Lyon : signes poétiques, graffitis et langages de la ville

panneau - pochoir - tag

Dans la ville, divers types d’inscriptions se déploient et sont exprimés par une hétérogénéité d’acteurs.

À Lyon comme ailleurs, nos trajets quotidiens nous confrontent à d’innombrables signes et discours : graffitis et tags, panneaux de signalisations, inscriptions paysagères et architecturales, mobilier urbain … 

Quelle est la densité des significations de ces inscriptions aux niveaux symbolique et esthétique ? Y a-t-il une raison à ce qu’elles se trouvent dans un lieu ou sur un support spécifiques et pas un autre ? Pourquoi certaines paroles persistent (monumentales et muséales) alors que d’autres tendent à disparaitre (revendicatives ou poétiques) ?

Julien Thiburce (Doctorant en sciences du langage et membre de l’association Pas de côté) et Antonin Rêveur (artiste graffeur) ont animé deux promenades urbaines – dans le cadre du cycle « Soigne Ton Langage » organisé par le service Sciences et Société de l’Université de Lyon.

Regards croisés sur les langages parlés et inscrits dans la ville …

… à lire, écouter et regarder.

Par Samuel Belaud  –  Crédits photographiques : Université de Lyon – Science et société – Association Pas de côté


Le graffiti

Les tags et les graffitis à la spray ou au marqueur, sont présents dans la ville sur quantité de supports dès le début des années 1970. Des murs des bâtiments statiques aux surfaces des trains mobiles, les expériences que les passants s’en font dans leurs marches quotidiennes sont diverses.

Pas à pas, des stratégies et des tactiques de discours viennent déjouer des normes sociales et de nouvelles formes d’expression voient le jour. Au fil du temps, les graffitis, les architectures et les paysages de la ville évoluent ; les inscriptions se répondent, se recouvrent, se contrastent et s’annulent. Quelles mutations notre environnement a-t-il connu ? Comment la pratique du graffiti influence-t-elle et est-elle influencée par les autres pratiques de la ville ?

Le graffiti est ici découvert comme un discours dans l’espace. Les praticiens investissent des lieux pour les incarner et y discourir.

Où je laisse une trace … pourquoi le  graff ? La notion de territoire chez les graffeurs.

 

Sa dimension subversive lui vaut d’être rapidement (re)connu, tant il subsiste encore aujourd’hui une contradiction entre : d’une part la répression publique (nettoyage systématique, poursuites judiciaires, …) ; et d’autre part la récupération par d’autres institutions (publiques aussi) de ce mouvement comme un pan de la culture qu’il convient d’exposer, de célébrer ou encore de légaliser dans la rue (sous certaines contraintes), etc…

Ce qui déclenche l’acte des graffeurs … conversations autour de ce qui provoque et occasionne le graffiti

 

Un aspect du graffiti mis en lumière par les deux guides - ici en prenant pour exemple ces inscriptions sur cheminées, Place Bellecour - est celui, parfois, de la gestion et de la prise de risques. Le graffiti s'opère donc à la fois dans un cadre audacieux et subversif. Le graffeur accepte d'acter un marquage souvent clandestin et cette "illégalité devient une donnée primordiale dans la conception des [graffs et tags et] qui influence très largement la pratique"*.

Un aspect du graffiti mis en lumière par les deux guides – ici en prenant pour exemple ces inscriptions sur cheminées, Place Bellecour – est celui, parfois, de la gestion et de la prise de risques. Le graffiti s’opère donc à la fois dans un cadre audacieux et subversif. Le graffeur accepte d’acter un marquage souvent clandestin et cette « illégalité devient une donnée primordiale dans la conception des graffs et des tags ; ce qui influence très largement la pratique »*.

 

Pour aller plus loin : découvrez le reportage de France 3 sur la balade du 4 novembre 2016.

 


L’espace urbain connait de nombreuses mutations. A leur lumière, nous pouvons mieux comprendre et interpréter certains phénomènes et pratiques de la ville comme le graffiti.

L’ambition affichée des politiques urbaines par exemple, n’anticipe pas forcément les usages qui seront fait d’un lieu après sa réhabilitation, son nettoyage ou sa construction. La cartographie illustre très bien ces mutations d’investissements territoriaux.

Cette carte date du milieu du 19ème siècle et fait figurer la presqu’ile Lyonnaise et ses alentours. La ville n’a évidemment pas toujours été investie de la même manière qu’aujourd’hui et l’étalement urbain s’est profondément accéléré au cours du dernier siècle. Et derrière cette cartographie, il y a aussi la toponymie : Les Brotteaux et la Guillotière ne sont plus des noms de villes, mais de quartiers inclus dans un ensemble plus vaste. Aussi, entre Lyon, Villeurbanne et désormais le « Grand Lyon », les dénominations prêtées à certains espaces mutent également. Elles entrainent des interprétations et des représentations identitaires différentes ; mais aussi de nouvelles pratiques de la ville.

Un autre outil permet mettre en lumière l’histoire et les évolutions urbaines : la carte interactive.

streetview-brotteaux-2008

Vue de la place des Brotteaux – mai 2008 (@Google Streetview)

streetview-brotteaux-2015

Vue de la place des Brotteaux – mai 2015 (@Google Streetview)

p1020992Cet exemple illustre que l’espace central de la place des Brotteaux est passé : d’accessible aux véhicules à moteur, à une régulation en faveur des piétons. Cette transformation est allée jusqu’à la construction d’un nouvel imaginaire : fontaines, bosquets, etc… qui en existant ensemble, re-symbolisent l’espace de vie.

Malgré tout, ces signes sont interprétés et saisis différemment par les usagers. Par exemple une barrière servira, pour certains de frontière entre un espace sécurisé et une mare; lorsque pour d’autres ce sera le lieu d’une expression, d’un discours, d’une création : par exemple ce tag.

Interprétation et perception des signes … La place des Brotteaux vue par Antonin

 


Les signes urbains revisités

100_3918  100_3921

Revisiter la signalisation et poétiser les codes de la route.

Cet exemple illustre une autre forme de discours dans la ville. Moins subversive, plus consensuelle que le tag, cette forme de street-art à laquelle certains artistes s’essayent, vient questionner encore une fois la place du discours subjectif et personnel, face a un discours institutionnalisé et codifié à l’extrême : la signalisation urbaine.

Extrait d’une discussion, captée au cours de la balade du 19 novembre 2016, sur l’interprétation de ces panneaux

 

img607

 

Le néologisme dans la signalisation.

Chacun peut, s’il le souhaite, alimenter la banque de signes dans l’espace urbain. Ici, la découverte d’un panneau « fait-maison » – inspiré par les codes sémiotiques de la route – illustre cette propension des usagers à pouvoir se servir de l’environnement et à revisiter la signalisation en ville.

Julien livre une interprétation de ce « nouveau signe »


La frontière et l’ailleurs dans la ville

Depuis la gare des Brotteaux, comme une incitation au voyage et à l’évasion, jusqu’à la « délimitation » entre Lyon et Villeurbanne, deux instants de paroles captés pour comprendre notre rapport aux frontières et à l’ailleurs.

p1020998  p1020989


p1030075  p1030078


Pour aller plus loin :

Les photos des deux balades


* : Florent Herouard, Lariagon Renaud, Julien Germain. Le tag : une pratique spatiale entre quête auto-promotionnelle et gestion du risque. Espaces de vie, espaces enjeux, Nov 2008, Rennes,
France. <halshs-00524616>

 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 10/12/2016

    […] À Lyon comme ailleurs, nos trajets quotidiens nous confrontent à d’innombrables signes et discours : graffitis et tags, panneaux de signalisations, inscriptions paysagères et architecturales, mobilier urbain… lire la suite […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *