“Mi ciudad, el clima y yo”: L’analyse des résultats de la consultation citoyenne sur les changements climatiques à Lyon (espagnol)

Dans le cadre des cycles de rencontre Et si on en parlait, le service Sciences et Société en partenariat avec des chercheurs géographes, historiens et sociologues, a conduit une consultation citoyenne sur le territoire de la Métropole de Lyon.

Celle-ci a été valorisée dans le cadre d’un chapitre de l’ouvrage :  Cambio climático y políticas publicas urbanas: lecciones de y para ciudades de América Latina.

“Mi ciudad, el clima y yo”: L’analyse des résultats de la consultation citoyenne sur les changements climatiques à Lyon (espagnol)

BD pour le climat

De novembre 2014 à juillet 2015, l’Université de Lyon a mis en œuvre, avec des scénographes, des urbanistes, des associations, des collectivités, une consultation citoyenne pour créer ensemble un observatoire du climat, porté par le Laboratoire d’excellence lyonnais Intelligences des mondes urbains.

L’exposition MA VILLE, LE CLIMAT ET MOI est une restitution des planches de BD produites par le dessinateur Sébastien Brunel.

planche01-600ma-ville-le-climat-et-moi-planche02-600ma-ville-le-climat-et-moi-planche03-600ma-ville-le-climat-et-moi-planche04-600ma-ville-le-climat-et-moi-planche05-600 ma-ville-le-climat-et-moi-planche06-600ma-ville-le-climat-et-moi-planche07-600ma-ville-le-climat-et-moi-planche08-600

Comment vivre en ville métropolitaine à l’ère du changement climatique ?

Le 3 février 2016, au Grand Amphithéâtre de l’Université de Lyon, 3 chercheurs ont décrypté les enjeux de durabilité des métropoles face aux changements climatiques.

Life-of-Pix-free-stock-city-sky-sunset-LEEROY

Depuis plusieurs années, nous sommes amenés à repenser la ville, pour nous adapter aux impacts changement climatique : énergie, habitat, transport, travail… Tous les secteurs sont questionnés pour rendre notre territoire de vie et son fonctionnement plus « durable ». Différents modèles d’adaptation de villes peuvent être étudiés dans les pays du Nord. Néanmoins ces développements prennent-ils en compte les aspects plus sombres du phénomène de « métropolisation » des dernières décennies (accélération du temps, étalement urbain, inégalités économiques et sociales, etc.)? Pouvons-nous faire le choix d’une ville plus juste et vivable face au changement climatique ?

Après un éclairage sur les accords de la COP21 permettant de mieux comprendre le contexte de l’adaptation de notre ville au changement climatique, découvrez les interventions des 3 invités:

  • Kévin Doyon, ingénieur de recherche et doctorant sur l’adaptation au changement climatique (LCRE-CRGA UMR 5600 CNRS),
  • Guillaume Faburel, géographe et urbaniste, professeur à l’Université Lumière Lyon 2, responsable de l’axe Etudes urbaines du pôle Action publique (UMR5206 Triangle) et membre du LabEx Intelligences des Mondes Urbains,
  • Raphaëlle Gauthier, intervenante du Réseau Action Climat France.
Accords COP21 : KEZAKO?

 

DIAPO GHAUTHIER

L’adaptation aux changements climatiques à l’échelle de la ville : une pluralité des territoires, pas de mesures plurielles ?pdf

Découvrez l’intégralité de la conférence en podcast

 

Ma Ville, le climat et moi : consultation citoyenne

P1010182

De novembre 2014 à juillet 2015, l’Université de Lyon a mis en place une démarche exploratoire de recherche participative sur le climat à l’échelle de son territoire. Associée à une étude de préfiguration d’un observatoire local du climat (EPOC), cette démarche a été menée par le LabEx Intelligences des mondes urbains. Elle a ainsi permis d’additionner à des données techniques des données issues de l’expertise d’usage, du ressenti et du vécu des habitants, ainsi que des questionnements et propositions de recherches et d’actions.  

La démarche de consultation

Cette recherche s’est déroulée en trois étapes :

  1. Des micro-trottoirs ciblant les motivations et les freins des habitants à participer à une recherche sur le climat. (travaux réalisés par des étudiants en Master Géographie à l’Université Jean Moulin Lyon 3, sous la direction de Pauline Texier) ;
  2. Des focus-groupes permettant de cerner leurs représentations/perceptions des changements climatiques à une échelle globale et locale ainsi que des capacités d’actions/réactions des habitants en cas de fortes chaleurs ;
  3. Des étals de marchés visant à élargir le champ des personnes impliquées.

Les deux synthèse cartographiée, fruits de ces rencontres, sont disponibles ici :

gt1 gt2
Groupe de travail n°1 Groupe de travail n°2

Voici en images une présentation des étapes de la consultation :

 

Résultats de la consultation citoyenne

La collecte de données s’est effectuée de décembre 2014 à juillet 2015. Afin d’analyser ces paroles citoyennes, les outils et méthodes de la psychologie sociale ont été mis en œuvre. Ci-dessous deux rapports permettent de comprendre les résultats : un rapport de synthèse grand public et un rapport scientifique d’analyse psycho-sociale.

Téléchargements :

Valorisation et poursuite de la consultation

Du point de vue de la recherche, cette consultation permet aujourd’hui de nourrir un groupe de travail interdisciplinaire en sciences humaines et sociales, pour contribuer à un futur observatoire local du climat. Quelques paroles de chercheurs en vidéo :


En amont de la 21e conférence des nations unies sur les changements climatiques, cette consultation a reçu le soutien d’acteurs publics :

–    Le Label COP21 du Ministère de l’ecologie, du développement durable et de l’énergie.
+ d’info

–    Le soutien de la Direction Régionale Rhône-Alpes de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DREAL), pour l’apport de cette consultation dans le domaine de l’éducation à l’environnement et au développement durable.
+ d’info
–    Le soutien de la Conférence des Présidents d’Université, pour l’apport de cette expérimentation pour le développement durable des campus et l’ouverture de la recherche à la société civile.
+ d’info sur le site de la CPU
+ d’info sur le site du Ministère de l’enseignement supérieur et la recherche
Plusieurs publications sont en cours de travail par un groupe de recherche interdisciplinaire relié au LabEx Intelligences des Mondes Urbains. Ces publications seront mises en lignes au fur et à mesure sur cette page.


Avec le soutien de :

logo-grand-lyon-la-metropole imu-s cop21-label

Messagers du climat : podcasts des conférences

DSC09511-700x500

En amont de la 21e conférence des Nations unies pour la lutte contre le changement climatique, le Train « Messagers du climat », une exposition créée par l’association Météo et climat présidée par le climatologue Jean Jouzel, a été accueillie à Lyon le 10 octobre 2015.

C’est dans le cadre de la Fête de la science dont l’Université de Lyon est coordinateur (sur le département du Rhône, la métropole de Lyon, la région Rhône-Alpes), que cette expo sur rail était proposée à un grand public.

Plusieurs associations locales et institutions scientifiques ont proposé des animations et stands sur le quai du train :

• INSERM : le climat et la santé
• Météo climat : un réseau de chercheurs français
• Réseau régional d’éducation à l’environnement GRAINE : le climat, pour vous c’est quoi ?
• Association Anciela : les initiatives citoyennes pour le climat
• Alternatiba Lyon : village des initiatives citoyennes « Changeons le système, pas le climat ! »
• Maison rhodanienne de l’Environnement : ressources documentaires sur le climat et l’environnement
• Association HESPUL : modules ludiques « Le climat j’y peux rien ! »
• Agence Locale de l’Energie : s’informer sur la maîtrise de l’énergie et la lutte contre le changement climatique

 

Pour rendre compte de la recherche locale sur le sujet, l’Université de Lyon a proposé une série de conférences à bord du train, captées par son partenaire ; le CNRS Rhône-Auvergne. Voici plusieurs podcasts de ces conférences :

 

« Impacts du climat sur diverses pathologies en santé humaine (virus…) », par Michèle Garlatti, biologiste à l’INSERM :

http://wikiradio.cnrs.fr/broadcast/1003-Impact-du-climat-sur-diverses-pathologies-en-sante-humainevirus

 

« Cyclones et érosion sous les tropiques », par Pascal Allemand, géologue, et Chloé Maréchal, géochimiste, Observatoire de Lyon – Université Claude Bernard Lyon 1 :

http://wikiradio.cnrs.fr/broadcast/1004-Cyclones-et-erosion-sous-les-tropiques

 

« Créer un observatoire local du climat : comment travailler avec les citoyens ? », Didier Soto, géographe-climatologue à l’Université Jean Moulin Lyon 3 :

http://wikiradio.cnrs.fr/broadcast/1006-Creer-un-observatoire-local-du-climat-comment-travailler-avec-les-citoyens-

 

« Phénomènes extrêmes et changement climatique », par Freddy Bouchet, physicien à l’ENS de Lyon :

http://wikiradio.cnrs.fr/broadcast/959-Les-phenomenes-meteorologiques-extremes

 

 

À la rencontre de Thierry Coanus, chercheur à risques

Article initialement publié dans la newsletter « Science et Société » d’Octobre-Novembre 2011 (n°58) de l’Université de Lyon

Ingénieur, docteur en urbanisme et chercheur en sciences sociales, Thierry Coanus s’est toujours intéressé à « l’extraordinaire variabilité des créations de l’espèce humaine ». Toute société est en effet singulière : « si à un moment donné, à un endroit donné, les choses fonctionnent d’une certaine façon, ailleurs, elles peuvent fonctionner tout à fait autrement ». Chercheur au R.I.V.E.S (Recherches Interdisciplinaires Ville, Espace, Société) de l’ENTPE, composante de l’UMR CNRS 5600 EVS, Thierry Coanus défend une approche sociale et globale, non exclusivement technique, des situations de risque.

 

Pourquoi travailler sur les risques ?

Dans les années 1980, Claude Gilbert – directeur de recherches au CNRS et politiste, responsable de l’axe « Risques collectifs et situations de crise » de la Maison des Sciences de l’Homme-Alpes (MSH-Alpes UMS 1799 du CNRS) à Grenoble – a été l’initiateur de la recherche en sciences sociales sur les risques en France. Les chercheurs abordaient le sujet sous l’angle de la sociologie et de la science politique, mais s’intéressaient assez peu aux populations « ordinaires ».
C’est dans ce contexte que nous avons mené entre 1997 et 2000 un gros travail sur l’agglomération lyonnaise, centré sur la notion de territoire : La ville inquiète(1), achevé en 2000. Cette thématique, au croisement des SHS (Sciences Humaines et Sociales) et des SPI (Sciences pour l’ingénieur), s’est aussi avérée pertinente dans le contexte d’une école d’ingénieurs, l’ENTPE*.
(*NDLR : l’École Nationale des Travaux Publics de l’Etat est une école d’ingénieurs qui, à travers le laboratoire R.I.V.E.S, « rassemble des chercheurs qui s’intéressent à la ville et à l’urbain et, plus précisément, aux enjeux politiques, économiques et sociaux liés à l’aménagement des territoires » source : site Internet du laboratoire R.I.V.E.S)
.

En quoi notre rapport au risque nous apprend-il quelque chose sur nous-mêmes ? Les différences d’approche entre acteurs ne doivent pas être « réduites » – terme quasi militaire – au nom d’une rationalité technique qui aurait toujours le dernier mot. Au contraire, elles rendent visibles la construction sociale de la situation de risque, construction dont les modalités varient selon le lieu et le moment, et dont la compréhension est cruciale. Sans cela, comment imaginer des solutions pertinentes à un problème inextricablement technique autant qu’humain ? Les territoires à risque sont aussi le produit de dynamiques économiques, sociales, politiques, foncières… sans quoi ils ne seraient pas ce qu’ils sont.

Qu’apprenez-vous de vos recherches ?

La connaissance empirique des riverains se heurte à une double légitimité : celle de l’expert et celle de l’Etat. En ce sens, les gestionnaires du risque ont tendance à monopoliser la description et l’analyse du réel, ce qui constitue, de mon point de vue, une réelle vulnérabilité de notre dispositif : l’efficacité des actions entreprises en direction des riverains s’en trouve affaiblie.

Comment concilier les points de vue ?

Selon les gestionnaires, il faut développer la « culture du risque », c’est-à-dire la connaissance minimale pour adopter (du point de vue expert) un comportement adéquat vis-à-vis du danger. Mais ce n’est dès lors que l’ombre portée du savoir technique. Les pratiques et représentations spécifiques des populations riveraines restent ignorées, et parfois tournées en ridicule par des spécialistes qu’il faudrait davantage former à ces questions.

Votre rôle en tant que chercheur ?

Entre l’enseignement et la recherche, il nous reste peu de temps pour expliquer nos travaux au grand public. La vocation du chercheur est d’abord de produire de la connaissance pour la diffuser auprès des acteurs directement concernés par leurs résultats, ce qui leur permet de faire un pas de côté pour voir les choses sous un angle différent. Une posture que j’aime mettre en pratique !

Propos recueillis par Coraline BERTRAND

 

(1) COANUS T. (dir.), DUCHENE F., MARTINAIS E., 2000, La ville inquiète. Développement urbain, gestion du danger et vie quotidienne sur trois sites « à risque » de la grande région lyonnaise (fin XIXème – fin XXème), rapport pour le programme « Génie urbain et environnement », contrat de plan État-Région Rhône-Alpes, laboratoire RIVES (ENTPE)