Modification et fabrication du vivant : regards critiques de chercheurs

g-dial1

 

 

 

 

 

Le cycle de rencontres Et si on en parlait autour du thème « Métamorphoses : Et l’Homme fabriqua le vivant » s’achève en cet automne 2014. Pour approfondir et analyser les savoirs et questionnements sur la modification / fabrication du vivant par la technologie, nous vous proposons une vidéo de contenus, interviews croisées de quatre chercheurs de haut niveau :

Corinne Dorel, Docteur en biologie, coordinatrice du projet « iGEM 2013 à LYON », Département Biosciences de l’INSA de Lyon

François Képès, Docteur en biologie cellulaire, Genopole® / CNRS

Jean-Philippe Pierron, maître de conférence à la faculté de philosophie, Université Jean Moulin Lyon III

Jacques Testart, Docteur ès Sciences, Directeur de Recherche honoraire à l’I.N.S.E.R.M., agronome et biologiste, président de « Fondation sciences citoyennes »

 

 

Questions posées  :

10 »> Les biotechnologies : de quoi s’agit-il ?

5’7 »> Quels différences avec les sélections effectués jusqu’à présent ?

5’14 »> Modification ou fabrication du vivant ?

 7’08 »> Qu’est-ce que le principe de précaution ?

11’56 »> Quels sont les risques et comment les réduire ?

16’00 »> A qui  / à quoi ça sert ?

26’05 »> Allons-nous transformer l’humain ?

31’12 »> Quel est le rôle des scientifiques vis-à-vis des citoyens ?

 

Festival de science-fiction Les Intergalactiques : « Vivant technologique et écologie »

Les-Intergalactiques-2014Le Festival de science-fiction Les Intergalactiques de Lyon s’est tenu à nouveau cet automne 2014. Entre salon du livres, rencontres d’auteurs et projections de films, les publics présents ont pu se questionner autour du thème annuel « Vivant technologique et écologie ». Parmi les rencontres, la table-ronde / débat du dimanche 26 octobre, organisée en partenariat avec Et si on en parlait, a réuni deux auteures et un chercheur pour discuter de la question « Modifier le vivant : doit-on imaginer le pire pour l’avenir ? » Podcast de la rencontre avec les auteures : Sylvie Lainé-Cruzel et Estelle Faure ; le biologiste, Sylvain Charlat (laboratoire de biométrie et biologie évolutive (UMR CNRS 5558) ; Rencontre animée par Anna Lavayssière (Festival les Intyergalactiques) (56 min).

 

 

 

 

Les Biotechnologies : nouvel Eldorado lyonnais ?

Retour sur la balade urbaine dans le quartier Gerland, le 28 juin 2014

Article et vidéo

 

 

Article par Marianne Chouteau, professeur associée au Centre des Humanités de l’INSA de Lyon et membre-fondateur de l’agence FRV100 :

Le rendez-vous a lieu square du Professeur Galtier. Nous partons à la découverte du cœur du biopôle de Gerland, à travers l’univers des  biotechnologies.

En groupe resserré, nous longeons l’avenue Marcel Mérieux, petites haltes devant les restaurants Gamboni et Carnerie Hall – marques d’une époque : celle où la halle Tony Garnier abritait les abattoirs de la ville de Lyon. Puis après avoir tourné à droite, allée d’Italie, nous stationnons un moment devant l’amphithéâtre Charles Mérieux de l’École Normale Supérieure. Nous nous arrêtons plus loin, face à la Halle Tony Garnier, devant la place des Docteurs Mérieux, et prenons conscience de l’importance de cette famille de médecins et biologistes sur l’ensemble du quartier. Quelques mots d’histoire. 1947 : la halle Tony Garnier héberge les abattoirs de la ville de Lyon. Une épidémie de fièvre aphteuse touche le bétail, Charles Mérieux, convaincu de la nécessité de créer des vaccins pour protéger les bêtes, se rend auprès de Édouard Herriot, maire de la ville, et lui demande un espace pour créer l’Institut Français de la Fièvre Aphteuse. Ce laboratoire, installé dans 10 000 m² de la halle sera la première pierre lyonnaise de la galaxie Mérieux et les fondements du biopôle de Gerland.

Un pas de géant pour la virologie

Mais l’ingéniosité de Charles Mérieux ne s’arrête pas là : le médecin lyonnais comprend qu’il faut trouver un moyen de fabriquer les vaccins en grande quantité. A l’occasion d’une collaboration avec le biologiste hollandais Frenckel, il récupère les langues des animaux sains après que ces derniers sont abattus et les ensemence in vitro par le virus de la fièvre aphteuse. Mérieux fait avancer la virologie d’un pas de géant : plus besoin de stocker les animaux malades, la production de vaccin se fait in vitro, elle devient industrielle et permet de prévenir toute autre pandémie. En visionnaire de génie, Mérieux négocie encore : il propose à l’État de retenir 5 francs sur chaque dose de vaccin vendu afin de constituer un fond qui servira à créer le Laboratoire National de Pathologie Bovine (LNPB) en 1952, le laboratoire officiel de contrôle. Pour ce faire, il obtient une parcelle de terrain de 4000 m² environ à l’intérieur des abattoirs par un bail de 99 ans et un loyer de 1 nouveau franc. D’un point de vue architectural, Mérieux pense ce lieu pour que toute fuite de virus soit impossible. Aussi met-il en place deux principes fondamentaux. « La marche en avant » : pas de retour en arrière possible : les bovins entrent dans un endroit, subissent des tests en avançant, sont abattus dans les abattoirs du laboratoire et « la boîte dans la boîte » : une double coque qui protège contre toute fuite et tout contact à l’extérieur.

Dans les années 1960, d’autres laboratoires sont implantés en Iran ou à Moscou. Alain Mérieux prend la suite de Charles, développe la santé animale et humaine. Vend, acquiert, revend, initie, teste, développe. Malgré un destin familial tragique, les Mérieux assoient progressivement leur emprise sur les sciences du vivant lyonnaises.

Un quartier tourné vers l’avenir

Si le passé marque le quartier, il se dessine aussi en ses murs des perspectives futures.

Nous traversons le boulevard scientifique. Puis laissant derrière nous le pont Pasteur et avant de nous engager dans la rue Jonas Salk, père du vaccin contre la poliomyélite, nous regardons le Musée des Confluences qui se dresse sur l’autre rive. Nous voilà au cœur du biopôle. De part et d’autre, les bâtiments de Sanofi-Pasteur. Ayant généré plus de 3,9 milliards de chiffres d’affaire en 2012, le groupe Sanofi, spécialiste de la santé humaine et animale, emploie 13 000 personnes dans le monde et possède de nombreuses filiales.

Plus loin nous dépassons Arrow génériques (spécialiste de médicaments génériques), Tecan (spécialiste du diagnostic), Biomnis (laboratoire de biologie médicale spécialisée), puis la cité scolaire internationale, et stoppons deux minutes devant les locaux d’Aguettant – entreprise familiale depuis 1903 qui fabrique des  solutions et produits  médicaux .– Quelques mètres plus loin, nous nous trouvons à l’angle de la rue Fleming (biologiste qui a découvert la pénicilline) et du boulevard scientifique, devant l’Institut de Génomique Fonctionnelle de Lyon, face au laboratoire P4 et aux locaux de Biomnis, en aplomb de la Fondation Mérieux qui domine le quartier. Ici, se dessine une grande partie du futur biotechnologique lyonnais.

Le laboratoire P4 (protection niveau 4), nommé Jean-Mérieux, est un équipement majeur du quartier. Unique en France, il a été financé et conçu par la fondation Mérieux. Confié à l’Institut national de la Santé et de la Recherche Médicale (INSERM), il est dédié à la recherche publique ou privée sur les agents pathogènes de classe 4, de type Ebola, Lassa, Crimée-Congo, etc., . Il symbolise la technicité, la performance, l’excellence du territoire en matière de virologie. Mais il est aussi source d’inquiétudes et de débat quant à son emplacement en plein ville, malgré les nombreuses mesures de sécurité.

Alors que nous regagnons petit à petit notre point de départ par la rue du Vercors, d’autres lieux symboliques apparaissent : le dos de l’Ecole Normale Supérieure (ENS), l’Institut de Biologie et Chimie des Protéines, l’Établissement Français du Sang, l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES), les laboratoires de Mérial qui emploie 5600 personnes dans le monde entier.

4 chercheurs, 4 spécialités

De retour square du Professeur Galtier avant de rencontrer les quatre scientifiques qui clôtureront cette visite, nous nous arrêtons devant les locaux de l’Institut de Recherche Technologique (IRT), Bioaster. « Unique IRT sélectionné dans le domaine de la santé par le Commissariat général à l’investissement, Bioaster est dédié à l’infectiologie et la microbiologie », nous explique Patrick chercheur à l’IRT. Son objectif est de créer des liens entre les entreprises et la recherche publique.

Hélène, chercheure à l’INSERM, travaille bien en amont de ces applications industrielles. Elle tente de comprendre comment le virus est pathogène et perturbe le fonctionnement des cellules. Nathalie, enseignante-chercheure en infectiologie et immunologie, s’attache quant à elle à transmettre aux étudiants de l’ENS son savoir. Enfin, Philippe, ingénieur de recherche, met son ingéniosité au service des chercheurs pour concevoir des technologies susceptibles, à terme, de construire des vaccins.

Les questions fusent. Comment maintenir un équilibre entre la liberté du chercheur et l’injonction de résultats ? Quand on est scientifique, peut-on tout à la fois être rigoureux et créatif ? L’infectiologie, spécialité lyonnaise, est-elle compétitive ?

C’est alors un sujet à débat qui est soulevé : la recherche publique doit-elle contribuer au développement économique de groupes industriels ? Comment alors maintenir son indépendance et orienter ses financements ? Dans un domaine technoscientifique comme la virologie pour lequel de nombreux citoyens s’avèrent méfiants (notamment face au principe de vaccination), il semble important d’ouvrir le débat public.

Si le quartier de Gerland garde les traces de son passé, il accueille aussi de nouvelles perspectives de changement tant du point de vue scientifique, avec notamment les établissements de formation supérieure, qu’économique avec le nombre important d’entreprises présentes sur ce sol. Sa méconnaissance par les Lyonnais tient notamment de la complexité des activités en place, mais peut-être aussi deux craintes conjuguées : celle des spécialistes d’ouvrir leur porte dans un contexte de forte compétition et celle  ressentie  vis-à-vis des biotechnologies. Cette balade urbaine et cette rencontre avaient ainsi  pour objectif de donner un premier accès d’information sur ce pôle technoscientifique majeur.

Projection-débat « Frankenstein ou nos rêves d’immortalité »

Retours sur la soirée qui s’est déroulée le mardi 7 octobre au cinéma Le Zola, avec la participation de Vincent Giudice, biologiste spécialisé dans la recherche sur le cellules souches. Un article de Vincent Giudice.

 

Frankenstein

 « Frankenstein ou le Promethée moderne » a été publié en 1818 par Mary Shelley. Il y a presque 200 ans ! Pourtant ce livre de « fiction scientifique », comme le définit le professeur Jean-François Chassay (Université du Québec), est encore d’actualité. Aujourd’hui, dans l’imaginaire collectif, le monstre de Frankenstein est le symbole de la thérapie à base de cellules souches, de la modification génétique, de la greffe d’organes artificiels ou « bioficiels » et plus généralement de la « fabrication » d’une nouvelle vie…mais il alimente également la crainte vis à vis des transgressions éthiques possibles de la part des scientifiques sur des sujets tels que le clonage ou les cellules souches embryonnaires. Est-ce que la science a rééllement rejoint la fiction scientifique du début du 19ème siècle ? Quels sont les risques de dérives scientifiques et comment sont-ils limités ? Ces deux questions permettront de comprendre et nuancer le mythe de Frankenstein qui entoure encore aujourd’hui la recherche scientifique.

 

Aujourd’hui peut-on réparer le vivant ?

Dans le roman de Mary Shelley, Frankenstein fabrique un monstre en assemblant différentes parties de cadavres « choisies pour leur beauté » et en lui donnant la vie grâce à un courant électrique.

Concernant les greffes de différentes parties de corps humains, Mary Shelley était en avance sur son temps. En effet, la première greffe (une greffe de peau) a eu lieu en 1869 soit plus de 50 ans après la sortie du livre. Aujourd’hui la greffe d’organes prend de nouvelles directions avec les organes artificiels et « bioficiels », mais la thérapie cellulaire n’a pas dit son dernier mot.

Quotidiennement les chercheurs font des avancées spectaculaires dans ces deux domaines.

Dans le domaine de la thérapie cellulaire, l’utilisation des cellules souches semble prendre le dessus. Il existe différents types de cellules souches :

  • les cellules souches embryonnaires (ou cellules ES) qui correspondent aux premières cellules de l’embryon. Elles sont capables de se différencier dans toutes les différentes sortes de cellules (musculaires, digestives, neurones, cellules sanguines…) et donc potentiellement capables de réparer n’importe quel organe. Les cellules souches embryonnaires sont récupérées sur des embryons surnuméraires issus de fécondation in vitro. En 2006, le professeur Yamanaka a réussi à « fabriquer » des cellules ressemblant aux cellules souches embryonnaires à partir de cellules de peau. Ce sont des cellules iPS (induced pluripotent stem cells). Ces cellules iPS sont une alternative à l’utilisation des cellules ES au niveau thérapeutique.

(image infographie http://www.cortex-mag.net/wp-content/uploads/2014/05/infographie-cellules-iPS.jpg)

  • Les cellules souches adultes qui sont capables de se différencier uniquement en un type cellulaire précis. C’est notamment le cas des cellules souches hématopoïétiques qui se différencient uniquement en cellules sanguines.

 Cette année, des médecins japonnais ont lancé les premiers tests de traitement de la DMLA (dégénérescence maculaire liée à l’âge) grâce à des rétines produites à partir de cellules iPS de chaque patient.

 L’utilisation des cellules iPS se limite pour le moment à de la réparation tissulaire. Le problème actuel pour la fabrication d’organes à partir de ces cellules est la reconstruction en 3D de ces derniers. Pour pallier à cela, des scientifiques développent des techniques pour fabriquer des organes « bioficiels » grâce aux imprimantes 3D. Dans les années à venir, ils pourront ainsi façonner des organes fonctionnels morphologiquement adaptés à chaque personne.

https://www.dailymotion.com/video/x1np3sk_le-premier-coeur-bioficiel-dans-10-ans_news

 Enfin concernant les organes artificiels, une des avancées récentes les plus spectaculaires est la greffe du cœur artificiel de la société Carmat. D’autres organes artificiels sont en cours d’élaboration notamment un pancréas permettant une production contrôlée d’insuline.

 

Aujourd’hui peut-on redonner vie ?

Dans le livre de Mary Shelley, le professeur Frankenstein redonne vie à son monstre. Aujourd’hui la science ne permet pas cela. Néanmoins, dans une étude publiée en 2012, des scientifiques ont réussi à récupérer des cellules souches mésenchymateuses (un des différents types de cellules souches adultes) sur des cadavres et à recréer du cartilage, des os et de la graisse. On est cependant encore loin de pouvoir donner vie à un organisme entier.

 

Quels sont les risques de dérive scientifique aujourd’hui ?

 « Seuls ceux qui les ont éprouvées peuvent concevoir les séductions de la science. » Marie Shelley décrit ici parfaitement les sirènes qui attirent tous les scientifiques. Les lois de bio-éthiques ont été créées pour limiter les dérives notamment celle de 2004 qui réglemente l’utilisation des cellules souches embryonnaires et interdit le clonage humain pour la recherche scientifique en France.

Cependant dans les autres pays les lois sont quelque peu différentes. Récemment, trois équipes scientifiques indépendantes dont celle de Shoukhrat Mitalipov, située aux Etats-Unis, ont réussi à cloner un embryon humain. Il ne s’agit pour le moment que de clonage thérapeutique ; les embryons ne sont pas réimplantés et sont uniquement utilisés pour créer des lignées de cellules souches embryonnaires permettant par la suite d’effectuer de la thérapie cellulaire. Shoukhrat Mitalipov est d’ailleurs opposé à l’utilisation de sa méthode pour effectuer du clonage reproductif. L’équipe de Jacob Hanna, située en Israël, a quant à elle réussi à créer des souris contenant environ 10% de cellules humaines. A chaque fois, les équipes scientifiques ont arrêté le développement de ces embryons avant la naissance. Est-ce qu’un jour cette limitation éthique sera dépassée ? Pourrait-on imaginer un scénario comme celui du film « Splice » dans lequel les scientifiques repoussent à chaque fois la limite par curiosité ? La phrase de Marie Shelley prend ici tout son sens.

 

Notes :

Cet article fait suite à la soirée ciné-débat « « Frankenstein » ou nos rêves d’immortalité… » du 7 octobre 2014. Le cinéma de science fiction anticipe souvent des avancées scientifiques. Aujourd’hui de nombreus films sont plus ou moins rattrapés par la réalité. Voici quelques exemples :

–       Le film « The Island » traite le sujet délicat du clonage reproductif. Aujourd’hui les scientifiques se limitent au clonage thérapeutique et n’ont pas (encore ?) franchi la limite éthique qu’est le clonage reproductif.

–       « Jack et la mécanique du coeur » est un film d’animation dans lequel le héros se fait greffer un coeur mécanique.

–       Le médecin du film « La piel que habito » utilise la thérapie cellulaire pour créer une peau synthétique. 

 

Fabriquer le vivant : est-ce notre avenir ? Podcast de la soirée-débat

Dans le cadre du cycle 2 Métamorphoses « Et l’Homme fabriqua le vivant », une soirée-débat a eu lieu le jeudi 5 juin 2014, au Ninkasi Kao de Gerland.

Cette soirée-débat Et si on en parlait s’est croisée une nouvelle fois avec les rencontres du CNRS Parlons-en, partenaire visant la même ambition de créer la rencontre entre chercheurs et grand public, autour de sujet de science en société. Le média Lyon capitale s’est également joint à l’animation de ce débat et de sa diffusion.

fabriquer_vivant

 

Fabriquer le vivant : est-ce notre avenir ? Une controverse vive…

 Implants neuronaux contre Alzheimer ou Parkinson, nouveaux plastiques issus de bactéries, virus modifiés pour réparer des gènes, viande de bœuf produite à partir de cellules souches… Ces prouesses visent avant tout à réparer le corps mais aussi à compenser les conséquences de la crise écologique en modifiant et créant de nouveaux organismes vivants. Comment pouvons-nous comprendre les bénéfices et risques en jeu, face à la complexité et la rapidité de ces développements ? Comment décrypter les discours idéologiques de chaque « prise de parti » et envisager, ensemble, l’orientation de notre recherche scientifique pour la société actuelle et future ?

Ces questions ont été débattues avec les intervenants suivants :

► Marie-Hélène Parizeau, philosophe, spécialiste des biotechnologies et de l’éthique des sciences, Université Laval, Québec

► Marc Lévêque, neurochirurgien, spécialiste de la stimulation cérébrale profonde, CHU Pitié-Salpêtrière


► Philippe Marlière, conseiller du Directeur des sciences du vivant du CEA pour la biologie synthétique ; cofondateur de l’entreprise Global Bioenergies pour des alternatives au pétrole
La soirée a été animée avec le concours de Raphaël Ruffier-Fossoul rédacteur en chef du magazine Lyon Capitale et Sébastien Buthion responsable de la communication au CNRS Région Rhône-Auvergne

 

Pour écouter ou ré-écouter ce débat, consulter le podcast !

Podcast « fabriquer le vivant : est-ce notre avenir? »

 

Suite à cette soirée, deux articles ont été rédigés : l’un par Lyon capitale synthétisant les contenus du débat (consultable ici : article_Lyoncapitale_fabriquervivant) et l’autre par le collectif contestataire Pièces et Main d’oeuvre (à consulter sur leur site web).

 

Ressources sur l’Homme augmenté, les robots humanoïdes et les IA

Robots et homme augmenté dans la littérature :
du mysticisme fantastique à la science-fiction

 Par Flavien Gaudelet

 « Je vous enseigne le Surhumain. L’homme n’existe que pour être dépassé. Qu’avez-vous fait pour le dépasser ? Jusqu’à présent tous les êtres ont créé quelque chose qui les dépasse, et vous voudriez être le reflux de cette grande marée et retourner à la bête plutôt que de dépasser l’homme ? »[1]

Friedrich Nietzsche, Ainsi parlait Zarathoustra (1883-1885)

 

Dans le cadre du cycle « Métamorphoses #1 : de l’homme augmenté au robot humanoïde » traité cette année à travers les ateliers et débats Et si on en parlait, nous vous proposons de partir à la rencontre de trois écrivains, abordant chacun cette thématique sous un axe et dans un contexte culturel bien différents.

Retrouvez également notre sélection bibliographique, regroupant fiction et théorie, une filmographie, incluant longs métrages, documentaires, films d’animation et séries TV, ainsi que diverses ressources consultables en ligne, comprenant articles et reportages vidéo. Continuer la lecture de « Ressources sur l’Homme augmenté, les robots humanoïdes et les IA »