« Changements de climat : changements de société ? » : Synthèse des débats

 

Dans le cadre des rencontres Et si on en parlait, une soirée-débat a été organisée le 15 novembre 2012 pour faire le point sur les changements climatiques et leurs conséquences pour nos sociétés. Quels sont les différents scenarios envisagés et comment risquent-ils d’affecter nos modes de vie ? Quelles évolutions – techniques, sociales, économiques, culturelles, etc. – la situation exige-t-elle ? Comment lever les freins à l’engagement de changements et adapter nos sociétés à la nouvelle donne climatique ?

Autant de questions qui constituent des défis colossaux pour les chercheurs, les citoyens, les responsables politiques, les acteurs économiques, etc.

En présence d’Hervé Le Treut, climatologue, Institut Pierre Simon Laplace (Paris) ; Jean-Paul Bozonnet, sociologue de l’environnement, Sciences Po (Grenoble) et Patrick Lagadec, spécialiste de la gestion des crises « hors cadre », École polytechnique (Paris), les échanges ont permis de prendre l’ampleur des changements possibles, repérer certains obstacles et identifier quelques chantiers prioritaires à engager pour relever les défis auxquels nous sommes confrontés.

Lire la synthèse des échanges

Regarder la vidéo du débat

La vidéo de la soirée-débat « Changements de climat : changements de société ? » en ligne !

Jeudi 15 novembre, à l’auditorium André Malraux de la Manufacture des tabacs (Université Jean Moulin Lyon 3) a eu lieu la soirée-débat Et si on en parlait, portant sur la question : « Changements de climat : changements de société ? ».

La soirée s’est déroulée avec la participation de trois grands chercheurs :
Hervé Le Treut, climatologue, directeur de l’Institut Pierre-Simon Laplace (Paris) et membre du GIEC (groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) ;
Patrick Lagadec, spécialiste des risques, directeur de recherches à l’Ecole Polytechnique de Paris ;
Jean-Paul Bozonnet, sociologue de l’environnement, enseignant-chercheur à Science Po Grenoble.

120 personnes étaient présentes et 118 ont suivi la diffusion en direct sur le site de l’Université Jean Moulin Lyon 3, entre 19h et 21h. Les échanges ont été animés par Raphaël Ruffier-Fossoul, rédacteur en chef du magazine Lyon capitale.

Une synthèse écrite sera prochainement mise en ligne. En attendant, retrouvez dès à présent la vidéo de cette soirée (durée: 2h) :
(© DAVM – Université Jean Moulin Lyon 3)

Les ateliers sur le climat en images !

 

Reportage-vidéo sur les ateliers « Changements de climat : changements de société ? ». Retrouvez ou découvrez en images les points forts des trois rencontres d’octobre 2012 : certitudes et controverses liées aux changements climatiques, prévention des risques d’inondation, aménagement des territoires et des villes pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et s’adapter aux changements en cours.

La vidéo a été projetée jeudi 15 novembre, lors de la soirée-débat « Changements de climat : changements de société ? » avec Hervé Le Treut, Patrick Lagadec et Jean-Paul Bozonnet, à la Manufacture des Tabacs (Université Jean Moulin Lyon 3).

Evolutions du climat : comment encourager les changements de comportement ?

 

Dans le cadre du cycle Et si on en parlait  « Changements de climat : changements de société ? », l’Université de Lyon organisait le 20 octobre dernier une balade urbaine dans le quartier de la Confluence, sur le thème « Comment aménager la ville face aux changements climatiques ? ». Animée par Jean-Philippe Fouquet, sociologue à l’Université de Tours (1), et Lise Serra, diplômée en architecture et doctorante en urbanisme, cette rencontre a permis de s’interroger sur les façons d’inciter les populations à modifier leurs comportements.

Pensé comme le symbole lyonnais du quartier durable, le quartier de la Confluence – 150 hectares dans le 2e arrondissement de Lyon – était le lieu idéal pour aborder la question de l’aménagement des villes face au changement climatique. En trois grandes étapes – l’Hôtel de Région, le Pôle de commerces et de loisirs et une séance d’échanges à La Maison de La Confluence – la balade urbaine a soulevé de nombreuses interrogations : comment inciter les citoyens à modifier leurs comportements ? Quelle autonomie leur accorder ? Comment mettre en place une réflexion globale – qualité du bâtiment, mobilité de ses occupants, usages… – pour réduire notre bilan carbone ?

 

ATTENTION : les bandes-sons suivantes ne sont pas audibles par certaines versions du navigateur Firefox ; auquel cas veuillez changer de navigateur.

 

Penser global, anticiper et associer les populations

Installé à La Confluence depuis juin 2011, l’Hôtel de Région est l’exemple type d’un projet architectural répondant à la démarche HQE® (Haute Qualité Environnementale) (2). Sa conception a aussi bien pris en compte la performance énergétique du bâtiment (panneaux solaires, toiture végétalisée, récupération des eaux de pluie…) que son accessibilité pour les 1 500 agents qu’il accueille. Ce qu’explique Damien Grataloup, chargé de mission en maîtrise d’ouvrage à la Région Rhône-Alpes : « la norme HQE ne se limite pas à la gestion de l’énergie. Elle prend en considération des cibles de confort, de bien-être et une dimension sociale : comme l’embauche de personnes en insertion pour ce chantier. Un Plan de Déplacement Administration (PDA) a été mis en place, en concertation avec les agents, ce qui a conduit à créer des parkings vélo et une station Vélov. Le tout, à proximité de la gare de Perrache ». Cette implantation – et le travail de concertation engagé – a permis de réduire de manière significative l’utilisation de la voiture comme mode de transport pour les trajets domicile-travail.

Sociologue, Jean-Philippe Fouquet insiste sur cette prise en compte globale, et le recours à la concertation, pour impulser des attitudes plus respectueuses de l’environnement.

Damien Grataloup renchérit en citant le cas d’une banque : un nouveau siège exemplaire en termes d’innovation et de sobriété énergétique mais une absence de réflexion sur la mobilité des salariés. Résultat : « le siège étant situé plus en périphérie, le personnel utilise davantage la voiture pour s’y rendre, ce qui implique que l’empreinte écologique de l’entreprise est plus importante qu’auparavant ». D’où la nécessité de penser global et d’anticiper pour inciter à de nouveaux usages. Reste à déterminer comment sensibiliser les habitants ─ quel que soit leur niveau de vie ─ à l’adoption de comportements vertueux. Du débat d’idées émergent quelques éléments de réponse.

 

Responsabiliser sans culpabiliser : l’exemple des smart grids

Benoît Bardet, directeur de la communication de la SPLA (3) Lyon Confluence, souligne l’aspect parfois contre-productif des discours autour du changement climatique : catastrophistes et culpabilisants, ils n’incitent pas les populations à s’impliquer. En effet, évoquer la fonte des glaces ou le réchauffement climatique global ne permet pas au citoyen de se sentir en capacité d’agir, à son échelle, sur la réduction du bilan carbone. Or, chacun peut déjà tenter de réduire sa consommation d’énergie, au sein de son logement.

Pour accompagner au changement,  Maxime Valentin, chef de projet et responsable développement durable de Lyon Confluence, évoque le recours à la technologie : les smart grids ou réseaux électriques intelligents. Ces compteurs électriques de dernière génération sont conçus pour aider les habitants à mieux gérer leur consommation d’énergie en leur transmettant des informations voire des préconisations sur leurs postes de dépenses. Plusieurs projets sont actuellement en phase d’expérimentation, comme Greenlys, Lyon Smart Community et Smart Electric Lyon dans le Grand Lyon ou Linky à Tours. Objectif de ces technologies : responsabiliser le consommateur, sans le culpabiliser, en lui permettant de devenir acteur de la gestion énergétique de son logement. Des incertitudes demeurent toutefois sur le type d’informations à transmettre : « on ne sait pas encore s’il faut dire à une famille au budget contraint ‘votre budget électricité est de tant pour l’année, vous en avez déjà consommé 60%, faites attention’ ou s’il faut aussi lui dire d’éteindre la veille de son ordinateur », explique Maxime Valentin. Les participants s’interrogent : faudra-t-il devenir technophile ou expert ? A-t-on vraiment besoin de ces outils technologiques ? etc.

 

Pour avoir étudié les smart grids, Jean-Philippe Fouquet estime que le potentiel d’économies d’énergie réalisées grâce à ces outils n’est pas négligeable. Il met toutefois en garde contre d’éventuelles tensions entre les consommateurs vertueux et les autres, désignés comme fautifs, quand ils n’ont pas toujours de marge de manœuvre pour adopter des conduites plus sobres. « À Tours, les habitants de l’hypercentre, privilégiés en termes d’offre modale [NDLR : ils ont la possibilité de se déplacer en voiture, en transports collectifs, en vélo ou à pied], commencent à voir leurs voisins des zones péri-urbaines comme les véritables responsables Jean-Philippe Fouquet            de la pollution », s’inquiète le chercheur.

 

Face au changement climatique, il est essentiel de s’adapter, aussi bien à l’échelle d’une ville que d’un foyer. Toutefois, il est de la responsabilité des pouvoirs publics d’accompagner les populations au changement en veillant à ne pénaliser personne. Et ce, afin que chacun puisse agir, à son niveau et selon ses marges de manœuvre.

Coraline BERTRAND

 

(1) Sociologue à l’Université François-Rabelais de Tours et ingénieur de recherches, Jean-Philippe Fouquet est chercheur associé au sein du laboratoire CITERES (CItés, TERritoires, Environnement et Sociétés, UMR 7324 – CNRS). Également co-responsable du CETU-ETIcS (Centre d’Expertise et de Transfert de l’Université – Expertise, Transfert, Ingénierie et Connaissance Sociale), il travaille notamment sur les réseaux intelligents ou smart grids. Très investi sur la thématique du développement durable, il l’appréhende sous l’angle des recompositions territoriales et des mobilités. 

(2) Un concept apparu dans les années 1990. « Il ne s’agit pas d’une réglementation ni d’un label, mais d’une démarche volontaire de management de la qualité environnementale des opérations de construction ou de réhabilitation de bâtiment. » (Source : Ademe)

(3) Société Publique Locale d’Aménagement

© Seb Coupy – Université de Lyon


Les inondations en Rhône-Alpes: quels souvenirs pour quelles anticipations ?

 

Dans le cadre des rencontres Et si on en parlait, l’Université de Lyon organisait le 13 octobre 2012 une balade urbaine pour faire découvrir Lyon sous les eaux, discuter des risques d’inondations et débattre des modalités de prévention. Retours sur cette balade par S. Oswald, doctorante en Communication à l’ENS Lyon au C2SO (1).

 

Sous les effets des changements climatiques, les scientifiques envisagent une recrudescence et/ou une intensification des « évènements climatiques extrêmes » : inondations, tempêtes, vagues de froid ou de chaleur, etc. On estime aujourd’hui que 45% des communes rhônalpines sont exposées aux risques d’inondations.  La situation n’est pas nouvelle et la ville de Lyon conserve des traces –parfois infimes– des grandes inondations passées. Quelle mémoire gardons-nous des grandes crues du Rhône et de la Saône aux 19ème et 20ème siècles ? Quels sont les enjeux liés à cette mémoire, pour la transmission de la culture des risques auprès des habitants ? Et pour les pouvoirs publics qui doivent anticiper d’éventuelles futures catastrophes ?

ATTENTION : les bandes-sons ne sont pas audibles avec certaines versions du navigateur Firefox; auquel cas veuillez changer de navigateur.

Les inondations lyonnaises aux 19ème et 20ème siècles : entre mémoire et oubli

 Au 15ème siècle Lyon subit un double tournant historique : urbain avec les foires lyonnaises entraînant un développement démographique et infrastructurel important ; climatique avec « le petit âge glaciaire » durant lequel l’instabilité climatique était notable. Les premiers endiguements côté Saône datent de cette époque, avec la création du plan Perrache. Puis, au 16ème siècle, la digue des Brotteaux est construite.

Ces aménagements ne suffiront malheureusement pas à protéger Lyon des deux grandes crues de 1840 et 1856. En 1840, la digue des Brotteaux cède, entraînant un déferlement impressionnant qui traversa toute la Presqu’île. Le quartier de Vaise par exemple sera englouti sous près de 4 mètres d’eau. Une deuxième crue –encore plus importante- suivra en 1856, générant un traumatisme psychologique et une prise de conscience de la vulnérabilité de la ville.

 

Mentionner cette prise de conscience naissante c’est questionner le vécu des sinistrés. Quelle mémoire les sinistrés gardent-ils des inondations ? Elodie Levasseur, doctorante en psychologie sociale (au GREPS Université Lumière Lyon 2) se fait ici la porte-parole des sinistrés de 1980 (Haute Loire) et de 2008 (l’Arbresle), qu’elle a interviewés au cours de sa thèse.

Suite à l’inondation, deux attitudes sont caractéristiques :

– Le déni : on cherche à oublier ; la catastrophe est ici refoulée (même si des marques intimes peuvent être conservées dans l’espace privé, comme des marques de niveau dans les caves par exemple).

– L’acceptation : la mémoire est ici mieux conservée, on « vit avec » en développant éventuellement des aménagements spécifiques pour mieux s’adapter  (pièce de survie, mobilier « plastique » facile à nettoyer…).


Repenser l’urbanisme pour prévenir les risques : du Plan Kleitz au PPRI

La crue – très violente – de 1856, qui sert encore aujourd’hui de référence historique pour les politiques publiques de prévention, va pousser à se pencher plus sérieusement qu’en 1840 sur les dangers des crues.

En 1856, l’Etat met en place le plan Kleitz pour lutter contre les inondations. On élève les quais de 1 mètre au-dessus du niveau de la crue de 1856 ; on crée des digues de première urgence (celle « insubmersible » des Brotteaux, actuel bd L. Bonnevay et le quai-digue de la Tête d’Or), mais surtout des champs d’expansion des crues visant à protéger le coeur de l’agglomération. Ce plan s’efforce de protéger certes mais aussi et surtout de prévenir : il faut accepter que l’eau s’épande dans des zones périurbaines moins denses. Ceci ne se fit pas sans résistances de la part des territoires ainsi « sacrifiés » par les autorités.

 Ces aménagements ont eu pour conséquence de créer un faux sentiment de sécurité, alors que le risque lui-même reste bien réel.

Les cartes montrées lors de la balade par L. Marchand, chargée de mission de l’association Robin des Villes, sont parlantes : une grande partie de Lyon pourrait être exposée demain à une inondation. Le risque ne vient aujourd’hui plus tant des fleuves (inondations directes : crues du Rhône, de la Saône) que des réseaux souterrains : les inondations indirectes (la pluie remonte par capillarité). Cette information suscite intérêt et émoi et les participants se pressent pour connaître le niveau de risque auquel ils sont exposés.

 

 

 

 

 

 

 

A gauche: modélisation des risques de crues directes. A droite: modélisation des risques de crues indirectes (© Claire Combe)

 

Vers le développement d’une culture des risques avec le Plan de Prévention des Risques Inondation (PPRI)

Le PPRI poursuit les travaux d’aménagement du territoire et de prévention des risques engagés avec le Plan Kleitz. Il s’agit de réduire au maximum les risques d’aléas (inondations) et de dommages, à l’aide de nombreux outils réglementaires et techniques (modélisation informatique, digues, champs d’expansion des crues, etc.) Faute de données suffisantes, les changements climatiques ne sont pas pris en compte dans les politiques de préventions des risques liées aux fleuves, mais ils le sont par contre intégrés aux politiques sur le littoral.

Le PRRI inclut également un volet « Culture du risque », au travers duquel les pouvoirs publics s’efforcent de sensibiliser les populations et de les associer aux politiques de prévention.

Cette « culture du risque » comme expertise de situations de crise ne va pas de soi, tant la tentation d’oublier et de refouler peut être forte de la part des populations. Le discours des sinistrés recèle ainsi un « va et vient » entre une mise à distance (« c’est exceptionnel, ça n’arrivera plus ») et une remémoration angoissante du drame.

Quoi qu’il en soit, les transformations climatiques passées, présentes et futures montrent l’importance de la mémoire collective, de sa transmission et du respect de la souffrance individuelle liée à la catastrophe. Ceci pour plus de solidarité et plus de dialogue entre autorités politiques, scientifiques et populations sinistrées.

 

Séverine OSWALD

(1) Laboratoire C2SO : Communication, Culture et Société du Centre Norbert Elias (ENS Lyon / Institut Français de l’Education). La thèse de Séverine Oswald est financée par la Région Rhône-Alpes.
Logo_Région Rhône-Alpes
© Photos 1 et 2 : Sébastien Coupy/ Université de Lyon ; Modélisation des risques de crues : Claire Combes

Sélection d’ouvrages « Changements de climat : changements de société ? »

La librairie ElectronLIVRES vous propose une série d’ouvrages sur la thématique « Changements de climat : changements de société? »

 

Deux économistes face aux enjeux climatiques :

L’intérêt de l’ouvrage est de montrer les différents pans à étudier si une prise en compte de l’enjeu climatique à l’échelle internationale se mettait en place. Car une telle politique nécessite de réfléchir en amont à de nouveaux modes de consommation, à la généralisation d’énergies nouvelles en remplacement des énergies fossiles, à une police internationale du climat… Le livre, sous forme de dialogues, est simple à aborder, et l’on y découvrira que de nombreux projets ont déjà porté quelques fruits dont il serait bon de s’inspirer pour les années à venir.

Roger Guesnerie & Nicholas Stern – Le Pommier – 12 €

 

Changement climatique, comprendre et agir

Cet ouvrage se penche sur l’ensemble des conséquences sur notre quotidien que pourrait avoir un changement radical d’habitudes. Si l’on se rend compte que la plupart des dispositions à prendre au quotidien sont évidentes et forment déjà un nid d’habitudes chez les plus concernés d’ente nous, on découvre aussi qu’énormément de solutions existent pour toutes les facettes de notre vie : les toilettes, la maison, l’école, les collectivités, les déplacements, dans les entreprises… Ce livre nous informe également des différents impacts de nos habitudes de consommation actuelles sur l’environnement… un livre que tous devraient posséder à la maison !

                                       Sabine Rabourdin – Delachaux et Niestlé – 22.30 €

 

L’avenir climatique, quel temps ferons-nous ?

Ouvrage grand public qui aborde de façon bien vulgarisée les trois grandes facettes du changement climatique : l’état des lieux aujourd’hui de nos habitudes de consommation et de leur coût sur l’environnement, les décisions politiques à prendre au plus vite pour limiter la casse et, parce que nous avons déjà un savoir-faire, les premières nouvelles habitudes à prendre au quotidien pour commencer une mutation.

Jean-Marc Jancovici – Points Sciences – 8.10 €

 

21 énergies renouvelables insolites pour le 21ème siècle

Si certaines des énergies énumérées dans cet ouvrage nous sont connues, d’autres en revanche sont moins médiatisées, et c’est ce qui est mis en avant ici : des nouvelles fenêtres, des cheminées du futur, des maisons troglodytes, se chauffer en fonction du vent. Il est intéressant de voir que moult solutions existent pour notre habitat, dans ce livre un tantinet technique.

Denis Bonnelle & Renaud de Richter – Éditions Ellipses – 18.30 €

 

Le pétrole, pourquoi est-il si précieux ?

Un documentaire pour les plus jeunes qui vanterait les bienfaits du pétrole ? Pas du tout, mais l’ouvrage montre à quel point celui-ci est présent dans les objets de notre quotidien… Apprendre à s’en passer ne sera pas chose aisée. Un bon moyen de comprendre les efforts d’imagination à déployer pour entrer dans une ère post-pétrole.

Benoît Delalandre – Éditions du Tourbillon – 13.95 €

 

Télécharger la sélection au format PDF

 

Librairie Electron Livres, 1, rue Saint Jean – 69005 Lyon

Tel. : 04 78 37 02 75 – www.electron-livres.com