Lyon : signes poétiques, graffitis et langages de la ville

Dans la ville, divers types d’inscriptions se déploient et sont exprimés par une hétérogénéité d’acteurs.

À Lyon comme ailleurs, nos trajets quotidiens nous confrontent à d’innombrables signes et discours : graffitis et tags, panneaux de signalisations, inscriptions paysagères et architecturales, mobilier urbain … 

Continuer la lecture de « Lyon : signes poétiques, graffitis et langages de la ville »

Messagers du climat : podcasts des conférences

DSC09511-700x500

En amont de la 21e conférence des Nations unies pour la lutte contre le changement climatique, le Train « Messagers du climat », une exposition créée par l’association Météo et climat présidée par le climatologue Jean Jouzel, a été accueillie à Lyon le 10 octobre 2015.

C’est dans le cadre de la Fête de la science dont l’Université de Lyon est coordinateur (sur le département du Rhône, la métropole de Lyon, la région Rhône-Alpes), que cette expo sur rail était proposée à un grand public.

Plusieurs associations locales et institutions scientifiques ont proposé des animations et stands sur le quai du train :

• INSERM : le climat et la santé
• Météo climat : un réseau de chercheurs français
• Réseau régional d’éducation à l’environnement GRAINE : le climat, pour vous c’est quoi ?
• Association Anciela : les initiatives citoyennes pour le climat
• Alternatiba Lyon : village des initiatives citoyennes « Changeons le système, pas le climat ! »
• Maison rhodanienne de l’Environnement : ressources documentaires sur le climat et l’environnement
• Association HESPUL : modules ludiques « Le climat j’y peux rien ! »
• Agence Locale de l’Energie : s’informer sur la maîtrise de l’énergie et la lutte contre le changement climatique

 

Pour rendre compte de la recherche locale sur le sujet, l’Université de Lyon a proposé une série de conférences à bord du train, captées par son partenaire ; le CNRS Rhône-Auvergne. Voici plusieurs podcasts de ces conférences :

 

« Impacts du climat sur diverses pathologies en santé humaine (virus…) », par Michèle Garlatti, biologiste à l’INSERM :

http://wikiradio.cnrs.fr/broadcast/1003-Impact-du-climat-sur-diverses-pathologies-en-sante-humainevirus

 

« Cyclones et érosion sous les tropiques », par Pascal Allemand, géologue, et Chloé Maréchal, géochimiste, Observatoire de Lyon – Université Claude Bernard Lyon 1 :

http://wikiradio.cnrs.fr/broadcast/1004-Cyclones-et-erosion-sous-les-tropiques

 

« Créer un observatoire local du climat : comment travailler avec les citoyens ? », Didier Soto, géographe-climatologue à l’Université Jean Moulin Lyon 3 :

http://wikiradio.cnrs.fr/broadcast/1006-Creer-un-observatoire-local-du-climat-comment-travailler-avec-les-citoyens-

 

« Phénomènes extrêmes et changement climatique », par Freddy Bouchet, physicien à l’ENS de Lyon :

http://wikiradio.cnrs.fr/broadcast/959-Les-phenomenes-meteorologiques-extremes

 

 

La ville intelligente l’est-elle vraiment ?

Synthèse de la conférence-focus organisée pour le dispositif Et si on en parlait dans le cadre du cycle #8 : « La révolution big data : chance ou menace ? ».

Le 8 avril dernier s’est tenue une conférence en présence de deux experts en NTIC : Hervé Rivano, chargé de recherche INRIA et responsable de l’équipe UrbaNet, et Ludovic Viévard, veilleur-prospectiviste au sein du collectif FRV100. L’enjeu de cette rencontre entre public et chercheurs était de comprendre les modalités mais aussi l’impact de l’exploitation des mégadonnées sur l’aménagement de nos villes et, plus généralement, nos libertés individuelles.

« 67 villes qui osent l'intelligence », Usine digitale, août 2014
« 67 villes qui osent l’intelligence », Usine digitale, août 2014

Smart city : la révolution numérique de l’espace urbain

L’accès par une large majorité de la population mondiale à des milieux urbains a rapidement entraîné un phénomène de « surdensification » et l’émergence de nouvelles exigences sociétales en matière d’environnement, de santé publique et de transports. Aussi, l’omniprésence des réseaux, propulsée notamment par l’avènement du smartphone, nous livre aujourd’hui une société du « tout connecté », où la frontière entre monde réel et monde virtuel tend à s’estomper. En effet, notre quotidien se parsème continuellement de nouveaux capteurs venant numériser notre activité et notre environnement pour produire de nouveaux services « augmentés », accessibles facilement et nourris par de gigantesques flux de données appelés big data. La matière brute de cette « intelligence » est obtenue par l’interprétation et la redistribution de ces données visant à optimiser les infrastructures urbaines, à travers notamment la prise en compte des enjeux environnementaux et des contraintes énergétiques, l’interconnexion des collectivités, des citoyens et des entreprises, ainsi que l’intégration des nouvelles technologies dans le paysage urbain.

La technologie mise au service de nos villes

Les villes intelligentes s’appuient sur des technologies semblables adaptées à huit grands secteurs d’application :

  • la mobilité, visant à gérer le trafic et favoriser les transports en commun ;
  • les réseaux intelligents, permettant de connaître en temps réel les consommations en eau, en gaz ou en électricité ;
  • la sécurité, basée sur la mise en place de capteurs de surveillance ;
  • la citoyenneté et l’action publique, avec une ouverture des données favorisant la participation citoyenne et l’action politique ;
  • l’économie, où l’accès aux données des usagers permet de cibler de nouveaux services dédiés ;
  • l’environnement, visant à optimiser la qualité de vie urbaine ;
  • la connexion, avec un renforcement des infrastructures très haut débit favorisant la production de nouveaux services et le travail en réseau des différents acteurs.

Ces solutions portées par les outils numériques s’incarnent à leur tour dans trois grands archétypes de l’instrumentation technique des villes et se côtoient dans un écosystème perméable :

  • la « techno-cité » est la ville intelligente des systèmes techniques. Elle est dirigée par les équipementiers et pilotée par les infrastructures qui déterminent la faisabilité des projets ;
  • la ville contributive est caractérisée par l’ouverture des données et la mise en relation d’individus échangeant des informations, des biens et des services. Il s’agit d’une organisation horizontale entre les communautés d’utilisateurs qui alimentent l’intelligence collective de la ville ;
  • la « e-city », quant à elle, s’organise autour des pouvoirs publics et des politiques urbaines qui assurent la gouvernance de la ville à travers des actions de régulation et la participation des citoyens.

 

Risques et atouts : des enjeux de société importants

Ces promesses séduisantes reposent malgré tout sur une forme d’utopie participative difficile à organiser et suscitent des craintes de dérives que ne manque pas de soulever le public venu assister à cette conférence.

En effet, une connaissance numérique détaillée de la ville requiert le déploiement d’un réseau de capteurs dense, posant des problèmes d’installation mais aussi d’acceptabilité sociale, de protection des données et d’intégration dans le paysage urbain standardisé. De plus, une interprétation purement informatique des données risque d’écarter le facteur humain au profit stratégique des sociétés privées auxquelles appartiennent les infrastructures urbaines.

Les citoyens et les pouvoirs publics doivent ainsi se saisir de ces enjeux pour veiller au caractère démocratique du processus décisionnel et assurer la liberté d’innovation.

Enfin, n’oublions pas qu’à travers l’utilisation de nos smartphones, réseaux sociaux et, plus généralement, l’ensemble de nos objets connectés et géolocalisés, nous alternons entre le rôle de consommateur et celui de producteur de mégadonnées dont l’exploitation économique affecte l’équilibre déjà fragile de notre confidentialité. Aujourd’hui, la notion de vie privée est une affaire de compromis, et c’est à nous qu’il revient de négocier en permanence ce que nous sommes prêts à dévoiler sur la place publique.

Pour aller plus loin :

« La Ville intelligente : modèle et finalités », étude par Ludovic Viévard pour la prospective de la Métropole de Lyon, octobre 2014.

La Révolution Big Data : chance ou menace ?

LIVRET_BigData_ESOEP#8_V1

 

Obsolètes le disque vinyle et la photo argentique ! Dépassés le CD et la clef USB ! Les données sont désormais sorties de nos salons et s’échappent de nos objets. Elles constituent une nouvelle matière première, les fameuses « Big Data » (ou « mégadonnées »), dont l’exploitation économique est en plein essor.

Avec des technologies qui permettent de coder l’image comme le son, le vivant comme le simple objet, les mégadonnées promettent de bouleverser nos modes de communication, notre économie de services (marketing ciblé et en temps réel), notre environnement de vie (transports, habitat, loisirs… connectés), nos modes de production de la connaissance (e-éducation, sciences participatives, recherche basée sur la statistique, etc.)…

Néanmoins, des inquiétudes fortes planent sur les développements liés aux Big Data : menace de non-respect de la vie privée, accélération et ingérence subies des technologies dans notre quotidien, guerre économique issue d’une véritable « géopolitique de la donnée » (affaire Snowden entre autres)…

Pour comprendre ces changements et leurs impacts, l’Université de Lyon vous invite à rencontrer ses meilleurs spécialistes lors de rencontres prévues d’avril à juin 2015 : visite de labo, conférences, projection-débat et soirée-débat…

Toute la programmation sur le site web de l’Université de Lyon ! http://www.universite-lyon.fr/etsionenparlait

Le programme pdf à télécharger ici : LIVRET_ESOEP#8_BigData

Les Biotechnologies : nouvel Eldorado lyonnais ?

Retour sur la balade urbaine dans le quartier Gerland, le 28 juin 2014

Article et vidéo

 

 

Article par Marianne Chouteau, professeur associée au Centre des Humanités de l’INSA de Lyon et membre-fondateur de l’agence FRV100 :

Le rendez-vous a lieu square du Professeur Galtier. Nous partons à la découverte du cœur du biopôle de Gerland, à travers l’univers des  biotechnologies.

En groupe resserré, nous longeons l’avenue Marcel Mérieux, petites haltes devant les restaurants Gamboni et Carnerie Hall – marques d’une époque : celle où la halle Tony Garnier abritait les abattoirs de la ville de Lyon. Puis après avoir tourné à droite, allée d’Italie, nous stationnons un moment devant l’amphithéâtre Charles Mérieux de l’École Normale Supérieure. Nous nous arrêtons plus loin, face à la Halle Tony Garnier, devant la place des Docteurs Mérieux, et prenons conscience de l’importance de cette famille de médecins et biologistes sur l’ensemble du quartier. Quelques mots d’histoire. 1947 : la halle Tony Garnier héberge les abattoirs de la ville de Lyon. Une épidémie de fièvre aphteuse touche le bétail, Charles Mérieux, convaincu de la nécessité de créer des vaccins pour protéger les bêtes, se rend auprès de Édouard Herriot, maire de la ville, et lui demande un espace pour créer l’Institut Français de la Fièvre Aphteuse. Ce laboratoire, installé dans 10 000 m² de la halle sera la première pierre lyonnaise de la galaxie Mérieux et les fondements du biopôle de Gerland.

Un pas de géant pour la virologie

Mais l’ingéniosité de Charles Mérieux ne s’arrête pas là : le médecin lyonnais comprend qu’il faut trouver un moyen de fabriquer les vaccins en grande quantité. A l’occasion d’une collaboration avec le biologiste hollandais Frenckel, il récupère les langues des animaux sains après que ces derniers sont abattus et les ensemence in vitro par le virus de la fièvre aphteuse. Mérieux fait avancer la virologie d’un pas de géant : plus besoin de stocker les animaux malades, la production de vaccin se fait in vitro, elle devient industrielle et permet de prévenir toute autre pandémie. En visionnaire de génie, Mérieux négocie encore : il propose à l’État de retenir 5 francs sur chaque dose de vaccin vendu afin de constituer un fond qui servira à créer le Laboratoire National de Pathologie Bovine (LNPB) en 1952, le laboratoire officiel de contrôle. Pour ce faire, il obtient une parcelle de terrain de 4000 m² environ à l’intérieur des abattoirs par un bail de 99 ans et un loyer de 1 nouveau franc. D’un point de vue architectural, Mérieux pense ce lieu pour que toute fuite de virus soit impossible. Aussi met-il en place deux principes fondamentaux. « La marche en avant » : pas de retour en arrière possible : les bovins entrent dans un endroit, subissent des tests en avançant, sont abattus dans les abattoirs du laboratoire et « la boîte dans la boîte » : une double coque qui protège contre toute fuite et tout contact à l’extérieur.

Dans les années 1960, d’autres laboratoires sont implantés en Iran ou à Moscou. Alain Mérieux prend la suite de Charles, développe la santé animale et humaine. Vend, acquiert, revend, initie, teste, développe. Malgré un destin familial tragique, les Mérieux assoient progressivement leur emprise sur les sciences du vivant lyonnaises.

Un quartier tourné vers l’avenir

Si le passé marque le quartier, il se dessine aussi en ses murs des perspectives futures.

Nous traversons le boulevard scientifique. Puis laissant derrière nous le pont Pasteur et avant de nous engager dans la rue Jonas Salk, père du vaccin contre la poliomyélite, nous regardons le Musée des Confluences qui se dresse sur l’autre rive. Nous voilà au cœur du biopôle. De part et d’autre, les bâtiments de Sanofi-Pasteur. Ayant généré plus de 3,9 milliards de chiffres d’affaire en 2012, le groupe Sanofi, spécialiste de la santé humaine et animale, emploie 13 000 personnes dans le monde et possède de nombreuses filiales.

Plus loin nous dépassons Arrow génériques (spécialiste de médicaments génériques), Tecan (spécialiste du diagnostic), Biomnis (laboratoire de biologie médicale spécialisée), puis la cité scolaire internationale, et stoppons deux minutes devant les locaux d’Aguettant – entreprise familiale depuis 1903 qui fabrique des  solutions et produits  médicaux .– Quelques mètres plus loin, nous nous trouvons à l’angle de la rue Fleming (biologiste qui a découvert la pénicilline) et du boulevard scientifique, devant l’Institut de Génomique Fonctionnelle de Lyon, face au laboratoire P4 et aux locaux de Biomnis, en aplomb de la Fondation Mérieux qui domine le quartier. Ici, se dessine une grande partie du futur biotechnologique lyonnais.

Le laboratoire P4 (protection niveau 4), nommé Jean-Mérieux, est un équipement majeur du quartier. Unique en France, il a été financé et conçu par la fondation Mérieux. Confié à l’Institut national de la Santé et de la Recherche Médicale (INSERM), il est dédié à la recherche publique ou privée sur les agents pathogènes de classe 4, de type Ebola, Lassa, Crimée-Congo, etc., . Il symbolise la technicité, la performance, l’excellence du territoire en matière de virologie. Mais il est aussi source d’inquiétudes et de débat quant à son emplacement en plein ville, malgré les nombreuses mesures de sécurité.

Alors que nous regagnons petit à petit notre point de départ par la rue du Vercors, d’autres lieux symboliques apparaissent : le dos de l’Ecole Normale Supérieure (ENS), l’Institut de Biologie et Chimie des Protéines, l’Établissement Français du Sang, l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES), les laboratoires de Mérial qui emploie 5600 personnes dans le monde entier.

4 chercheurs, 4 spécialités

De retour square du Professeur Galtier avant de rencontrer les quatre scientifiques qui clôtureront cette visite, nous nous arrêtons devant les locaux de l’Institut de Recherche Technologique (IRT), Bioaster. « Unique IRT sélectionné dans le domaine de la santé par le Commissariat général à l’investissement, Bioaster est dédié à l’infectiologie et la microbiologie », nous explique Patrick chercheur à l’IRT. Son objectif est de créer des liens entre les entreprises et la recherche publique.

Hélène, chercheure à l’INSERM, travaille bien en amont de ces applications industrielles. Elle tente de comprendre comment le virus est pathogène et perturbe le fonctionnement des cellules. Nathalie, enseignante-chercheure en infectiologie et immunologie, s’attache quant à elle à transmettre aux étudiants de l’ENS son savoir. Enfin, Philippe, ingénieur de recherche, met son ingéniosité au service des chercheurs pour concevoir des technologies susceptibles, à terme, de construire des vaccins.

Les questions fusent. Comment maintenir un équilibre entre la liberté du chercheur et l’injonction de résultats ? Quand on est scientifique, peut-on tout à la fois être rigoureux et créatif ? L’infectiologie, spécialité lyonnaise, est-elle compétitive ?

C’est alors un sujet à débat qui est soulevé : la recherche publique doit-elle contribuer au développement économique de groupes industriels ? Comment alors maintenir son indépendance et orienter ses financements ? Dans un domaine technoscientifique comme la virologie pour lequel de nombreux citoyens s’avèrent méfiants (notamment face au principe de vaccination), il semble important d’ouvrir le débat public.

Si le quartier de Gerland garde les traces de son passé, il accueille aussi de nouvelles perspectives de changement tant du point de vue scientifique, avec notamment les établissements de formation supérieure, qu’économique avec le nombre important d’entreprises présentes sur ce sol. Sa méconnaissance par les Lyonnais tient notamment de la complexité des activités en place, mais peut-être aussi deux craintes conjuguées : celle des spécialistes d’ouvrir leur porte dans un contexte de forte compétition et celle  ressentie  vis-à-vis des biotechnologies. Cette balade urbaine et cette rencontre avaient ainsi  pour objectif de donner un premier accès d’information sur ce pôle technoscientifique majeur.

Les ateliers sur le climat en images !

 

Reportage-vidéo sur les ateliers « Changements de climat : changements de société ? ». Retrouvez ou découvrez en images les points forts des trois rencontres d’octobre 2012 : certitudes et controverses liées aux changements climatiques, prévention des risques d’inondation, aménagement des territoires et des villes pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et s’adapter aux changements en cours.

La vidéo a été projetée jeudi 15 novembre, lors de la soirée-débat « Changements de climat : changements de société ? » avec Hervé Le Treut, Patrick Lagadec et Jean-Paul Bozonnet, à la Manufacture des Tabacs (Université Jean Moulin Lyon 3).