Messagers du climat : podcasts des conférences

DSC09511-700x500

En amont de la 21e conférence des Nations unies pour la lutte contre le changement climatique, le Train « Messagers du climat », une exposition créée par l’association Météo et climat présidée par le climatologue Jean Jouzel, a été accueillie à Lyon le 10 octobre 2015.

C’est dans le cadre de la Fête de la science dont l’Université de Lyon est coordinateur (sur le département du Rhône, la métropole de Lyon, la région Rhône-Alpes), que cette expo sur rail était proposée à un grand public.

Plusieurs associations locales et institutions scientifiques ont proposé des animations et stands sur le quai du train :

• INSERM : le climat et la santé
• Météo climat : un réseau de chercheurs français
• Réseau régional d’éducation à l’environnement GRAINE : le climat, pour vous c’est quoi ?
• Association Anciela : les initiatives citoyennes pour le climat
• Alternatiba Lyon : village des initiatives citoyennes « Changeons le système, pas le climat ! »
• Maison rhodanienne de l’Environnement : ressources documentaires sur le climat et l’environnement
• Association HESPUL : modules ludiques « Le climat j’y peux rien ! »
• Agence Locale de l’Energie : s’informer sur la maîtrise de l’énergie et la lutte contre le changement climatique

 

Pour rendre compte de la recherche locale sur le sujet, l’Université de Lyon a proposé une série de conférences à bord du train, captées par son partenaire ; le CNRS Rhône-Auvergne. Voici plusieurs podcasts de ces conférences :

 

« Impacts du climat sur diverses pathologies en santé humaine (virus…) », par Michèle Garlatti, biologiste à l’INSERM :

http://wikiradio.cnrs.fr/broadcast/1003-Impact-du-climat-sur-diverses-pathologies-en-sante-humainevirus

 

« Cyclones et érosion sous les tropiques », par Pascal Allemand, géologue, et Chloé Maréchal, géochimiste, Observatoire de Lyon – Université Claude Bernard Lyon 1 :

http://wikiradio.cnrs.fr/broadcast/1004-Cyclones-et-erosion-sous-les-tropiques

 

« Créer un observatoire local du climat : comment travailler avec les citoyens ? », Didier Soto, géographe-climatologue à l’Université Jean Moulin Lyon 3 :

http://wikiradio.cnrs.fr/broadcast/1006-Creer-un-observatoire-local-du-climat-comment-travailler-avec-les-citoyens-

 

« Phénomènes extrêmes et changement climatique », par Freddy Bouchet, physicien à l’ENS de Lyon :

http://wikiradio.cnrs.fr/broadcast/959-Les-phenomenes-meteorologiques-extremes

 

 

Métamorphoses : le film final !

 

D’octobre à novembre 2013, de nombreuses rencontres autour de la thématique « Métamorphoses : de l’Homme augmenté au robot humanoïde » ont eu lieu, au sein de différents lieux culturels.

Ces ultimes rencontres ont permis de questionner les enjeux profonds de l’arrivée des technologies de l’augmentation et de la robotique dans nos vies, et des choix de société à opérer ensemble.

Par le biais de jeux, projections de films, performance artistique, et d’échanges avec des chercheurs et autres experts, l’Université de Lyon a pu proposer d’expliciter ces questions pour toute personne curieuse, et de faire participer le plus grand nombre.

 

La vidéo ci-dessous retrace quelques-unes de ces rencontres et réflexions menées lors de  :

– l’atelier-jeu « Marionnettes, robots et hommes : qui manipule ? » le samedi 9 novembre aux Musées Gadagne, avec la participation de Grégoire Pointeau, doctorant en robotique à l’INSERM.

– le festival de science-fiction « Les Intergalactiques« , le dimanche 27 octobre à la MJC Montplaisir, à l’occasion duquel l’Université de Lyon a animé le débat « Bientôt les cyborgs ? » avec Florent Deligia, journaliste spécialiste des technologies, Sylvie Lainé, chercheure et auteure de science-fiction ; et Claude Ecken, auteur de SF.

– La journée festive « Imaginons l’Homme du futur ! » le samedi 16 novembre au sein de la bibliothèque municipale de la Part-Dieu, organisé par l’Université de Lyon à l’occasion de l’expo Fabrique de l’Innovation avec la participation de : Jean-Michel Besnier, philosophe à l’Université Paris IV Sorbonne ; Rémi Sussan, journaliste spécialiste des technologies ; et l’équipe du laboratoire NE3LS de l’Université de Sherbrooke au Québec, spécialistes de l’éthique des technologies : Johanne Patenaude, Jean-Pierre Béland, Georges-A. Legault, Danielle Tapin, Vanessa Chenel et Marie-Sol Poirier (doctorantes).

 

© Université de Lyon
Les images de ce film ne sont pas libre de droits.

Vous retrouverez l’ensemble du programme des actions Et si on en parlait autour du thème « Métamorphoses : de l’Homme augmenté au robot humanoïde » sur notre site web en cliquant ici.

 

La journée festive du 16 novembre 2013 s’est inscrite dans le cadre du programme européen PLACES.

logo_PLACES_4coul_Cityofscience

 

Risques chimiques : un fort besoin de dialogue (3)

Développer de nouveaux outils de dialogue

Retour en 3 billets sur le cycle de rencontres consacré à la chimie (2011). Les propos et avis rassemblés dans ces billets ont émané des différents temps d’ateliers et de débat.

Lire le 1er billet – Les risques au cœur des préoccupation des professionnels et des citoyens ?

Lire le 2ème billet – Le refus contemporain des risques en question

Article initialement publié dans la revue L’actualité chimique – octobre/novembre 2012 – n°367-368

 

Un défi de taille : décider de la part de risque socialement acceptable

Au-delà de la recherche, de l’information et de la communication sur les risques, les participants aux débats ont pointé les difficultés à effectuer des choix et à arbitrer entre bénéfices et risques : comment déterminer ce qui est acceptable du point de vue de la société et choisir la solution ayant le plus de bénéfices pour l’ensemble des acteurs ? Comment construire une position commune et collectivement partagée, par-delà les éventuels intérêts divergents ?

Les nombreuses incertitudes qui entourent les développements des produits chimiques ajoutent encore de la complexité : comment s’assurer que la solution apportée à un problème, ou que le produit de substitution proposé, ne génère pas de problèmes plus importants ? S’il est déjà difficile de choisir entre des technologies aux bénéfices et aux risques bien évalués, il apparaît encore plus complexe de choisir entre des technologies qui n’existent pas encore ou dont les résultats et impacts ne sont pas ou peu connus.

Une réflexion collective sur les risques, et la part de risque ou d’incertitude qui peut être acceptée socialement, mérite ainsi d’être engagée. Cette réflexion ne saurait être dissociée d’une réflexion sur les usages et les bénéfices attendus. Pour Lydie Nemausat (FRAPNA) [1], il ne suffit pas de s’assurer que les produits ont un cycle de vie qui respecte l’environnement, il faut aussi vérifier que les nouveaux produits sont vraiment nécessaires et utiles, d’un point de vue collectif. La chimie contribue largement à façonner le monde de demain. Le slogan du syndicat professionnel de la Chimie allemande, traduit par un participant, est d’ailleurs explicite : « Formons le futur ! ». Ce constat invite à interroger la place et le rôle des différents acteurs dans les choix de recherche et de développement, qui sont aussi des choix de société.

 

Développer des outils de dialogue pour rêver ensemble la chimie de demain

Les participants ont souligné l’intérêt d’une contribution des sciences humaines et sociales pour éclairer les choix. Lors d’une visite publique dans son laboratoire, le chimiste Jean-Pierre Cloarec, enseignant-chercheur à l’Institut des Nanotechnologies de Lyon [2], a ainsi fait état des travaux menés au sein du Laboratoire International Associé en Nanotechnologies et Nanosystèmes, un laboratoire franco-québécois qui comporte un volet d’étude « Innovations en nanotechnologies : Éthique, usages et sociétés ».

La société civile gagnerait également à être associée à ces réflexions, même si la participation des citoyens ne va pas de soi, car la chimie souffre aujourd’hui d’un manque d’intérêt. Laurence Lestel rappelle qu’au moment de sa création au Conservatoire National des Arts et Métiers, à Paris, au 19ème siècle, la chaire de chimie industrielle attirait plus de 600 personnes soucieuses de s’informer et de comprendre. En comparaison, les débats sur la chimie peinent aujourd’hui à trouver leur public.

Plusieurs pistes ont finalement été esquissées pour encourager la participation des citoyens aux choix en matière de chimie. Il a notamment été proposé que les citoyens soient consultés lors des évaluations et promotions des chercheurs, pour émettre un avis sur l’intérêt des recherches menées d’un point de vue social. Diverses instances d’expression collective pourraient également être créées, pour réfléchir aux orientations à donner à la chimie en général, dans un esprit de dialogue ouvert et de co-élaboration progressive de solutions.

 

Il reste fort à faire pour créer les conditions d’une confiance réciproque entre les professionnels de la chimie et les citoyens. Les recherches en toxicologie et en écotoxicologie méritent d’être fortement soutenues. Mais il ne suffit pas de connaître les risques, il faut aussi les appréhender et les apprivoiser collectivement. Une profonde évolution des pratiques s’avère nécessaire, pour favoriser la participation des citoyens et l’émergence d’une culture commune des risques. La période de crise actuelle pourrait constituer un terreau favorable au renouveau des espaces de concertation, en s’inspirant des pistes ébauchées lors de nos rencontres et compilées dans cet article.

 

Nathalie FABRE

 

[1] Fédération Rhône-Alpes de Protection de la Nature

[2] Jean-Pierre Cloraec est chimiste au Laboratoire de Chimie du Département Sciences et Technologies des Matériaux et des Surfaces (STMS) à l’Institut de Nanotechnologies de Lyon (INL), Ecole Centrale.

 

Risques chimiques : un fort besoin de dialogue (2)

 

Le refus contemporain des risques en question

Retour en 3 billets sur le cycle de rencontres consacré à la chimie (2011). Les propos et avis rassemblés dans ces billets ont émané des différents temps d’ateliers et de débat.

Lire le 1er billet – Les risques au cœur des préoccupation des professionnels et des citoyens ?

Article initialement publié dans la revue L’actualité chimique – octobre/novembre 2012 – n°367-368


Plusieurs éléments d’explication ont été apportés tout au long des rencontres, pour éclairer les exigences accrues de sécurité de la part des citoyens et des professionnels. C’est surtout à partir des années 60 qu’a émergé une forte prise de conscience environnementale, avec notamment la publication en 1962 du Printemps silencieux de la biologiste Rachel Carson, premier livre sur les effets destructeurs de certains pesticides sur la faune. Les problèmes de pollutions et les accidents qui ont ponctué l’histoire de la chimie ont clairement contribué à entacher son image. Néanmoins, selon Laurence Lestel, chargée de recherche en histoire de la chimie [1] et intervenante lors de la soirée-débat, ce qui a vraiment changé, ce n’est pas tant la conscience des dangers que leur acceptation.

Les préoccupations sanitaires ont en effet émergé très tôt, avec une première question posée en 1804 à l’Institut de France, sur les effets des émanations nauséabondes des usines. Mais, au 19ème siècle, dans un contexte caractérisé par une forte pénibilité de la vie, les dangers étaient alors relativement bien acceptés eu égard aux bénéfices attendus. Les chapeliers, par exemple, manipulaient sciemment des nitrates de mercure toxiques pour feutrer les peaux de lapin, ce qui leur permettait de générer d’importants revenus. [2] Une telle situation ne serait plus acceptée aujourd’hui : l’éradication des crises alimentaires en Europe, l’augmentation de la durée de vie et la progression du confort ont conduit à une profonde évolution des exigences citoyennes.  « Les problématiques évoluent, deviennent de plus en plus fines et la société accepte de moins en moins les risques » (Laurence Lestel)

Le refus contemporain des risques pose question car, dans son projet même de ré-arranger la matière, la chimie inclut toujours une dimension prométhéenne : « la chimie crée son objet » [3] et cette faculté créatrice inclut toujours une part de risque. Les chercheurs ont d’ailleurs rappelé que, scientifiquement parlant, « le risque zéro n’existe pas » : compte tenu des moyens actuels d’investigation, l’innocuité des produits ne peut être garantie. Refuser tout risque impliquerait alors de se priver de toute innovation. De ce point de vue, l’attitude de certains consommateurs à l’affut de nouvelles innovations technologiques a été pointée comme manquant de cohérence.

Il semble donc important de pouvoir transmettre aux citoyens les outils, le savoir et la culture nécessaires à la construction d’une opinion avisée, afin de pouvoir appréhender au mieux les enjeux du débat dans toute leur complexité. De ce point de vue, la communication de l’industrie chimique gagnerait à être repensée : la nécessité de communiquer de manière positive et la « peur de la peur » des citoyens conduisent souvent les industriels à émettre des messages rassurants, qui ne laissent pas de place à l’incertitude. Souvent jugé insuffisant et partial, ce type de communication induit des effets contreproductifs. Il contribue à entretenir l’illusion d’un possible risque zéro, tout en suscitant des réactions de méfiance de la part des citoyens.

Pour apaiser les relations entre chimie et société, une meilleure connaissance et une plus grande transparence sur les risques liés aux produits chimiques semblent donc constituer un préalable indispensable. Des pistes ont été esquissées pour repenser la communication et ouvrir le dialogue entre chimie et société. Anne-Marie Leulan, professeur émérite de sociologie [4],  a par exemple proposé d’encourager le recours à l’art, à l’imaginaire et à la créativité, comme vecteurs efficaces pour apprivoiser les peurs réciproques.

Nathalie Fabre

[1] Laurence Lestel est chargée de recherche en histoire de la chimie (UMR Sisyphe 7619, Université Pierre et Marie Curie, Paris 6). 

[2] Consulter sur ce sujet les travaux d’André Guillerme, historien de la technique

[3] Marcelin Berthelot, La synthèse chimique, Alcan, Paris, 1860, p. 275

[4] Anne-Marie Leulan est professeur émérite de sociologie à l’Université Michel de Montaigne, Bordeaux III, et chargée de mission à l’Institut des Sciences de la Communication du CNRS (ISCC). 

Risques chimiques : un fort besoin de dialogue (1)

 

Les risques au cœur des préoccupations des citoyens et des professionnels ? 

En 2011, l’Université de Lyon a consacré un cycle de dialogue et débat Et si on en parlait aux relations entre chimie et société. On constate aujourd’hui des exigences accrues de sécurité de la part tant des professionnels que des citoyens. Or, la chimie – dans son projet-même de ré-arranger la matière – inclut toujours une part de risque. Dès lors, comment décider de la part de risque socialement acceptable ? Face aux incertitudes qui accompagnent les développements de la chimie, un important besoin de dialogue se fait sentir, pour forger une culture commune des risques et fonder un nouveau pacte social entre chimie et société.

Retour en 3 billets sur ce cycle de rencontres consacré à la chimie. Les propos et avis rassemblés dans ces billets ont émané des différents temps d’ateliers et de débat.

Article initialement publié dans la revue L’actualité chimique – octobre/novembre 2012 – n°367-368

 

Premier constat : si la chimie suscite de la fascination, elle génère aussi beaucoup d’inquiétudes quant à ses effets possibles sur la santé et l’environnement. Les risques liés aux produits chimiques sont aujourd’hui très mal perçus et les efforts engagés pour sécuriser les procédés et réduire les impacts ont été largement discutés : réglementation REACh [1], évolution vers une chimie verte ou durable [2], intégration des problématiques environnementales dans les pratiques, etc.

Les professionnels ne sont pas en reste et, loin de tirer fierté de la manipulation de produits dangereux, la nouvelle génération de chimistes exige aujourd’hui davantage de sécurité, comme l’a souligné le professeur de chimie Marc Lemaire [3] lors de la soirée-débat. Il semble au demeurant que les risques diffus (pollutions, effets cancérigènes, perturbateurs endocriniens…) génèrent aujourd’hui davantage d’inquiétude que les risques industriels (Bhopal, AZF…). Une participante aux ateliers a ainsi souligné : « Il y quand même un risque […] bien présent, et tous les jours, c’est la pollution. On parle beaucoup du risque-danger et pas tellement du risque-pollution qui est quand même bien réel, que ce soit par l’odeur, par le sous-sol, par l’eau… »

Néanmoins, comme l’a rappelé Andrée Marquet, professeur émérite de chimie [4], l’attitude des citoyens à l’égard de la chimie est en réalité assez nuancée. Ce qui est ressorti en premier lieu d’une consultation réalisée auprès d’une cinquantaine de personnes [5], ce sont les interrogations sur la science chimique et le besoin d’informations de qualité. Même si les effets négatifs sont clairement pointés, le rôle de la chimie dans tous les domaines de la vie quotidienne est aussi bien reconnu. Cette remarque d’un enquêté témoigne de l’attitude ambivalente à l’égard de la chimie : « Comme Janus, la chimie a deux faces : elle suscite à la fois fascination et crainte ».

On retrouve cette même oscillation entre confiance et inquiétude, dans les perceptions des riverains des installations chimiques classées. Chercheur à l’ENTPE [6], Thierry Coanus a insisté sur la connaissance empirique de leur environnement qu’ont les résidents de la Vallée de la Chimie [7]. Cette connaissance est fondée sur des perceptions sensorielles extrêmement fines et les conduit à formuler – à tort ou à raison – des hypothèses interprétatives sur chaque changement ressenti. En particulier, l’enquête réalisée sur la relation des riverains à l’industrie chimique [8] a révélé l’importance de la dénégation et du recours à des « protections symboliques » ou à des « mistigris du risque » : on observe ainsi, chez certains riverains, une forme de « cécité paysagère », c’est-à-dire une tendance à refuser de voir et de penser les risques pour continuer à vivre en zone dangereuse. Selon le paysagiste Michel Corajoud [9], il faut massivement réimplanter du végétal pour rassurer la population. ‘Si un arbre peut pousser ici, je peux vivre là’, se diraient en somme les habitants. Une réaction qui traduit quelque chose d’important dans la relation des populations à la source du danger et qui est donc à prendre au sérieux, aussi dérisoire que cette attitude puisse paraître par rapport au savoir scientifique et technique. « Il n’y a pas d’irrationalité, il y a d’autres rationalités éventuellement, mais certainement pas d’irrationalité » (Thierry Coanus).

Nathalie FABRE

[1] REACh : règlement européen sur l’enregistrement, l’évaluation, l’autorisation et les restrictions des substances chimiques. Entré en vigueur le 1er juin 2007, REACh vise à assurer un niveau élevé de protection de la santé humaine et de l’environnement contre les risques que peuvent poser les produits chimiques.

[2] Chimie verte (ou chimie durable) : termes désignant, de manière large, une chimie inscrite dans une perspective de développement durable. Chimie dépolluante, démarches d’écoconception, nouveaux procédés chimiques plus respectueux de l’environnement… font partie de la chimie verte.

[3] Marc Lemaire est professeur de chimie à l’Institut de Chimie et Biochimie Moléculaires et Supramoléculaires (UMR5246, Université Claude Bernard Lyon 1). 

[4] Andrée Marquet est professeur émérite de chimie organique et chimie biologique à l’Université Paris VI. 

[5] Enquête « Chimie et société : quel dialogue ? » réalisée par l’association Culture et Liberté, pour la commission Chimie et Société de la Maison de la Chimie en 2010.

[6] Thierry Coanus et François Duchêne sont chercheurs au Laboratoire de Recherches Interdisciplinaires Ville, Espace, Société (RIVES), à l’Ecole Nationale des Travaux Publics de l’Etat (ENTPE).

[7] Implantée au Sud de Lyon, la Vallée de la Chimie abrite, sur une superficie d’environ 800 hectares, 14 établissements chimiques, pétrochimiques et pétroliers, classés SEVESO seuil haut, 3 centres de recherche, dépendants d’Arkema, de Rhodia et de l’Institut Français du Pétrole, ainsi que les technopôles de l’Ecole Normale Supérieure et de l’Université Claude Bernard Lyon 1.

[8] Coanus Thierry, Duchêne François, Martinais Emmanuel, « L’industrie chimique et ses riverains : une relation ambivalente. Le cas de la grande région lyonnaise », Responsabilité & Environnement n°48, Annales des mines, 2007, p. 68-76

[9] www.corajoud.com

Les inondations en Rhône-Alpes: quels souvenirs pour quelles anticipations ?

 

Dans le cadre des rencontres Et si on en parlait, l’Université de Lyon organisait le 13 octobre 2012 une balade urbaine pour faire découvrir Lyon sous les eaux, discuter des risques d’inondations et débattre des modalités de prévention. Retours sur cette balade par S. Oswald, doctorante en Communication à l’ENS Lyon au C2SO (1).

 

Sous les effets des changements climatiques, les scientifiques envisagent une recrudescence et/ou une intensification des « évènements climatiques extrêmes » : inondations, tempêtes, vagues de froid ou de chaleur, etc. On estime aujourd’hui que 45% des communes rhônalpines sont exposées aux risques d’inondations.  La situation n’est pas nouvelle et la ville de Lyon conserve des traces –parfois infimes– des grandes inondations passées. Quelle mémoire gardons-nous des grandes crues du Rhône et de la Saône aux 19ème et 20ème siècles ? Quels sont les enjeux liés à cette mémoire, pour la transmission de la culture des risques auprès des habitants ? Et pour les pouvoirs publics qui doivent anticiper d’éventuelles futures catastrophes ?

ATTENTION : les bandes-sons ne sont pas audibles avec certaines versions du navigateur Firefox; auquel cas veuillez changer de navigateur.

Les inondations lyonnaises aux 19ème et 20ème siècles : entre mémoire et oubli

 Au 15ème siècle Lyon subit un double tournant historique : urbain avec les foires lyonnaises entraînant un développement démographique et infrastructurel important ; climatique avec « le petit âge glaciaire » durant lequel l’instabilité climatique était notable. Les premiers endiguements côté Saône datent de cette époque, avec la création du plan Perrache. Puis, au 16ème siècle, la digue des Brotteaux est construite.

Ces aménagements ne suffiront malheureusement pas à protéger Lyon des deux grandes crues de 1840 et 1856. En 1840, la digue des Brotteaux cède, entraînant un déferlement impressionnant qui traversa toute la Presqu’île. Le quartier de Vaise par exemple sera englouti sous près de 4 mètres d’eau. Une deuxième crue –encore plus importante- suivra en 1856, générant un traumatisme psychologique et une prise de conscience de la vulnérabilité de la ville.

 

Mentionner cette prise de conscience naissante c’est questionner le vécu des sinistrés. Quelle mémoire les sinistrés gardent-ils des inondations ? Elodie Levasseur, doctorante en psychologie sociale (au GREPS Université Lumière Lyon 2) se fait ici la porte-parole des sinistrés de 1980 (Haute Loire) et de 2008 (l’Arbresle), qu’elle a interviewés au cours de sa thèse.

Suite à l’inondation, deux attitudes sont caractéristiques :

– Le déni : on cherche à oublier ; la catastrophe est ici refoulée (même si des marques intimes peuvent être conservées dans l’espace privé, comme des marques de niveau dans les caves par exemple).

– L’acceptation : la mémoire est ici mieux conservée, on « vit avec » en développant éventuellement des aménagements spécifiques pour mieux s’adapter  (pièce de survie, mobilier « plastique » facile à nettoyer…).


Repenser l’urbanisme pour prévenir les risques : du Plan Kleitz au PPRI

La crue – très violente – de 1856, qui sert encore aujourd’hui de référence historique pour les politiques publiques de prévention, va pousser à se pencher plus sérieusement qu’en 1840 sur les dangers des crues.

En 1856, l’Etat met en place le plan Kleitz pour lutter contre les inondations. On élève les quais de 1 mètre au-dessus du niveau de la crue de 1856 ; on crée des digues de première urgence (celle « insubmersible » des Brotteaux, actuel bd L. Bonnevay et le quai-digue de la Tête d’Or), mais surtout des champs d’expansion des crues visant à protéger le coeur de l’agglomération. Ce plan s’efforce de protéger certes mais aussi et surtout de prévenir : il faut accepter que l’eau s’épande dans des zones périurbaines moins denses. Ceci ne se fit pas sans résistances de la part des territoires ainsi « sacrifiés » par les autorités.

 Ces aménagements ont eu pour conséquence de créer un faux sentiment de sécurité, alors que le risque lui-même reste bien réel.

Les cartes montrées lors de la balade par L. Marchand, chargée de mission de l’association Robin des Villes, sont parlantes : une grande partie de Lyon pourrait être exposée demain à une inondation. Le risque ne vient aujourd’hui plus tant des fleuves (inondations directes : crues du Rhône, de la Saône) que des réseaux souterrains : les inondations indirectes (la pluie remonte par capillarité). Cette information suscite intérêt et émoi et les participants se pressent pour connaître le niveau de risque auquel ils sont exposés.

 

 

 

 

 

 

 

A gauche: modélisation des risques de crues directes. A droite: modélisation des risques de crues indirectes (© Claire Combe)

 

Vers le développement d’une culture des risques avec le Plan de Prévention des Risques Inondation (PPRI)

Le PPRI poursuit les travaux d’aménagement du territoire et de prévention des risques engagés avec le Plan Kleitz. Il s’agit de réduire au maximum les risques d’aléas (inondations) et de dommages, à l’aide de nombreux outils réglementaires et techniques (modélisation informatique, digues, champs d’expansion des crues, etc.) Faute de données suffisantes, les changements climatiques ne sont pas pris en compte dans les politiques de préventions des risques liées aux fleuves, mais ils le sont par contre intégrés aux politiques sur le littoral.

Le PRRI inclut également un volet « Culture du risque », au travers duquel les pouvoirs publics s’efforcent de sensibiliser les populations et de les associer aux politiques de prévention.

Cette « culture du risque » comme expertise de situations de crise ne va pas de soi, tant la tentation d’oublier et de refouler peut être forte de la part des populations. Le discours des sinistrés recèle ainsi un « va et vient » entre une mise à distance (« c’est exceptionnel, ça n’arrivera plus ») et une remémoration angoissante du drame.

Quoi qu’il en soit, les transformations climatiques passées, présentes et futures montrent l’importance de la mémoire collective, de sa transmission et du respect de la souffrance individuelle liée à la catastrophe. Ceci pour plus de solidarité et plus de dialogue entre autorités politiques, scientifiques et populations sinistrées.

 

Séverine OSWALD

(1) Laboratoire C2SO : Communication, Culture et Société du Centre Norbert Elias (ENS Lyon / Institut Français de l’Education). La thèse de Séverine Oswald est financée par la Région Rhône-Alpes.
Logo_Région Rhône-Alpes
© Photos 1 et 2 : Sébastien Coupy/ Université de Lyon ; Modélisation des risques de crues : Claire Combes