Recueil de nouvelles « Gêne éthique » – INSA Lyon

 La piel que habitoMercredi 4 juin 2014, les étudiants en Bio-informatique et Modélisation à l’Institut National des Sciences Appliquées (INSA – département Biosciences) ont proposé une lecture de nouvelles écrites à l’occasion de leurs enseignements en éthique et sciences humaines. Cette lecture a été notamment proposée dans le cadre des rencontres Et si on en parlait autour du thème Métamorphoses : Et l’Homme fabriqua le vivant.

 

« Lorsque l’on parle de science ou de technologie, on a tendance à séparer ce qui relève de la rationalité de ce qui relève du monde de l’imaginaire. Or, un des objectifs poursuivis par les enseignements de ce module « Ethique et sciences humaines » (à l’INSA) est de faire le lien entre la fiction, l’imagination et les biotechnologies. En d’autres termes, il s’agit simplement de comprendre notre monde en faisant un détour par l’imaginaire, « constitué des représentations que les humains se sont faites de la nature, de l’origine de l’univers et des êtres qui l’entourent » (Godelier, 2006). Pour cela, les étudiants ont tout d’abord travaillé sur les représentations et les imaginaires des biotechnologies véhiculés par des fictions cinématographiques. Par sous-groupes, les étudiants ont exploré six thèmes qu’ils ont mis en débat avec la classe : mutation/évolution, immortalité/fin des maladie, contagion/contamination, figure de l’ingénieur ou du scientifique, apocalypse et enfin sur-Homme / Homme augmenté. […] Le regard que les étudiants ont posé sur ces fictions et sur ce qu’elles véhiculent a fait émerger un grand nombre de questions. » *

Ce travail de réflexion et d’écriture a été encadré par Marianne Chouteau, enseignante à l’INSA et Davyd Chaumard, auteur et metteur en scène de théâtre (Compagnie Marche au Vol). Nous vous invitons à le découvrir tant pour la qualité de ses contenus que de leur créativité.

Télécharger le recueil : Recueil Gêne éthique

Visionner des extraits de la pièce et des échanges avec les étudiants :


 

* Propos issus de la préface du recueil, par Marianne Chouteau.

Fabriquer le vivant : est-ce notre avenir ? Podcast de la soirée-débat

Dans le cadre du cycle 2 Métamorphoses « Et l’Homme fabriqua le vivant », une soirée-débat a eu lieu le jeudi 5 juin 2014, au Ninkasi Kao de Gerland.

Cette soirée-débat Et si on en parlait s’est croisée une nouvelle fois avec les rencontres du CNRS Parlons-en, partenaire visant la même ambition de créer la rencontre entre chercheurs et grand public, autour de sujet de science en société. Le média Lyon capitale s’est également joint à l’animation de ce débat et de sa diffusion.

fabriquer_vivant

 

Fabriquer le vivant : est-ce notre avenir ? Une controverse vive…

 Implants neuronaux contre Alzheimer ou Parkinson, nouveaux plastiques issus de bactéries, virus modifiés pour réparer des gènes, viande de bœuf produite à partir de cellules souches… Ces prouesses visent avant tout à réparer le corps mais aussi à compenser les conséquences de la crise écologique en modifiant et créant de nouveaux organismes vivants. Comment pouvons-nous comprendre les bénéfices et risques en jeu, face à la complexité et la rapidité de ces développements ? Comment décrypter les discours idéologiques de chaque « prise de parti » et envisager, ensemble, l’orientation de notre recherche scientifique pour la société actuelle et future ?

Ces questions ont été débattues avec les intervenants suivants :

► Marie-Hélène Parizeau, philosophe, spécialiste des biotechnologies et de l’éthique des sciences, Université Laval, Québec

► Marc Lévêque, neurochirurgien, spécialiste de la stimulation cérébrale profonde, CHU Pitié-Salpêtrière


► Philippe Marlière, conseiller du Directeur des sciences du vivant du CEA pour la biologie synthétique ; cofondateur de l’entreprise Global Bioenergies pour des alternatives au pétrole
La soirée a été animée avec le concours de Raphaël Ruffier-Fossoul rédacteur en chef du magazine Lyon Capitale et Sébastien Buthion responsable de la communication au CNRS Région Rhône-Auvergne

 

Pour écouter ou ré-écouter ce débat, consulter le podcast !

Podcast « fabriquer le vivant : est-ce notre avenir? »

 

Suite à cette soirée, deux articles ont été rédigés : l’un par Lyon capitale synthétisant les contenus du débat (consultable ici : article_Lyoncapitale_fabriquervivant) et l’autre par le collectif contestataire Pièces et Main d’oeuvre (à consulter sur leur site web).

 

Imaginaire et ressources documentaires autour de la fabrication du vivant

Retrouvez à la fin de ce billet notre sélection d’ouvrages, une filmographie, ainsi qu’une série de ressources consultables en ligne.

L’essor des technologies du vivant que connaîtront nos sociétés dans les années à venir devrait nous confronter à des questionnements éthiques inédits. Après le développement des sciences et techniques de l’information et de la communication, on estime en effet que celui des biotechnologies entraînera une nouvelle révolution socioculturelle majeure, tant sur les plans économique et technologique que sur les plans philosophique et artistique.

De nombreux travaux théoriques et ouvrages de fiction questionnent déjà l’impact de ces interventions sur le vivant, floutant progressivement la frontière entre notre nature innée et l’équipement organique que nous sommes susceptibles d’acquérir. En littérature, particulièrement dans le domaine de la science-fiction, s’observe ainsi une progression du « cyberpunk » vers le « biopunk ». Bien avant la discussion de ces débats en société, ces récits aux technologies d’avant-garde permettent d’alimenter une réflexion philosophique s’efforçant de remettre en question les valeurs ontologiques, l’intégrité et la nature de l’homme. L’art contemporain, avec l’apparition de mouvements tels que le « bio-art », s’empare lui aussi de ce discours, prenant comme matière plastique diverses ressources issues de la biotechnologie, dont le corps de l’artiste peut devenir le support.

Pour vous accompagner tout au long du cycle Métamorphoses #2 : « Et l’Homme fabriqua le vivant », nous vous proposons ci-dessous une liste de ressources documentaires comprenant une sélection bibliographique mêlant fiction et théorie, une sélection de longs métrages, documentaires et films d’animation, ainsi que diverses ressources consultables en ligne, regroupant dossiers d’actualité et reportages vidéo.

___________________________

NOTRE SÉLECTION

BIBLIOGRAPHIE

Théorie
Fiction

FILMOGRAPHIE

Documentaires
Fiction

RESSOURCES WEB

Dans l’actualité
Quelques concepts
Reportages, documentaires et conférences
Sites Web
Le « bio-art »

___________________________

OGM : avons-nous réellement le choix ?

Retour sur la conférence-débat du 25 mars 2014, organisée par la mission Sciences et Société de l’Université de Lyon et la Maison Rhodanienne de l’Environnement.

Prolongeant sa thématique initiée en 2013 et articulée autour de la modification du vivant, Et si on en parlait inaugurait le mois dernier le second volet de sa programmation Métamorphoses : « Et l’Homme fabriqua le vivant… ». Les dispositifs qui seront mis en place tout au long de l’année 2014 nous permettront de réfléchir à la question des biotechnologies et de débattre autour de ses enjeux scientifiques et socioculturels.

En présence du biologiste Bernard Pintureau[1] et de Léo Coutellec[2], philosophe des sciences, une trentaine de citoyens était venue assister à cette conférence d’ouverture intitulée « OGM : avons-nous réellement le choix ? ». Au-delà des risques sanitaires et environnementaux, des enjeux techniques mais aussi économiques, les deux chercheurs décidaient de nous confronter plus particulièrement aux questions éthiques que soulève cette appropriation par l’Homme du vivant.

Un organisme génétiquement modifié désigne, dans toute sa diversité, un organisme vivant, animal, végétal ou un microorganisme dont le patrimoine génétique est modifié artificiellement par l’ajout d’un gène issu d’une autre espèce. Les domaines d’application sont très diversifiés, comprenant la production agricole et industrielle, ainsi que le secteur médical. En recherche fondamentale, la modification du génome représente un outil scientifique très performant pour l’étude des fonctions biologiques. En milieu naturel, des plantes génétiquement modifiées (PGM), comme le maïs et le soja, sont développées afin de rendre les cultures plus résistantes aux ravageurs ou bien aux herbicides. Les firmes agricoles en retirent d’importants bénéfices via la réduction du personnel qualifié et le traitement par avion de très grandes surfaces arables.

Depuis le début des années 1980 et l’apparition de la transgénèse, les techniques de modification du vivant ont énormément évolué : on parle désormais de mutagénèse, cisgénèse ou encore intragénèse. L’aspect novateur de ces nouvelles techniques pose d’ailleurs un problème de classification des OGM au niveau européen, et leurs applications potentielles, particulièrement en ce qui concerne l’agriculture et la santé, suscitent régulièrement controverses sanitaires et environnementales, flou juridique et  enfin réflexions éthiques.

Pour Léo Coutellec, spécialiste de l’éthique des sciences, il ne faut surtout pas s’enfermer dans un débat technique. Après tout, un agrosystème n’a rien non plus d’un véritable milieu naturel : depuis l’invention de l’agriculture, l’Homme oriente l’évolution des plantes et animaux qu’il sélectionne. Une démarche éthique voudrait plutôt que l’on étudie le mode d’existence des OGM dans une visée pluridisciplinaire, prenant en compte les dimensions sociologiques, économiques, culturelles, voire anthropologiques de la science. En effet, les questions relatives à l’insertion d’un OGM dans un marché, sa protection juridique ou bien encore le mode de développement agricole qu’il va soutenir ou inhiber se retrouvent constamment écartées de la table des débats, au profit d’une pensée purement quantitative et probabiliste liée à la notion de risque.

Si l’importance et l’intérêt de ces innovations génétiques en milieu confiné sont certains, le biologiste Bernard Pintureau est beaucoup plus réservé en ce qui concerne leur utilisation en milieu naturel : lorsqu’il s’agit d’un moyen de lutte biologique, celui-ci s’apparente en réalité à la lutte chimique aveugle, qui ne correspond pas à l’idée d’une agriculture durable. De plus, le développement des OGM présente un risque important de monopolisation des grands groupes industriels, soulevant une controverse croissante autour de la brevetabilité du vivant, susceptible de conférer à l’industrie des droits exclusifs sur une partie du patrimoine génétique des espèces naturelles et une mainmise de plus en plus grande sur l’industrie agro-alimentaire, au détriment des agriculteurs locaux. En outre, d’autres questions peuvent se poser comme celle de l’innocuité d’une alimentation contenant des OGM, à laquelle les spécialistes n’ont pas encore apporté toutes les réponses.

La question des OGM se pose ainsi comme un problème d’ordre civilisationnel, dont les finalités éthiques, économiques et politiques deviennent un véritable enjeu planétaire. Outre les débats techniques liés aux risques et à l’innocuité, une évaluation éthique des OGM ne pourra se passer d’une démarche interdisciplinaire, à laquelle devra être associée une expertise citoyenne et politique.


[1] Bernard Pintureau, biologiste, retraité de l’Institut National de Recherche en Agronomie. Spécialiste de la lutte biologique.

[2] Léo Coutellec, philosophe des sciences, Université Jean Moulin Lyon 3. Spécialiste des questionnements éthiques autour des modifications génétiques.

Marionnettes, automates et robots : miroirs de l’Homme ?

Retour sur la journée d’étude du 12 octobre 2013, organisée par la mission Science et Société de l’Université de Lyon et les musées Gadagne.

Dans le cadre du cycle Métamorphoses #1 : de l’Homme augmenté au robot humanoïde, le dispositif Et si on en parlait organisait une journée d’étude proposant trois conférences-débats sur le thème des automates, suivies d’échanges avec le public ainsi qu’une visite d’exposition.

Réunis aux musées Gadagne, huit experts invités étaient ainsi venus nous présenter les origines culturelles, sociales et spirituelles dans lesquelles s’enracinent nos relations aux marionnettes, automates et robots créés à notre ressemblance.

Retrouvez ici la programmation :
Programme_12octGadagne_p1            Programme_12octGadagne_p2

Au programme de cette journée d’étude se sont tenues trois grandes conférences ayant pour thème :

    • Quelles relations entretenons-nous avec nos objets techniques ?
    • Quelle place joue l’anthropomorphisme dans notre attachement aux robots ?
    • Comment la création artistique questionne-t-elle nos relations aux robots et aux êtres humanoïdes ?

 

Lisez l’article de synthèse de la rencontre CR_marionnettes_robots_ACharvet

 

Retrouvez ci-dessous les enregistrements audio des interventions (dans l’ordre du programme) :

ATTENTION : les bandes-sons ne sont pas audibles avec certaines versions du navigateur Firefox. Veuillez dans ce cas changer de navigateur.

  • Naly Gérard, journaliste culturelle.

 

  • Gilles Montègre, historien des sciences.

 

  • Emmanuel Grimaud, anthropologue.

Intervention 1 :

Intervention 2 :

 

  • Jean-Gabriel Ganascia, chercheur en intelligence artificielle et sciences cognitives.

 

  • Roland Auzet, metteur en scène, directeur de théâtre.

 

  • Lucile Haute, plasticienne, performeuse et chercheuse.

 

(Les interventions de Jean-François Ballay et celle d’Agnès Giard ne sont pas disponibles).

Une rencontre animée par Béatrice Korc, anciennement responsable du Service Science et Société de l’Université de Lyon ; organisée par Pauline Lachappelle, médiatrice à l’Université de Lyon, et Adeline Charvet, journaliste.

Ressources sur l’Homme augmenté, les robots humanoïdes et les IA

Robots et homme augmenté dans la littérature :
du mysticisme fantastique à la science-fiction

 Par Flavien Gaudelet

 « Je vous enseigne le Surhumain. L’homme n’existe que pour être dépassé. Qu’avez-vous fait pour le dépasser ? Jusqu’à présent tous les êtres ont créé quelque chose qui les dépasse, et vous voudriez être le reflux de cette grande marée et retourner à la bête plutôt que de dépasser l’homme ? »[1]

Friedrich Nietzsche, Ainsi parlait Zarathoustra (1883-1885)

 

Dans le cadre du cycle « Métamorphoses #1 : de l’homme augmenté au robot humanoïde » traité cette année à travers les ateliers et débats Et si on en parlait, nous vous proposons de partir à la rencontre de trois écrivains, abordant chacun cette thématique sous un axe et dans un contexte culturel bien différents.

Retrouvez également notre sélection bibliographique, regroupant fiction et théorie, une filmographie, incluant longs métrages, documentaires, films d’animation et séries TV, ainsi que diverses ressources consultables en ligne, comprenant articles et reportages vidéo. Continuer la lecture de « Ressources sur l’Homme augmenté, les robots humanoïdes et les IA »