Modification et fabrication du vivant : regards critiques de chercheurs

g-dial1

 

 

 

 

 

Le cycle de rencontres Et si on en parlait autour du thème « Métamorphoses : Et l’Homme fabriqua le vivant » s’achève en cet automne 2014. Pour approfondir et analyser les savoirs et questionnements sur la modification / fabrication du vivant par la technologie, nous vous proposons une vidéo de contenus, interviews croisées de quatre chercheurs de haut niveau :

Corinne Dorel, Docteur en biologie, coordinatrice du projet « iGEM 2013 à LYON », Département Biosciences de l’INSA de Lyon

François Képès, Docteur en biologie cellulaire, Genopole® / CNRS

Jean-Philippe Pierron, maître de conférence à la faculté de philosophie, Université Jean Moulin Lyon III

Jacques Testart, Docteur ès Sciences, Directeur de Recherche honoraire à l’I.N.S.E.R.M., agronome et biologiste, président de « Fondation sciences citoyennes »

 

 

Questions posées  :

10 »> Les biotechnologies : de quoi s’agit-il ?

5’7 »> Quels différences avec les sélections effectués jusqu’à présent ?

5’14 »> Modification ou fabrication du vivant ?

 7’08 »> Qu’est-ce que le principe de précaution ?

11’56 »> Quels sont les risques et comment les réduire ?

16’00 »> A qui  / à quoi ça sert ?

26’05 »> Allons-nous transformer l’humain ?

31’12 »> Quel est le rôle des scientifiques vis-à-vis des citoyens ?

 

Projection-débat « Frankenstein ou nos rêves d’immortalité »

Retours sur la soirée qui s’est déroulée le mardi 7 octobre au cinéma Le Zola, avec la participation de Vincent Giudice, biologiste spécialisé dans la recherche sur le cellules souches. Un article de Vincent Giudice.

 

Frankenstein

 « Frankenstein ou le Promethée moderne » a été publié en 1818 par Mary Shelley. Il y a presque 200 ans ! Pourtant ce livre de « fiction scientifique », comme le définit le professeur Jean-François Chassay (Université du Québec), est encore d’actualité. Aujourd’hui, dans l’imaginaire collectif, le monstre de Frankenstein est le symbole de la thérapie à base de cellules souches, de la modification génétique, de la greffe d’organes artificiels ou « bioficiels » et plus généralement de la « fabrication » d’une nouvelle vie…mais il alimente également la crainte vis à vis des transgressions éthiques possibles de la part des scientifiques sur des sujets tels que le clonage ou les cellules souches embryonnaires. Est-ce que la science a rééllement rejoint la fiction scientifique du début du 19ème siècle ? Quels sont les risques de dérives scientifiques et comment sont-ils limités ? Ces deux questions permettront de comprendre et nuancer le mythe de Frankenstein qui entoure encore aujourd’hui la recherche scientifique.

 

Aujourd’hui peut-on réparer le vivant ?

Dans le roman de Mary Shelley, Frankenstein fabrique un monstre en assemblant différentes parties de cadavres « choisies pour leur beauté » et en lui donnant la vie grâce à un courant électrique.

Concernant les greffes de différentes parties de corps humains, Mary Shelley était en avance sur son temps. En effet, la première greffe (une greffe de peau) a eu lieu en 1869 soit plus de 50 ans après la sortie du livre. Aujourd’hui la greffe d’organes prend de nouvelles directions avec les organes artificiels et « bioficiels », mais la thérapie cellulaire n’a pas dit son dernier mot.

Quotidiennement les chercheurs font des avancées spectaculaires dans ces deux domaines.

Dans le domaine de la thérapie cellulaire, l’utilisation des cellules souches semble prendre le dessus. Il existe différents types de cellules souches :

  • les cellules souches embryonnaires (ou cellules ES) qui correspondent aux premières cellules de l’embryon. Elles sont capables de se différencier dans toutes les différentes sortes de cellules (musculaires, digestives, neurones, cellules sanguines…) et donc potentiellement capables de réparer n’importe quel organe. Les cellules souches embryonnaires sont récupérées sur des embryons surnuméraires issus de fécondation in vitro. En 2006, le professeur Yamanaka a réussi à « fabriquer » des cellules ressemblant aux cellules souches embryonnaires à partir de cellules de peau. Ce sont des cellules iPS (induced pluripotent stem cells). Ces cellules iPS sont une alternative à l’utilisation des cellules ES au niveau thérapeutique.

(image infographie http://www.cortex-mag.net/wp-content/uploads/2014/05/infographie-cellules-iPS.jpg)

  • Les cellules souches adultes qui sont capables de se différencier uniquement en un type cellulaire précis. C’est notamment le cas des cellules souches hématopoïétiques qui se différencient uniquement en cellules sanguines.

 Cette année, des médecins japonnais ont lancé les premiers tests de traitement de la DMLA (dégénérescence maculaire liée à l’âge) grâce à des rétines produites à partir de cellules iPS de chaque patient.

 L’utilisation des cellules iPS se limite pour le moment à de la réparation tissulaire. Le problème actuel pour la fabrication d’organes à partir de ces cellules est la reconstruction en 3D de ces derniers. Pour pallier à cela, des scientifiques développent des techniques pour fabriquer des organes « bioficiels » grâce aux imprimantes 3D. Dans les années à venir, ils pourront ainsi façonner des organes fonctionnels morphologiquement adaptés à chaque personne.

https://www.dailymotion.com/video/x1np3sk_le-premier-coeur-bioficiel-dans-10-ans_news

 Enfin concernant les organes artificiels, une des avancées récentes les plus spectaculaires est la greffe du cœur artificiel de la société Carmat. D’autres organes artificiels sont en cours d’élaboration notamment un pancréas permettant une production contrôlée d’insuline.

 

Aujourd’hui peut-on redonner vie ?

Dans le livre de Mary Shelley, le professeur Frankenstein redonne vie à son monstre. Aujourd’hui la science ne permet pas cela. Néanmoins, dans une étude publiée en 2012, des scientifiques ont réussi à récupérer des cellules souches mésenchymateuses (un des différents types de cellules souches adultes) sur des cadavres et à recréer du cartilage, des os et de la graisse. On est cependant encore loin de pouvoir donner vie à un organisme entier.

 

Quels sont les risques de dérive scientifique aujourd’hui ?

 « Seuls ceux qui les ont éprouvées peuvent concevoir les séductions de la science. » Marie Shelley décrit ici parfaitement les sirènes qui attirent tous les scientifiques. Les lois de bio-éthiques ont été créées pour limiter les dérives notamment celle de 2004 qui réglemente l’utilisation des cellules souches embryonnaires et interdit le clonage humain pour la recherche scientifique en France.

Cependant dans les autres pays les lois sont quelque peu différentes. Récemment, trois équipes scientifiques indépendantes dont celle de Shoukhrat Mitalipov, située aux Etats-Unis, ont réussi à cloner un embryon humain. Il ne s’agit pour le moment que de clonage thérapeutique ; les embryons ne sont pas réimplantés et sont uniquement utilisés pour créer des lignées de cellules souches embryonnaires permettant par la suite d’effectuer de la thérapie cellulaire. Shoukhrat Mitalipov est d’ailleurs opposé à l’utilisation de sa méthode pour effectuer du clonage reproductif. L’équipe de Jacob Hanna, située en Israël, a quant à elle réussi à créer des souris contenant environ 10% de cellules humaines. A chaque fois, les équipes scientifiques ont arrêté le développement de ces embryons avant la naissance. Est-ce qu’un jour cette limitation éthique sera dépassée ? Pourrait-on imaginer un scénario comme celui du film « Splice » dans lequel les scientifiques repoussent à chaque fois la limite par curiosité ? La phrase de Marie Shelley prend ici tout son sens.

 

Notes :

Cet article fait suite à la soirée ciné-débat « « Frankenstein » ou nos rêves d’immortalité… » du 7 octobre 2014. Le cinéma de science fiction anticipe souvent des avancées scientifiques. Aujourd’hui de nombreus films sont plus ou moins rattrapés par la réalité. Voici quelques exemples :

–       Le film « The Island » traite le sujet délicat du clonage reproductif. Aujourd’hui les scientifiques se limitent au clonage thérapeutique et n’ont pas (encore ?) franchi la limite éthique qu’est le clonage reproductif.

–       « Jack et la mécanique du coeur » est un film d’animation dans lequel le héros se fait greffer un coeur mécanique.

–       Le médecin du film « La piel que habito » utilise la thérapie cellulaire pour créer une peau synthétique. 

 

Marionnettes, automates et robots : miroirs de l’Homme ?

Retour sur la journée d’étude du 12 octobre 2013, organisée par la mission Science et Société de l’Université de Lyon et les musées Gadagne.

Dans le cadre du cycle Métamorphoses #1 : de l’Homme augmenté au robot humanoïde, le dispositif Et si on en parlait organisait une journée d’étude proposant trois conférences-débats sur le thème des automates, suivies d’échanges avec le public ainsi qu’une visite d’exposition.

Réunis aux musées Gadagne, huit experts invités étaient ainsi venus nous présenter les origines culturelles, sociales et spirituelles dans lesquelles s’enracinent nos relations aux marionnettes, automates et robots créés à notre ressemblance.

Retrouvez ici la programmation :
Programme_12octGadagne_p1            Programme_12octGadagne_p2

Au programme de cette journée d’étude se sont tenues trois grandes conférences ayant pour thème :

    • Quelles relations entretenons-nous avec nos objets techniques ?
    • Quelle place joue l’anthropomorphisme dans notre attachement aux robots ?
    • Comment la création artistique questionne-t-elle nos relations aux robots et aux êtres humanoïdes ?

 

Lisez l’article de synthèse de la rencontre CR_marionnettes_robots_ACharvet

 

Retrouvez ci-dessous les enregistrements audio des interventions (dans l’ordre du programme) :

ATTENTION : les bandes-sons ne sont pas audibles avec certaines versions du navigateur Firefox. Veuillez dans ce cas changer de navigateur.

  • Naly Gérard, journaliste culturelle.

 

  • Gilles Montègre, historien des sciences.

 

  • Emmanuel Grimaud, anthropologue.

Intervention 1 :

Intervention 2 :

 

  • Jean-Gabriel Ganascia, chercheur en intelligence artificielle et sciences cognitives.

 

  • Roland Auzet, metteur en scène, directeur de théâtre.

 

  • Lucile Haute, plasticienne, performeuse et chercheuse.

 

(Les interventions de Jean-François Ballay et celle d’Agnès Giard ne sont pas disponibles).

Une rencontre animée par Béatrice Korc, anciennement responsable du Service Science et Société de l’Université de Lyon ; organisée par Pauline Lachappelle, médiatrice à l’Université de Lyon, et Adeline Charvet, journaliste.

Métamorphoses : le film final !

 

D’octobre à novembre 2013, de nombreuses rencontres autour de la thématique « Métamorphoses : de l’Homme augmenté au robot humanoïde » ont eu lieu, au sein de différents lieux culturels.

Ces ultimes rencontres ont permis de questionner les enjeux profonds de l’arrivée des technologies de l’augmentation et de la robotique dans nos vies, et des choix de société à opérer ensemble.

Par le biais de jeux, projections de films, performance artistique, et d’échanges avec des chercheurs et autres experts, l’Université de Lyon a pu proposer d’expliciter ces questions pour toute personne curieuse, et de faire participer le plus grand nombre.

 

La vidéo ci-dessous retrace quelques-unes de ces rencontres et réflexions menées lors de  :

– l’atelier-jeu « Marionnettes, robots et hommes : qui manipule ? » le samedi 9 novembre aux Musées Gadagne, avec la participation de Grégoire Pointeau, doctorant en robotique à l’INSERM.

– le festival de science-fiction « Les Intergalactiques« , le dimanche 27 octobre à la MJC Montplaisir, à l’occasion duquel l’Université de Lyon a animé le débat « Bientôt les cyborgs ? » avec Florent Deligia, journaliste spécialiste des technologies, Sylvie Lainé, chercheure et auteure de science-fiction ; et Claude Ecken, auteur de SF.

– La journée festive « Imaginons l’Homme du futur ! » le samedi 16 novembre au sein de la bibliothèque municipale de la Part-Dieu, organisé par l’Université de Lyon à l’occasion de l’expo Fabrique de l’Innovation avec la participation de : Jean-Michel Besnier, philosophe à l’Université Paris IV Sorbonne ; Rémi Sussan, journaliste spécialiste des technologies ; et l’équipe du laboratoire NE3LS de l’Université de Sherbrooke au Québec, spécialistes de l’éthique des technologies : Johanne Patenaude, Jean-Pierre Béland, Georges-A. Legault, Danielle Tapin, Vanessa Chenel et Marie-Sol Poirier (doctorantes).

 

© Université de Lyon
Les images de ce film ne sont pas libre de droits.

Vous retrouverez l’ensemble du programme des actions Et si on en parlait autour du thème « Métamorphoses : de l’Homme augmenté au robot humanoïde » sur notre site web en cliquant ici.

 

La journée festive du 16 novembre 2013 s’est inscrite dans le cadre du programme européen PLACES.

logo_PLACES_4coul_Cityofscience

 

Interview croisée « Peut-on augmenter l’intelligence ? »

En partenariat avec le Grand Lyon et le magazine M3, nous vous proposons un article « Face à Face », croisant l’interview de Jérôme Goffette, philosophe à l’Université Claude Bernard Lyon 1, et Pierre Fourneret, psychiatre aux Hospices civils de Lyon.

Mêlant une approche scientifique en sciences humaines, et une approche médicale, cette double interview s’intéresse à l’augmentation de l’intelligence.

Accélération, concurrence, exigence accrue de performances : faudra-t-il bientôt muscler notre cerveau pour rester dans la course ? L’augmentation des capacités cognitives est-elle déjà engagée ? Inéluctable ? Possible ? Risquée ?

Les réponses de nos spécialistes dans l’article : M3_FaceAface_augmentation_intelligence (cliquer sur le lien pour ouvrir le pdf)

Propos recueillis par Adeline Charvet, journaliste.

L’Homo numericus sera-t-il libre ?

Synthèse de la soirée-débat du 23 octobre 2013, organisée par l’Université de Lyon en partenariat avec le CNRS (débats Parlons-en !) et le magazine Lyon Capitale.

Dans le cadre du cycle « Métamorphoses : de l’Homme augmenté au robot humanoïde », les rencontres Et si on en parlait de l’Université de Lyon abordent notre rapport aux nouvelles technologies, dont l’hyper présence au quotidien tendrait à transformer l’Homme et son appréhension globale du savoir et de l’information. Quelles sont ces technologies numériques et comment nous parviennent-elles ? Devons-nous craindre la perte de nos libertés individuelles ? Quid de cet Homme « 2.0 » ?

Pour répondre à ces questions et débattre des enjeux, chercheurs et citoyens étaient réunis lors d’une soirée intitulée « L’Homo numericus sera-t-il libre ? ».

Les nouvelles technologies

Pour l’informaticien Gérard Berry, amorcer le débat en évoquant le terme de « nouvelles technologies » est une erreur. Les innovations que nous évoquons sont déjà présentes dans notre quotidien, et se projeter dans l’avenir afin de prévoir les technologies de demain peut s’avérer périlleux : « Dans 2001, l’odyssée de l’espace, on anticipait des ordinateurs gros et intelligents. C’est raté : ils sont petits et stupides ». De son avis, c’est aujourd’hui l’informatisation des objets et de leur usage qu’il faut considérer : il est clair que la science et la technologie informatique modifient notre perception du monde de manière profonde, notamment dans la notion d’espace et de temps. Mais plutôt que de juger, voire de craindre le changement, le véritable danger serait de n’en apprendre que les usages, au risque de nous rendre dépendants des pays asiatiques et des États-Unis, principaux producteurs de ces technologies.

Vers une informatisation du sujet ?

Les connexions entre ordinateur et système nerveux sont une réalité, mais l’informaticien exclut pourtant la possibilité d’une véritable connexion maîtrisée entre l’ordinateur et le cerveau humain. Pour le neurologue Bernard Croisile, il ne faut ainsi pas penser que l’on va rajouter des « barrettes de mémoire » à nos cerveaux : « Ce qui nous intéresse est d’avoir accès facilement et rapidement à ces grandes quantités incluses dans des mémoires externes. Il n’y a pas d’intérêt à les mettre dans notre cerveau ».

Pourtant, comme le fait remarquer un intervenant du public, il existe des interfaces externes, à l’instar des casques de réalité virtuelle, capables de « duper » notre cerveau. Il s’agit d’ailleurs d’une évolution vers laquelle tendent entre autres les constructeurs de jeux vidéo. Mais pour le neurologue, ces innovations restent dans la même lignée que le recours au trompe-l’œil ou l’invention de la perspective dans l’art pictural : il ne s’agit en réalité que de tromper les aspects sensoriels du cerveau. Gérard Berry nous renvoie ainsi aux travaux d’Anatole Lécuyer sur l’illusion « pseudo-haptique » : la mise en œuvre d’un stimulus exclusivement visuel pouvant induire chez un sujet l’impression d’une force exercée sur son corps.

« Peut-on craindre une perte de la mémoire, des neurones et de l’attention ? »

Répondant aux interrogations du public quant à l’impact des nouvelles technologies sur le cerveau et la mémoire, Bernard Croisile explique que le cerveau se transforme en permanence et dépend des informations qu’il reçoit tout comme des processus qu’il enclenche. Aujourd’hui, les comportements sont différents, mais la transformation réside surtout dans l’utilisation que nous allons faire de ces technologies : « L’information instantanée enrichit la mémoire car j’ai de suite la réponse à la question que je me pose. Il ne faut pas avoir d’inquiétude, notre mémoire va gagner grâce à ces technologies ».

Pour les quatre intervenants, la baisse du niveau en orthographe, souvent présentée comme un des dégâts collatéraux des nouvelles formes de communication, est un problème « franco-français » qu’il faut savoir relativiser. En effet, l’orthographe au 18e siècle n’était déjà plus la même au 19e, et on parlait au 16e siècle de graphie non stabilisée pour l’étude de la langue française, alors que la notion d’orthographe n’existait absolument pas. Il parait donc logique qu’avec des moyens différents, on adapte un système fluide à des technologies qui apportent de nouvelles possibilités.

Les nouvelles formes de transmission du savoir

Nous sommes peu à peu amenés à adopter des méthodes différentes de réflexion. Pour les quatre spécialistes, la différence aujourd’hui se trouve dans l’immédiateté d’accès au savoir qu’impliquent par exemple des outils comme Wikipédia, riche de son caractère hypertextuel. Cette acquisition passe par la maîtrise de l’intertextualité existante entre écritures numériques et imprimées. Pourtant, ces nouvelles méthodes d’accès à la connaissance impliquent une relation très forte entre la pensée et la technique, nous rendant dépendants de nos écrans et de notre matériel numérique. Il faut apprendre ce savoir technique, qui devient lui-même à son tour une forme de culture.

Rebondissant sur la critique de l’immédiateté, le sociologue Francis Jauréguiberry déplore cette opposition brutale entre immédiateté et temps de la réflexion : « Il faut réussir à concilier ces tensions de façon individuelle et collective. Le danger, c’est lorsque l’immédiateté est portée comme une règle de fonctionnement par des institutions et des références culturelles ambiantes ». L’immédiateté est donc un atout, duquel il ne faut pas se rendre entièrement dépendant : la mise en place de projets pédagogiques ainsi qu’une réforme sérieuse de l’enseignement, adaptée aux nouvelles méthodes de transmission du savoir, seraient souhaitables.

L’open-source : gage de liberté ?

Ce que l’on peut craindre en revanche est l’apparition lente mais sûre d’un Internet à deux vitesses. Si tout le monde ne bénéficie pas de la même qualité de connexion, il existe aussi des inégalités dans les usages et les accès aux services qui deviennent payants. Comme le fait remarquer un spectateur, la liberté de l’Homme numérique se situe peut-être dans le logiciel libre : gagnant en autonomie, nous ne serions pas forcés de nous adapter à l’usage incité par les grandes entreprises ayant investi l’industrie de l’écriture. Pour le philosophe Éric Guichard, savoir lire et écrire aujourd’hui, c’est être le plus autonome possible par rapport à ces dispositifs. Il est donc important d’éviter la sacralisation des objets et de chercher à comprendre ce qui se cache derrière les nouveaux processus de transmission du savoir.

Le citoyen de demain est-il libre de ne pas être numérique ?

Selon Hegel, la liberté est l’intellection de la nécessité. S’il parait désormais impossible de vivre totalement « déconnecté », il faut savoir prendre de la distance pour introduire du différé dans cette société de l’immédiat, et s’emparer de la capacité à redevenir anonyme dans l’espace public, lorsqu’on le souhaite. Éric Guichard se veut optimiste : « Je me dis que dans les civilisations qu’on a connues, une personne qui savait lire et écrire, elle était libre ».

Ainsi, dans un quotidien désormais hybride, l’individu s’adapterait aux changements d’un monde de plus en plus en plus informé, et il en irait de sa capacité individuelle à gérer et utiliser ces technologies à bon escient, s’il ne veut pas qu’elles lui dictent des modes de comportement.

Table-ronde disponible en podcast sur  la Wikiradio du CNRS (attention : début des échanges à 3 min 10).