qu’elle fait partie d’un patrimoine dont tous devraient pouvoir se revendiquer), c’est montrer qu’il ne se place pas dans la contre-culture, mais qui fait bel et bien partie de la culture hexagonale chansonnière et littéraire, au même titre que Renaud, Brassens, Rostand ou Verlaine.

Après, il est intéressant d’entendre ce que disent les rappeurs là-dessus car ils sont nombreux à reconnaître que le rap les a rapprochés des textes, du bon usage de la langue, de la consultation assidue du dictionnaire, de la découverte de nouveaux auteurs ou des techniques poétiques. Cet aveu vient à contrepoint des constats de certains linguistes ou pédagogues qui expliquent le langage appauvri des jeunes banlieusards par l’écoute du rap. Par ailleurs, nombreux sont les textes qui revendiquent un emploi plus poussé de la langue et les rappeurs qui se vantent du bon usage de celle-ci, maintes fois dans une démarche d’ego-trip.

ESOEP : Dans quelle mesure alors, doit-il être utilisé dans l’enseignement (à l’image d’autres chansons) comme une porte d’entrée vers l’étude du français et de sa culture ?

Je pense que c’est aux enseignants de juger si le rap peut ou non être utile pour leur cours. Mais ils doivent arriver à ce constat une fois qu’ils en ont écouté avec le même recul que lorsqu’ils écoutent une chanson de Brel ou lisent Baudelaire. Le rap peut être effectivement une porte d’entrée vers certains textes littéraires. Il peut servir à introduire ou à illustrer une variété des thématiques comme la poésie des troubadours, la voix épique ou la chanson de geste, la vocation du poète, le système des rimes et des figures, tout comme un certain nombre d’auteurs et de personnages comme La Fontaine, Cyrano de Bergerac, Jules Vallès, Céline, Aimé Césaire, parmi d’autres.


Pour aller plus loin :

 

Petit carnet illustré d’une résidence artistique en laboratoire

Dans le cadre de la 11ème édition du programme Et si on en parlait sur le langage, le collectif grenoblois d’artistes « Un Euro ne fait pas le Printemps » a investit une semaine durant les murs du laboratoire Dynamiques de Langage pour une résidence artistique d’un nouveau genre.

Yves Béal et Heiko Buchholz, ont travaillé à une nouvelle exploration : celle des mots. Pour aller à la rencontre du mot, du langage, des sons et des sens que nous, humains, produisons en permanence, les artistes et chercheurs ont confronté la poésie et la science en scrutant les particules du langage, leurs sens et leurs impressions sur nous. La semaine a été ponctuée d’ateliers d’écriture, de rencontres, de temps d’échanges et d’investigations sensibles des travaux de recherches menés au sein du laboratoire.

Heiko Buccholz nous livre un témoignage délicat et curieux de cette expérience à travers son petit carnet illustré :

1

Fig. 1 :

Yves Béal en train de se faire interviewer devant son plus long poème.

Yves Béal ressemble ainsi beaucoup à un écrivain en train de se faire interviewer : cela lui donne un air important !

2

Fig. 2 :

Yoonmi, doctorante au DLL, mange de façon modérée, mais continue, des MNMs colorés pendant notre entretien, et elle nous en propose. Selon elle, elle en a besoin pour assumer le RDV, alors que nous, on tourne au café noir et aux fisherman’s friends. « It’s a bit strong » selon la publicité de ces bonbons irlandais.

3

Fig. 3 :

Salle sourde (détail). Cette salle est si sourde que l’on entend son propre corps. Moi, Heiko, j’entends mon acouphène.

Mais comme j’aime bien mon acouphène, je ne suis pas inquiet, je me dis « Tiens, le voilà ».

J’aime mon acouphène parce que j’ai l’impression de m’entendre vivre.

4

Fig. 4 :

Expérience pour savoir si un sourd dans une salle sourde entendrait quelque chose. L’équation mathématique selon laquelle (-1) x (-1) = 1, cela devrait alors fonctionner.

5Fig. 5 :

Yves et Jennifer dans le sas de la salle sourde en train de discuter.

Comme (-1) x (-1) = 1, mais 1 x (-1) = (-1), Yves entend Jennifer, mais moi je n’entends rien du tout !

6

Fig. 6 :

Egidio en train de se faire introduire un poème par le « Poulpe Poétique Béalique », le PPB à l’intérieur de son cerveau.

Le PPB est effectivement un dispositif par lequel on peut faire réellement entendre de la poésie aux plus insensibles aux poèmes. Une expérience avec des collégiens indisciplinés au possible, a montré que la poésie peut rentrer dans le collégien via ce dispositif.

Egidio a été ainsi poétisé le 16 novembre aux alentours de 15h au LDPM.

7

Fig. 7 :

Gros mot trouvé dans son emballage au DDL, le 14 novembre 2016.

Ledit mot a dû être abandonné ici le 17 décembre 2015, selon l’étiquette postale.

Au service des renseignements internes de trouver qui l’a laissé ici.

 

8

Fig. 8 :

Exemple de logo raté :

Prospectus observé dans les bureaux administratifs du DDL ; alors qu’il s’agit d’un aide-mémoire sur le secourisme, le logo fait plutôt penser à celui d’une entreprise qui propose des stages pendant lesquels on apprend à rendre les enterrements joyeux.

9

Fig. 9 :

Tentative touchante d’amener du terrain dans un bureau. De nombreux chercheurs partent en exploration dans des contrées lointaines pour rencontrer des locuteurs de langues rares ou en disparition. Cette petite plante tropicale permet d’y retourner avec son esprit et ce à moindre coût, probablement à la satisfaction du service de gestion financière.

10

Fig. 10 :

Cette image énigmatique laisse penser qu’il s’agit de l’entrée d’un grand musée ethnologique dans une grande métropole. En réalité c’est un porte-document en plastique situé à côté d’une affranchisseuse automatique à carte à puces dans le bureau de Rabia. Comme quoi, le lointain peut se trouver à quelques centimètres.

11

Fig. 11 :

Bureau de l’ingénieur informaticien du DDL, Christian (détail).

Quel métier étrange : il faut probablement savoir, quand on fait ce métier, ce qui se trouve au bout et au début de chacun de ces câbles. Sait-il, par exemple où va le câble avec l’enflure carrée qui croise le post-it rose à droite à mi-hauteur de cette image?

12

Fig. 12 :

Porte observée le 18 novembre dans le couloir du DDL au deuxième étage du bâtiment C de l’ISH. En regardant de près, on s’aperçoit que le pas de porte est environ à 50cm du sol. Ceci étant constaté, nous savons qu’il existe un 2ème étage, et un 2,3ème étage. Quelle étrangeté pourrait se cacher derrière, probablement un monde légèrement décalé.

13

Fig. 13 :

Photo d’une chercheuse discrètement photographiée le 17 novembre au soir. C’est exactement comment je voulais être à l’âge de 9 ans quand j’aurai été grand : entouré de livres, plein de connaissances, en train de formuler des hypothèses scientifiques dont le but est d’interroger profondément ce monde, voyager dans l’esprit et l’espace et nous aider à continuer à grandir.

Je suis un peu jaloux.

Elle s’appelle Rebecca et elle dirige quelque chose selon l’indice posé sur la porte.

14

Fig. 14 :

Yves Béal en train d’écrire. A ma question « Qu’écris-tu ? », il répond : « Un truc. »

Peut-on écrire ‘un truc’ ? Qu’est-ce que ce ‘truc’, cette chose monosyllabique ?

Allez, je m’y mets aussi : UN TRUC.

15

Fig. 15 :

Mémoire vieillissante dans un placard dans le bâtiment C. Alors qu’elle vieillit derrière une vitre, ces 4 Mo de mémoire informatique et humaine n’ont plus que peu de temps avant d’être récupérés par un sauveteur qui aurait encore en sa possession un appareil capable de reprendre et de lire cette mémoire.

Alors qu’ici, il n’y a que 4Mo, une grande partie de notre mémoire est menacée ainsi et vouée à disparaître.

16

Fig. 16 :

Étiquette sur une porte du DDL. Nous n’avons pas rencontré tout le monde pendant cette courte semaine. Nous ne savons pas si Anetta à un chat tigré, si Colette aime le parmesan ou si Michel s’est déjà baigné dans la mer du Nord du côté de la ville de Zeeland au Pays Bas.

 17

Fig. 17 :

Des classeurs dans le couloir du DDL, au moins 4 Kg de documents relatifs à des missions : des aventures, des voyages, des pensées élaborées, des paysages lointains magnifiques ou hostiles, des rencontres singulières, des heures de voyage dans des bus surpeuplés, des heures passées devant des écrans d’ordinateur … le tout concentré dans ces 4kg de classeurs gris et un peu vieillissants « UMR 5596 CNRS Lyon 2 ».

18Fig. 18 :

Tête de chercheur et sa littérature. Toute cette littérature stockée dans ces rayons et sous les cheveux un peu roux d’Egidio. Comment fait-il, son cerveau, pour rentrer tout cela dedans. C’est-ce sur quoi certains chercheurs ici tentent de trouver et de savoir.

19

Fig. 19 :

Cage d’escalier dans la partie du bâtiment qui est en travaux.

En descendant, la lumière s’efface, on rentre dans l’inconnu, dans ce qui n’est pas encore exploré, un peu comme ces linguistes qui cherchent à trouver comment étaient les langues il y a fort longtemps, 7 000 ans, 10 000 ans …

Quand je reviendrai ici, il y aura peut-être quelques marches qui se seront éclairées.


Le collectif a ensuite présenté une première approche publique le 28 novembre ; avant de continuer à aller sillonner les campagnes, les écoles, les maisons, les paysages et les universités et lieux de recherche.

L’illettrisme : comprendre, sensibiliser et prévenir

L’émission « La Tête au Carré » (15 novembre – France inter) a consacré un dossier complet consacré à l’illettrisme, en conviant deux des intervenants de la rencontre du 23 novembre 2016 : Les illettrés abandonnés, organisée dans le cadre du 11è cycle ‘Et si on en parlait’.

Annie Magnan, Cécile Ladjali et Mathieu Vidard (animateur de l'émission 'La tête au carré') dans le studio 511 de la Maison de la radio.
Annie Magnan, Cécile Ladjali et Mathieu Vidard (animateur de l’émission ‘La tête au carré’) dans le studio 511 de la Maison de la radio.

Comment lutter contre l’illettrisme ? Comment intervenir pour aider les enfants en difficulté ? Quelles méthodes ? Comment repérer les personnes ? Quelles sont les situations que ces personnes doivent affronter ? Mathieu Vidard reçoit Annie Magnan, professeur de psychologie cognitive du développement, chercheuse au laboratoire d’Études des Mécanismes Cognitifs (EMC) à l’université Lyon2, et Cécile Ladjali, professeure de lettres dans le secondaire et à la Sorbonne et auteur du roman Illettré

► EN SAVOIR PLUS | la page de l’émission

► POUR ALLER PLUS LOIN | participez à la rencontre du 23 novembre (18) à la librairie Decitre-Confluence.

 

L’interview d’un sémioticien de l’espace

page-perso_julien-thiburce-%e2%94%ac-cnrs-christian-dury-institut-des-sciences-de-l%e2%94%ac%e2%95%a3homme Julien Thiburce est doctorant en Sciences du langage à l’Université Lyon 2 et au Laboratoire ICAR – UMR 5191 – LabEx ASLAN. Dans le cadre des 11èmes rencontres « Et si on en parlait », il anime et accompagne deux balades urbaines sur Lyon et ses graffitis ; puis sur les signes poétiques et signalisations pratiques dans la ville.

Propos recueillis par Samuel Belaud   /   Crédits photographiques : © Julien Thiburce

Son travail de chercheur ? Écouter et lire la ville.

Julien étudie les discours à l’œuvre dans la ville : du graffiti et du street-art, jusqu’à l’architecture, sans omettre les objets de la ville (signalétique, mobilier, publicité…). Sa recherche porte sur les langages dans l’espace urbain et les diverses formes d’appropriation que s’en font les usagers de la ville et les institutions publiques.

ESOEP : Comment devient-on un sémioticien de l’espace ?

J.T : Voilà une question sidérale… je ne sais pas si on doit comprendre par-là que je viens de l’espace ou que mon travail porte sur des astres ou des aliens et leurs discours… trêve de plaisanteries. Ma recherche porte sur les langages présents dans l’environnement urbain. Cela veut dire que je m’intéresse aussi bien à des discours qui relèvent des langues naturelles, celles que nous parlons avec nos organes phonatoires, qu’à d’autres langages, qui relèvent d’autres modalités de discours que le verbal, tels que la peinture, le design ou l’architecture, comme vous venez de le présenter.

Comment (en) suis-je arrivé là ? J’ai rencontré les sciences du langage en licence à l’Université Lyon 2 où j’ai suivi en parallèle une licence de littérature langue et civilisations étrangère (LLCE) en anglais. Dans ce cadre-là, j’ai été confronté à un autre regard sur les langues que celui que j’avais eu jusqu’alors : il ne s’agissait plus seulement d’entretenir un rapport prescriptif aux langues qui relèverait d’un « on doit ou on ne doit pas dire/écrire », mais plutôt d’une approche descriptive située dans le temps et dans l’espace « ceci est dit comme cela dans tel contexte ». Petit à petit, je me suis dirigé vers la sémiotique plutôt que vers d’autres approches linguistiques car l’analyse sémiotique me semblait permettre de saisir non pas la langue que dans ses relations internes en tant que système particulier, mais plutôt en tant que médiation par laquelle on produit de la signification, en parlant, en recevant et en interprétant le discours d’un autre locuteur.

ESOEP : Votre étude vise à comprendre comment la ville nous parle, c’est bien ça ?

J.T : Votre question présuppose de concevoir la ville comme une instance productrice de discours et douée d’une agentivité… c’est-à-dire comme une locutrice qui produirait des énoncés d’elle-même, de son vouloir, en mobilisant certains langages, avec son corps, sa sensibilité, sa voix et son ton propres.

100_5834Ce n’est pas la façon dont je conçois la ville dans mon travail de thèse (et au-delà). Pour moi – mais pour d’autres chercheurs également – il s’agit non seulement de porter un regard sur la ville en tant qu’espace où sont produits des discours plus ou moins éphémères, mais aussi de porter une attention au devenir de ces discours. Je me focalise ainsi sur les manières dont les usagers de l’espace s’en saisissent, en portant un regard sur leurs interactions dans le cadre de visites guidées.

Pour le premier versant, celui du travail que je réalise dans les balades, on peut prendre le cas d’une instance comme la métropole du Grand Lyon qui décide de produire un objet tel que la tour In City, en collaborant avec d’autres acteurs (architectes, urbanistes, entreprises de BTP…). Cela, elle le fait alors que d’autres objets et discours sont déjà là (comme la tour du Crédit Lyonnais et la tour Oxygen) : qu’est-ce qu’un tel « geste » peut-il bien signifier ? qu’est-ce qu’on cherche à dire par cette énonciation particulière ? à qui s’adresse-t-on et par rapport à qui ?

Pour le deuxième versant, celui de mon travail de thèse, je m’attarde sur les discours qui portent sur cet objet architectural qu’est la tour In City et qui sont produits par d’autres acteurs que ceux qui en sont à l’origine. Dans ce cas-là, il s’agit pour moi d’appréhender la place que tient un objet, dans l’environnement urbain et à un moment donné, pour des usagers. Comment oblige-t-il à reconcevoir ou invite-t-il à modifier les pratiques quotidiennes de ces usagers ? Comment des personnes se l’approprient-elles ? Comment leurs représentations sont-elles modifiées par des discours et des pratiques de la ville qui viennent s’ajouter à d’autres et qui les contredisent, les contrastent ou les densifient ?

Voilà quelques questions que je me pose dans mon travail de recherche et auxquelles j’essaie de trouver des réponses, par un regard sur les discours de participants à des visites guidées dans la ville, visites qui correspondent plus ou moins au même type de balade que je fais dans le cadre de ce cycle d’ESOEP avec Antonin Rêveur. En s’attardant sur les interactions interpersonnelles, on peut avoir accès à une signification des objets et des langages de la ville tant au niveau individuel que collectif.

ESOEP : Chacun vit entouré de ces formes de langage dans la ville. Nous croisons ainsi quotidiennement des inscriptions à la spray (graffs) sur les murs de nos quartiers ou encore les éléments de mobilier urbain (poubelles, trains, …). Que nous disent ces graffitis ? Quelles ambitions peuvent-ils avoir ?

J.T : Lorsque j’aperçois des graffitis dans la ville, ils me renseignent sur une forme de présence particulière, qui diffère d’autres formes d’expression. En quels points des discours sont-ils semblables ? Comment pouvons-nous caractériser un discours et rendre compte de ses spécificités ? On peut le faire en procédant à une analyse des discours dans la ville par un regard différentiel pratiqué dans la méthode structuraliste du langage.100_5866

En regardant d’un côté le graffiti dans l’espace public et d’un autre le graffiti dans les galeries ou les musées, par exemple, on peut déjà rendre compte de variations dans ce qui est dit. Ces variations ne dépendent pas seulement du discours lui-même, de la pièce qu’un graffeur fait sur un train en y posant son blaze (pseudonyme), mais également des autres graffitis autour de lui. Dans un premier mouvement, on peut bien apprécier un nom de manière autonome, comme mis dans un cadre, et ainsi le percevoir pour lui-même. Cependant, pour une analyse sémiotique du langage du graffiti, adopter une telle méthode conduirait souvent à passer à côté du propos même. Ces graffitis nous disent non seulement quelque chose d’eux-mêmes, mais aussi des autres types de discours. L’ambition qu’ils pourraient avoir serait celle d’une posture critique et d’une approche poétique de l’environnement. Au-delà de la vie urbaine, les graffitis, comme la photographie ou le cinéma, nous permettent d’avoir accès à un certain rapport à l’environnement et aux personnes toujours présentes ou absentes de l’environnement en question. On trouve ainsi des formes de discours véhiculant des valeurs positives et « euphoriques » tels que la dédicace et l’hommage et d’autres, plutôt péjoratives et « dysphoriques » comme le toy qui consiste à poser son nom sur celui d’un autre en signe d’hostilité. On voit donc sur une diversité de supports des formes qui (me) font comprendre que, dans le graffiti, il est autant question d’une rhétorique de l’espace que d’un rapport affectif et biographique à un environnement et des personnes.

ESOEP : Les graffeurs dialoguent-ils majoritairement entre eux, comme pour conquérir un territoire par le langage ? Ou bien existent-ils plutôt comme des porte-paroles de la société ?

J.T : Par un regard sur leurs productions, on peut voir que les graffeurs sont présents sur un territoire pour des raisons diverses. Certains sont défiants, d’autres méfiants. Certains sont très déterminés et ne vont pas laisser quelqu’un d’autre les repasser sans représailles, tandis que d’autres ont moins d’attaches à un spot ou un coin particuliers. C’est là un propos qu’on entend souvent à propos de la pratique du graffiti. En revanche, on voit aussi que les graffeurs sont des personnes qui bougent beaucoup et vont à la rencontre des autres tout en représentant leur crew. Le partage est une valeur très présente chez les graffeurs. Je ne pense pas que l’on puisse forcément introduire ici la notion de porte-parole pour référer aux graffeurs. Souvent des graffitis sont posés lors d’un moment passé à plusieurs sous une pluie qui entrave leur réalisation, sous un soleil qui réchauffe ou sous la lune éclairante et puis à d’autres moments où le plaisir et la douleur se trouvent dans une relation d’opposition complémentaire et où le graffiti est un exutoire. Certains graffitis peuvent aussi être vus sous un aspect inchoatif, c’est-à-dire comme une invitation à poursuivre un geste qui marque le commencement d’une parole à plusieurs, augmentée au fil du temps à la manière d’un cadavre exquis qui ne repose pas seulement sur la mobilisation du graffiti : on voit des collages, des installations des peintures au pinceau se côtoyer et se répondre pour l’élaboration d’un discours collectif. Si vous voyez votre porte d’immeuble du XVIIIème siècle recouverte de graffitis ou de tags, ce n’est pas parce que les graffeurs n’ont aucun « goût » ni même aucune sensibilité esthétique, au contraire, en atteste la diversité des lettrages et le plaisir à faire glisser et courir son marqueur sur les surfaces lisses ; il s’agit plutôt là d’une forme de réunion discursive où s’échangent des paroles et se manifestent des présences.

ESOEP : Y-a-t-il une spécificité au territoire lyonnais, concernant la présence de graffitis ?

100_5722J.T : À mes yeux, le territoire lyonnais, comme tout territoire, repose sur des valeurs et des pratiques qui lui sont propres, tout autant qu’il en partage avec d’autres territoires. Si on s’intéresse aux pratiques de municipalités, on peut voir qu’il y a une tendance à ouvrir des murs d’expression libre et tolérée (comme à Nantes). Si l’on s’intéresse aux initiatives associatives, on voit qu’il y a des supports qui fleurissent où sont invités des artistes et des graffeurs à venir poser une pièce qui restera un mois ou plus, c’est selon. C’est par exemple le cas de l’association le Modulable Urbain Réactif (le M.U.R.) à Paris, ou du MUR 69 dans le 4ème arrondissement de Lyon. À l’échelle de la région et de la Métropole du Grand Lyon, on peut voir qu’il y a cependant une spécificité au territoire lyonnais qui repose sur une forme de pratiques presque opposées ou contradictoires. En effet, contrairement aux villes de Villeurbanne ou d’Oullins, par exemple, les propriétaires de biens immobiliers peuvent souscrire à « contrat façade nette » proposé par la municipalité de Lyon et ainsi faire appel à un service dédié à la suppression de graffitis, de tags ou d’autres inscriptions. Dans le même temps, la municipalité propose et participe à la création et au financement d’événements qui valorisent la pratique et la culture graffiti. Si cela paraît schizophrénique, c’est en fait une stratégie tout à fait contrôlée qui permet à chacun de trouver sa place dans une hétérogénéité de manières de faire co-présentes et d’agencer une multiplicité de pratiques de l’espace et du territoire.

ESOEP : Concernant les autres formes de langages urbains : En voyant un panneau de signalisation ou bien un simple banc public – devons-nous les comprendre comme des significations injonctives (« empruntez cette voie pour vous rendre là-bas » / « Si vous souhaitez-vous asseoir, c’est ici ») ?

J.T : La construction du territoire est une chose très complexe qui nécessite de prendre en compte sa dimension spatio-temporelle, mais aussi qui fait appel à divers domaines de la culture tels que l’économie, les arts, la religion… Il y a bien des signes dans la ville qui renvoient à d’autres objets immédiatement co-présents, c’est le cas, par exemple des panneaux de signalisation qui nous indiquent de tourner à tel endroit, qui nous informent que l’on peut de s’asseoir ici, qui nous renseignent qu’il est interdit de prendre telle rue dans telle direction ou de nager et de pêcher dans le Rhône. On voit là qu’il y a une diversité de modalités qui se déploient par les panneaux : on a alors des articulations du type pouvoir/ne pas pouvoir ; devoir/devoir ne pas qui relèvent du conseil ou de l’ordre, entre autres.

À un autre niveau de la culture, on voit que la ville n’est pas qu’un support d’inscription, mais qu’elle est bel et bien un objet à part entière. Formée par une diversité de discours, elle est composée d’une diversité d’objets présents en tout ou en partie. Par exemple, on voit qu’il y a des bâtiments qui ont traversé les siècles dont il n’y a aujourd’hui que quelques rémanences ou qui ont été reconvertis ; les pratiques que l’on s’en faisait alors ont évoluées et ne correspondent plus à celles qu’on s’en fait ici et maintenant. C’est ainsi qu’on voit, par exemple, sur quelques bâtiments des croix anciennement érigées pour indiquer et signaler qu’il s’agissait de bâtiment religieux mais qui, aujourd’hui, ne sont plus tenus par l’Église ou quelque autre institution religieuse que ce soit.

C’est cette approche pragmatique et située des objets de la ville qui permet de saisir qu’un signe peut bien signifier quelque chose à un niveau et à un moment donné. Cependant, une fois qu’on l’articule à d’autres signes, le même signe peut revêtir d’autres valeurs : les signes ne sont pas monolithiques et on peut en donner une diversité d’interprétation, le tout est de définir à quel niveau on les appréhende et de rendre compte des articulations opérées.

ESOEP : Y a-t-il une tendance à l’uniformisation des langages dans la ville ? Avec la globalisation des systèmes de communication et d’information, devons-nous craindre la disparition des langages sensibles, spontanés ou artistiques (affichage libre, graffs, craie…), pour d’autres paroles plus institutionnalisées ?

J.T : Je ne sais pas si la réponse que je vais formuler à une telle question fera de moi un conservatiste/conservateur ou un progressiste, mais je peux avancer que 100_5832de nombreux travaux rendent compte du fait que l’on peut voir, dans des villes, une uniformisation de leur organisation urbanistique. En effet, à Lyon ou dans d’autres villes, on passe d’un espace urbain monocentré et qui repose sur le schéma concentrique centre-périphérie à un espace polycentré où sont créés des centres spécialisés qui correspondent à des pratiques particulières. C’est ainsi que l’on voit à Lyon un centre de commerce et un centre commercial (Part-Dieu), un centre artistique (Confluence), un centre politique et institutionnel (Terreaux). À un niveau inférieur, qui ne s’est pas fait l’expérience de prendre le train ou l’avion dans une ville et d’arriver à destination en ayant le sentiment que les points de départ et d’arrivée ne diffèrent pas ? Cette uniformisation top-down des espaces, c’est-à-dire une homogénéisation organisée par les institutions qui s’impose aux usagers et aux habitants d’un espace particulier, n’est pas nouvelle ; la construction de la ville s’est souvent faite de manière descendante en ce qu’elle a été organisée par les institutions politiques et économiques. Or, on voit qu’il y a toujours une vitalité langagière et culturelle au sein des villes du monde. Peut-être les villes partagent-elles de plus en plus de traits et de caractéristiques, mais il me semble qu’il y a également une forme de résistance à des pressions qui permettent de préserver des valeurs qui leurs sont propres : fast food, bouchon lyonnais, et restau bobo cohabitent !

Il ne faut cependant pas perdre de vue que tous les territoires ne sont pas les mêmes ; les gouvernements ou les institutions (politiques) n’exercent pas leur pouvoir avec les mêmes armes et les habitants ou usagers ne répondent pas de la même manière : démocratie « participative » ici, dictature là-bas. Que faire d’une telle situation ? Je n’ai pas de réponse, ci ce n’est que l’on peut observer des pratiques dans un moment donné et voir en quoi elles convergent ou divergent, pour une forme de cartographie de la culture. Pour ce qui est des langages, la question reste ouverte de déterminer la teneur de l’évolution des langages en fonction de la trajectoire empruntée vers une globalisation de l’information et de la communication. Toujours, les langues se trouvent dans une dialectique d’union et de séparation, de normalisation et de variation, il reste à savoir comment cette conjonction ou cette disjonction est opérée : à quel point sont-elles contingentes ou volontaires ? quels sont les motifs de telle union ou telle séparation opérées par les langages ? Par les notions de dialogisme et d’appropriation, centrales dans mon travail de thèse, on approche les langages de la ville, leurs perméabilités, et les réappropriations que s’en font des acteurs d’un espace, par un regard sur des pratiques langagières dans l’interaction. Les langages ne sont pas qu’information et communication ; la dimension passionnelle et éthique des pratiques langagières est alors fondamentale pour saisir les spécificités d’un territoire, il me semble.

ESOEP : Qu’est-ce-qui vous passionne le plus dans votre travail ?

100_5849J.T : La possibilité d’un échange de savoirs et de points de vue, qu’il soit dans le présent des énonciations ou dans des archives, et la rencontre de nouvelles paroles, toujours mouvantes, et, parfois, de personnes émouvantes. Le travail de recherche et de remédiation culturelle que je réalise n’aurait pas la même densité si je le menais seul. Aussi, tant pour ma formation disciplinaire qu’au-delà de ce cadre strictement universitaire, je suis influencé par des personnes qui m’ont fait goûter des choses chouettes dans telle perspective, qui m’ont fait percevoir telle manière de faire ou telle manière d’appréhender l’espace et ses pratiques. Si je ne sais pas encore qui je serai amené à rencontrer par l’avenir, tout me porte à croire que, comme pour les langues, la vitalité et l’énergie ne manqueront pas !


Participez aux balades urbaines : Lyon et ses graffitis  //  Les signes poétiques et signalisations pratiques dans la ville.

Plus d’informations :

  • Site de l’Association Pas de Côté  . Partenaire de l’Université de Lyon dans la conception des deux balades du 4 et 19 novembre 2016. L’association invite les usagers à échanger par la promenade autour des cultures architecturale et paysagère, urbaine et rurale
  • Page personnelle de Julien Thiburce (ICAR)
  • Site d’Antonin Rêveur : co-animateur des balades urbaines. Antonin est un artiste lyonnais dont la pratique prend ses origines dans la culture graffiti des années 1980. Il produit sur une diversité de support (murs, toiles, voitures, mobilier urbain) avec de multiples matières (acrylique, aquarelle, fusain, huile, spray, entre autres). Dans son travail en extérieur, il interroge la construction de l’espace public par les liens tissés entre ses peintures éphémères et spontanées et l’environnement dans lequel elles prennent place.
  • Site du LabEx ASLAN