Dignité, solidarité, légalité : quelle fin de vie voulons-nous ?

vignette_findevieLa 7e édition d’Et si on en parlait s’est exceptionnellement incarnée dans une unique soirée-débat le 27 novembre 2014. Il s’agissait de s’interroger sur la représentation – plutôt négative – que nous avons de « la fin de vie ».

 

Le questionnement semble sans fin tant les rebondissements de débats et de réglementation sont nombreux depuis quelques années en France. La question se révèle de plus en plus complexe et nécessite, comme le Comité national d’éthique le soulignait dernièrement, de ne pas « clore de façon définitive des questions dont le caractère lancinant exprime un aspect fondamental de la condition humaine ».

Plus que « la fin », ce sont les « conditions » de la fin qui interrogent. Plus que la crainte du « mourir », c’est l’angoisse de la dégradation, de la souffrance, de l’abandon qui s’exprime. S’ajoute aussi le tourment d’être « un poids » pour les autres, à être vieux trop longtemps. Ces constats se posent dans un contexte où « ce temps de la fin » est majoritairement délégué au médical, l’hôpital ou les institutions étant devenus les lieux où l’on finit sa vie, à l’écart du cercle familial.

Comment en sommes-nous parvenus à cette défiance à l’égard du « mourir » dans notre société ? A cette vision négative de la prise en charge de la fin de vie ? Que dit cette représentation « de la fin de vie » de notre conception du « vivre-ensemble » ?

 

Les intervenants suivants ont brillamment tenté de répondre à ces questions, avec l’animation d’Isabel Santos, journaliste scientifique à Universcience (Cité des sciences et de l’industrie, Paris) :

Marc-Antoine Berthod : Professeur d’anthropologie à la Haute école du travail social et de la santé (EESP) à Lausanne en Suisse. Il conduit actuellement une recherche sur les situations de deuil au travail et sur les risques de prises en charge médicalisées des employés endeuillés.

Nathalie Favre : Cadre de santé au centre de soins palliatifs (pôle Gérontologie de Lyon) et vice-présidente de la Société Française d’Accompagnement et des soins Palliatifs (SFAP).

Damien Le Guay : philosophe, il enseigne à l’espace éthique de l’Assistance publique des hôpitaux de Paris. Président du comité national d’éthique du funéraire et membre du comité scientifique de la société française d’Accompagnement et des soins palliatifs. Il est l’auteur de « Qu’avons-nous perdu en perdant la mort ? » (2003), « La Mort en cendres » (2012) et « Le Fin mot de la vie, contre le mal mourir en France » (2014).

 

Retrouvez en ligne le podcast de cette soirée, enregistré sur la wikiradio du CNRS  (des micros coupures endommagent la bande-son, nous nous excusons pour la gêne occasionnée).

Enfin vous pouvez consulter ces deux articles récents de et avec Damien Le Guay :

– « L‘arbre de l’euthanasie et la forêt du mal mourir« , Valeurs actuelles, 4 novembre 2014.

– « Le rapport sur la fin de vie décrypté par Damien Le Guay« , Le Figaro, 15 décembre 2014.

Ainsi que les articles suivants :

– « Comment assurer à tous une fin de vie digne en France ?« , l’Humanité, 3 novembre 2014, avec les points de vue de Damien Le Guay et de Jean-Claude Ameisen (président du comité consultatif national d’éthique).

– « Ouvrir ou non la voie de l’euthanasie, une lecture du rapport du CCNE par Emmanuel Hirsch (professeur d’éthique médicale, université Paris-Sud », Huffington Post, 27 octobre 2014.