« On demande aux agriculteurs de produire moins et plus propre en étant payés moins cher ! »


À l’heure de la remise en cause de notre modèle agricole et des interrogations sur l’évolution de nos modes de consommation, l’agroéconomiste Michel Guglielmi revient sur le contexte historique et les enjeux de l’agriculture. En France et dans le monde. Il évoque l’agriculture biologique ou les inquiétudes des consommateurs pour donner des perspectives sur nos besoins agricoles en 2050.

Michel GuglielmiIngénieur agronome de formation, Michel Guglielmi s’est spécialisé dans les questions économiques liées à l’agriculture. Il a notamment travaillé pour l’Institut national agronomique de Paris (devenu en 2007, AgroParis Tech) et le ministère algérien de l’agriculture. S’il précise qu’il n’est pas un chercheur « patenté », car non titulaire d’un doctorat, il a mené de nombreuses études pour des collectivités territoriales ou des organismes professionnels : sur la mise en place des quotas laitiers, la politique agricole commune (PAC)… Ancien directeur de l’ISARA-Lyon (2000-2009) – une école d’ingénieurs en alimentation, agriculture, environnement et développement rural – Michel Guglielmi continue d’y enseigner la PAC et les échanges internationaux. 

Vous travaillez depuis 40 ans sur les questions agricoles. Pourriez-vous résumer brièvement ces 40 ans d’histoire de notre agriculture ?

En Europe, on a mis en place après-guerre un modèle productiviste pour assurer l’autosuffisance alimentaire : chaque agriculteur devait augmenter ses rendements et nourrir davantage de monde. Ce qui a conduit à des problèmes économiques de gestion des excédents. Par ailleurs, dans les années 1980 – 1990, on a commencé à prendre conscience que la croissance de la production pouvait se faire au détriment des milieux, de la qualité de l’eau et des produits. Aujourd’hui, les agriculteurs sont dans une posture délicate : on leur demande de produire moins et plus propre, tout en étant moins payés. Or, produire propre coûte plus cher !

Les consommateurs s’inquiètent de plus en plus  de la qualité de leur alimentation…

Tout dépend de quel point de vue on se place… Certes, on nous met en garde contre les excès de gras ou de sucres dont les effets néfastes sont prouvés. En ce qui concerne la présence de résidus de produits phytosanitaires dans notre alimentation, il n’y a pas de preuve absolue de leur nocivité. Les experts toxicologues précisent que nous consommons bien moins que les doses maximales dangereuses. Pourtant, on ne peut faire abstraction de fortes présomptions quant à des effets cancérigènes ou de perturbateurs endocriniens… L’ennui est qu’on ne dispose pas d’études prenant en compte la combinaison de différents résidus consommés, tout au long de la vie. Ce qui aurait un impact sur notre espérance de vie en bonne santé, qui n’augmente plus aujourd‘hui en Europe.

Vous avez récemment publié avec Christophe David l’ouvrage Le bio : qu’y a-t-il vraiment dans votre assiette ? : que penser de l’agriculture biologique ?

Elle est l’une des réponses aux problèmes de pollution et de protection de l’environnement. Il s’agit de tourner le dos à l’agriculture chimique pour utiliser de la manière la plus intelligente possible les processus biologiques, écologiques et écosystémiques à l’œuvre à l’endroit où l’on produit. Avec comme objectifs de moins polluer les sols et de produire des aliments plus sains. Techniquement, l’agriculture biologique s’avère difficile car elle demande beaucoup de précision, d’expérimentations, de réflexions sur la croissance et la combinaison des végétaux. Actuellement, elle ne représente toutefois que 3% des surfaces et 2% de notre alimentation.

Comment nourrir l’humanité en 2050 ?

Si les tendances actuelles se poursuivent, on estime qu’il faudrait augmenter de 70% à 100% la production agricole mondiale. Ce qui serait compliqué à mettre en œuvre. Pourtant, la production actuelle suffit : on pourrait aujourd’hui nourrir tout le monde. Reste à régler la question de l’inégal accès aux ressources alimentaires. Actuellement, on consomme en moyenne 3 000 kcals / jour / personne. Avec de fortes disparités : 4 000 kcals en moyenne dans les pays membres de l’Organisation de Coopération et de Développement Economique (OCDE), 4 500 aux États-Unis et 2 000 en Afrique subsaharienne.

L’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA) et le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD) ont donc élaboré un scénario pour nourrir le monde en 2050, dans lequel un certain rééquilibrage s’opérerait entre les différents modes de consommation. En tablant sur moins de gaspillage et de pertes, une convergence des habitudes alimentaires et une agriculture raisonnée, ce scénario « Agrimonde » calcule qu’il ne faudrait augmenter la production agricole mondiale que de 30%… Par convergence alimentaire, on entend que les pays d’Afrique subsaharienne diversifient leur consommation alimentaire en y augmentant la part des produits animaux quand, à l’inverse, les pays de l’OCDE diminuent notamment leur consommation, de viande. Moins contraignante que la bio, l’agriculture raisonnée correspond à des pratiques agricoles respectueuses de l’environnement qui permettent de maîtriser les risques sanitaires et préservent la santé au travail comme le bien-être des animaux (utilisation restreinte des pesticides, pas de traitement préventif des cultures, gestion économe de l’eau…). La combinaison de ces facteurs suffirait à nourrir les 9 milliards d’êtres humains qui peupleront la planète en 2050.

 Comment percevez-vous votre métier de chercheur ?

En tant que « chercheur de terrain », je n’ai pas soutenu de thèse ni obtenu de doctorat. Je n’ai donc jamais fait de recherche académique. Toujours inscrit dans une démarche privilégiant la transversalité des disciplines, j’estime que la réalité n’est pas segmentée. Pour comprendre ce qui se passe et faire des recommandations, il faut poser de nouvelles questions, débusquer des problèmes émergents. Si mes étudiants ne se destinent pas particulièrement à la recherche, j’essaye de leur transmettre le goût du terrain et des clés pour comprendre le contexte dans lequel ils évoluent. Car le chercheur doit toujours faire le lien entre la recherche fondamentale et le terrain.

Propos recueillis et synthétisés par Coraline BERTRAND

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.