Imaginaire et ressources documentaires autour de la fabrication du vivant

Retrouvez à la fin de ce billet notre sélection d’ouvrages, une filmographie, ainsi qu’une série de ressources consultables en ligne.

L’essor des technologies du vivant que connaîtront nos sociétés dans les années à venir devrait nous confronter à des questionnements éthiques inédits. Après le développement des sciences et techniques de l’information et de la communication, on estime en effet que celui des biotechnologies entraînera une nouvelle révolution socioculturelle majeure, tant sur les plans économique et technologique que sur les plans philosophique et artistique.

De nombreux travaux théoriques et ouvrages de fiction questionnent déjà l’impact de ces interventions sur le vivant, floutant progressivement la frontière entre notre nature innée et l’équipement organique que nous sommes susceptibles d’acquérir. En littérature, particulièrement dans le domaine de la science-fiction, s’observe ainsi une progression du « cyberpunk » vers le « biopunk ». Bien avant la discussion de ces débats en société, ces récits aux technologies d’avant-garde permettent d’alimenter une réflexion philosophique s’efforçant de remettre en question les valeurs ontologiques, l’intégrité et la nature de l’homme. L’art contemporain, avec l’apparition de mouvements tels que le « bio-art », s’empare lui aussi de ce discours, prenant comme matière plastique diverses ressources issues de la biotechnologie, dont le corps de l’artiste peut devenir le support.

Pour vous accompagner tout au long du cycle Métamorphoses #2 : « Et l’Homme fabriqua le vivant », nous vous proposons ci-dessous une liste de ressources documentaires comprenant une sélection bibliographique mêlant fiction et théorie, une sélection de longs métrages, documentaires et films d’animation, ainsi que diverses ressources consultables en ligne, regroupant dossiers d’actualité et reportages vidéo.

___________________________

NOTRE SÉLECTION

BIBLIOGRAPHIE

Théorie
Fiction

FILMOGRAPHIE

Documentaires
Fiction

RESSOURCES WEB

Dans l’actualité
Quelques concepts
Reportages, documentaires et conférences
Sites Web
Le « bio-art »

___________________________

OGM : avons-nous réellement le choix ?

Retour sur la conférence-débat du 25 mars 2014, organisée par la mission Sciences et Société de l’Université de Lyon et la Maison Rhodanienne de l’Environnement.

Prolongeant sa thématique initiée en 2013 et articulée autour de la modification du vivant, Et si on en parlait inaugurait le mois dernier le second volet de sa programmation Métamorphoses : « Et l’Homme fabriqua le vivant… ». Les dispositifs qui seront mis en place tout au long de l’année 2014 nous permettront de réfléchir à la question des biotechnologies et de débattre autour de ses enjeux scientifiques et socioculturels.

En présence du biologiste Bernard Pintureau[1] et de Léo Coutellec[2], philosophe des sciences, une trentaine de citoyens était venue assister à cette conférence d’ouverture intitulée « OGM : avons-nous réellement le choix ? ». Au-delà des risques sanitaires et environnementaux, des enjeux techniques mais aussi économiques, les deux chercheurs décidaient de nous confronter plus particulièrement aux questions éthiques que soulève cette appropriation par l’Homme du vivant.

Un organisme génétiquement modifié désigne, dans toute sa diversité, un organisme vivant, animal, végétal ou un microorganisme dont le patrimoine génétique est modifié artificiellement par l’ajout d’un gène issu d’une autre espèce. Les domaines d’application sont très diversifiés, comprenant la production agricole et industrielle, ainsi que le secteur médical. En recherche fondamentale, la modification du génome représente un outil scientifique très performant pour l’étude des fonctions biologiques. En milieu naturel, des plantes génétiquement modifiées (PGM), comme le maïs et le soja, sont développées afin de rendre les cultures plus résistantes aux ravageurs ou bien aux herbicides. Les firmes agricoles en retirent d’importants bénéfices via la réduction du personnel qualifié et le traitement par avion de très grandes surfaces arables.

Depuis le début des années 1980 et l’apparition de la transgénèse, les techniques de modification du vivant ont énormément évolué : on parle désormais de mutagénèse, cisgénèse ou encore intragénèse. L’aspect novateur de ces nouvelles techniques pose d’ailleurs un problème de classification des OGM au niveau européen, et leurs applications potentielles, particulièrement en ce qui concerne l’agriculture et la santé, suscitent régulièrement controverses sanitaires et environnementales, flou juridique et  enfin réflexions éthiques.

Pour Léo Coutellec, spécialiste de l’éthique des sciences, il ne faut surtout pas s’enfermer dans un débat technique. Après tout, un agrosystème n’a rien non plus d’un véritable milieu naturel : depuis l’invention de l’agriculture, l’Homme oriente l’évolution des plantes et animaux qu’il sélectionne. Une démarche éthique voudrait plutôt que l’on étudie le mode d’existence des OGM dans une visée pluridisciplinaire, prenant en compte les dimensions sociologiques, économiques, culturelles, voire anthropologiques de la science. En effet, les questions relatives à l’insertion d’un OGM dans un marché, sa protection juridique ou bien encore le mode de développement agricole qu’il va soutenir ou inhiber se retrouvent constamment écartées de la table des débats, au profit d’une pensée purement quantitative et probabiliste liée à la notion de risque.

Si l’importance et l’intérêt de ces innovations génétiques en milieu confiné sont certains, le biologiste Bernard Pintureau est beaucoup plus réservé en ce qui concerne leur utilisation en milieu naturel : lorsqu’il s’agit d’un moyen de lutte biologique, celui-ci s’apparente en réalité à la lutte chimique aveugle, qui ne correspond pas à l’idée d’une agriculture durable. De plus, le développement des OGM présente un risque important de monopolisation des grands groupes industriels, soulevant une controverse croissante autour de la brevetabilité du vivant, susceptible de conférer à l’industrie des droits exclusifs sur une partie du patrimoine génétique des espèces naturelles et une mainmise de plus en plus grande sur l’industrie agro-alimentaire, au détriment des agriculteurs locaux. En outre, d’autres questions peuvent se poser comme celle de l’innocuité d’une alimentation contenant des OGM, à laquelle les spécialistes n’ont pas encore apporté toutes les réponses.

La question des OGM se pose ainsi comme un problème d’ordre civilisationnel, dont les finalités éthiques, économiques et politiques deviennent un véritable enjeu planétaire. Outre les débats techniques liés aux risques et à l’innocuité, une évaluation éthique des OGM ne pourra se passer d’une démarche interdisciplinaire, à laquelle devra être associée une expertise citoyenne et politique.


[1] Bernard Pintureau, biologiste, retraité de l’Institut National de Recherche en Agronomie. Spécialiste de la lutte biologique.

[2] Léo Coutellec, philosophe des sciences, Université Jean Moulin Lyon 3. Spécialiste des questionnements éthiques autour des modifications génétiques.

La science en conscience : recherche et questionnement éthique

A la rencontre de Jean-Pierre Cloarec

Article initialement publié dans la newsletter de Juin 2011 (n°57) du service Science & Société de l’Université de Lyon

vignette-article-jp-cloarec_1306502307956

Chimiste, maître de conférences à l’Ecole Centrale Lyon, dans l’équipe de « chimie et nanobiotechnologies » de l’Institut des Nanotechnologies de Lyon, Jean-Pierre Cloarec est un chercheur qui se préoccupe des liens entre les sciences et la société. C’est aussi un médiateur dans l’âme qui ne refuse jamais de débattre des sciences. Isabelle Forestier, chargée de communication du service Science et Société l’a rencontré.

Sur quoi portent vos recherches ?
J’étudie la manière de modifier des surfaces de matériaux pour les rendre aptes à reconnaître des molécules chimiques ou biologiques. Ces travaux ont des applications dans les domaines de la recherche biomédicale, ou des technologies de l’information (électronique, photonique…)*. Plus fondamentalement, j’étudie la façon dont se comportent les molécules à l’interface entre un solide et un liquide. Concrètement, grâce à ces recherches, on peut, par exemple, déterminer un groupe sanguin en ne prélevant qu’une quantité infime de sang au patient.

Vous travaillez avec d’autres chercheurs partenaires sur les impacts sociétaux de certaines découvertes ou applications de la recherche. Pouvez-vous nous en dire davantage sur cette démarche ?

C’est un axe de recherche que nous animons avec l’Université de Sherbrooke (Canada), au travers du Laboratoire International Associé en Nanotechnologies et Nanosystèmes, un laboratoire CNRS franco-québécois dont nous sommes fondateurs et animateurs. Ce laboratoire a développé un dispositif d’échanges scientifiques et technologiques entre la France et le Canada, il comporte cinq volets d’étude. L’un d’entre eux s’intitule « Innovations en nanotechnologies : Éthique, usages et sociétés ». Dans ce cadre, et en ayant une approche interdisciplinaire, nous réfléchissons avec une communauté de chercheurs aux enjeux éthiques liés à nos travaux.

Je travaille dans un laboratoire dédié aux technologies de l’information, ces technologies ont des impacts ! Des impacts sur lesquels les chercheurs ne s’interrogent pas toujours. On ne crée pas de nouveaux outils sans impacts, je trouve important de réfléchir à leurs possibles incidences, positives comme négatives sur la société. Et nous pouvons aussi amener les gens à se poser des questions à ce sujet.

Dans le cadre des manifestations organisées par le service Science et Société à l’occasion de l’année de la chimie, vous avez récemment reçu dans votre laboratoire un groupe de personnes curieuses de découvrir vos activités. Quel est pour vous le sens de ces actions envers le grand public ? Que vous apportent-elles ?

Discuter avec des citoyens pour comprendre comment ils vivent la science me paraît important. Pas simplement pour expliquer nos recherches, mais aussi pour bien comprendre comment les gens les perçoivent, les envisagent. Idéalement, il faut que ces rencontres soient l’occasion d’un réel échange. Il est intéressant pour nous d’en savoir plus sur les rapports du public à la science et aux objets techniques. L’idée n’est pas de polémiquer sans fin sur les sujets qui fâchent, d’adopter une posture moralisatrice ou scientiste, mais d’entamer une discussion, ne serait-ce que pour comprendre différents points de vue, et ce qui les justifie.

Cela permet de s’élever au-dessus d’un débat d’opinions, de prendre du recul.

Les échanges avec des publics divers – le grand public, mais aussi mes élèves ingénieurs, ou encore d’autres chercheurs de ma discipline ou d’autres domaines de recherche – constituent pour moi une sorte de formation permanente. J’essaie d’être dans le dialogue, prêt à me poser des questions, et pas seulement dans une position pédagogique d’explication de mes travaux.

Comment abordez-vous vos sujets de recherche, parlez-vous de cas concrets ?

Oui, j’essaie de lancer la discussion à partir d’exemples qui peuvent toucher les gens.

Je prends souvent l’exemple des analyses de sang. Les technologies que je développe permettent de détecter des molécules signalant l’émergence de maladies à partir d’infimes quantités de sang. L’intérêt de ces appareils très sensibles et peu invasifs est évident quand il est possible de ne prélever que très peu de sang, chez les nourrissons par exemple.

Mais des outils technologiques capables d’atteindre de tels objectifs posent question. Si on peut indiquer à quelqu’un qu’il présente une maladie génétique, pas encore déclarée mais potentiellement invalidante, on doit aussi s’interroger sur la gestion de la confidentialité de cette information dans notre système de santé. Que faire notamment vis-à-vis des assurances ? Comment gérer le secret médical ?
Autre exemple d’impact : il devient possible de stocker son patrimoine génétique sur son smartphone et d’être informé en temps réel de l’évolution des connaissances médicales sur les pathologies potentiellement liées à ce patrimoine Cette application peut sauver des vies mais aussi créer des peurs inutiles, la recherche en génétique évoluant très vite.
Cela pose la question de la gouvernance : qui décide comment on fait la science et à quoi elle doit servir ?

Quel est le retour des publics lors de ces rencontres ? Sont-ils conscients des incidences de la recherche sur leur vie quotidienne et les changements dans la société ? Quelles questions vous posent-ils ?

Oui absolument ils en sont très conscients. Même si les gens qui viennent dans ces rencontres se sentent déjà concernés par la thématique. Mais nous sommes là aussi pour écouter les questions qui sont nombreuses ! Elles portent en partie sur les nanotechnologies, mais très vite elles deviennent plus générales sur la recherche. On nous demande : « Comment travaillez-vous ? Quel est votre rapport aux financements ? Comment la science se fait-elle dans un laboratoire ? » On ne peut pas donner de réponse universelle, mais on parle de notre expérience.

Parfois les échanges sont vifs. Je me souviens de réactions très violentes au cours du débat public sur les nanotechnologies auquel j’avais participé. Mais de vraies questions ont été posées pendant ce débat, des questions très pertinentes. En tant que chercheurs, nous avons besoin que ces questions émergent. Nous avons l’habitude dans notre métier d’être en discussion perpétuelle entre scientifiques. Nous ne sommes pas toujours d’accord avec nos collègues sur l’interprétation des résultats. La science c’est d’abord gérer de manière pacifique des positions en désaccord pour tenter d’obtenir, au final, un consensus fécond.

Que pensez-vous que le service Science et Société puisse vous apporter dans vos relations avec les publics ?

Nous avons besoin que soient organisés les cadres dans lesquels on peut rencontrer des publics divers. Il faut des personnes qui construisent des passerelles entre le grand public et les chercheurs, des médiateurs capables de créer des liens entre des univers différents. Et puis je vais probablement grâce à vous rencontrer d’autres chercheurs !

Je pense aussi que vous avez un rôle à jouer pour aider à ce que nos projets de médiation soient mieux reconnus dans nos carrières.

Chercheur est le plus beau métier du monde ! Nous gardons une forme de liberté mais nous devons continuer ces actions de communication et médiation des sciences. Il me semble que nous sommes dépositaires d’une tradition de questionnement, une démarche intellectuelle qu’il s’agit de transmettre.

Crédits photos : Thierry Fournier