Lutte contre le cancer : le Centre Léon Bérard à la pointe

Centre de lutte contre le cancer de Lyon et de Rhône-Alpes, le Centre Léon Bérard allie trois missions essentielles : les soins, la recherche et l’enseignement, pour une approche complète de la maladie.

centre leon berard

Dans le cadre du cycle de médiation « Et si on en parlait » sur le cancer, le service Sciences et Société de l’Université de Lyon a proposé une visite en deux temps des équipements du Centre. Le 26 mai dernier, les visiteurs ont découvert le processus de lutte contre le cancer qui y est développé – depuis les travaux de recherche fondamentale jusqu’aux pratiques de soins, avec la découverte d’une technologie innovante de radiothérapie : le Cyberknife®.

La Recherche contre le cancer, au cœur du Centre Léon Bérard

Pionnier en la matière, le Centre Léon Bérard a su en quelques décennies construire des programmes de recherche transversaux, interdisciplinaires et les connecter aux activités de soins. « Le projet médico-scientifique du Centre Léon Bérard a posé les bases de ce développement, dont l’ambition principale de renforcer le continuum soins-recherche en favorisant la recherche de transfert pour faciliter l’innovation et son accessibilité aux patients, tant sur le plan diagnostique que thérapeutique ».

La plasticité de la cellule cancéreuse…

La visite du centre de recherche en cancérologie a permis de découvrir certains programmes en cours actuellement. L’un d’entre-eux s’intéresse particulièrement à la plasticité des cellules cancéreuses. Un département entier du Centre s’intéresse à cet objet et tente de « caractériser les mécanismes moléculaires à l’origine de l’hétérogénéité intra-tumorale, (…) avec le développement d’un axe fort visant à caractériser les cellules souches cancéreuses et leur évolution au cours du développement tumoral. Les principaux types de cancers étudiés par ces équipes sont les cancers du sein, le mélanome, les tumeurs gastro-intestinales et les glioblastomes ».

Pour en connaitre davantage, découvrez la page du département et des 7 équipes de recherches qui lui sont rattaché sur le site du CRCL (Centre de Recherche en Cancérologie de Lyon).

———————————————————————–

La recherche au Centre Léon Bérard en chiffres

  • 500 personnes dédiées à des programmes de recherche contre le cancer
  • 1990 patients inclus dans un essai clinique
  • 309 publications de recherche en 2014

De la Recherche aux soins : le traitement du patient par le Cyberknife®

La visite se poursuit et s’oriente vers les applications thérapeutiques liées au cancer. Fin 2010, le département de radiothérapie du Centre Léon Bérard, dirigé par le docteur Christian Carrie, a installé le Cyberknife®.

04-2016-RHE-cyber-dImmense « bras armé » des physiciens et radiothérapeutes du Centre Léon Bérard, ce robot de radiothérapie novateur administre avec une grande précision « divers traitements de radiothérapie, sous forme d’un grand nombre de faisceaux de rayons X de 6 MegaVolts« . Comparé à des appareils de radiothérapie plus classiques, cette méticulosité permet de moins risquer d’irradier les tissus sains qui jouxtent la tumeur visée. Lorsque cette précision est essentielle, l’équipe médicale du Centre Léon Bérard peut désormais compter sur cette technologie afin d’assurer aux patients un accès aux soins, ce malgré la sensibilité de la zone atteinte par la maladie. « C’est le cas des tumeurs cérébrales, près des voies optiques, pulmonaires, ou des tumeurs proches de la colonne vertébrale, pour le foie, le pancréas ou la prostate et dans le cas des tumeurs pédiatriques« .

Un robot intelligent et des traitements plus courts

Le Cyberknife® a pour particularité d’adapter sa position d’impact en fonction des mouvements de la tumeur ou du patient (lorsqu’il respire par exemple). Grâce à un complexe système d’imagerie et de captation (caméras), le robot peut se recentrer et se repositionner très précisément de manière continue tout au long du traitement en suivant ces mouvements.

Également, les patients voient la durée de leur traitement réduire de manière conséquente, pour des résultats très probants. « Le Cyberknife® est un outil unique permettant de (…) diviser par 20 le nombre de séances. En effet, il faudra en moyenne 1 à 5 séances de Cyberknife® de 45 minutes contre 30 à 40 séances de 10 minutes avec les autres accélérateurs. La durée totale du traitement passe donc d’une semaine voire d’un jour avec le Cyberknife® contre 4 à 8 semaines en traitement de radiothérapie classique. »


Retrouvez d’avantage d’informations sur :

Cancer : vivre la maladie, comprendre et participer aux soins

Lorsque le malade devient expert de sa propre maladie et de son traitement, il a bien souvent des enseignements à apporter aux soignants et chercheurs.

Life-of-Pix-free-stock-photos-men-train-station-white-leeroy

Le jeudi 19 mai, à l’Auditorium de la Médiathèque du Bachut, le service Sciences et Société de l’Université de Lyon à réuni 3 experts pour débattre de la relation patient-soignant, comme un moyen complémentaire d’amélioration des soins. Parallèlement aux protocoles et aux conventions médicales, cette relation peut s’avérer efficace pour travailler et décider ensemble le traitement, et ainsi mieux contrer la maladie.

Étaient réunis :

La soirée a été animée par Pauline Lachapelle.

Partenaires :             lyon1

 L’intégralité de la conférence en vidéo:

VIDEO CONF

Dans le cas particulier de soins liés au cancer, la relation entre soignants et soignés est une thématique de plus en plus investie par les recherches en sciences humaines et sociales. En parallèle de ces recherches et des dispositifs mis en place dans certains centres de soin (médecine douce, ateliers, sport, espaces bien-être, etc…), des associations telles que la ligue contre le cancer accompagnent également les parcours des malades. Janine Chambat précise à cet égard que la ligue mène trois combats: la prévention, la recherche et l’aide aux malades. Informer les patients sur la nature de leur cancer, les choix thérapeutiques, leur parcours de soins, la gestion de leurs traitements et les aides disponibles ont toujours été des missions essentielles de la Ligue*. Les nombreux témoignages sensibles qu’elle livre, à propos de l’adaptation du corps à la souffrance par exemple, illustrent la nécessité de développer les moyens d’accompagnement de la maladie.

Ce besoin d’accompagnement et de coopération patient/médecin été illustré par le témoignage Bettina Garnier. Son parcours de médecin s’est vu bouleversé par l’expérience de la maladie. C’est en franchissant cette frontière, qu’elle a constaté un paradoxe entre des démarches médicales suivant des protocoles très rigoureux afin de proposer le traitement le plus adapté – et la nécessité de construire une relation médecin/patient efficace pour que le traitement soit accepté. En s’ouvrant à la philosophie, Bettina Garnier a cherché à comprendre comment les médecins se représentent la maladie et le patient. Comment peuvent-ils s’accommoder « d’arbres décisionnels » et s’ouvrir à une démarche poussée d’écoute et de co-construction du traitement.

Les recherches menées par Axel Guioux à propos du vécu de la maladie dans un environnement hospitalier, consistent en une compréhension, par des des entretiens, des représentations du corps et des traitements anti-cancéreux par les patients. Ces travaux menés par une équipe transdisciplinaire et en lien avec des professionnels de santé, se sont particulièrement intéressés aux bouleversements corporels induits par les traitements. La philosophie générale de ces recherche est de donner la parole aux malades et de permettre aux patients de rationaliser, de donner du sens à leur maladie et aux traitements qui lui sont liés. En retour, il s’agissait de sensibiliser l’équipe soignante par une restitution et un bilan des entretiens. L’objectif étant d’apporter une synthèse des recherches et des témoignages afin de donner aux soignants des clés de compréhension du vécu de leurs patients.

* La ligue vous informe à propos des actions quelle mène, par les moyens suivants :

La promotion des diverses campagnes de dépistages tout le long de l’année constitue aussi une source importante de diffusion d’information sur les cancers.