Cancer : vivre la maladie, comprendre et participer aux soins

Lorsque le malade devient expert de sa propre maladie et de son traitement, il a bien souvent des enseignements à apporter aux soignants et chercheurs.

Life-of-Pix-free-stock-photos-men-train-station-white-leeroy

Le jeudi 19 mai, à l’Auditorium de la Médiathèque du Bachut, le service Sciences et Société de l’Université de Lyon à réuni 3 experts pour débattre de la relation patient-soignant, comme un moyen complémentaire d’amélioration des soins. Parallèlement aux protocoles et aux conventions médicales, cette relation peut s’avérer efficace pour travailler et décider ensemble le traitement, et ainsi mieux contrer la maladie.

Étaient réunis :

La soirée a été animée par Pauline Lachapelle.

Partenaires :             lyon1

 L’intégralité de la conférence en vidéo:

VIDEO CONF

Dans le cas particulier de soins liés au cancer, la relation entre soignants et soignés est une thématique de plus en plus investie par les recherches en sciences humaines et sociales. En parallèle de ces recherches et des dispositifs mis en place dans certains centres de soin (médecine douce, ateliers, sport, espaces bien-être, etc…), des associations telles que la ligue contre le cancer accompagnent également les parcours des malades. Janine Chambat précise à cet égard que la ligue mène trois combats: la prévention, la recherche et l’aide aux malades. Informer les patients sur la nature de leur cancer, les choix thérapeutiques, leur parcours de soins, la gestion de leurs traitements et les aides disponibles ont toujours été des missions essentielles de la Ligue*. Les nombreux témoignages sensibles qu’elle livre, à propos de l’adaptation du corps à la souffrance par exemple, illustrent la nécessité de développer les moyens d’accompagnement de la maladie.

Ce besoin d’accompagnement et de coopération patient/médecin été illustré par le témoignage Bettina Garnier. Son parcours de médecin s’est vu bouleversé par l’expérience de la maladie. C’est en franchissant cette frontière, qu’elle a constaté un paradoxe entre des démarches médicales suivant des protocoles très rigoureux afin de proposer le traitement le plus adapté – et la nécessité de construire une relation médecin/patient efficace pour que le traitement soit accepté. En s’ouvrant à la philosophie, Bettina Garnier a cherché à comprendre comment les médecins se représentent la maladie et le patient. Comment peuvent-ils s’accommoder « d’arbres décisionnels » et s’ouvrir à une démarche poussée d’écoute et de co-construction du traitement.

Les recherches menées par Axel Guioux à propos du vécu de la maladie dans un environnement hospitalier, consistent en une compréhension, par des des entretiens, des représentations du corps et des traitements anti-cancéreux par les patients. Ces travaux menés par une équipe transdisciplinaire et en lien avec des professionnels de santé, se sont particulièrement intéressés aux bouleversements corporels induits par les traitements. La philosophie générale de ces recherche est de donner la parole aux malades et de permettre aux patients de rationaliser, de donner du sens à leur maladie et aux traitements qui lui sont liés. En retour, il s’agissait de sensibiliser l’équipe soignante par une restitution et un bilan des entretiens. L’objectif étant d’apporter une synthèse des recherches et des témoignages afin de donner aux soignants des clés de compréhension du vécu de leurs patients.

* La ligue vous informe à propos des actions quelle mène, par les moyens suivants :

La promotion des diverses campagnes de dépistages tout le long de l’année constitue aussi une source importante de diffusion d’information sur les cancers.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *