À la rencontre de Thierry Coanus, chercheur à risques

Article initialement publié dans la newsletter « Science et Société » d’Octobre-Novembre 2011 (n°58) de l’Université de Lyon

Ingénieur, docteur en urbanisme et chercheur en sciences sociales, Thierry Coanus s’est toujours intéressé à « l’extraordinaire variabilité des créations de l’espèce humaine ». Toute société est en effet singulière : « si à un moment donné, à un endroit donné, les choses fonctionnent d’une certaine façon, ailleurs, elles peuvent fonctionner tout à fait autrement ». Chercheur au R.I.V.E.S (Recherches Interdisciplinaires Ville, Espace, Société) de l’ENTPE, composante de l’UMR CNRS 5600 EVS, Thierry Coanus défend une approche sociale et globale, non exclusivement technique, des situations de risque.

 

Pourquoi travailler sur les risques ?

Dans les années 1980, Claude Gilbert – directeur de recherches au CNRS et politiste, responsable de l’axe « Risques collectifs et situations de crise » de la Maison des Sciences de l’Homme-Alpes (MSH-Alpes UMS 1799 du CNRS) à Grenoble – a été l’initiateur de la recherche en sciences sociales sur les risques en France. Les chercheurs abordaient le sujet sous l’angle de la sociologie et de la science politique, mais s’intéressaient assez peu aux populations « ordinaires ».
C’est dans ce contexte que nous avons mené entre 1997 et 2000 un gros travail sur l’agglomération lyonnaise, centré sur la notion de territoire : La ville inquiète(1), achevé en 2000. Cette thématique, au croisement des SHS (Sciences Humaines et Sociales) et des SPI (Sciences pour l’ingénieur), s’est aussi avérée pertinente dans le contexte d’une école d’ingénieurs, l’ENTPE*.
(*NDLR : l’École Nationale des Travaux Publics de l’Etat est une école d’ingénieurs qui, à travers le laboratoire R.I.V.E.S, « rassemble des chercheurs qui s’intéressent à la ville et à l’urbain et, plus précisément, aux enjeux politiques, économiques et sociaux liés à l’aménagement des territoires » source : site Internet du laboratoire R.I.V.E.S)
.

En quoi notre rapport au risque nous apprend-il quelque chose sur nous-mêmes ? Les différences d’approche entre acteurs ne doivent pas être « réduites » – terme quasi militaire – au nom d’une rationalité technique qui aurait toujours le dernier mot. Au contraire, elles rendent visibles la construction sociale de la situation de risque, construction dont les modalités varient selon le lieu et le moment, et dont la compréhension est cruciale. Sans cela, comment imaginer des solutions pertinentes à un problème inextricablement technique autant qu’humain ? Les territoires à risque sont aussi le produit de dynamiques économiques, sociales, politiques, foncières… sans quoi ils ne seraient pas ce qu’ils sont.

Qu’apprenez-vous de vos recherches ?

La connaissance empirique des riverains se heurte à une double légitimité : celle de l’expert et celle de l’Etat. En ce sens, les gestionnaires du risque ont tendance à monopoliser la description et l’analyse du réel, ce qui constitue, de mon point de vue, une réelle vulnérabilité de notre dispositif : l’efficacité des actions entreprises en direction des riverains s’en trouve affaiblie.

Comment concilier les points de vue ?

Selon les gestionnaires, il faut développer la « culture du risque », c’est-à-dire la connaissance minimale pour adopter (du point de vue expert) un comportement adéquat vis-à-vis du danger. Mais ce n’est dès lors que l’ombre portée du savoir technique. Les pratiques et représentations spécifiques des populations riveraines restent ignorées, et parfois tournées en ridicule par des spécialistes qu’il faudrait davantage former à ces questions.

Votre rôle en tant que chercheur ?

Entre l’enseignement et la recherche, il nous reste peu de temps pour expliquer nos travaux au grand public. La vocation du chercheur est d’abord de produire de la connaissance pour la diffuser auprès des acteurs directement concernés par leurs résultats, ce qui leur permet de faire un pas de côté pour voir les choses sous un angle différent. Une posture que j’aime mettre en pratique !

Propos recueillis par Coraline BERTRAND

 

(1) COANUS T. (dir.), DUCHENE F., MARTINAIS E., 2000, La ville inquiète. Développement urbain, gestion du danger et vie quotidienne sur trois sites « à risque » de la grande région lyonnaise (fin XIXème – fin XXème), rapport pour le programme « Génie urbain et environnement », contrat de plan État-Région Rhône-Alpes, laboratoire RIVES (ENTPE)

Soirée-débat « Nature en ville »

La soirée du 14 décembre 2010 a clos notre cycle de débats « Nature en ville ». Elle a été conçue comme un moment d’échange transversal et convivial entre spécialistes et publics, experts et profanes, dont les savoirs et expériences se complètent et s’enrichissent. Plus de 250 personnes ont assisté à la rencontre.

Des vidéos présentant les ateliers « Nature en ville » ont été diffusées, pour initier les discussions. Regarder ces vidéos.

La soirée s’est déroulée en présence de cinq intervenants :

  • Philippe Clergeau, écologue spécialiste de la biodiversité urbaine, professeur au Département Ecologie et gestion de la biodiversité, MNHN
  • Karim Lapp, écologue, secrétaire général de Biomimicry Europa (ONG européenne de recherche sur le biomimétisme), responsable « Plan Climat » Région Ile de France
  • Jean-Pierre Lévy, géographe, Directeur du Laboratoire Architecture, Ville, Urbanisme, Environnement, (LAVUE), Ecole d’architecture de Paris-Val de Seine
  • André Micoud, sociologue, ancien Directeur du laboratoire Mondes et dynamiques des sociétés (mo.dy.s.), Université Jean Monnet Saint-Etienne
  • Chris Younès, philosophe, Directrice du Groupe de recherche Philosophie, Architecture, Urbain (GERPHAU), ENSA de Paris-La Villette

et d’un grand témoin : Michel Lussault, géographe, ENS Lyon, Président de l’Université de Lyon.

Voici la synthèse écrite de cette soirée :

Synthèse conf nature en ville

Séminaire « Nature en ville »

Avec l’Agence d’Urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise, le service Science et Société de l’Université de Lyon a organisé le 6 octobre 2010 un séminaire interprofessionnel sur la nature en ville.

Celui-ci a réuni une quarantaine d’acteurs issus de différents horizons (chercheurs, élus, employés de collectivités, entrepreneurs, associatifs, artistes…).

Lire la synthèse du séminaire

© Université de Lyon

Ressources sur le thème « Nature en ville »

Pour aller plus loin sur la thématique « Nature en ville », voici une sélection d’ouvrages dont nous vous recommandons la lecture !

Télécharger directement cette sélection d’ouvrages au format PDF.

 

  • BLANDIN Patrick. De la protection de la nature au pilotage de la biodiversité, Versailles : Editions Quae, coll. « Sciences en questions », 2009.
  • Centre d’Etudes sur les Réseaux, les Transports, l’Urbanisme et les constructions publiques (CERTU). Composer avec la nature en ville, Lyon : CERTU, 2009.
  • COUTARD Olivier, LEVY Jean-Pierre. Ecologies urbaines, Paris : Anthropos Economica, coll. « Villes », 2010.
  • DA CUNHA Antonio (éd.). Urbia : Les cahiers du développement urbain durable – Participation et développement urbain durable, Lausanne : UNIL, 2006.
  • DESCOLA Philippe. Diversité des cultures, diversité des natures, Paris : Bayard éditions, coll. « Les petites conférences », 2010.
  • Fondation pour la Recherche sur la Biodiversité (FRB). Biodiversité : paroles d’acteurs – Rencontre du conseil d’orientation stratégique de la FRB, Xavier Leroux (éd.), Paris : FRB, 2010.
  • Grand Lyon Communauté Urbaine. Aménagement et eaux pluviales sur le territoire du Grand Lyon Guide pratique, Grand Lyon, 2008.
  • H2O : La revue des sciences et de l’industrie en Aquitaine, « Voyage dans l’économie verte », Bordeaux : Cap Sciences, 2010.
  • Life Nature & Territoires en région Rhône-Alpes. Biodiversité & développement territorial Synthèse du colloque européen, (Rhône-Alpes, 19, 20 et 21 mai 2008), Conservatoire Rhône-Alpes des Espaces Naturels (CREN) (éd.), Lyon : CREN, 2008.
  • MARIS Virginie. Philosophie de la biodiversité : Petite éthique pour une nature en péril, Paris : Buchet/Chastel, coll. « Essais et documents », 2010.
  • MARTIN Thierry (éd.). Le tout et les parties dans les systèmes naturels : écologie, biologie, médecine, astronomie, physique et chimie, Paris : Vuibert, 2007.
  • MONGIN Olivier. La condition urbaine – La ville à l’heure de la mondialisation, Paris : Editions du Seuil, 2007.
  • PRESTON Claire. Bee, London : Reaktion Books, 2006.
  • SCHUITEN Luc. Vers une cité végétale, Wavre : Mardaga, 2010.
  • SILVERTOWN Jonathan. Fragile Web : What Next for Nature ?, London : Natural History Museum, 2010.
  • SILVESTER Hans. Les habits de la nature, Paris : Editions de la Martinière, 2007.
  • STEWART Ian. La nature et les nombres, Paris : Hachette, coll. « Pluriel », 2000.
  • WALD LASOWSKI Aliocha (éd.). Pensées pour le nouveau siècle, Paris : Fayard, 2008.

(Sélection d’ouvrages par Flavien Gaudelet)

 

Programmation des ateliers « Nature en Ville »

Trois balades urbaines ont été organisées en 2010, pour observer la nature en ville et échanger de manière conviviale avec des chercheurs.

Pour découvrir les montages vidéos qui ont été réalisés à partir des échanges, cliquer ici !

© Université de Lyon


Voici la programmation de ces trois balades urbaines :

  • Quelle nature existe en ville ? Comment l’utilisons-nous ?

Bien que souvent invisible à nos yeux, une diversité d’animaux et de végétaux nous environne dans la ville. Quelle place leur laissons-nous ? Bien plus qu’un simple confort esthétique, cette nature nous rend aussi des services écologiques précieux dont nous ignorons l’impact économique.

Intervenant scientifique : Karim Lapp, écologue, secrétaire général de Biomimicry Europa (ONG européenne de recherche sur le biomimétisme), responsable « Plan Climat » Région Ile de France

Quartier de la Guillotière, Lyon 7e, Samedi 27 novembre de 14h à 17h.

  •  La nature en ville : une réserve de lien social ?

Notre culture et nos modes de vie façonnent notre rapport à la nature, nos envies de nature. Du rêve pavillonnaire aux jardins communautaires ou écoquartiers, ces pratiques ou demandes de nature peuvent contraster et révéler des situations et des aspirations sociales différentes, voire opposées. Comment faire vivre ensemble « nos natures » dans la ville ?

Intervenant scientifique : André Micoud, sociologue, ancien directeur du MoDyS (MOndes et Dynamiques des Sociétés, Université Jean Monnet de Saint-Etienne)

Quartier du Parc de la Tête d’or / Bellecombe, Lyon 6e, Samedi 20 novembre de 14h à 17h.

  •  Comment aménager la ville pour faire une place à la nature ?

Comment se construit et s’organise une ville ? Existe-t-il une place pour la nature dans ces espaces ? Quelles sont les fonctions de ces espaces « de nature » aménagés en ville ? Quels en sont les enjeux sociaux ?

Intervenant scientifique : Claire Delfosse, géographe GHHAT (Faculté de Géographie, Histoire, Histoire de l’Art, Tourisme), Université Lyon 2. Accompagnée de Joëlle Diani, de l’Agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise.

Quartier de Gerland, Lyon 7e, Samedi 27 novembre, de 14h à 17h.

Vidéos des balades urbaines « Nature en ville »

Retour en images et sons sur les balades urbaines organisées par le service Science et Société de l’Université de Lyon dans le cadre du cycle Et si on en parlait sur le thème « La nature en ville : une utopie sociale ? » (2010). Retrouvez la programmation et les intervenants présents lors de ces ateliers, en cliquant ici.

Les vidéos issues de ces balades ont été diffusées pendant la soirée-débat du 14 décembre 2010, pour lancer les échanges et enrichir les réflexions des participants. Elles sont aujourd’hui consultables sur notre chaîne You Tube.

 

Vidéo 1 – Nature en ville : de quoi parle-t-on ?

 

Vidéo 2 – Nature en ville : quels usages sociaux ?

 

Vidéo 3 – Nature en ville : quels choix sociaux, économiques et politiques ?