Métamorphoses : de l’Homme augmenté au robot humanoïde

IronManRobots-soignants dans des maisons de retraite, animaux paralysés qui retrouvent leur capacité à marcher, robots-androïdes qui interagissent avec leur environnement, intelligence artificielle championne de Backgammon, robots-aspirateurs, drones pour l’espionnage militaire… Ces images fortes apparaissent désormais régulièrement dans les médias. Ce qui était de l’ordre de la science-fiction il y a peu devient à présent réalité : les avancées technologiques associées au vivant rendent possibles la création d’humains transformés, « réparés » ou « augmentés » et de robots « intelligents ».

 L’Homme a toujours cherché à dépasser les limites imposées par sa biologie, à s’affranchir de ses imperfections physiques par le développement d’outils toujours plus perfectionnés. Lunettes, jambes de bois, vélos, un long inventaire est possible de toutes ces inventions qui nous ont permis, au cours du temps, d’être mieux adaptés à notre environnement. Elles ont de tous temps représenté d’immenses espoirs pour soulager l’humain ou lui permettre de faciliter son quotidien. Quelles sont les promesses et les réalités de ces nouveaux objets technologiques qui font leur apparition ?

 Le cyborg est-il vraiment pour demain ? Quelles sont les questions éthiques, juridiques, culturelles posées à nos sociétés par leur arrivée probable dans nos vies ? Comment le réel et l’imaginaire se rencontrent-ils dans ces univers technologiques ?

Pourquoi d’autres cultures accueillent si facilement ces technologies, comme le fait le Japon avec les robots ? Que nous disent de l’humain et de l’intelligence ces créatures technologiques ?

L’Université de Lyon vous propose d’explorer ces questions en compagnie de chercheurs dans le cadre de METAMORPHOSES, le nouveau cycle de rencontres Et si on en parlait qui se déroulera tout au long de 2013 et 2014.

En 2013, Métamorphoses 1 s’intéresse aux technologies de réparation et d’augmentation de l’être humain, et à l’intelligence artificielle liée à la robotique. Une grande diversité de questions abordées tout au long de ce cycle annuel au cours duquel de nombreux rendez-vous permettront d’explorer ces mondes inconnus, fascinants et inquiétants, utilitaires et ludiques, et déjà si proches. Vous trouverez toute la programmation en ligne passée et à venir sur www.universite-lyon.fr/metamorphoses

En 2014, Métamorphoses 2 s’attachera à la question de la fabrication du vivant et des nouveaux enjeux posés par la biologie de synthèse.

Venez rencontrer les nombreux chercheurs et découvrir les établissements culturels et scientifiques associés à cette belle programmation !
Articles et vidéos seront prochainement mise en ligne pour rendre compte des évènements du 1er semestre 2013.

4 réponses sur “Métamorphoses : de l’Homme augmenté au robot humanoïde”

  1. Merci pour votre commentaire Patrick. D’après les recherches que nous avons faites, il n’existe cependant pas, ou pas encore, « d’implantation de puces cérébrales » comme vous l’entendez, à la demande. Il y a des techniques de stimulation neurologiques profondes, à des fins de traitements de maladies neurodégénératives ou de dépression par ex. Mais aucun usage « de loisir » par des choix volontaires. Néanmoins les pistes de recherche scientifique et de développements technologiques pourraient nous y mener tôt ou tard et le cyborg voir le jour… en effet.

  2. Le cyborg se développe peu à peu et même l’humanoïde aussi. Avec toutes les technologies qui nous sont offertes, il est très facile de répandre ce concept. En plus, les jeunes aujourd’hui sont, a priori, fans de choses bizarres, « originales », etc. Maintenant, avec les puces cérébrales, ils font même la queue pour se faire implanter un. Alors, je pense qu’il est fort probable que le cyborg soit pour demain. Cependant, nombreux sont ceux qui sont contre ce concept et préfèrent garder ce que la nature leur a donné. Alors je pense aussi que ce sera très polémique si ça se réalise.

  3. La technologie exerce une évidente fascination, a fortiori lorsque l’homme a le sentiment grisant de devenir démiurge. La technologie est présentée comme un moyen de parfaire l’humain, de l’améliorer. Mais de multiples questions prioritaires ne trouvent pas de réponse unanime, ou ne sont tout simplement pas débattues : qu’est-ce qu’un humain parfait ? Qui détermine ces paramètres ? Dans quelle mesure l’environnement est-il pris en considération ? etc.

    Quoi qu’absolument prioritaires, de telles questions sont occultées et ne font l’objet d’aucun débat démocratique. D’ailleurs, la majorité de la population n’est pas réellement informée de l’état d’avancement technologique, et ne prend pas la mesure de ses implications sociales, politiques, psychologiques, etc. Le programme de conférences sur ces sujets là est donc une excellente démarche, qui mériterait de bénéficier d’une très large audience.

    Abordons tout d’abord l’usage purement médical de ces technologies, qui est l’entrée favorable à leur acceptation : il viserait à restaurer chez une personne les capacités et propriétés habituelles de l’être humain. Le recours à des technologies de remplacement est évidemment très tentant, voire louable, dans le cas de maladies ou d’accidents. Toutefois, dans le contexte actuel, peut-on soutenir honnêtement que tous les malades cardiaques du monde, tous les amputés,tous les défigurés bénéficieront de ces soins, qu’ils soient riches ou pauvres ? Les écarts sociaux-économiques déjà existants s’en trouveraient encore accrus. Et ceci d’autant plus si l’usage de ces technologies excède à moyen et long terme le champ médical.

    Ainsi, la première des imperfections humaines n’est pas tant physique que « morale ». Les injustices sont criantes, chacun constate qu’une infime minorité vit dans une opulence indécente tandis que la majorité de l’humanité vit dans des conditions allant du précaire jusqu’au plus dramatique. On ne peut en avoir un semblant d’idée qu’en s’y confrontant de près. La liste serait longue, et les problématiques écologiques s’y ajoutent.

    Par conséquent, s’il s’agit réellement de parfaire l’humain, la première des priorités serait bien d’agir en faveur de plus d’équité et d’un véritable respect de l’environnement. Là est la démarche de « perfectionnement » la plus complexe de toutes, mais également la plus prioritaire, car elle conditionne la viabilité de tout le reste. La prise en compte des paramètres sociaux, politiques, économiques, environnementaux devrait constamment rester en ligne de mire lors du développement de nos technologies, de la détermination de leur champ d’application, et de leur déploiement.

    En termes d’équité, certains objectent et soutiennent que les « prothèses », puces et autres technologies ne seront pas réservées à une élite, que les classes populaires en bénéficieront également. Prenons en compte l’état de fait :

    – D’une part, la population mondiale bénéficie déjà très inégalement des soins de santé. Si cette iniquité se maintient, comment concevoir que de nouveaux et si coûteux soins technologiques soient équitablement mis à disposition des populations ?

    – D’autre part, si les préoccupations éthiques ne sont pas réellement intégrées, les budgets concédés pour l' »augmentation » d’humains de classes populaires (au-delà de leur « restauration ») seront avant tout motivés par la productivité et l’efficacité : les soldats seraient prioritairement dotés de prothèses et autres technologies aux fins d’être de meilleurs guerriers, et les ouvriers seraient équipés de prothèses et autres implants en vue d’une plus grande productivité, les rendant de plus en plus similaires aux machines dont ils font usage. Est-ce cela, bénéficier de technologies « d’augmentation »?

    Outre les prothèses et autres implants, les recherches technologiques de « perfectionnement » de l’humain incluent également la manipulation génétique : en termes clairs, l’eugénisme. A l’issue de la seconde guerre mondiale, l’eugénisme, l’idée de créer une race « pure » et « supérieure », avait profondément choqué les esprits.

    De nos jours, l’eugénisme progresse pourtant insidieusement, à un niveau de maîtrise amplement supérieur aux moyens technologiques des années 1939/1945. Aucun débat démocratique n’est clairement ouvert sur le sujet. Pourtant, certains chercheurs actuels en génétique s’enthousiasment expressément à la perspective que l’humanité puisse se séparer en deux espèces, l’une supérieure à l’autre : d’une part celle qui se sera perfectionnée en suivant la voie de l’eugénisme, et d’autre part celle qui sera restée au stade « inférieur » de notre espèce.

    Les questions d’ordre éthique, social, politique, écologique, etc. sont par conséquent une absolue priorité. Les démarches allant dans le sens d’une sensibilisation et de vraies réflexions sont à encourager et soutenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *